toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

[Vidéo] L’assassinat d’Ilan Halimi : retour sur un déni collectif


[Vidéo] L’assassinat d’Ilan Halimi : retour sur un déni collectif

Nous publions cet article daté du 19 février 2016 qui relate un documentaire (voir la vidéo ci-dessous) concernant l’assassinat d’Ilan Halimi.

Il est de bon de se souvenir qu’à l’époque, nombreux ont été ceux qui doutait du caractère antisémite de ce meurtre particulièrement horrible.

Il ne faudrait pas que ce déni soit une nouvelle fois à l’œuvre avec l’assassinat bestial de Sarah Lucie Halimi.

Dans un tel cas, nous serions très nombreux à ne pas laisser faire.

—————————————————————————————————————-

A l’occasion des dix ans de la mort d’Ilan Halimi, France 3 diffuse un documentaire qui tente de comprendre pourquoi les acteurs n’ont pas pris en compte la dimension antisémite du rapt et du meurtre.

L’affaire avait ébranlé la France : le 13 février 2006, Ilan Halimi est retrouvé agonisant en banlieue parisienne, torturé à mort par le « gang des barbares ». A l’occasion des dix ans de sa disparition, France 3 diffuse jeudi « L’assassinat d’Ilan Halimi », un documentaire sans pathos ni dogmatisme, qui met en lumière les erreurs d’appréciation des enquêteurs chargés de l’affaire. Avec l’apaisement et la rigueur que seul le temps rend possibles, le réalisateur Ben Izaak revient sur la mise en échec des forces d’élite de la police par le gang des barbares, mené par Youssouf Fofana, un homme de 25 ans aux préjugés antisémites tenaces.

Des enquêteurs qui optent pour la stratégie du silence. Ce soir-là, le jeune homme de 23 ans dîne chez sa mère, comme tous les vendredis. Il honore ensuite son premier rendez-vous avec Yalda, une jeune femme rencontrée boulevard Voltaire, dans la boutique de téléphonie où il travaille. Après avoir pris un verre avec elle, il accepte de la suivre dans son studio de la banlieue sud de Paris. Arrivé à destination, Ilan Halimi est extirpé de sa voiture par des individus qui le rouent de coups, l’assomment et le jettent dans le coffre d’un 4X4.

Le lendemain, Youssouf Fofana adresse un mail à la famille Halimi dans lequel il réclame 450.000 euros en échange la libération d’Ilan Halimi. La famille prévient alors la police, et la brigade criminelle, l’unité d’élite de la police judiciaire de Paris, se saisit de l’enquête. S’en suivent de longues heures d’angoisse, d’incertitudes et d’espoirs déçus pour la famille de la victime.

Car pendant trois semaines, le gang des barbares va mettre en échec l’élite de la police française, qui a opté pour la stratégie du silence, en conseillant aux proches d’Ilan Halimi de ne pas ébruiter l’affaire, en décidant de ne pas diffuser de portrait-robot de Youssouf Fofana, et en conseillant à la famille de ne pas payer de rançon.

Surtout, les enquêteurs ont négligé le caractère antisémite de l’affaire au profit de la piste crapuleuse.

Des prévenus lors du procès d'Ilan Halimi

 

« Ma mère a dit à la police : ‘je vous dis qu’Ilan est juif et que c’est pour ça qu’il est dans cette situation aujourd’hui’. Elle l’a dit fermement. Mais la police répondait : ‘non, c’est juste crapuleux, ils cherchent simplement de l’argent' », résume Yael, la sœur d’Ilan Halimi, visage dans la pénombre.

Une erreur d’appréciation que reconnaît le commandant de police Mario Menara, qui regrette amèrement, encore aujourd’hui, de ne pas avoir pu sauver le jeune homme. « C’est la première personne enlevée que l’on n’a pas retrouvée vivante. Bien sûr que c’est un échec », lâche-t-il, visage flouté. Un échec qui a conduit à la mort d’Ilan Halimi, retrouvé agonisant près d’une voie de RER dans l’Essonne, et dont la mère a été informée en lisant le journal 20 Minutes.

« D’abord on l’a douché, parce que l’on ne voulait pas qu’il y ait de traces d’ADN, puis on l’a tondu, puis on l’a tué. Après l’avoir tué, on l’a brûlé. Le processus de la mort d’Ilan Halimi ne peut que renvoyer à la mémoire juive qui est celle de l’exécution des juifs. Le processus de la mort d’Halimi est un processus bouleversant », rappelle Me Francis Szpiner.

Cette piste antisémite, il l’a défendue lors du procès du « gang des barbares », composé d’une vingtaine d’individus, dont la plupart ont été remis en liberté. Car même lors du procès, la question se pose de savoir si l’antisémitisme repose sur le fait de tenter d’extorquer une rançon à la famille Halimi, supposément riche car de confession juive.

« Comme si c’était l’un ou l’autre l’antisémitisme ou le crime crapuleux. Mais l’antisémitisme revêt une dimension intrinsèquement crapuleuse », résume le philosophe Adrien Barrot.

Dix ans après la mort d’Ilan Halimi, ce documentaire rétablit l’aspect antisémite de ce crime. La meilleure façon de rendre hommage au jeune homme.

Cécile Bouanchaud

Source (Article complet)







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 4 thoughts on “[Vidéo] L’assassinat d’Ilan Halimi : retour sur un déni collectif

    1. Corto

      Sur l’un des sites partenaire « d’Europe-Israël » un des rédacteurs du site « les observateurs » à écrit ce qui suit :

      « Posté par Christian Hofer le 17 avril 2017 à 10h27
      AmRay,

      Juste pour rire, quel pourcentage de la diaspora juive pour l’ensemble de la population il y a 2500 ans? Il faut arrêter de prendre les gens pour des idiots à un moment donné.

      Ou alors il suffit d’avoir un groupe de quelques milliers de personnes pour prétendre être propriétaire d’un pays entier. Très joli sophisme, vraiment! Spécifiquement en sachant que cette religion n’est pas facile d’accès, ni de conversion.

      L’Europe est un bastion chrétien, ne vous en déplaise. Les chrétiens d’Orient attendent justement notre protection. Lorsque les islamistes visent l’Europe, ils traitent les Européens de Croisés, jamais de Juifs. Vous avez une culture pour le moins parcellaire du problème. »

    2. Alan

      @Corto , vous oubliez aussi qu’elle veut supprimer les retraites aux personnes qui vivent à l’étranger….

    3. LeClairvoyant

      C’est une horreur que l’antisémitisme musulman. Ils ont été chercher un juif, pour lui extorquer de l’argent, mais comme ils ont compliqué l’affaire les ravisseurs, et pas Halimi, sa famille ou la police, se sont vengé sur le juif en le tuant, alors, ne l’ont pas tué pour de l’argent, l’ont tué parce que juif. C’est un crime raciste de la culture musulmane, qui propage la haine aux juifs, à Paris ou ailleurs dans le monde.
      Ilan Halimi n’était coupable de rien contre la communauté musulmane.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *