toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Christian Estrosi : «Marine Le Pen peut gagner la présidentielle»


Christian Estrosi : «Marine Le Pen peut gagner la présidentielle»

.

Président de la région Paca, Christian Estrosi a battu Marion Maréchal Le Pen aux dernières régionales. Il alerte François Fillon sur sa manière de faire campagne face au FN.

Marine Le Pen est plus que jamais favorite du premier tour. N’est-ce pas frustrant ?

CHRISTIAN ESTROSI. Je ne m’y résous pas. Et je regrette que parfois, dans mon propre camp politique, on finisse aussi par banaliser ce FN si haut. On assiste plus dans cette campagne à des règlements de comptes entre la droite et la gauche pour tenter de décrocher la deuxième place derrière elle. Or, tout devrait être fait pour qu’elle ne soit même pas au second tour. Le pire, c’est que je pense même qu’elle est sous-évaluée dans les intentions de vote pour le premier tour.

C’est-à-dire ?

On la crédite à 25 % en moyenne, je pense qu’elle pourrait dépasser les 30 % voire même gagner l’élection présidentielle. C’est pour cela qu’il faut la combattre dès le premier tour, en ne lui laissant aucun terrain et en s’adressant notamment aux classes moyennes et populaires. Le mot social n’est pas un gros mot.

Pourtant, on ne sent pas que le social, les classes moyennes et populaires, soit la priorité de François Fillon dans son programme…

S’il est vrai que la part du social a évolué dans le programme de François Fillon, ça ne sert à rien de faire la course à l’échalote sur le terrain du FN en faisant une surenchère excessive en matière de sécurité et d’immigration. On devrait au contraire attaquer le programme de Marine Le Pen, en expliquant notamment que ceux qui ont peu aujourd’hui, n’auront rien demain si elle est au pouvoir. Il faut élargir le plus possible la base électorale avant le premier tour pour espérer rassembler un maximum de Français au second.

Où en êtes-vous dans vos relations avec François Fillon ? Toujours fâché ?

Je n’ai jamais été fâché avec notre candidat ! Je suis gaulliste et j’ai le sens de la loyauté envers ma famille politique. J’évite simplement d’avoir le sens du ridicule, comme certains qui se disent sarkozystes le lundi, juppéiste le mardi et filloniste le mercredi. Au final, on ne sait pas ce qu’ils sont à la fin de la semaine. Cela m’afflige.

Sens commun a pris une part importante dans la campagne de votre candidat. Qu’en pensez-vous ?

Cela m’inquiète et j’ai eu l’occasion de le dire à François Fillon. Il ne peut pas confier l’organisation de la campagne à la frange la plus radicale de notre famille politique s’il veut rassembler plus d’un Français sur deux. Je respecte cette frange, mais elle est minoritaire. Face au FN, il ne faut pas ressembler, il faut rassembler.

Source Le Parisien





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 7 thoughts on “Christian Estrosi : «Marine Le Pen peut gagner la présidentielle»

    1. Moreno Dominique

      vous m’avez devancé Estrosi votera Macron au deuxième tour il est aussi vil que Bayrou qui sont élu pour le premier avec les voix de gauche et pourle second avec les voix de droite et qui s »allie à la gauche ils ont tous les deux le cul entre deux chaises

    2. Salmon

      ACT_Email_Banner.png
      13 Reasons to Declare the Muslim Brotherhood a Terrorist Organization

      Via WND:

      bh.pngPresident Trump has decided not to designate the Muslim Brotherhood as a foreign terrorist organization, at least for now, according to published reports citing pressure from the U.S. State Department and the King of Jordan.

      Anonymous sources told the Washington Times that the administration “backed down from a plan to designate the Brotherhood” after an internal State Department memo advised against it.

      The State Department’s argument – put forth in a memo to the White House – comes down to a belief that there is actually more than one Brotherhood and that one side is not as bad as the other because it works through democratic processes in the Middle East, the Washington Times reports.

      Yet, it’s always been known that the Brotherhood operates on multiple levels.

      According to scholar Martin Kramer, the Muslim Brotherhood from its early days had “a double identity.” Kramer, as quoted by Discover the Networks, writes:

      “On one level, they operated openly, as a membership organization of social and political awakening. [Founder Hassan] al-Banna preached moral revival, and the Muslim Brethren engaged in good works. On another level, however, the Muslim Brethren created a ‘secret apparatus’ that acquired weapons and trained adepts in their use. Some of its guns were deployed against the Zionists in Palestine in 1948, but the Muslim Brethren also resorted to violence in Egypt. They began to enforce their own moral teachings by intimidation, and they initiated attacks against Egypt’s Jews.”

      source Act for America

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *