toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Bobigny : 1 homme, 4 femmes, 46 enfants


Bobigny : 1 homme, 4 femmes, 46 enfants

A Bobigny, Fanta Sangaré accompagne des familles polygames dans leurs démarches, longues et ardues, de « cohabitation ». Une volte-face culturelle et matérielle.

Avec ses quatre femmes et ses 46 enfants, Adama (1) était un homme heureux. Ce quinquagénaire, capable de réciter dans l’ordre les prénoms de sa descendance, régnait sur son pavillon de banlieue. Entre les cinq chambres de la maison, « la vie s’organisait comme elle pouvait« , confie-t-il au téléphone. D’abord agent d’entretien, il a cessé de travailler quand le montant des allocations familiales est devenu suffisant pour nourrir son monde (2). Dans le village du nord du Mali où il a grandi, on parle de sa réussite avec admiration. Il voudrait que ça continue. Il n’a donc pas donné d’écho particulier au bouleversement qu’il vient de connaître : deux de ses femmes ont déménagé, une troisième songe à les imiter. Elles sont engagées dans une « décohabitation« , le terme administratif qui désigne la sortie de la polygamie.

« Il nous a fallu dix ans pour en arriver là« , raconte Fanta Sangaré, énergique présidente de l’Association des femmes relais de Bobigny, en Seine-Saint-Denis. Sa première rencontre avec Adama a eu lieu à la demande des services sociaux. Avec les autres ménages polygames qu’elle accompagne, le point de départ fut comparable: des enfants attirent l’attention d’une assistante sociale ou d’un enseignant ; mais leurs parents fuient les institutions et ont toutes les peines du monde à parler français. Difficile de les aider.

Il se trouve que tous sont originaires du Mali. Fanta Sangaré aussi. L’ancienne institutrice de brousse comprend les digressions en soninké, les confidences en bambara. Elle discute, apprivoise. Entend la fierté du mari, les disputes des coépouses, la fatigue des enfants. Les réveils à pas d’heure pour prendre une douche avant l’école. Le ballon d’eau chaude toujours vide. La queue devant la porte des WC. Les repas pris chacun son tour. Les devoirs faits dans la cage d’escalier. Les lits partagés. Le bruit permanent. L’absence d’intimité. Fanta Sangaré écoute ces histoires qui se ressemblent toutes. Puis elle rappelle la règle de la République : la nécessité de rompre avec la polygamie pour obtenir un renouvellement des titres de séjour. Effroyable perspective pour ceux auxquels on a toujours enseigné que cette tradition était un idéal d’organisation sociale doublé d’une exigence divine. Il s’agit de mariages traditionnels arrangés, célébrés un été « au pays », où l’amour ne s’est pas toujours installé, mais tout de même: « Quitter son mari est impur« , rabâchent les femmes. « Dieu n’a pas demandé que vos enfants soient entassés à vingt dans une même chambre« , réplique alors Fanta Sangaré.

Semaine après semaine, l’idée fait son chemin. Jusqu’au jour où les femmes s’approprient le désir d’avoir leur propre logement. En signe de bonne foi, elles doivent le chercher dans une autre commune. Les mains retenant son voile noir et violet, Aminata raconte les trois années de démarches qui lui ont été nécessaires pour régulariser sa situation. Elle a quitté La Courneuve pour Bobigny avec ses quatre plus jeunes enfants. Lorsqu’une épouse part, la honte s’abat sur son mari. « Sa femme a volé son pantalon, maintenant il porte le pagne!« , entend-il dans son dos. Adama préfère ne pas y penser. Il prend désormais le RER pour honorer les mères de ses enfants. Une décohabitation hypocrite? « Bien sûr, admet Fanta Sangaré. On nous reproche aussi de créer des familles monoparentales. Mais si ça aide les enfants à s’épanouir et les femmes à devenir autonomes, ça vaut le coup.« 

Ces femmes, en effet, n’ont jamais vécu seules, n’ont jamais eu d’emploi ni géré de budget. Elles ne savent pas se servir d’une carte bancaire ni remplir un chèque. C’est leur mari qui touchait les allocations familiales, payait les factures et faisait les courses. « Elles ont toujours été infantilisées« , insiste Fanta Sangaré. « C’était très compliqué au début de vivre chez moi », confirme Salli, jeune maman de huit enfants. Elle a laissé son mari à sa coépouse et est devenue femme de ménage. Pour être tout à fait « comme les autres », elle essaye de perfectionner sa maîtrise du français. Les mystérieux « couvre-lit », « hippocampe » et « igloo » qu’elle découvre au cours d’alphabétisation lui donnent l’impression d’être encore loin du but. Mais ses amies lui connaissent un nouveau sourire.

(1) Les prénoms ont été modifiés.
(2) La Caisse d’allocations familiales verse 441,48 € par mois pour quatre enfants de moins de 20 ans, plus 158,78 € pour chaque enfant supplémentaire. Soit 1.394 € pour 10 enfants, 2.981 € pour 20 enfants, 4.569 € pour 30 enfants, 6.157 € pour 40 enfants. Sans compter d’éventuelles aides au logement.

source





Journaliste canadien indépendant. Spécialiste des questions sur l'islamisme, le terrorisme, la géopolitique, et sur le conflit Israélo-arabe.



    Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

    Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


    Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 18 thoughts on “Bobigny : 1 homme, 4 femmes, 46 enfants

    1. Pinhas

      IL FAUT QUE CELA CESSE .

      C’est nous qui les payons , merde !

      Et en plus , ils nous crachent à la gueule .

    2. Malcolm Ode

      COUCOU !

      P.S. : Quelle cruauté que de séparer d’aussi belles et grandes familles! Et les règles du rassemblement familial? Tout de même, 46 enfants pour 4 femmes = 12 enfants par femme… Adama ne ferait pas un peu d’importation du Mali? Quel pays au monde peut supporter pareilles abus sans se défendre. La « décohabitation » nous coûte 4 fois plus cher sans régler le problème de la polygamie interdite puisqu’Adama doit prendre le bus pour continuer à travailler au lit, pour la France de Mahomet.

    3. Ghysly44

      On est en France là ? on peut bosser pour entretenir tous ces fainéants (les hommes) qui passent leur temps à copuler …. leurs femmes et enfants ils s’en foutent bien EUX ils passent à la caisse tous les mois sans rien foutre !

    4. Une voix d'Alsace

      Et de nouveaux candidats à l’accueil en France attendent qu’un immigrationniste soit élu : ils ont déjà la main sur leur valise.

    5. Pinhas

      Sur un texte transformé de Charles Trenet .

      Je chante .

      Ji nique , ji nique du soir au matin , je nique sur les chemins .

      ji ni fait rien mais mon affaire tourne bien , ji nique .

      Ji nique,
      Mais ji m’affaiblis

      Ji tombe soudain au creux d’un sentier,
      Ji défaille en niquant et ji meurs à moitié.
      «
      Ji tends la main. ( ça c’est mon truc di tendre la main )

      Pitié, j’ai faim, je voudrais manger,

      Un coup de pied au cul , parasite .

      Ha tu niques et bien rembourse maintenant !!

    6. Jacques B.

      Qu’est-ce qu’ils foutent chez nous ? Mais qu’est-ce qu’ils viennent faire en France ?

      Ah oui zut j’oubliais : percevoir nos généreuses aides sociales.

      La France est devenu un aspirateur à feignasses et profiteurs du monde entier, payé par des gens qui suent sang et eau.

      Un monde de fous.

      Ils vivent comme ils veulent, si ces femmes aiment leur sort de « coépouses », c’est leur affaire, mais PAS CHEZ NOUS !
      OUSTE, DU BALAI, RETOUR AU PAYS ET LES VACHES SERONT BIEN GARDÉES (nous, on a le fil électrifié, merci – vous, vous papoterez en attendant le lion, chacun sa culture).

    7. Salmon

      Jacques B

      parfois je vous trouve légèrement stupide Jacques , c’est dommage
      pourtant vous m’aviez l’air d’être intelligent

      le lion est le symbole de beaucoup de chose en Israel

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Lion

      les Goys qui défendent Israel il y a un lion comme photo ,

    8. Salmon

      (2) La Caisse d’allocations familiales verse 441,48 € par mois pour quatre enfants de moins de 20 ans, plus 158,78 € pour chaque enfant supplémentaire. Soit 1.394 € pour 10 enfants, 2.981 € pour 20 enfants, 4.569 € pour 30 enfants, 6.157 € pour 40 enfants. Sans compter d’éventuelles aides au logement.

      + les APL (ou logement hlm)+ la CMU+ les transports en communs payés +les aides de début d’année pour la scolarité + d’autre chose

      ça en fait !

    9. LeClairvoyant

      A Bobigny. 1 homme, 4 épouses, 46 enfants et ce n’est pas finit. Car la tribu va s’agrandir au rythme exponentiel, tant que la caisse d’allocations familiales aura de l’argent. Voilà la ruine de la France !
      Comme la polygamie n’est pas légale en France, qu’ils retournent au Mali ou à la Mecque et que le prophète les nourrisse tous. Mais pas la France.!

    10. Armand Maruani.

      Nous sommes dans le monde animal , comme les animaux c’est par portées .

      Si on leur supprimait les allocs ça leur couperait l’envie de baiser à ces fainéasses .

      Quant à leurs fatmas elles resteront à jamais des esclaves .

      La France dont rêvent Macron , Mélenchon et tutti quanti .

    11. María

      Polygamie interdite mais allocs qui l’alimentent ??? La réponse de l’Etat : une simple « décohabitation » ? Mais ce type, qui n’est qu’une bite (c’est le cas de le dire), et ses poules pondeuses, ses trous à bourrer, ne méritent qu’un coup de pied au cul et ciao !

    12. Jacques B.

      Ah, vous me trouvez parfois légèrement stupide, Salmon ?

      Vous voulez que je vous dise ce que je pense parfois de vous ?

      Eh bien non, je préfère réserver mon temps à des choses un peu plus sérieuses et intéressantes.

    13. Pinhas

      Jacques B , vous n’êtes pas stupide, loin de la .

      Salmon est un peu exaltée , elle a cru que vous parliez du Lion de Judas .

      Pour ma part , j’apprécie vos commentaires .

      Restons soudés .

    14. Jacques B.

      Ah d’accord, merci Pinhas pour l’info.

      Je parlais bien sûr des lions qui attaquent les troupeaux de bétail en Afrique, et que les bergers étaient obligés d’éloigner, souvent à coups de gourdin.

      PS : je pense comme vous que nous devrions rester soudés.

    15. smeyers henri

      Le temps n’est plus au raisonné et au rasonnable. Après des choses comme celle là, permise par l’administration, comment voulez vous que la participation sereine à l’impôt ne soit pas délaissée. C’est au départ qu’il fallait refuser. Maintenant, l’électorat a fait des jeunes. . . . et la colère va se matérialiser. Les élctions vont être l’inadmissible et la révolte se concrétisera.

    16. Angie

      Je pense que, dans notre beau pays, les femmes peuvent avoir accès à la contraception. Même celles qui maitrisent mal le français doivent se faire suivre pour leurs grossesses. Qu’est ce qui les empeche de demander une ligature des trompes ? quand je pense que c’est suggéré voire effectué en douce, chez des femmes, au pretexte de handicaps avérés ou non, je pense que les équipes médicales font mal leur boulot ! Ou qu’est ce qui empeche que Monsieur se fasse poser des diabolos bien placés ? Merde ! Comment vont faire ces gamins pour bien se placer dans la société ?

    17. c.i.a.

      Comment transformer, un pays moderne et civilisé, en immonde tiers-mondisme avec la bénidiction, de l’état gauchiste et stupidement inconscient!

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *