toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

L’islam, facteur aggravant de radicalité chez les lycéens


L’islam, facteur aggravant de radicalité chez les lycéens

Une étude menée à l’automne auprès de 6828 lycéens souligne le lien très net entre appartenance à la religion musulmane et sensibilité aux idées radicales. Des résultats peu politiquement corrects, à interpréter avec délicatesse.

 Drôle de conférence de presse. Notre collègue Hakim Kasni de France-Culture ouvrait le feu en se demandant si la présentation de cette étude était bien pertinente « à cinq semaines de la présidentielle ». Une autre journaliste s’inquiétait de l’exploitation biaisée qui pourrait en être faite par le Front national. Et une troisième soulignait combien il serait compliqué de titrer son article, surtout dans une période où « la subtilité des analyses s’efface devant la radicalité des discours ». Derrière leur petit bureau, les deux intervenants, Olivier Galland et Anne Muxel défendaient leur démarche tant bien que mal :
On a bien conscience des risques d’instrumentalisation. Mais euphémiser, dénier, ne pas communiquer serait laisser le champ libre aux extrémistes, dont le discours est de dire ‘on vous cache les choses’. »

Quelle est donc cette matière fissible que viennent ce lundi de nous livrer les deux sociologues depuis les salons Empire du CNRS, dans le 16e arrondissement ? Eh bien, il s’agit des résultats d’une enquête « les Lycéens et la radicalité » menée à l’automne dernier, en réponse à l’appel à projet « attentats-recherche » lancé par l’organisme public, au lendemain des attentats du 13-Novembre… Une étude qui souligne, statistiques à l’appui, que, plus que tout autre déterminant, l’appartenance revendiquée à la religion musulmane rend les jeunes lycéens sensibles aux idées radicales, « en rupture avec le système politique, social et économique, et plus largement avec les normes en vigueur dans la société ».

Un échantillon volontairement biaisé

Pour étayer cette affirmation, les chercheurs ont posé la question suivante :

« Est-il acceptable dans certains cas, dans la société actuelle, de combattre les armes à la main pour sa religion ? »

Ce à quoi les jeunes de confession musulmane ont répondu quatre fois plus souvent par l’affirmative que les jeunes chrétiens ou sans religion.

Dans un pays, où le débat sur le lien entre islam et djihadisme fait rage, les uns dénonçant une radicalisation structurelle de l’islam (Gilles Kepel), là où d’autres se contentent de voir une islamisation conjoncturelle de la radicalité (Olivier Roy), on comprend le potentiel explosif de pareille information. D’autant que l’étude, on l’a dit, doit être prise avec des pincettes. Parce que la question-clé posée par les chercheurs (parmi une batterie d’autres questions) pour tester le degré de « justification de la violence religieuse » peut paraître un peu ambiguë – que veut dire prendre les armes… « dans certains cas » ? Et parce que, comme ils n’ont cessé de le répéter, le panel de 6.828 élèves de seconde inscrits dans 21 lycées publics sur lequel ils ont travaillé n’est absolument pas représentatif de la jeunesse française.

Les deux sociologues souhaitaient initialement travailler sur les lycéens des zones urbaines sensibles, considérant que les caractéristiques de cette population (surreprésentation de jeunes d’origine immigrée, de confession musulmane, de CSP défavorisées) la rendaient a priori plus sensible au risque de radicalité. Mais, par crainte de la stigmatisation sans doute, les rectorats ont exigé que le panel soit élargi, en intégrant quelques lycées de centre-ville. En ressort un échantillon volontairement biaisé, afin de disposer de contingents suffisants d’enfants d’ouvriers (41% du panel), d’enfants d’immigrés (38%), de musulmans revendiqués (25%), pour étudier les déterminants de la radicalité. Mais pas assez fin pour tirer des conséquences définitives sur ce qui se passe dans les quartiers-ghettos de notre République.

12% de jeunes « à risque »

Que faire de ces chiffres ? L’étude souligne que 32% des jeunes musulmans ont une vision absolutiste de la religion (ils valident ces deux affirmations : « il n’y a qu’une seule vraie religion », et « la religion a raison contre la science ») contre 10,7% du panel de jeunes sélectionnés, et qu’à 33%, ils affichent un degré élevé de tolérance à la violence et à la déviance (trouver acceptable de voler un scooter, tricher, conduire sans permis, agir violemment pour ses idées, dealer, affronter la police…), contre 25% dans le panel et seulement 8% parmi l’échantillon représentatif de jeunes Français du même âge sondés en parallèle par l’institut OpinionWay. En croisant les données, cela donne 12% de jeunes « à risque » conciliant absolutisme religieux et tolérance à la violence parmi les musulmans, contre 4% dans le panel, et une proportion infinitésimale dans la population nationale.

Même si Anne Muxel tient à voir l’aspect positif des choses – « dans 67% des cas, l’éducation dans une famille musulmane ne débouche pas sur une vision absolutiste de sa religion » –, le portrait est plutôt sombre. Les optimistes pourront toujours relever que le panel sous-représente les classes moyennes les mieux intégrées, celles qui évitent les lycées REP en inscrivant leurs enfants… dans le privé. Et que ces résultats sont moins inquiétants que ceux recueillis il y a un an par un autre sociologue, Sébastian Roché, dans une étude consacrée aux collégiens des Bouches-du-Rhône ; une étude où l’on apprenait que 67% des jeunes se déclarant musulmans jugeaient leurs principes religieux « plus importants que la loi de la République ».

Des interprétations à suivre

Les pessimistes se plongeront en revanche dans les raffinements statistiques de l’étude. Et constateront que les deux chercheurs ont anticipé les reproches qui pourraient leur être faits, en isolant le déterminant strictement « confession musulmane » des autres facteurs pouvant peser sur l’adhésion des jeunes aux idées radicales. Le résultat a de quoi inquiéter. Contre toute évidence sociologique, l’origine sociale et le niveau scolaire ne semblent pas contre-balancer l’effet de l’appartenance religieuse. Autrement dit, quelles que soient ses performances à l’école et la profession de ses parents, un jeune musulman du panel a quatre fois plus de chances qu’un jeune chrétien d’adhérer à des idées radicales. Cette corrélation est juste atténuée quand ledit jeune ne se sent pas discriminé (x3.5) et qu’il affirme « ne pas avoir d’autre identité que française » (x2.5).

« Cette solidité de l’effet islam, c’est peut-être l’enseignement le plus surprenant de cette étude », souligne Olivier Galland.

« Cela se confirme dans les statistiques lycée par lycée. Quelle que soit leur sociologie, les jeunes musulmans y affichent une propension identique à la radicalité. »

Voilà pour les données brutes. Pour les enseignements et interprétations à en tirer, Olivier Galland et Anne Muxel renvoient à un prochain rendez-vous, où seront décortiqués les résultats des entretiens qualitatifs réalisés avec les lycéens. Ce ne sera pas avant la présidentielle. Cela tombe bien ?

source





Journaliste canadien indépendant. Spécialiste des questions sur l'islamisme, le terrorisme, la géopolitique, et sur le conflit Israélo-arabe.



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *