toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

La Turquie face à l’Europe : guerre frontale ou terrorisme islamique?


La Turquie face à l’Europe : guerre frontale ou terrorisme islamique?

La Turquie vient de passer la ligne rouge sortant ce pays des nations démocratiques. Que doit-on attendre d’une nation sous un régime autoritaire?

Après plusieurs décennies de négociations pour intégrer l’Europe, la Turquie déroge aujourd’hui aux conditions indispensables pour intégrer le continent juridique européen et devenir le pont entre l’Europe et l’Afrique, l’Europe et l’Asie, la chrétienté et l’Islam.

La tête de Turc

La Turquie, bénéficiaire de plusieurs centaines de millions de dollars en prêt par l’Union Européenne et les banques américaines, va devoir à présent rendre des comptes puisque son statut n’est plus celui d’un futur membre mais celui d’un partenaire en éloignement. La confiance est donc affaiblie entre l’Occident et le régime d’Erdogan. Erdogan souhaite d’ici les semaines à venir soumettre au référendum la question de l’intégration à l’Union Européenne. Si la réponse s’avérait positive, les négociations reprendraient alors leur cours avec les préalables que l’on connait: reconnaissance du génocide arménien et respect de l’opposition au pouvoir comme minimum. Ces deux préalables sont insupportables pour Erdogan dictateur nouveau.
Si la réponse au référendum était négative, Erdogan aurait alors toutes les libertés pour rompre ses engagements et menacer l’Europe d’une invasion de migrants. En effet, parmi les accords euro-turcs, il y a notamment « la garantie » donnée par Erdogan de retenir les masses migrantes venues d’Afrique et de Syrie contre financement. On a vu que ces 3 dernières années n’ont pas été probantes en terme de maîtrises des flux.  La Turquie ayant même équipé les migrants pour leur garantir une traversée « confortable » et l’arrivée à bon port. Le fils d’Erdogan a été reconnu comme bénéficiaire des transactions pétrolières en provenance des territoires sous controle de l’Etat Islamique.
La Turquie n’a jamais été autre qu’un allié économique.

L’islam politique s’affaiblira au profit de l’islam jihadiste

Depuis de nombreuses années, la Turquie utilise sa place au sein des institutions européennes pour occuper l’Ordre du Jour des commissions et organisations diverses sur le thème récurrent de l’islamophobie des européens. L’Europe avait accueillie dès 2003 la Turquie comme futur membre et lui avait donné accès à toutes les espaces de réflexions des élus et fonctionnaires européens. Spécialiste du double discours, la Turquie participait activement au financement d’espaces 100 % turcs en Allemagne, en France ou en Belgique. Des résidences où de l’imam jusqu’au supermarché, étaient en langue turque. Ainsi le gouvernement Turc d’Erdogan a dépensé des sommes considérables dans la réislamisation du pays et dans la conquête de l’Europe par des points de colonisation. Cette stratégie est exactement celle édictée par l’OCI (Organisation de la Coopération Islamique) qui annonce dans ses statuts le désire de coloniser et d’islamiser l’Europe.
La Turquie était donc l’ cheval de Troie de l’Islam en Europe et acteur majeur des Frères Musulmans – essentiellement en Allemagne. La France étant sous influence Algérienne, Qatari et Saoudienne.

Il y a donc de fortes chances qu’Erdogan retire ses billes politiques des institutions européennes et renforce ses liens avec le terrorisme jihadiste en provenance de l’Etat Islamique. Les bases américaines présentes en Turquie sont actuellement sous pression et ne devraient pas tarder à connaitre une série d’attentat sous le regard complaisant du nouveau Kalif Ottoman.

Israël et la Turquie

Le rapprochement entre Erdogan et Poutine est fragile car Erdogan est engagé dans le camp sunnite. Pourtant la Turquie travaille au rapprochement avec l’Iran ce qui est l’objectif avoué du bout des lèvres, de l’OCI (Frères Musulmans). Le but d’ici quelques années est d’affaiblir par le terrorisme et l’islamisation la domination occidentale sur son propre territoire mais aussi à l’étranger par le triple effet de l’immigration, de l’islamisation et du chantage anti-raciste.
Israël étant le sujet de pression international pour maintenir les intérêts pétroliers et économiques des vieux empires coloniaux devenir partenaires-dépendants des pays musulmans.
Si les relations Turco-israeliennes se sont réchauffées, elles ne sont en rien la base d’une relation saine. L’affaire de la Flottille en est la preuve.

Axel Rehouv pour europe-israel.org





Journaliste franco-israélien spécialisé dans la psychologie et la communication politique depuis 2003.



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • One thought on “La Turquie face à l’Europe : guerre frontale ou terrorisme islamique?

    1. sergei

      L’Europe est foutue ne vous en déplaise car ses citoyens ne jouent pas le même jeu face au danger qui les guettent. Tant qu’a S’ÉCRASER
      devant les turcs faut bien que cela se fasse en toute civilité…

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *