toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Marine Le Pen n’est pas du tout Donald Trump. Par Guy Millière


Marine Le Pen n’est pas du tout Donald Trump. Par Guy Millière

.

Il existe en Europe un ensemble d’incompréhensions graves concernant Donald Trump et sa conception du monde.

Une bonne fois pour toutes : Donald Trump n’est pas économiquement protectionniste

C’est particulièrement le cas en France. Marine Le Pen ayant été la seule dirigeante politique à s’être réjouie de la victoire de Donald Trump, déduction a été faite aussitôt ici ou là que Marine Le Pen mène en France un combat similaire à celui de Donald Trump. Le fait que des antisémites néo-nazis tels qu’Alain Soral se soient réjouis de la victoire de Donald Trump n’a rien arrangé. Le fait que des intellectuels juifs de gauche façon Troisième République tels Alain Finkielkraut ou Saint-Germain des Près façon Bernard-Henri Lévy aient dit pis que pendre sur Donald Trump n’a rien arrangé non plus.

Disons pour clarifier les choses une bonne fois pour toutes que Donald Trump n’est pas économiquement protectionniste, contrairement a ce qu’écrivent des gens qui ont appris l’économie en lisant de vieux numéros de Pif le chien.

Trump applique ce qu’il a écrit dans son livre Trump : The Art of the Deal*.

Cliquez sur l’image pour acheter ce livre

Il pose des éléments de négociation, établit des rapports de force, menace de prendre certaines mesures aux fins d’obtenir le maximum de ce qu’il veut obtenir, et attend de voir ce qu’accepte celui avec qui il négocie. Parmi ses éléments de négociation, il n’y a pas que des paramètres économiques, mais aussi des paramètres géopolitiques.

  • Avec le Mexique, il entend obtenir le paiement du mur de séparation et une lutte contre les réseaux de trafiquants et les passeurs. Il ne prendra des mesures de taxation à l’importation de produits venus du Mexique que si le Mexique refuse totalement ce que veut Trump.
  • Avec la Chine, Trump entend obtenir des pressions sur la Corée du Nord, un retrait des prétentions chinoises à contrôler les eaux de la mer de Chine jusqu’en lisière des Philippines, une réévaluation du renminbi, une facilitation de l’implantation d’entreprises étrangères en Chine, et des mesures contre le pillage de la propriété intellectuelle américaine par des entreprises chinoises. Trump ne prendra des mesures de taxation à l’importation de produits venus de Chine que si la Chine refuse totalement ce que Trump exige d’elle.

Marine Le Pen est protectionniste

Le programme économique de Donald Trump, par ailleurs, est essentiellement libéral au sens français du terme : baisses d’impôts, déréglementation, facilitation de la création d’entreprises, fin de l’intervention du gouvernement fédéral dans les secteurs non régaliens (police, armée, diplomatie). La seule exception est la politique de grands travaux prévue par Trump, qui entend néanmoins financer celle-ci par des bons du Trésor et des crédits d’impôt accordés aux entreprises impliquées. Le programme économique de Marine Le Pen est socialiste et étatiste.

En termes de politique étrangère, Trump n’est isolationniste qu’aux yeux de ceux qui ont appris la géopolitique en lisant Asterix le Gaulois.

Trump entend renforcer l’armée et se fixe pour ligne directrice planétaire la lutte contre l’islam radical, sunnite et chiite. Il n’interviendra pas militairement sur la planète aux fins de procéder à des changements de régime, mais des actions ciblées et puissantes contre les nids de vipère de l’islamisme ne sont pas du tout à exclure.

Trump n’entend pas dissoudre l’OTAN ou les autres alliances militaires liant les Etats-Unis à d’autres pays du monde : il entend demander aux alliés des Etats-Unis de financer davantage leurs forces militaires, et il veut que l’OTAN soit tournée vers la lutte contre le terrorisme islamique. Il n’a parlé du caractère obsolète de l’OTAN que pour le cas ou les pays membres de l’OTAN ne feraient aucun effort financier et refuseraient une redéfinition claire du rôle de l’OTAN.

Les propos disant qu’il est proche de Poutine sont disséminés par des propagandistes intoxiqués et intoxicants. Trump envisage de coopérer avec la Russie seulement si celle-ci montre concrètement sa volonté de lutter contre l’islam radical. Il entend endiguer l’Iran et faire glisser le régime des mollahs vers l’asphyxie.

Il est favorable, pour ce qui concerne Israël, à la solution à un seul État, appelé Israël.

Marine Le Pen, elle, entend procéder à un repli sur les frontières nationales, faire sortir la France de l’OTAN, et elle est jusqu’à nouvel ordre favorable à un rapprochement plus large avec la Russie et à un rapprochement avec l’Iran des mollahs.

Ses positions sur Israël sont ambiguës. Le Front National a approuvé l’ignoble résolution 2334 des Nations Unies, que Trump a vivement dénoncée. Le plus grand scepticisme s’impose quant à la détermination de Marine Le Pen face à l’islam radical : la volonté de rapprochement avec l’Iran des mollahs n’est pas un bon signe, une visite à al Azhar au Caire n’est pas un bon signe non plus.

Des néo-nazis antisémites tels qu’Alain Soral n’ont sans doute pas remarqué que Donald Trump est un adepte du capitalisme démocratique, aussi éloigné qu’il est possible de l’être de toute forme de socialisme.

Ils n’ont pas remarqué non plus l’amitié de Trump pour Israël et les Juifs.

Si Donald Trump est antisémite, Binyamin Netanyahu, David Friedman, Jared Kushner, pour ne citer qu’eux sont sans doute très antisémites. Il y a infiniment plus d’antisémitisme chez un Juif américain de gauche pratiquant la haine de soi que chez Donald Trump, qui est le premier Président des Etats-Unis à avoir une famille juive, ce qui a échappé à la myopie d’Alain Finkielkraut et Bernard-Henri Lévy qui, l’un et l’autre, chacun d’eux à sa manière, ont tant aimé le pire ennemi d’Israël et du peuple juif à avoir occupé la Maison-Blanche, Barack Hussein Obama, et qui, l’un et l’autre, chacun d’eux à sa manière, n’ont pas vu l’antisémitisme présent chez les Juifs américains de gauche pratiquant la haine de soi.

Cela fait d’eux de piètres penseurs et des boussoles inversées.

Mais il semble qu’en France il faut être un piètre penseur et une boussole inversée et, de préférence, dire n’importe quoi, pour être un spécialiste de la spécialité.

Alain Finkielkraut et Bernard-Henri Lévy ne sont pas seuls.

Je me souviens encore de ces désopilants spécialistes des Etats-Unis qui étaient certains, analyses profondes à l’appui, que Jeb Bush serait le candidat républicain à la présidence et que Donald Trump était un clown qui resterait quinze jours dans la campagne électorale avant de rentrer chez lui.

© Guy Millière pour Dreuz.info

* En achetant le livre avec ce lien, vous soutenez Europe Israël qui reçoit une commission de 5 %.





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 7 thoughts on “Marine Le Pen n’est pas du tout Donald Trump. Par Guy Millière

    1. MLC

      Quand j’ai lu le passage sur la Chine j’ai cru sauter au plafond, bah voyons, quelle méchante chine, vraiment méchante, pauvre Amérique si merveilleuse… Pourquoi ne pas lire une carte maritime avant de faire de la propagande. Le fameux Japon démilitarisé est tout autant si ce n’est bien bien plus impérialiste que la Chine sur la mer de Chine. Par ailleurs, les Chinois sont libres de leur politique monétaire, les américains n’ont pas à tenir le rôle de D-ieu sur terre dirigeant toutes les politiques du monde. Si la Chine ne veut pas de firmes étrangères sans partenariat, c’est son choix, il faut simplement que les autres pays appliquent la réciprocité en défense commerciale. Enfin le pillage technologique est un débat du libéralisme autrichien, mais avant toute chose, les Etats-Unis aussi le pratiquent, tous les grands cadres européens sont espionnés par les révélations de Wikileaks. Sur un débat théorique, tant que l’objet physique n’est pas volé, le libéralisme classique démontre qu’il n’y a aucun vole. Les Chinois n’accepterons jamais à long terme une domination, c’est un des quatre berceaux de civilisations avec le Nil, la Mésopotamie et l’Indus. Une identité culturelle très ancienne et qui a construit une dévotion totale pour leur peuple au sens collectif. S’ils doivent être des esclaves pour être indépendant en tant que nation et être un pôle du monde, ils le feront. Le Japon avait une mentalité proche, il a fallu des bombes nucléaires pour arrêter la stratégie du kamikaze. Les Etats-Unis vont droit dans le mur en voulant rester l’aigle du monde. Chavua tov à tous.

    2. Salmon

      Eh oui , MLP n’est pas Trump !

      pourtant elle revendique l’équivalence
      les Français n’aiment pas la liberté apparemment , car Trump c’est la LIBERTé pas MLP au niveau de son programme

    3. Philippe Bergeron

      Oui, MLP n’est pas Trump, mais les arguments de Guy Millière sont loin d’être tous convaincants, et il laisse beaucoup de questions de côté.
      Comme le souligne MLC, Guy Millière ne comprend rien à la Chine. Il faut ajouter qu’il ne tient aucun compte de l’Inde, dont Trump veut se rapprocher. En fait Guy Millière ignore tout de l’Asie, et c’est une grande faiblesse dans ses analyses, dès lors que l’on touche à la géopolitique mondiale.
      Pour ce qui est du protectionnisme, la politique de Trump a bien une dimension protectionniste: on dirait que certains mots font peur à Guy Millière. Il aurait été suffisant de dire et montrer que ce protectionnisme est différent de celui de MLP.
      Ce qu’il aurait fallu développer, c’est la proximité de MLP et de Poutine avec le chiisme, ou plus exactement le régime iranien (ce qui n’est pas la même chose).

    4. Zayith

      Merci infiniment, M. Millière, pour cette mise au point sur le FN. Il n’y a pas actuellement d’équivalent Trump en France et notre système politique ne le permettrait sans doute pas. Mais il faut absolument que les Français gèrent leurs priorités et sachent une fois pour toutes ce qu’ils ne veulent plus. Ensuite on choisit le moins pire. Et cessons de faire hypocritement les vierges effarouchées à propos de dérives financières ou sexuelles et de juger à tout va alors que nombre d’entre nous pratiquons les mêmes choses à notre niveau.
      Qui jettera la première pierre ? Savez-vous ce que Jésus écrivait sur le sol alors que des Pharisiens voulaient lapider une femme adultère ? Il écrivait leurs noms (reçus par révélation ?), les invitant de ce fait à faire leur propre examen de conscience (pratique juive). Pas besoin de croire en Dieu pour être comparable à ces religieux, notre légalisme habituel y suffit largement !

    5. Armand Maruani

      Comparer TRUMP à MLP c’est comme si on comparait une Ferrari à une 4cv .

      C’est déja un grand honneur pour elle de la comparer à TRUMP .

      Il ne faut pas déconner quand même .

      Comme toujours excellent article de Guy Millière .

    6. Armand Maruani

      TRUMP un Président qui n’a pas eu besoin du fric des arabes pour être élu .

      Alors on fait les poubelles pour lui chercher des noises .

      En attendant il est loin d’être ridicule , il fait ce qu’il a promis .

      Une tornade est en train de se lever , elle traversera la planète entière

      Elle décoiffera plus d’un .

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *