toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Des salafistes exercent des pressions dans les quartiers sur des résidents notamment les femmes


Des salafistes exercent des pressions dans les quartiers sur des résidents notamment les femmes

La Direction centrale de la sécurité publique alerte sur «le développement de l’emprise religieuse dans les quartiers».

« RÉGULIÈREMENT sont rapportées des pressions exercées dans les quartiers sur des résidents par des salafistes. » Une note de la Direction centrale de la sécurité publique (DSCP), dont Le Figaro a eu connaissance, alerte sur « le développement de l’emprise religieuse dans les quartiers ». Ce document daté de la fin de l’année 2016 porte sur « l’ambiance dans les quartiers sensibles (hors Paris et petite couronne) ».

Ses rédacteurs pointent les « méthodes utilisées, par les salafistes notamment », évoquant « de véritables stratégies locales ». Et la police de souligner les « pressions exercées sur les familles et notamment les femmes », mais aussi « le contrôle de l’offre commerciale en passant par la “conquête” des instances de représentation des quartiers ».

Autre mise en garde : « Dans le cadre du dispositif de prévention de la radicalisation, plusieurs personnes suivies par le service ont décidé de quitter leur logement pour s’installer dans les quartiers sensibles, “pour y vivre leur religion en toute tranquillité” », révèlent les analystes de la DCSP. L’opacité de certains quartiers offre ainsi la meilleure des protections contre le regard inquisiteur de l’État.

Ce n’est plus seulement une affaire de mosquées. En France, le ministère de l’Intérieur a décidé depuis longtemps de resserrer le contrôle sur la centaine de lieux de culte susceptibles d’être perméables aux thèses rigoristes de cet « islam des origines ». Ils représentent environ 5 % des 2 500 lieux de prière répertoriés dans l’Hexagone. Pour une mouvance de purs et durs estimée entre 20 000 et 40 000 croyants.

Mais ces dernières années, le salafisme s’est insinué dans la vie économique et sociale des quartiers, avec une incroyable vivacité. Même dans une ville paisible comme Montluçon (Allier), on évoque un « climat changeant ». « Je ne sais pas si c’est du salafisme, mais je constate depuis peu que le communautarisme gagne du terrain en ville. Les commerces sont rachetés un à un, et une ambiance délétère s’installe, qui pousse les riverains à partir et à céder leurs biens, rachetés à vil prix. C’est un vrai système qui s’est mis en place », déplore le maire LR de la ville, Daniel Dugléry.

La « conquête » des instances de quartier par les salafistes évoquerait presque, quant à elle, les techniques d’entrisme de la gauche révolutionnaire. À Aulnay-sous-Bois, par exemple, un « fiché S » – individu faisant l’objet d’une mise en attention des services de renseignements – a récemment

réussi à se faire élire président de l’association des locataires de sa cité.

« Il a fait un superbe lobbying et personne ne se doutait de rien. Alors qu’il est parti en Syrie et qu’il s’est illustré à plusieurs reprises dans des faits de violence qui lui ont valu un contrôle judiciaire qu’il n’a même pas respecté », confie un officier de police. Le fonctionnaire l’assure : « Il y a d’autres cas, notamment dans la ville de Saint-Denis. » On comprend mieux l’enjeu pour les élus d’obtenir un minimum d’informations de l’État sur les « fichés S » dans leur commune…

Source







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 4 thoughts on “Des salafistes exercent des pressions dans les quartiers sur des résidents notamment les femmes

    1. c.i.a.

      Comme au Québec, la racaille à le vent dans les voiles, mais l’ europe est le précurseur, de cette déchéance ou descente aux enfers de l’islam!, notre gauche de m##de, comme celle de la France aveugle, complice et stupidement criminel,pauvre de nous!

    2. Claire

      Il n’y a pas que les salafistes qui imposent la charia dans certains quartiers, des musulmans dits modérés se plient parfaitement aussi à cette charia et l’imposent aux femmes, même non musulmanes. Quand on voit que certains cafés sont de facto interdits aux femmes, cela en dit long sur le degré de gangrène islamique qui règne dans ces quartiers. Et essayez d’aller manger un sandwich dans la rue lors du ramadan!
      Sous prétexte de respect des fameux « droits de l’homme », la France , pays de l’amour courtois et des troubadours lors de notre moyen-âge, devient un pays où l’on ne respecte plus les femmes ni leur liberté et où, à cause de l’islamo-gauchisme, l’antisémitisme d’origine musulmane se répand. Tout cela est impuni, ce qui est honteux.
      Nous sommes en train de virer à une dictature de plus en plus évidente, avec la complicité de la plupart de nos dirigeants et de leur idéologie mortifère.

    3. danielle

      travaillant sur les marchés dont certains à forte concentration immigrée à l’epoque ….un musulman me dit un jour(il y a 30 ans!!!) que je devrais essayer de mettre un foulard sur les cheveux …..je lui ai repondu que Jesus avait dit :si ton œil est une occasion de chute crève-le….il est parti courant…. çà fait longtemps que çà dure et voulu par les politiques … si les gouvernements des 40 dernières années avaient fait leur boulot on n’en serait pas là ,on n’aurait pas ces zones de non-droit etc etc…

    4. Pinhas

      Sortons tous dans les rues avec une cagoule et entrons dans une banque pour voir l’effet que ça donne .

      A mon avis , en moins de deux minutes on aura les flics sur le poil et on écopera d’une amende , au minimum .

      Car il y aura dans ce cas  » trouble à l’ordre public  » .

      Alors , le deux poids , deux mesures ?

      Trouillards et vendus de poliotocs tocards .

      Ha ! si il s’agit d’interdire la Kippa alors la tout le monde sur lève avec la bave aux lèvres .

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *