toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Dupont-Aignan dévoile en direct des SMS du patron du Figaro qui lui a demandé de se retirer


Dupont-Aignan dévoile en direct des SMS du patron du Figaro qui lui a demandé de se retirer

.

Nicolas Dupont-Aignan, candidat Debout la France, a affirmé que Serge Dassault, soutien de François Fillon, lui avait demandé de se retirer de la présidentielle, en échange d’une levée de «censure» dans le quotidien Le Figaro qu’il possède.

«J’ai parlé de pressions insupportables pour m’inciter à renoncer à ma candidature parce que je devrais renoncer à mes convictions […]. Est-ce que je peux vous lire ce que m’a envoyé un grand patron de presse français industriel au service d’un candidat ?», a lancé le député de l’Essonne, Nicolas Dupont-Aignan, lors de l’émission Quinze minutes pour convaincre sur France 2.

Interrogé par l’AFP, Nicolas Dupont-Aignan a affirmé que c’était Serge Dassault qu’il accusait d’être l’auteur de ces SMS.

Sur France 2, il a lu ces SMS. «Le boycott de mon journal n’est que la conséquence de ton attitude contre Fillon et ce n’est pas en restant dans ton coin que tu y arriveras mais en étant dans une équipe gouvernementale», a-t-il commencé à citer, commentant : «Je me plaignais du boycott de son journal».

«Il vaut mieux manger une soupe que du pain rassis», a-t-il poursuivi.

Nicolas Dupont-Aignan a également précisé qu’il était «scandalisé». «J’en ai assez de cette démocratie d’opérette !», a conclu le candidat.

Le maire de Yerres avait auparavant critiqué les médias «détenus par des puissances d’argent, les inégalités de temps de parole», lui qui avait quitté le plateau de TF1 en mars pour dénoncer sa non-invitation lors d’un débat à cinq candidats.

«Est-ce que vous croyez que Macron aurait eu toutes ces couvertures de magazine pendant des mois s’il ne servait pas des intérêts ? Tous les Français ont compris qu’il y avait un candidat chouchou !», a-t-il encore accusé.

Le 18 avril sur France Info, Nicolas Dupont-Aignan avait déjà cité la phrase sur la soupe et le pain rassis.

«C’est aimable pour un élu de la République ! J’ai rompu avec ces gens-là il y a dix ans», avait-il déclaré, faisant référence à son départ de l’UMP début 2007.

 





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



    Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

    Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


    Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 5 thoughts on “Dupont-Aignan dévoile en direct des SMS du patron du Figaro qui lui a demandé de se retirer

    1. Jacques B.

      Serge Dassault, d’une famille d’origine juive convertie au catholicisme (selon Wikipedia), patron d’un journal qui ne cesse de cracher sur Israël.

      J’ai beau apprécier moyennement NDA, il faut reconnaître que le censurer purement et simplement parce qu’il critique Fillon est vraiment petit, et même antidémocratique.

    2. alauda

      Dupont-Geignant passe la moitié de son temps de parole à se plaindre des uns et des autres. Il est lourd.

    3. Sara

      Il a de bonnes idées mais aucune chance d’accéder au second tour.
         
      Par contre il fera perdre des voix à Fillon, seul candidat à mon avis, qui peut empêcher que le candidat poussé à fond par les médias dominants soit élu. Et si ce dernier passe, il en sera en partie la raison.
         
      Pourquoi fait-il cela ? Par orgueil ? Pour obtenir quelques subsides selon le nombre de votes pour lui, alors qu’il n’en a pas réellement l’utilité ?

    4. alauda

      Le cavalier seul passe le chapeau pour «finir de payer» sa campagne (300 000 euros) !!! Si une petite moitié de ses électeurs s’était reportée sur le candidat de droite, on saurait pour qui voter au second tour.
      C’est vraiment un clown triste.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *