toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Soutien à Monsieur Philippe Markiewicz : « Honnête Iago »… « Honnêtes Defraigne & Cie » !


Soutien à Monsieur Philippe Markiewicz :  « Honnête Iago »… « Honnêtes Defraigne & Cie » !

OPINION

Emoi dans l’establishment gauchiste supposé représenter (sans aucun mandat électoral pour ce faire) la communauté juive francophone du Plat Pays : Monsieur Philippe Markiewicz, ancien président du Comité de Coordination des Organisations Juive de Belgique (dont je n’avais pas manqué, à l’époque, de fustiger le modérantisme et l’immobilisme lors de ce mandat) et actuel président du Consistoire de Belgique, a osé mettre le nez des parlementaires wallons dans leurs excréments antisémites, à l’occasion d’une audition visant à interdire (le 5 mai, après la Flandre) l’abattage sans étourdissement !

Oh ! Il l’a fait avec politesse, se contentant d’un rappel historique enjoignant les députés wallons de ne pas « poser le même acte » que l’occupant nazi qui, en 1940, s’en était pris à l’abattage rituel pratiqué par les Juifs. « La dernière fois qu’on a voulu porter atteinte à l’abattage rituel, c’était en octobre 1940, sous l’occupant nazi, car ils savaient combien c’était important pour les juifs. Même si nous vivons dans une démocratie éclairée, je vous invite à ne pas poser le même acte ». C’en était trop pour nos députés wallons qui – en pleine digestion de leurs toasts au caviar (extrait en ouvrant, à vif, le ventre d’un esturgeon en gestation), leurs pattes de grenouilles (arrachées à l’animal quand il est vivant), de leur cuissot de biche (abattue de plusieurs balles et livrée par un « chasseur sportif » de leur confrérie) et/ou, pour les plus exotiques, du plat de « choesels (testicules de taureau) au madère » (rapportés en souvenir de leur dernier spectacle de corrida en Espagne) – n’ont pas supporté que l’on mette en doute la sincérité de leur croisade « contre la souffrance animale » et que l’on y trouve un discret relent antisémite dégageant un fumet faisant plus penser à la « cuisine du diable » teutonne qu’à une odeur de sainteté !

Les cris d’indignation des élus de la nation – dignes de ceux des homards de Nouvel An, cuits vivants, à feu doux, dans leurs repas de Réveillon – ont, bien entendu, trouvé échos chez les Juifs de (basse-)cour dont les piaillements ont exigé que le « fautif » exprime publiquement son « méat poulpa » (entendez par là qu’un membre de l’establishment communautaire juif de Belgique ne peut s’ériger en mensch et se doit d’être aussi flexible que les bras de la pieuvre communautaire socialo-communiste créée par le Centre Communautaire et Laïc Juif).

Pourtant, en soulevant cette comparaison historique, Philippe Markiewicz avait raison car les lois adoptées – le 21avril 1933 – par les nazis pour « réglementer l’abattage rituel » avaient aussi pour excuse hypocrite d’en finir avec « ce supplice », instaurant en préambule que « l’écrasante majorité du peuple allemand a depuis longtemps condamné la mise à mort sans anesthésie, une pratique universelle chez les juifs (…) contraire aux sensibilités évoluées de notre société » (Comparez avec les propos de Christine Defraigne, membres du MR, co-auteure de la proposition de décret et, par ailleurs, présidente du Sénat belge : « Notre but n’est pas d’interdire l’abattage rituel, c’est de limiter la souffrance animale. » ; ou encoreceux de Henri Gutman, président du CCLJ, « Nous demandons aux autorités religieuses juives d’actualiser la halakha pour que l’objectif de minimisation de la souffrance animale soit maintenu. Cette « loi juive » est faite pour être adaptée (…) Le principe même d’un Etat laïque veut que ses lois prévalent sur toutes autres et s’imposent à tous. La laïcité permet et garantit la liberté de culte, mais elle ne se soumet pas si ses valeurs s’opposent à certaines pratiques religieuses ancestrales. »)

Or, outre le fait que, scientifiquement parlant, personne à ce jour n’a pu donner de preuve tangible que la bête souffre plus dans un cas que dans l’autre et que, selon Jean-Marc Guérit, neuropsychiatre régulièrement consulté comme expert scientifique, « L’exigence d’un étourdissement préalable à l’égorgement d’un animal ne repose sur aucune évidence scientifique. Des enregistrements de l’électro-encéphalogramme (EEG) réalisés chez des animaux ou chez des humains soumis à des arrêts circulatoires contrôlés lors d’interventions chirurgicales montrent effectivement qu’endéans les 30 secondes, l’EEG est devenu plat, ce qui implique que les circuits cérébraux nécessaires à la perception de la douleur ont cessé de fonctionner. On dispose de beaucoup moins de données à propos des réactions du cerveau lors d’étourdissements si ce n’est qu’il est certain que l’EEG n’est pas plat et que rien ne permet donc d’affirmer que les centres cérébraux de la douleur ont cessé de fonctionner. Il est d’ailleurs connu qu’une stimulation douloureuse vigoureuse peut réveiller quelqu’un qui a perdu connaissance suite à une commotion cérébrale, ce qui implique avec le plus haut degré de vraisemblance que le cerveau d’un sujet en apparence « inconscient », parce que commotionné perçoit toujours la douleur. Donc, non seulement il n’y a aucune preuve scientifique que l’étourdissement préalable à l’égorgement diminue la douleur de l’animal, mais on peut craindre, au contraire, qu’il augmente sa souffrance. Cet étourdissement devrait donc être proscrit », on s’aperçoit – à l’étude de la Halakha (loi religieuse juive) – que tout est prévu pour amoindrir, dans l’abattage rituel juif, la souffrance de la bête (Voir, à ce propos : https://fr.wikipedia.org/wiki/Shehita ).

Prenons ainsi, d’abord, l’exemple d’une personne se coupant en se rasant : la douleur n’est pas immédiate et, dans le cas qui nous intéresse, on peut supposer que – si la jugulation est bien faite – l’animal se vide immédiatement de son sang et ne ressent pratiquement pas la douleur. Le couteau spécial pour ce faire doit être aussi coupant qu’un rasoir, sans une seule ébréchure et être vérifié avant chaque abattage. Le Sho’het (abatteur rituel) doit actuellement étudier plusieurs années afin de connaître parfaitement l’anatomie et la morphologie de la bête (afin, entre autres, de ne pas « viser à côté ») et ne peut exercer si ses mains tremblent ou s’il est en état d’ébriété. Les nombreux prescrits empêchent également de tuer les animaux les uns à la suite des autres, évitant par là que la bête suivante voie la mise à mort de la précédente. Par contre, lors de « l’étourdissement électrique préalable », celui-ci est donné à la chaîne et sans aucune précision et fait plus souffrir l’animal (Avez-vous déjà reçu une décharge électrique et cela vous a-t-il laissé un excellent souvenir ?) que l’abattage rituel juif !

J’entends cependant d’ici plusieurs voix comparant l’abattage rituel juif et l’égorgement rituel musulman ! Cependant – Grosse différence ! – dans l’islam, n’importe quel quidam ne connaissant rien à la bête, ni même aux techniques de jugulation, peut acter par lui-même et même dans sa baignoire ou dans sa cave. Cela aboutit inévitablement à la boucherie immonde que tout-un-chacun peut constater, notamment, lors de la fête de l’Aïd El Kébir (où même des enfants sont instruits rapidement par leur père du vade mecum « Le petit égorgeur pour les nuls »). DAESH n’ayant, jusqu’à présent, publié sur ses sites que la façon d’égorger les humains, contre cette lacune et cette ignorance crasse là du « bien-être animal », il serait peut-être bon que les chefs du troupeau de moutons que nous sommes censés être – ceux qui bêlent régulièrement « Pasdamalgame ! » quand il s’agit d’un islamiste qui égorge un chrétien, un yazédi ou un Juif – n’en fassent pas un énorme en se disant que judaïsme et islam sont comparables, interdisant dans un même lot les pratiques des deux !

© Yéh’ezkel BEN AVRAHAM





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



    Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

    Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


    Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 2 thoughts on “Soutien à Monsieur Philippe Markiewicz : « Honnête Iago »… « Honnêtes Defraigne & Cie » !

    1. Richard C.

      Pas d’accord! Laissons les boulangers cuire leurs pain les cuisinier cuisiner et les bouchers travailler
      La religion doit rester dans les temples et le pentateuque fermé dans les livres;
      L’achaïsme cruel jette l’oprobe sur les croyants; évoluons!

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *