toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Egypte, un pays islamique musée


Egypte, un pays islamique musée

 A l’image du Coran, les minorités n’ont droit à citer en terre d’Israel qu’en tant que dhimmi. Magda Haroun, avocate, a décidé de se consacrer aux dernières membres de la communauté juive d’Egypte et d’organiser la préservation d’un patrimoine de l’humanité.

L’Egypte compte aujourd’hui une dizaine de synagogues vides et d’innombrables objets religieux, souvent délaissés. Comme nombre d’autres antiquités égyptiennes, les monuments juifs ont besoin de restauration. (…/…) Magda est l’ange gardien des derniers Juifs de la capitale égyptienne, soit en tout et pour tout cinq vieilles dames, dont sa mère.

En voyant leurs noms ainsi imprimés, odeurs et sons m’ont assaillie, ceux de mon premier séjour au Caire en quête des parfums qui imprégnaient les souvenirs de ma grand-mère Evelyna Curiel, native du Caire, et les mots rieurs des cousins de mon père : senteurs âcres douces de jasmin, de mangue et de goyave, bruits des bouteilles de gaz lancées par des porteurs s’interpellant à grands cris, au petit matin dans la cour de l’immeuble où vivaient Chehata et Marcelle Haroun, leurs filles Magda et Nadia, et la Nonna, grand-mère imperturbable et souriante.

Le Caire, une femme âgée et belle
Chehata, le « chef de famille », comme l’on disait alors, croyait régner sur une tribu de femmes, qui elles n’en faisaient qu’à leur tête, se moquant gentiment de cet avocat rond et souriant, plusieurs fois passé par la case prison, parce que juif, parce que communiste, resté « a-sionniste », toujours optimiste. L’un de ses grands plaisirs était d’embarquer les visiteurs tout juste débarqués de Paris dans une visite du Caire, loin de tout critère touristique : nous allions à la découverte de tous les lieux où Henri Curiel était passé, s’était arrêté. Cet autre juif d’Egypte avait fondé les prémices du parti communiste égyptien dans les années 1940. Expulsé par le roi Farouk en 1951, il continua en France ses combats, anticolonialistes d’une part, pour la paix entre Israël et ses voisins arabes d’autre part. Avant d’être assassiné à Paris le 4 mai 1978.

Chehata s’arrêtait à un carrefour et il pointait du doigt un magasin « voilà, c’est là qu’Henri avait sa librairie », et il pleurait. Il montrait un immeuble ou encore le célèbre café Groppi « c’est ici que nous nous réunissions », et il pleurait. Avocat, il avait procédé à la liquidation des derniers biens de la famille en Egypte, après la disparition de la dernière représentante des Curiel en 1963. Il n’avait pas manqué non plus de stopper devant la synagogue Cha’ar HaChamaïm, devant laquelle il passait chaque jour pour se rendre de son domicile à son bureau. Et où son père avait son banc…

Des « vieilles dames » sans regret, tournées vers l’avenir

Après ce premier opus, avec ténacité, Amir Ramses obtint le feu vert de Magda et Nadia Haroun, et avec elles de ces quelques vieilles dames réjouissantes, nullement tenaillées par le regret ou la nostalgie. Un deuxième volet beaucoup plus intimiste, très émouvant, bouleversant parfois, intitulé « Juifs d’Egypte, la fin du voyage« . Dont l’épilogue est gravé par la mort prématurée de la magnifique Nadia. Adieu tout à la fois symbolique et si réel.

Désormais, Magda Haroun, possède, seule la clé de la synagogue Cha’ar Hachamaïm et du Saint des Saints : la niche où sont rangés les rouleaux de la Torah, de véritables antiquités pour certains, qu’elle manipule avec précaution. Elle veille aussi sur le patrimoine de la communauté : « C’est mon devoir pour les générations futures« , dit Magda dont le rêve est de voir ces trésors un jour exposés devant le grand public. « Le ministre m’a promis l’ouverture d’un musée des civilisations où toutes les civilisations qui ont vécu en Egypte seront représentées« , dit-elle.
Et l’on imagine son si beau sourire s’épanouir, porté par un optimisme irréductible…

Source: France tv





Journaliste franco-israélien spécialisé dans la psychologie et la communication politique depuis 2003.

Articles reliés


Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 4 thoughts on “Egypte, un pays islamique musée

    1. Armand Maruani

      Beaucoup de nostalgie certes mais Israël n’est pas si loin .

      Les Juifs qui ont vécu dans des pays arabes retrouvent tout en Israêl ; le soleil , la mer ………et les arabes .

      Aucune raison d’être dépaysés .

    2. alauda

      La seule synagogue de mon département, datant de la fin XIXème siècle, n’est ouverte qu’une fois l’an. Il reste une dame âgée pour l’entretenir. Une double page vient de paraître dans la presse. Appel aux élus locaux pour sauver le bâti et chercher des idées d’affectation.

    3. Mme Neige

      « A l’image du Coran, les minorités n’ont droit à citer en terre d’Israel qu’en tant que dhimmi.  »

      Qu’est-ce que cela signifie? « en terre d’Israel? »

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *