toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Suisse: « Après le dîner, ma tante a convié ses invités à assister à l’exécution de 180 juifs »


Suisse: « Après le dîner, ma tante a convié ses invités à assister à l’exécution de 180 juifs »

Le journaliste suisse Sacha Batthyany savait qu’il appartenait à une famille aristocratique, centrée autour de sa tante, une femme très respectée. Mais en découvrant son passé, il a découvert l’horreur.

Au printemps 1945, à Rechnitz, sur la frontière autrichienne-hongroise, non loin des lignes de front de l’Armée rouge, la comtesse Margit Batthyany fait une fête dans son hôtel. La guerre était presque terminée, les aristocrates allemands et les officiers de SS  qui dansaient et buvaient savaient qu’ils étaient perdus.

Cliquez sur l’image pour acheter ce livre

Tard dans la nuit, ils descendirent vers le village, où 180 ouvriers juifs asservis attendaient. Ils les ont fait se déshabiller puis leur ont tiré dessus. Ce secret est resté au sein de la famille pendant des décennies, jusqu’à ce que Sacha Batthyany, se souvenant de sa grande tante Margit,et de son enfance en tant que femme sévère et distante, a commencé à poser des questions à ce sujet.
Un crime dans la famille est le livre de Sacha Batthyany pour faire face à ces questions. C’est l’une des dernières histoires du siècle de cauchemar des juifs en Europe, qui aborde non seulement le massacre de Rechnitz, l’inhumanité d’Auschwitz, le chaos de la guerre de Budapest, les brutalités de l’occupation soviétique et les goulags de Staline, mais aussi les crimes silencieux des collaborationnistes. Dans ce livre, Sacha Batthyany souffre, il révèle la barbarie et la tragédie, mais aussi une volonté de paix et de réconciliation.

Source: Amazon





Journaliste franco-israélien spécialisé dans la psychologie et la communication politique depuis 2003.



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 12 thoughts on “Suisse: « Après le dîner, ma tante a convié ses invités à assister à l’exécution de 180 juifs »

    1. Malcolm Ode

      Tous les suprématismes, comme l’islam, sont à proscrire de nos sociétés, comme les mouvements perpétuels sont systématiquement refusés de brevet.

      Les faits rapportés ci-dessus sont « humainement » impossible à commenter.

      Tous en Enfer.

    2. michel boissonneault

      un cas de plus de collabo ….. la vérité commence a sortir avec cette famille de grande noblesse de merde qui prenait du Plaisir de voir des pauvres bougre d’esclave ce faire fusillé

    3. LeClairvoyant

      Honte aux antisémites, nazis, communistes, et croyants tordus.

      Aux crimes du système nazi vont s’ajouter les crimes « ordinaires » des antisémites de tout poil, riches, pauvres, etc. La perversité de certains qui se croient au-dessus de toute justice et toute morale, vont se faire les dents et de l’argent avec des proies faciles, des esclaves, domestiques, voisins ou prêteurs, pour de la politique, de l’argent et d’autres buts encore inavouables.

    4. c.i.a.

      Une scène de la mini-série, Le souffle de la guerre 1988 ma marqué, des villageois venaient assisters aux exécutions,  » jouirs du spectacle  » , il ne manquait que le pop-corns!, scène atroce qui prend toute son horreur, dans la banalité quotidienne.

    5. Nadine56

      Bravo et merci à ce journaliste pour son courage rendre public le crime de sa propre famille. ca doit etre lourd a porter. Et une preuve de plus, s il en faut, pour clouer la bouche des negationnistes !

    6. Armand Maruani

      Une femme banale en 40 qui devait aller à la messe tous les dimanches .

      Ce jour là tante Margit a montré qu’elle était un monstre .

      J’espère qu’elle brûle en enfer . Amen .

    7. alauda

      Femme banale !!! Vous placez la banalité en haut de l’échelle de Richter, Armand Maruani.

      Cette tante est une petite-fille de l’industriel allemand August Thyssen, fille du baron Heinrich Thyssen, soeur du Baron « Heini » Thyssen-Bornemisza, collectionneur d’art.

      Ces gens-là ont fait trembler l’Europe avec leur métallurgie.

    8. Armand Maruani

      Être le fils ou la fille de …. n’a jamais été un label de qualité .
      Souvent ça été le contraire : la preuve .

      En tout cas elle n’a pas fait honneur à son  » illustre  » famille

    9. Moka

      Malheureusement on ne choisit pas sa famille,mais on a toujours le choix de de ne pas continuer dans la même lignée criminelle.

    10. Moka

      Je vis dans une famille très antisémite ,mais c est pas pour autant que je suis en accord avec eux.J aime Israel ,j aime le juifs ,j ai l impression parfois que ma propre famille me prend pour une folle.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *