toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Grève de la faim des prisonniers « palestiniens »: une abjecte récupération politique


Grève de la faim des prisonniers « palestiniens »: une abjecte récupération politique

Une fois encore, les prisonniers « palestiniens » se sont mis en grève de la faim, et une fois encore, la gauche française se prostitue en espérant récupérer le vote musulman.

 

La menace « palestinienne » de grève de la faim, dont nous vous parlions il y a quelques temps,  était avérée: à l’occasion de la journée des prisonniers, instituée par Marwan Barghouti, un leader du Fatah (groupe terroriste et parti politique de Mahmoud Abbas), est l’occasion de grèves de la faim, de protestations, et de calomnies fallacieuses contre Israël. Les prisonniers, arrêtés pour des faits de terrorisme ou en lien avec une entreprise terroriste, entendent protester contre les conditions de leur emprisonnement: parmi leurs exigences (spécifiées par Barghouti dans une tribune envoyée au NY Times),  notamment la fin de l’isolement (nécessaire dans bien des cas, vu la dangerosité de certains détenus), l’augmentation de la fréquence des visites des familles et l’installation de téléphones publics dans chaque aile des prisons, comme c’est le cas pour les prisonniers de droit commun! Il est vrai qu’être en prison, c’est tout de même vachement moins pratique pour aller égorger des familles innocentes…

« Il s’agit de terroristes et d’assassins enfermés qui reçoivent ce qu’ils méritent et nous n’avons pas de raisons de négocier avec eux »,  Guilad Erdan, ministre israélien de la sécurité intérieure.

Cette grève de la faim est reprise dans tous les journaux, complices de la curée: notamment Le Parisien, Le Figaro, Le Monde, l’ExpressRFI, ou l’Humanité, relayant le discours arabe comme une source certaine et avérée, alors qu’on connaît leur penchant immodéré pour la taqyia et la calomnie. Ainsi, les dires d’un terroriste patenté (Barghouti) sont mis au même niveau que les déclarations officielles d’un état souverain (Israël), qui se défend depuis 70 ans face au terrorisme arabe. Guère étonnant si l’on comprend que le correspondant de l’AFP sur place est un membre du Fatah

 

Mais franchissons une autre étape dans l’abjection: l’extrême gauche, par la voix de son candidat à l’élection présidentielle Philippe Poutou (relayée par différents « sites miroirs » comme tendanceclaire ou revolutionpermanente) , apporte son soutien à ce mouvement de pleurn… protestation, et en profite pour en remettre une couche sur Israël:

« Nous apportons tout notre soutien aux 7000 prisonniers palestiniens, victimes de l’arbitraire de l’administration coloniale israélienne, et détenus dans des conditions contraires à toutes les conventions internationales. Nous tenons, au-delà de la solidarité avec les prisonniers politiques, à exprimer notre soutien au peuple palestinien en lutte contre l’occupation, la colonisation et les discriminations, face au gouvernement d’extrême-droite de Netanyahou qui leur mène une guerre sans merci », Philippe Poutou, candidat du NPA à l’élection présidentielle.

Une fois encore, l’extrême gauche montre son visage le plus vil: quand ce n’est pas Mélenchon qui stigmatise les juifs de France ou fait siffler Israël à son dernier meeting, c’est Poutou qui se prend pour un chevalier blanc, en attisant la haine et le ressentiment, mais surtout en instrumentalisant un conflit qui les dépasse et auquel ils semblent ne pas comprendre grand chose. Quand il s’agit defaire le spectacle faces aux autres candidats, ils sont éloquents. Quand il s’agit de se montrer mesuré et circonspect, en prenant garde à la propagande et la désinformation, les plus prompts à foncer dans le panneau sont encore ceux qui ont le plus à gagner: que serait aujourd’hui l’extrême gauche si elle n’allait pas régulièrement se prostituer en instrumentalisant Israël? Encore moins qu’aujourd’hui, où ses scores sont aussi abyssaux que les puits des mines où elle avait, il y a quelques décennies, encore une pêche d’enfer. Les temps ont changé, et tel une vieille courtisane il ne reste plus à cette frange extrême que ses souvenirs de gloriole passée.

Sources: revue de presse française, NPA, NY Times, Infoéquitable

 

© Ari pour Europe Israël
Ces goys qui défendent Israël sont toujours là 😉





Ces goys qui défendent Israël sont toujours là



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 2 thoughts on “Grève de la faim des prisonniers « palestiniens »: une abjecte récupération politique

    1. michel boissonneault

      bravo et j’encourage ce type d’initiative + cette initiative peux êtres appliquer a gaza et en cisjordanie

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *