toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Fin de la Palestine, seul Etat fantôme de la planète ?


Fin de la Palestine, seul Etat fantôme de la planète ?

ANALYSE

Michel Garroté – Pour commencer, je souhaite avertir nos lectrices et nos lecteurs, que l’analyse ci-dessous, est très longue et très détaillée. Le plus simple, pour lire cette analyse, c’est de jeter un coup d’oeil sur le début de chaque « chapitre » (paragraphe…?). A mon sens, la partie la plus intéressante est la dernière, celle écrite par Daniel Greenfield. De plus, je souhaite faire une remarque très personnelle : « Fin de la Palestine, seul Etat fantôme de la planète ? » est un titre en apparence très provocateur. Mais il n’en est rien.

Depuis 1948, le politiquement correct nous intoxique avec la cause dite « palestinienne ». Or, si nos lectrices et nos lecteurs prennent la peine de lire l’analyse ci-dessous, ils et elles s’apercevront qu’en effet, la cause dite « palestinienne » pose un sérieux problème de crédibilité.

Je me permets d’écrire cela, car dans ma jeunesse, lorsque j’étais à l’université, j’ai été pendant quelques années, farouchement pro-palestinien, farouchement anti-sioniste et farouchement israélophobe. J’ai été, pour être clair, de 1976 à 1979, habité par la « Haine des Juifs Israéliens », sans avoir pris la peine de me documenter sur la réalité historique et géographique de cette région du monde.

Et depuis 1980, je me documente sur cette région du monde, et, oui, depuis 1980, je suis pro-israélien (on peut toujours me taxer de « sale sioniste » car je m’en moque et la plupart des gens ne savent même pas ce qu’est le sionisme…). J’ai lu les travaux de Bat Ye’or, Michel Gurfinkiel, Gilles William Goldnadel, Alexandre Del Valle, Lucien Samir Oulahbib, Albert Soued, Rachel Franco, Caroline Glick, Daniel Pipes, Manfred Gerstenfeld et Daniel Greenfield, dont l’on trouvera, ci-dessous, l’analyse, déjà mentionnée plus haut (Fin de la « Palestine », Etat fantôme).

Un grand merci, en toute simplicité, pour leur travail qui m’a fait changer d’avis – et qui a fait changer d’avis bien d’autres personnes – sur le Proche et le Moyen Orient, sur l’intégrité des dirigeants israéliens (les rares qui n’ont pas été intègres ont été jugés et condamnés par la justice israélienne alors qu’ils étaient encore en fonction : qui dit mieux ?), sur l’OLP et le Fatah, bref, sur la maffia de Yasser Arafat, Mahmoud Abbas & Consorts. Voilà. Bonne lecture.

Ce n’est pas le sujet de la présente analyse, mais j’en fais tout de même mention car c’est éclairant : Aisal al-Qassem, animateur de la chaîne télévisée Al-Jazeera, a présenté une photo du libanais Samir Kuntar (ndmg – assassin psychopathe ayant massacré à coups de crosse une fillette juive israélienne), Samir Kuntar qui a « quitté la prison israélienne avec une bedaine et un doctorat », près d’une photo d’un détenu syrien décharné. Bachar Al-Assad devrait « traiter les prisonniers et les détenus syriens de la même manière qu’Israël traite ses ennemis dans ses prisons », a dit Aisal al-Qassem sur Al-Jazeera (ndmg –  bien après sa libération par Israël et son retour au Liban, le libanais Samir Kuntar aurait, dit-on, trépassé — en Syrie — lors d’un malheureux « accident »…).

Ce n’est pas non plus le sujet de la présente analyse, mais j’en fais tout de même mention, car cela aussi, est éclairant : lors d’une récente interview avec la chaîne de télévision libanaise Al-Manar, appartenant au Hezbollah, Salah Al-Zawawi, ambassadeur de « Palestine » en Iran et représentant de l’Autorité palestinienne de Mahmoud Abbas (et donc du Fatah), appelle à faire disparaître Israël et souhaite que l’Iran fabrique des atomiques.

Ce n’est toujours pas le sujet de la présente analyse, mais j’en fais tout de même mention, car cela encore, est éclairant (extraits adaptés ; voir lien vers source en bas de page) : Hélène Keller-Lind révèle qu’en 2016 plus de 130 posts sur la page Facebook officielle du parti de Mahmoud Abbas, le Fatah, glorifiaient le terrorisme et le meurtre d’Israéliens. À ce jour, en 2017, nombre de posts tout aussi violents ont continué à présenter les terroristes en héros et modèles à suivre. Cette page, suivie par soixante-dix milles personnes, est l’un des vecteurs utilisés par pour inciter à la violence et au meurtre par les dirigeants palestiniens. Un scandale que dénonce Palestinian Media Watch mais sur lequel ferment les yeux nombre de donateurs qui financent l’Autorité palestinienne (fin des extraits adaptés ; voir lien vers source en bas de page).

A propos d’Israël et de « l’Autorité palestinienne » (en réalité le Fatah), Khaled Abu Toameh, Arabe Israélien, journaliste pour NBC News depuis 1989, écrit notamment (extraits adaptés ; voir lien vers source en bas de page) : La torture pratiquée dans les prisons et les centres de détention contrôlées par l’Autorité palestinienne n’a rien de nouveau. Ces dernières années les Palestiniens se sont habitués à entendre des histoires terribles sur ce qui se passe entre les murs de ces structures. Cependant, parce que ce ne sont pas les Israéliens qui commettent ces violences, ce qui est rapporté laisse les journalistes indifférents. ais alors, comment l’Autorité palestinienne, financée par l’Occident, qui essaie depuis longtemps de faire partie d’institutions comme les Nations unies, explique-t-elle sa barbarie systématique ? Cela fait des années que l’Autorité palestinienne agit en « État indépendant » reconnu par plus de cent pays.

Dans ces conditions, les gouvernements étrangers, les contribuables américains et européens surtout, ont le droit, ou plutôt l’obligation de tenir l’Autorité palestinienne responsable de ses violations des droits de l’homme et d’exiger transparence et responsabilité. Ce droit découle du fait que l’Autorité palestinienne demande à faire partie de la communauté internationale en obtenant la reconnaissance d’un État palestinien. À moins, bien sûr, que la communauté internationale soit prête à accueillir un État arabe de plus qui piétine les droits de l’homme et torture dans ses prisons. Les preuves les plus récentes de torture en Cisjordanie ont été révélées dans un article en ligne sur un site web affilié au Hamas. Cet article donne des détails sur certaines des méthodes de torture employées par les interrogateurs de l’Autorité palestinienne et offre un aperçu unique des conditions dans lesquelles les prisonniers sont placés en détention.

Cet article fait référence plus particulièrement à la Prison centrale de Jéricho qui est sous le contrôle de diverses sections des services de sécurité de l’Autorité palestinienne. Ayant pour titre « Jéricho, un Fort de la Torture ? », l’article décrit des conditions à l’intérieur de la prison ressemblant à ces films à sensation qui passent sur les écrans de télévision pour attirer l’attention des téléspectateurs. Un Palestinien récemment relâché de la Prison centrale de Jéricho est cité. Il raconte que quiconque arrive dans les lieux a d’abord les yeux bandés et les mains attachées derrière le dos avant d’être battu sévèrement par entre cinq et dix agents de sécurité. L’une des formes les plus courantes de torture dans une prison de l’Autorité palestinienne, raconte-t-il, s’appelle la position « shabah » : les mains du prisonnier sont menottées et il est pendu au plafond pendant plusieurs heures.

Pendant ce temps, le détenu est battu sur toute la surface du corps. S’il essaie de bouger ou de changer sa position, les coups empirent. Parfois ce « shabah » se pratique dans les toilettes de la prison. Une autre forme de torture notoire dans la Prison centrale de Jéricho est la « falaka » : les victimes sont battues sur les pieds nus. Selon le témoignage d’un autre ancien prisonnier, qui n’est identifié que sous le nom d’Abu Majd, il a subi cette « falaka » avec un tuyau de plastique pendant plusieurs heures à chaque séance. Parfois, l’un des « interrogateurs » le giflait pendant qu’on le frappait sur les pieds. Abu Majd raconte qu’il a également subi une autre forme de torture connue : on lui demandait de « grimper » sur une échelle inexistante sur un mur. Comme il n’y a pas d’échelle, le détenu ne peut pas y monter et il est puni par des coups.

D’autres anciens prisonniers racontent que des privations de sommeil, une réclusion cellulaire ou une détention du détenu enfermé dans un petit placard, avec une climatisation puissante, sont des formes de torture couramment pratiquées dans cette prison. Ceci s’ajoutant à une violence verbale, bien sûr, et au fait que les prisonniers sont forcés de dormir à même le sol, sans matelas ni couvertures. En 2013, selon certaines sources, deux Palestiniens sont morts sous la torture dans la Prison centrale de Jéricho à cinq jours d’intervalle. Leur identité étant Arafat Jaradat et Ayman Samarah. Plus tôt ce mois-ci, le père de Ahmed Salhab, qui a été détenu récemment par les forces de sécurité de l’Autorité palestinienne et emmené à la prison de Jéricho, s’est plaint d’une grave détérioration de la santé de son fils à cause des tortures subies. Le père a raconté que son fils souffrait de douleurs aiguës ayant résulté de coups qui lui ont été portés à la tête par ses interrogateurs.

On rapporte que des détenus dans des prisons palestiniennes ont fait des grèves de la faim pour protester contre leur incarcération et les tortures. Malheureusement pour eux, ce n’est pas dans une prison israélienne qu’ils font une grève de la faim, là où de telles actions attirent immédiatement l’intérêt des grands médias. Une organisation des droits de l’homme basée à Londres a rapporté trois mille cent soixante-quinze cas de violations des droits de l’homme, détentions arbitraires y compris, par les forces de l’Autorité palestinienne en Cisjordanie en 2016. Selon ce rapport, parmi ceux qui ont été détenus, des étudiants et des enseignants à l’université, ou des professeurs d’école également. Pendant cette même année les forces de sécurité de l’Autorité palestinienne ont également détenu vingt-sept journalistes palestiniens, comme l’a révélé ce rapport. Les responsables politiques et des services de sécurité de l’Autorité palestinienne rejettent ces rapports, les qualifiant de « propagande » orchestrée par le Hamas.

Mais on n’a pas besoin d’attendre que le Hamas parle au monde de torture et de violations des droits de l’homme aux mains des agents de sécurité de l’Autorité palestinienne. Parmi les milliers de Palestiniens qui ont vécu une incarcération dans les prisons et les centres de détention de l’Autorité palestinienne ces deux dernières décennies, nombreux sont ceux qui sont prêts à raconter leur histoire. Mais qui est prêt à les écouter ? Pas les gouvernements occidentaux, ni les organisations des droits de l’homme, ni les journalistes. La plupart d’entre eux cherchent le mal en Israël et en Israël seulement. Pourtant une telle politique encourage l’émergence d’une dictature arabe de plus au Moyen-Orient. Pour le moment, les habitants de Jéricho continueront à entendre dans leur ville les hurlements des détenus qui sont torturés. Le reste du monde fermera les yeux, se bouchera les oreilles, et continuera à prétendre que tout est rose au pays d’Abbas, conclut Khaled Abu Toameh (fin des extraits adaptés ; voir lien vers source en bas de page).

Mais revenons à la « Palestine » : 154 députés et sénateurs français de tous bords politiques confondus ont lancé un appel au président de la République, François Hollande, par courrier (une lettre ouverte publiée dans le Journal du dimanche du 26 février 2017), pour lui demander de reconnaître ‘l’État de Palestine’. « La France doit marquer sa volonté de sortir de l’impasse sur ce conflit en réaffirmant solennellement, au nom du droit inaliénable à l’autodétermination, que le peuple palestinien est fondé à se doter d’un État. Il en va du respect du droit international ». Non mais de quoi se mêle la France ? Elle ferait mieux de gérer ses zones de non-droit contrôlées par des franco-musulmans parfois islamistes radicaux et accorder l’indépendance à ses territoire occupés d’outre-mer, au lieu de donner, sans cesse, des leçons totalement déplacées, au peuple juif israélien, qui de toute façon, se moque éperdument, de ce qui se dit, à son sujet, à Paris…

Dans le climat d’incertitude quant à l’avenir de la « solution à deux États » depuis la rencontre entre Donald Trump et Binyamin Netanyahu, un commentateur palestinien a averti que l’idée d’un « Etat palestinien » comprenant Gaza et une partie de la péninsule égyptienne du Sinaï (option « Gaza-Sinaï ») gagnait du terrain. De son côté, le ministre israélien Ayoub Kara avait signifié, avant la réunion de Netanyahu avec Trump, que les deux hommes « adopteraient le plan du président égyptien al-Sisi : un Etat à Gaza et au Sinaï ; au lieu de la Judée et de la Samarie dites « Cisjordanie ».

A noter également que la nouvelle ambassadrice américaine aux Nations-Unies, Nikki Haley a déclaré : « Les Etats-Unis ne laisseront plus faire, ils exprimeront au sein de l’ONU leur alliance d’acier avec Israël ». Nikki Haley a en outre dénoncé « l’obsession anti-israélienne » et elle a affirmé qu’elle ne laisserait pas le Conseil de sécurité cibler Israël avec des condamnations unilatérales. Puis elle a ajouté : « Je pensais que le Conseil de sécurité était censé trouver des voies vers la paix et la Sécurité dans le monde, mais lors de cette séance [ndmg – du Conseil de Sécurité], au lieu de parler du réarmement du Hezbollah au Liban, de l’argent iranien qui coule à flots en direction des organisations terroristes, de la manière dont on peut anéantir Daech, la séance a été consacrée à Israël, la seule démocratie de la région.


Daniel Greenfield – Fin de la « Palestine », Etat fantôme :

De son côté, Daniel Greenfield, toujours à propos de la « Palestine », écrit notamment, dans une analyse fondée et détaillée (extraits adaptés par Albert Soued ; voir liens vers sources en bas de page) : Le mot Palestine représente bien des choses. Un nom romain et un mensonge de la Guerre Froide. C’est surtout la justification pour tuer du Juif. « La Palestine » est un vieux complot soviéto-saoudien qui avait pour objectif de créer une fausse nationalité à des clans arabes qui avaient envahi et colonisé le territoire d’Israël. Ce grossier mensonge a réussi à transformer des terroristes gauchistes et islamistes en des libérateurs d’une nation imaginaire. D’un coup, les efforts meurtriers du bloc soviétique et du bloc musulman pour détruire l’état juif devinrent une entreprise liée à de « sympathiques victimes ». Mais ce mensonge palestinien est périmé aujourd’hui.

Nous percevons le « terrorisme palestinien » comme un conflit de niveau bas qui relie entre elles les diverses invasions d’Israël par les armées arabes socialistes. Après plusieurs guerres perdues, ce qui restait c’était la terreur intermédiaire (voir www.nuitdorientcom/n741.htm ). L’Egypte, la Syrie et l’Union soviétique jetèrent l’éponge, et arrêtèrent les guerres de chars et d’avions, le financement de la terreur étant moins coûteux et moins risqué pour eux. De plus, dans les opérations terroristes, les dividendes sont de loin supérieurs à la mise. Pour un prix inférieur à celui d’un avion de combat, les terroristes peuvent atteindre Israël en profondeur, tout en l’isolant sur le plan international, avec des exigences de « nation » et de « négociation ». En effet, après la Guerre Froide, la Russie était à court de liquidités et les « papas apportant des bonbons à l’Olp » s’étaient lassés de payer des collections de chaussures de mode à Mme Souha Arafat et les factures de nettoyage des « keffyeh » de son époux.

Le groupe terroriste approchait de sa fin et la notion de Palestine apparaissait plus clairement comme une illusion, sans beaucoup d’avenir. Mais voilà que sieur Clinton, et la gauche agitée du parti travailliste israélien qui, contrairement à son homologue britannique, n’avait pas réussi à s’adapter au nouveau boom économique mondial, ont décidé de sauver Arafat et de créer une entité, « la Palestine ». Le désastre terroriste qui s’ensuivit tua des milliers d’individus, angoissa 2 générations d’Israéliens, isola le pays, et mit à la portée des bombes humaines, pour la première fois, toutes les villes israéliennes. Malgré des propositions de concessions majeures, Israël n’a pas réussi à se débarrasser du poids de la nouvelle idée des « 2 états pour 2 peuples ». Détruire Israël brutalement ou à petit feu était généralement perçu comme un petit prix, comparé à un conflit généralisé.

Les mêmes forces économiques qui avaient transformé le monde après la Guerre Froide ont sauvé la Palestine. Arafat avait perdu ses parrains à Moscou, mais il venait de trouver de nouveaux « papas à bonbons » dans le Mondialisme. La loi et les affaires internationales, l’internet, la suppression des frontières constituaient le nouvel ordre mondial remplaçant la Guerre Froide. Les exigences d’un clan à Hébron pouvaient attirer l’attention du monde entier, car le nouvel ordre mondial pouvait mondialiser tout conflit local, puisque tout était connecté. Un terroriste qui explose une pizzeria à Jérusalem peut avoir une incidence sur les cours de bourse à New York, le développement d’une société en Chine ou sur une autre attaque terroriste à Paris. Ces interconnections sont devenues l’arme de choix des terroristes islamiques. Aujourd’hui le Mondialisme est moribond et sa mort emportera la Palestine avec elle.

Une nouvelle génération de chefs est née, sérieusement hostile à cette Globalisation. D Trump et Brexit sont deux exemples importants opposés au « transnationalisme ». Et les sondages ailleurs montrent qu’ils ne sont pas seuls. La plupart des gouvernements cherchent aujourd’hui à avantager leur propre pays plutôt qu’à déployer un filet de sécurité transnational pour les autres nations. Et la cause palestinienne perd de son intérêt. D’ores et déjà, de nombreux pays arabes et Musulmans s’intéressent plus à coopérer avec Israël qu’à cacher leurs difficultés derrière la cause palestinienne (Note de Michel Garroté – s’exprimant lors de la toute récente Conférence sur la Sécurité à Munich, Avigdor Lieberman et le Ministre saoudien des Affaires étrangères, Adel al-Jubeir se sont alignés sur la même position face à l’Iran et ont exhorté l’ONU à sanctionner les agressions iraniennes, notamment au Yémen et aussi le tir de missile balistique par Téhéran il y a quelques jours).

Malgré le fait que 45% des Américains sont favorables à un état palestinien dépassant de peu ceux qui le refusent, la tendance est à l’inverse et à « l’Amérique d’abord ». Les « transnationalistes » croient fermement qu’ils peuvent et doivent résoudre n’importe quel problème qui se pose dans le monde, depuis le réchauffement climatique, jusqu’à la justice internationale, ou encore l’idée de « 2 états pour 2 peuples ». L’Islam radical s’est engouffré dans les failles du système, pas de frontières, membres de coalitions qui se neutralisent, propagande et recrutement aisés… Cela ne veut pas dire que les « nationalistes », comme le Japon, qui ont par exemple besoin de pétrole, ne cèderont pas devant les exigences de leurs fournisseurs arabes, malgré leur sympathie à l’égard de la lutte d’Israël. D’un autre côté, alimenter indéfiniment les caisses de l’Autorité palestinienne sans résultat, a des limites, de même que déployer des efforts diplomatiques dans un probable trou noir.

Mais cela ne veut pas dire non plus qu’ils s’aligneront immédiatement sur la position israélienne. Pendant 2 décennies, s’aligner sur la solution « 2 états pour 2 peuples », avec l’objectif de créer un état islamique terroriste au milieu d’Israël, a été le prix demandé à l’Etat juif pour qu’il participe à la Communauté internationale. Ce niveau de prix ne disparaîtra pas du jour au lendemain, mais il sera plus aisé à négocier. Le changement réel viendra du côté palestinien où une cleptocratie terroriste se nourrit de la misère humaine pour construire des villas à Ramallah. Conçu au départ comme moyen de combat par les ennemis de l’Occident, lors de la Guerre Froide, cet Etat terroriste a été réanimé par conviction, par les « transnationalistes occidentaux ». L’Autorité palestinienne, créée comme entreprise par l’Olp, elle-même entreprise des terroristes du Fatah, n’est pas une structure économiquement viable.

Elle vit de dons et ses succès diplomatiques sont dus aux réseaux « transnationalistes », l’Onu, les medias et les Ong. Rappelons que lors des négociations entreprises par l’administration Obama, c’est le Secrétaire d’Etat américain John Kerry lui-même qui représentait les Palestiniens. Si vous ôtez cet ordre « transnational », l’Autorité palestinienne aura besoin d’un nouveau « papa avec des bonbons ». Mais l’Arabie est meilleure dans les promesses que dans leur exécution. Et la Russie n’a plus les moyens de subvenir aux besoins croissants de Ramallah. Peut-être l’Iran. Mais c’est à voir. En tout cas, cette Autorité palestinienne ne peut survivre sans le soutien américain.  Et la farce prendra fin, mais pas tout de suite. Aujourd’hui Israël a les moyens d’accélérer le processus, si cet état veut bien prendre le risque de transformer un statu quo corrosif en un conflit plus explosif dans le court terme, mais plus gérable à long terme.

Contrairement à feu Peres et Sharon, B Netanyahou n’est pas un joueur. Le processus de paix était une grosse spéculation, comme d’ailleurs le retrait du Liban et l’expulsion de Gaza. Toutes ces spéculations ont échoué, laissant des cicatrices et des crises qui durent. A l’opposé des autres 1ers ministres, Netanyahou n’a pas pris beaucoup de risques. Il a été un excellent gestionnaire d’une économie en pleine croissance et d’une nation florissante. S’il est resté si longtemps au pouvoir, c’est que le citoyen est assuré qu’il ne prendra pas de folle décision. Obama était furieux contre lui, car il ne voulait prendre aucun risque, se contentant de gérer prudemment son pays, d’où sa longévité. Mais n’oublions pas non plus que Bibi était aussi un ancien commando. En fait, il ne prend aucun risque avant d’avoir une balle en ligne de mire. Et aujourd’hui, il est beaucoup plus risqué pour Israël de ne pas prendre de risque que d’en prendre.

Il est temps de jeter les dés. Car la vague nationaliste peut ne pas durer. L’ordre « transnational » peut revenir. Ou la nouvelle vague peut se transformer en quelque chose d’imprévisible etc. Le statu quo actuel est instable : un faible état terroriste islamo-gauchiste soutenu par les Etats-Unis, un état terroriste des Frères Musulmans, soutenu par la Qatar et la Turquie, se renforçant à Gaza, et Israël utilisant sa brillante technologie pour gérer les menaces de tout bord. Cet équilibre peut s’effondrer d’un moment à l’autre. L’Olp a infligé à Israël de grands dommages sur le plan diplomatique et le Hamas terrorise la plupart de ses villes. Ensemble, ils constituent une menace existentielle qu’Israël a laissé filer, sous prétexte de la gérer. L’avenir n’est pas aussi sûr qu’il n’en a l’air. La Palestine est aujourd’hui moribonde, et Israël n’y est pour rien. Cela vient de la chute de l’ordre « transnational ». La question est de savoir quel autre ordre le remplacera. Aujourd’hui une vague nationaliste envahit l’Occident et Israël a devant lui l’opportunité de réclamer des frontières et une Nation, ajoute Daniel Greenfield (fin des extraits adaptés par Albert Soued ; voir liens vers sources en bas de page).

Introduction & mise en page de Michel Garroté pour http://lesobservateurs.ch/

Source (Hélène Keller-Lind) :

http://www.desinfos.com/spip.php?article56924

Source (Khaled Abu Toameh) :

https://fr.gatestoneinstitute.org/9904/palestiniens-torture

Source (Daniel Greenfield) :

http://www.nuitdorient.com/n24149.htm

L’auteur : Daniel Greenfield, écrivain new yorkais spécialisé dans l’Islam radical et membre du ‘Freedom Center’, via ‘Shillman Journalism’. Son article a été publié dans ‘Front Page Mag’.

Traduit et adapté, par Albert Soued, écrivain et journaliste, pour :

www.nuidorient.com

‘Front Page Mag’ pour la version originale de l’analyse de Daniel Greenfield :

http://www.frontpagemag.com/fpm/265820/end-palestine-daniel-greenfield







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 7 thoughts on “Fin de la Palestine, seul Etat fantôme de la planète ?

    1. Salmon

      j’étais pour Gaza et je vois ce qu’ils en ont fait
      terre entièrement devenu Judéhein ,plus de Chrétiens etc et ils envoient des missiles sur Israel

      et la population à cause de certains médias racontent l’inverse
      des preuvent il y en a beaucoup mais une certaine frange dee la population, des gournants , etc veulent montrer l’inverse

      la roue tourne et c’est pour Israel , VIVE ISRAEL ETAT JUIF
      COMME A DIT LE 1ER MINISTRE
      LA CHINE EST AUX CHINOIS
      LA JUDEE AUX JUIFS , LE MOT JUIF VIENT DE JUDEE COMME LES CHINOIS VIENNENT DE CHINE

      MERCI MON D.IEU !

    2. LeClairvoyant

      Très juste. Un état juif ne peut se trouver qu’en Judée-Israël, Et tous les palestiniens dans la Mer de la Tranquillité sur la Lune, pour qu’ils soient tranquilles;

    3. c.i.a.

      Merci pour ce texte, très explicatife de l’ hypocrisie des  » victimes palestinienes  », que la go-gauche imbéciles, accuse constamment israël de  » cruauté  » envers les  » pauvres  » palestiniens, alors qu’ils s’averent commes tout  » bons musulmans  » êtres en réalités des bouraux d’eux-mêmes et des autres!

    4. LeClairvoyat

      Si au-lieu de vouloir jouer aux terroristes, ils auraient joué à réduire la haine des juifs et des israéliens, tout serait différent sans doute.

    5. C. Hamon

      Le cœur du peuple juif, c’est justement la Judée, la Samarie et Jérusalem.

      C’est pour cette raison que l’Europe, les pays Européens, la France en tête, l’Unesco et l’ONU s’évertuent à arracher aux juifs, la Judée, la Samarie et Jérusalem.

      Sans la Judée, sans la Samarie et sans Jérusalem, le peuple juif n’existe plus. C’est justement ce que les nations veulent obtenir, en séparant les juifs de leurs terres.

      Qui a visité la Judée, la Samarie et Jérusalem, comprend qu’un deuxième état n’est plus possible sur cette terre.

    6. Armand Maruani

      Mais il n’y a pas que la Judée Samarie .

      Sortons leur nos livres d’histoire et de prières , tout nous appartient .

      Sans compter tous les vestiges et cimetières témoins de notre présence .

      Qu’ils aillent sur la Lune et qu’ils plantent le drapeau palestinien et qu’ils y restent .

      Hollande et les autres leur enverront des mandats par Western Union .

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *