toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Lettre ouverte de 15 rédactions : « Monsieur le président, il n’appartient pas à l’Elysée de choisir les journalistes »


Lettre ouverte de 15 rédactions : « Monsieur le président, il n’appartient pas à l’Elysée de choisir les journalistes »

Une quinzaine de rédactions, dont « Le Monde », signent une lettre ouverte au président de la République afin de lui « transmettre nos inquiétudes quant à l’organisation de la communication présidentielle ».

LETTRE OUVERTE. Vous effectuez demain votre premier déplacement de chef d’Etat au Mali. Avant votre décollage, nous souhaitons voustransmettre nos inquiétudes quant à l’organisation de la communication présidentielle qui est en train de se mettre en place depuis votre entrée en fonction.

Pour des raisons de place ou de sécurité, nous comprenons la nécessité de constituer des pools de journalistes – parfois, et à condition que toutes les rédactions y aient accès selon un roulement établi. En revanche, il n’appartient en aucun cas à l’Elysée de choisir ceux d’entre nous qui ont le droit ou non de couvrir un déplacement, quel qu’en soit le thème (défense, diplomatie, économie, éducation, social…). Ce n’est pas au président de la République, ou à ses services, de décider du fonctionnement interne des rédactions, du choix de leurs traitements et de leurs regards. Ce choix relève des directions des rédactions et des journalistes qui la composent, qu’ils soient permanents ou pigistes, JRI ou reporters, photographes ou dessinateurs.

Aucun de vos prédécesseurs ne s’est prêté à ce genre de système, au nom du respect de la liberté de la presse. Alors que la défiance pèse de plus en plus sur l’information, choisir celui ou celle qui rendra compte de vos déplacements ajoute à la confusion entre communication et journalisme, et nuit à la démocratie.

Signataires :

Les sociétés des journalistes de l’AFP, BFM TV, Europe 1, Le Figaro, France Info, France Inter, Libération, les JT de M6, Mediapart, Le Monde, Le Parisien, Le Point, RFI, RMC, Télérama, TF1

Jean-Philippe Baille, directeur de la rédaction de RTL

Christophe Deloire, secrétaire général de Reporters sans frontières

Guillaume Dubois, directeur de L’Express

Johan Hufnagel, directeur des éditions de Libération

Laurent Joffrin, directeur de la publication de Libération

Luc Bronner, directeur de la rédaction du Monde

Frédéric Barreyre, directeur de la rédaction de France Culture

Nassira El Moaddem, directrice du Bondy Blog

Michel Field, directeur de l’information de France Télévisions

Jean-Marc Four, directeur de la rédaction de France Inter

Eric Kervellec, directeur de la rédaction de France Info

Edwy Plenel, directeur de Mediapart

Source





Articles reliés


Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 3 thoughts on “Lettre ouverte de 15 rédactions : « Monsieur le président, il n’appartient pas à l’Elysée de choisir les journalistes »

    1. Malcolm Ode

      Merveilleux!

      Tous les signataires de cette lettre ont oeuvrer à faire élire Macron comme s’il appartenait à la presse de choisir un Président.

    2. Tizi Aviv Tel Ouzou

      Ah ah ah ah, les merdias méritent bien ce qui leur arrive. La créature du Dr Infokenstein commence à se retourner contre son créateur fou…. La dictature ne vient pas de là où on l’attendait. A force de diaboliser les autres, on s’endiabilise soit même. Ça promet…

    3. RHODODENDRON

      Ces gens ne sont pas des journalistes mais des propagandistes… Ils ont voulu macron, ils l’on eu maintenant qu’ils boivent leur vin amer jusqu’à la lie et qu’ils la ferment une bonne fois pour toute.
      Ils n’ont que ce qu’ils méritent et je souhaite que tous ces misérables cloportes
      paient au prix fort leur traîtrise envers le peuple.
      Et s’ils ne sont pas contents qu’ils aillent se faire pendre ailleurs : il y a 57 jolis pays aussi démocrates qu’eux qui les attendent cimeterres en mains.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *