toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

L’AP aurait versé en 4 ans plus d’un milliard d’euros aux terroristes emprisonnées


L’AP aurait versé en 4 ans plus d’un milliard d’euros aux terroristes emprisonnées

Au cours des 4 dernières années, l’autorité « palestinienne » a versé environ 1 milliard d’euros, selon un responsable des renseignements israéliens.

Le général Yossi Kuperwasser, ancien directeur général du ministère des Affaires stratégiques et ex-chef de la division des renseignements et de la recherche de l’armée israélienne, a déclaré lundi à la Knesset que les paiements et autres avantages accordés aux auteurs d’attaques emprisonnés par Israël sont de l’ordre de 4 milliard de shekels, soit 1 milliard d’euros environ. Le montant est déterminé sur la base de la durée des peine de prison purgées par les terroristes: en clair, plus c’est long et plus ça rapporte, devenant ainsi une aubaine financière pour des populations souvent d’origine modestes.

Beaucoup de ces fonds transitent via le fond national « palestinien ». Créé en 1964, dans le but de servir de corps pour gérer les fonds palestiniens, le PNF (« palestinian » national fund) a profondément changé: une grande partie de ses fond financent aujourd’hui le salaire des terroristes, au détriment de sa mission première et des populations. Le 16 mars 2017, le ministre israélien de la Défense, Avigdor Lieberman, a désigné le PNF comme étant une organisation terroriste. Suite à la désignation, le Coordonnateur des Activités gouvernementales dans les Territoires Major General Yoav (Poly) Mordechai a demandé de révoquer le permis VIP de Ramzi Khouri, PDG du PNF.

En effet, le PNF est devenu depuis 2014 le principal bailleur de fonds de la « commission pour les affaires des prisonniers », après que la communauté internationale ai critiqué les activité du ministère des affaires des prisonniers de l’AP: La raison était que le ministère des Affaires des prisonniers ne devrait pas allouer de l’argent de son budget pour financer le bien-être des terroristes, en tant que récompense pour la réalisation d’infractions de sécurité et aux dépens de tous les Palestiniens. C’est par la suite que l’AP a décidé de tricher en subordonnant ce ministère au PNF, et en le commuant en commission (avec le même titre). Le but de cette manœuvre est d’améliorer l’image de l’AP, et de brouiller les pistes des financements envers les terroristes: on connaît en effet assez mal les sources de financement du PNF. Mais la magouille a échoué… Depuis 2014, le PNF a transféré des paiements aux terroristes palestiniens, souvent même après que ces terroristes reçoivent des fonds des organisations terroristes avec lesquelles ils s’affilient (Hamas, Jihad Islamique, …). En outre, la commission transfère des paiements mensuels aux prisonniers libérés, parmi lesquels des assassins et des planificateurs d’attentats suicides.

Et les sommes ne sont pas négligeables pour des populations souvent modestes: Un prisonnier qui est envoyé en prison pour un maximum de deux ans recevra 1400 NIS du Fonds national de Palestine chaque mois et le montant augmente conformément à la peine de prison. Un meurtrier d’un citoyen israélien ou d’un attentat-suicide qui a été condamné à plus de 20 ans de prison, gagne 12 000 NIS par mois. Et plus la peine est longue, plus la somme est imprtante. Mais ce n’est pas tout: Les prisonniers libérés qui ont purgé cinq ans dans une prison israélienne, après avoir été impliqués dans des activités terroristes, reçoivent un salaire mensuel de 2 000 NIS du PNF. Un prisonnier purgeant plus de 30 ans de prison recevra 11 000 NIS par mois du PNF, un montant beaucoup plus élevé que le salaire palestinien moyen. En outre, les terroristes libérés qui ont commis des actes de terreur contre des citoyens israéliens innocents reçoivent un paiement unique lorsqu’ils sont libérés de prison. Ce paiement peut atteindre jusqu’à 25 000 dollars. Encore plus loin dans l’absurde, le double salaire des prisonniers affiliés à une organisation terroriste: paiement du PNF maintenu, en sus de celui de leur organisation… Par exemple, Ibrahim Ghaneemat, un opérateur du Hamas directement impliqué dans le meurtre de nombreux civils israéliens, a reçu plus d’un million de NIS depuis son arrestation en 2005, dont plus de 700 000 NIS provenaient du Fonds national palestinien, tandis que le reste venait du Hamas.

Salaire à vie des prisonniers libérés

Imaginons quelques minutes ce qui pourrait être fait de cette somme colossale: éducation, santé, financement d’infrastructures (par exemple: la centrale électrique de Gaza, ou le réseau d’eau potable dans les zones A et B). Le salaire moyen étant bas, certains se découvrent une vocation terroriste, et prennent le risque par appât du gain. Il suffit de lire les témoignages de Palestiniens arrêtés pour la deuxième fois par Israël pour illustrer le fait que le Fonds national de « palestine » – le corps de l’OLP – soutient l’activité terroriste. Ces Palestiniens ont continué leurs activités terroristes pour retourner en prison et compléter le quota minimum de cinq ans: par conséquent, ils peuvent recevoir un salaire fixe à vie en tant que prisonnier libéré. Ces tentatives pour remplir un quota minimum sont devenues un phénomène visible, qui doit être durement condamné.

Le double jeu de l’autorité « palestinienne » n’abuse plus personne, et il est désormais évident qu’ils ont bâti un système qui n’apportera pas la paix, à moins de l’abandonner. En auront-ils le courage, la grandeur? Rien n’est moins sûr, car depuis des décennies de conflit, ça n’a été de leur part que fourberie et jeu de dupe.

Source: L’AP a versé environ un milliard d’euros en 4 ans aux terroristes emprisonnés, i24 news, 29 mai 2017
The Palestine National Fund: Encouraging Terror at the Expense of Palestinians , COGAT, 20 avril 2017

© Ari pour Europe Israël
Ces goys qui défendent Israël sont toujours là





Ces goys qui défendent Israël sont toujours là



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *