toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Trump à Abbas : « On ne peut pas avancer vers la paix et parallèlement financer le terroisme. La paix ne viendra pas dans une sphère où la violence est financée et récompensée »


Trump à Abbas : « On ne peut pas avancer vers la paix et parallèlement financer le terroisme. La paix ne viendra pas dans une sphère où la violence est financée et récompensée »

La rencontre Donald Trump-Mahmoud Abbas à Beit Lehem s’est achevée. Les deux hommes ont donné une conférence de presse à l’issue de leurs entretiens.

Le chef terroriste Mahmoud Abbas a dit au président américain que « cette rencontre lui avait donné de l’espoir ». Il a déclaré que « les seuls obstacles à la paix sont l’occupation, les localités juives et le refus d’Israël de reconnaître un Etat palestinien alors que les Palestiniens reconnaîssent l’Etat d’Israël! » Il n’a bien entendu pas précisé qu’il reconnaissait l’Etat d’Israël comme un fait mais pas son droit d’exister en tant qu’Etat juif. Distinction fondamentale et flou artistique traditionnellement maintenu depuis Yasser Arafat.

« Le conflit n’est pas religieux (…) Nous ne sommes pas en conflit contre le Judaïsme mais contre l’occupation », a également menti le chef de l’AP.

De manière perverse et victimaire, il a également évoqué la grève de la faim des terroristes détenus en Israël: « Je veux attirer votre attention sur la question des prisonniers qui se trouvent non loin de l’église de la Nativité (…) Leurs mères n’ont pas le droit de rendre visite à leur fils et je demande que vous ayiez une oreille attentive à cette question »!!

Et comme il le fait d’habitude pour amadouer la communauté internationale, il a souhaité « la paix avec Israël dans le cadre de deux Etats, dont une Palestine dans les frontières de 1967 avec Jérusalem-Est pour capitale ».

Mais le plus surréaliste restait à venir: « Nous sommes déterminés à travailler avec les Etats-Unis pour lutter contre le terrorisme et aller vers une paix historique »!!!

Après lui, le président américain a souhaité la reprise du dialogue israélo-palestinien pour arriver à la paix mais il a adressé une pique remarquée au chef de l’AP: « On ne peut pas avancer vers la paix et parallèlement financer le terroisme. La paix ne viendra pas dans une sphère où la violence est financée et récompensée ».

Jamais le président Obama ne s’était exprimé de cette manière, de plus devant le principal responsable de cette pratique.

Autre détail important à noter dans ce genre de discours où chaque mot prononcé…ou non prononcé ont une importance: le président américain n’a pas prononcé une seule fois les expressions « Etat palestinien » ou « solution des deux Etats ».

Source: Shraga Blum pour LPHinfo







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 7 thoughts on “Trump à Abbas : « On ne peut pas avancer vers la paix et parallèlement financer le terroisme. La paix ne viendra pas dans une sphère où la violence est financée et récompensée »

    1. capucine

      la réponse de Donald Trump à Abu Mazen est excellente ! le vieux terroriste l’a eu dans le baba !

    2. Armand Maruani

      Comment peut on encore discuter avec cet assassin qui a tué des enfants Juifs à Maalot en les défenestrant , je m’en rappelle encore comme si c’était hier .

      Pourquoi le Mossad ne l’a pas abattu comme les assassins des Jeux de Munich et autres .

      Je n’ai jamais compris .

    3. Salmon

      IL EST PRESIDENT DANS SES REVES !!!!!!!!!!!! IL NE L’EST PLUS DEPUIS DES ANNEES !
      COMME MOMO QUI A REVé DE JERUSALEM

      DU FANTASME !!!!!!!!!!!!!!!!

    4. roland

      « L’autorité palestinienne » c’est de la blague, c’est le hamas parti terroriste qui dirige, Mahmoudh est une vieille potiche élue à vie afin de palper les aides. Arrêtons les Européens à payer ces terroristes…;

    5. Armand Maruani

      Rappel du massacre de Maalot :

      Historique…
      Le massacre de Ma’alot fut un acte terroriste, des plus terribles et que la mémoire israélienne n’est pas prête d’oublier. Des terroristes palestiniens prirent pour cible l’école de la ville de Ma’alot (en Haute Galilée) Le matin du 15 mai 1974, un groupe de terroristes de l’organisation de Narif Hawatmé entra en Israël par la frontière libanaise. En arrivant dans la ville de Ma’alot, ils blessèrent un employé de nettoyage qu’ils croisèrent, puis forcèrent la porte d’un des appartements de la ville, et tuèrent le père, la mère et le fils de la même famille.

      A 4 heures du matin ils prirent l’école « Nativ Méïr » où il y avait 105 élèves et dix enseignants, résidents de Safed, présents dans le cadre d’une excursion d’adolescents qui faisaient une préparation militaire.
      Quelques uns de ceux qui étaient dans l’école, – parmi eux quelques enseignants et le responsable de l’excursion qui, plus tard, seront interrogés sur cette fuite – réussirent à s’enfuir. Quant aux autres, ils furent pris en otages. Les terroristes laissèrent toutefois partir une jeune fille pour qu’elle transmette leurs exigences, qui comprenaient, parmi d’autres choses, la libération de 26 terroristes emprisonnés en Israël.

      Les forces de la sécurité encerclèrent l’école et entamèrent des négociations avec les terroristes, tout en se préparant parallèlement à libérer les otages par la force. Les négociations durèrent de longues heures, pendant lesquelles quelques coups de feu furent tirés et un soldat de Tsahal tué. Finalement un groupe d’élite de l’armée israélienne fonça dans l’école, causant de lourdes pertes parmis les preneurs d’otages mais ces derniers avaient deja massacrés 21 enfants et 3 adultes. Dans l’assaut, 68 otages et soldats furent blessés.

    6. Pinhas

      abbas sait à quoi s’en tenir désormais .

      Trump lui a bien passé le message .

      Que ce criminel de abbas se le tienne pour dit .

      A mon avis il doit fulminer ces nazimuz .

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *