toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

La fin de la « Palestine ». Israël a la possibilité de récupérer sa nation


La fin de la « Palestine ». Israël a la possibilité de récupérer sa nation

ANALYSE

La fin de la « Palestine ». Israël a la possibilité de récupérer sa nation.

Le mot Palestine représente bien des choses. Un nom romain et un mensonge de la Guerre Froide. C’est surtout la justification pour tuer du Juif. « La Palestine » est un vieux complot soviéto-saoudien qui avait pour objectif de créer une fausse nationalité à des clans arabes qui avaient envahi et colonisé le territoire d’Israël.

Ce grossier mensonge a réussi à transformer des terroristes gauchistes et islamistes en des libérateurs d’une nation imaginaire. D’un coup, les efforts meurtriers du bloc soviétique et du bloc musulman pour détruire l’état juif devinrent une entreprise liée à de « sympathiques victimes ».

Mais ce mensonge palestinien est périmé aujourd’hui.

Nous percevons le « terrorisme palestinien » comme un conflit de niveau bas qui relie entre elles les diverses invasions d’Israël par les armées arabes socialistes. Après plusieurs guerres perdues, ce qui restait c’était la terreur intermédiaire.

L’Egypte, la Syrie et l’Union soviétique jetèrent l’éponge, et arrêtèrent les guerres de chars et d’avions, le financement de la terreur étant moins coûteux et moins risqué pour eux. De plus, dans les opérations terroristes, les dividendes sont de loin supérieurs à la mise. Pour un prix inférieur à celui d’un avion de combat, les terroristes peuvent atteindre Israël en profondeur, tout en l’isolant sur le plan international, avec des exigences de « nation » et de « négociation ». En effet, après la Guerre Froide, la Russie était à court de liquidités et les « papas apportant des bonbons à l’Olp » s’étaient lassés de payer des collections de chaussures de mode à Mme Souha Arafat et les factures de nettoyage des « keffyeh » de son époux. Le groupe terroriste approchait de sa fin et la notion de Palestine apparaissait plus clairement comme une illusion, sans beaucoup d’avenir.

Mais voilà que sieur Clinton, et la gauche agitée du parti travailliste israélien qui, contrairement à son homologue britannique, n’avait pas réussi à s’adapter au nouveau boom économique mondial, ont décidé de sauver Arafat et de créer une entité, « la Palestine ». Le désastre terroriste qui s’ensuivit tua des milliers d’individus, angoissa 2 générations d’Israéliens, isola le pays, et mit à la portée des bombes humaines, pour la première fois, toutes les villes israéliennes.

Malgré des propositions de concessions majeures, Israël n’a pas réussi à se débarrasser du poids de la nouvelle idée des « 2 états pour 2 peuples ». Détruire Israël brutalement ou à petit feu était généralement perçu comme un petit prix, comparé à un conflit généralisé.

Les mêmes forces économiques qui avaient transformé le monde après la Guerre Froide ont sauvé la Palestine. Arafat avait perdu ses parrains à Moscou, mais il venait de trouver de nouveaux « papas à bonbons » dans le Globalisme. La loi et les affaires internationales, l’internet, la suppression des frontières constituaient le nouvel ordre mondial remplaçant la Guerre Froide.

Les exigences d’un clan à Hébron pouvaient attirer l’attention du monde entier, car le nouvel ordre mondial pouvait globaliser tout conflit local, puisque tout était connecté. Un terroriste qui explose une pizzeria à Jérusalem peut avoir une incidence sur les cours de bourse à New York, le développement d’une société en Chine ou sur une autre attaque terroriste à Paris. Ces interconnections sont devenues l’arme de choix des terroristes islamiques.

Aujourd’hui le Globalisme est moribond et sa mort emportera la Palestine avec elle. Une nouvelle génération de chefs est née, sérieusement hostile à cette Globalisation. D Trump et Brexit sont deux exemples importants opposés au « transnationalisme ». Et les sondages ailleurs montrent qu’ils ne sont pas seuls.

La plupart des gouvernements cherchent aujourd’hui à avantager leur propre pays plutôt qu’à déployer un filet de sécurité transnational pour les autres nations. Et la cause palestinienne perd de son intérêt. D’ores et déjà, de nombreux pays arabes et Musulmans s’intéressent plus à coopérer avec Israël qu’à cacher leurs difficultés derrière la cause palestinienne. Malgré le fait que 45% des Américains sont favorables à un état palestinien dépassant de peu ceux qui le refusent, la tendance est à l’inverse et à « l’Amérique d’abord ».

Les « transnationalistes » croient fermement qu’ils peuvent et doivent résoudre n’importe quel problème qui se pose dans le monde, depuis le réchauffement climatique, jusqu’à la justice internationale, ou encore l’idée de « 2 états pour 2 peuples ». L’Islam radical s’est engouffré dans les failles du système, pas de frontières, membres de coalitions qui se neutralisent, propagande et recrutement aisés… Cela ne veut pas dire que les « nationalistes », comme le Japon, qui ont par exemple besoin de pétrole, ne cèderont pas devant les exigences de leurs fournisseurs arabes, malgré leur sympathie à l’égard de la lutte d’Israël. D’un autre côté, alimenter indéfiniment les caisses de l’Autorité palestinienne sans résultat, a des limites, de même que déployer des efforts diplomatiques dans un probable trou noir. Mais cela ne veut pas dire non plus qu’ils s’aligneront immédiatement sur la position israélienne.

Pendant 2 décennies, s’aligner sur la solution « 2 états pour 2 peuples », avec l’objectif de créer un état islamique terroriste au milieu d’Israël, a été le prix demandé à l’Etat juif pour qu’il participe à la Communauté internationale. Ce niveau de prix ne disparaîtra pas du jour au lendemain, mais il sera plus aisé à négocier. Le changement réel viendra du côté palestinien où une cleptocratie terroriste se nourrit de la misère humaine pour construire des villas à Ramallah. Conçu au départ comme moyen de combat par les ennemis de l’Occident, lors de la Guerre Froide, cet Etat terroriste a été réanimé par conviction, par les « transnationalistes occidentaux »

L’Autorité palestinienne, créée comme entreprise par l’OLP, elle-même entreprise des terroristes du Fatah, n’est pas une structure économiquement viable. Elle vit de dons et ses succès diplomatiques sont dus aux réseaux « transnationalistes », l’Onu, les medias et les ONG. Rappelons que lors des négociations entreprises par l’administration Obama, c’est le Secrétaire d’Etat américain John Kerry lui-même qui représentait les Palestiniens !

Si vous ôtez cet ordre « transnational », l’Autorité palestinienne aura besoin d’un nouveau « papa avec des bonbons ». Mais l’Arabie est meilleure dans les promesses que dans leur exécution. Et la Russie n’a plus les moyens de subvenir aux besoins croissants de Ramallah. Peut-être l’Iran. Mais c’est à voir. En tout cas, cette Autorité palestinienne ne peut survivre sans le soutien américain. Et la farce prendra fin, mais pas tout de suite.

Aujourd’hui Israël a les moyens d’accélérer le processus, si cet état veut bien prendre le risque de transformer un statu quo corrosif en un conflit plus explosif dans le court terme, mais plus gérable à long terme.

Contrairement à feu Peres et Sharon, B Netanyahou n’est pas un joueur. Le processus de paix était une grosse spéculation, comme d’ailleurs le retrait du Liban et l’expulsion de Gaza. Toutes ces spéculations ont échoué, laissant des cicatrices et des crises qui durent. A l’opposé des autres 1ers ministres, Netanyahou n’a pas pris beaucoup de risques. Il a été un excellent gestionnaire d’une économie en pleine croissance et d’une nation florissante. S’il est resté si longtemps au pouvoir, c’est que le citoyen est assuré qu’il ne prendra pas de folle décision.

Obama était furieux contre lui, car il ne voulait prendre aucun risque, se contentant de gérer prudemment son pays, d’où sa longévité. Mais n’oublions pas non plus que Bibi était aussi un ancien commando qui a participé au sauvetage d’un avion kidnappé. En fait, il ne prend aucun risque avant d’avoir une balle en ligne de mire. Et aujourd’hui, il est beaucoup plus risqué pour Israël de ne pas prendre de risque que d’en prendre. Il est temps de jeter les dés.

Car la vague nationaliste peut ne pas durer. L’ordre « transnational » peut revenir. Ou la nouvelle vague peut se transformer en quelque chose d’imprévisible etc… Le statu quo actuel est instable : un faible état terroriste islamo-gauchiste soutenu par les Etats-Unis, un état terroriste des Frères Musulmans, soutenu par la Qatar et la Turquie, se renforçant à Gaza, et Israël utilisant sa brillante technologie pour gérer les menaces de tout bord. Cet équilibre peut s’effondrer d’un moment à l’autre.

L’OLP a infligé à Israël de grands dommages sur le plan diplomatique et le Hamas terrorise la plupart de ses villes. Ensemble, ils constituent une menace existentielle qu’Israël a laissé filer, sous prétexte de la gérer. L’avenir n’est pas aussi sûr qu’il n’en a l’air.

La Palestine est aujourd’hui moribonde, et Israël n’y est pour rien. Cela vient de la chute de l’ordre « transnational ». La question est de savoir quel autre ordre le remplacera. Aujourd’hui une vague nationaliste envahit l’Occident et Israël a devant lui l’opportunité de réclamer des frontières et une nation.

Daniel Greenfield

Daniel Greenfield, a Shillman Journalism Fellow at the Freedom Center, is a New York writer focusing on radical Islam.

traduction Nuit d’Orient







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 5 thoughts on “La fin de la « Palestine ». Israël a la possibilité de récupérer sa nation

    1. Jean-Francois Morf

      Comment a-t-on éliminé le nazisme? En tuant tous les nazis!
      Comment Dieu éliminera-t-il l’islam? En tuant tous les mahométans:
      Un grand tremblement de terre fera dégazer la mer noire de tout l’hydrogène sulfuré H2S dont son fond est saturé, et ce gaz mortel, puant la merde, ira gazer 9 pays musulmans situés au sud-est de la mer noire.
      Ceci est prédit dans la Bible: Ezéchiel chapitre 38…
      Et les muzz apprendront que Dieu protège Israël, ce peuple qui sera ramené du sein des nations en 1948, comme prédit par Ezéchiel!
      Il n’y a jamais eu de paix durable avant une reddition totale sans condition.
      Trump devra vitrifier les palestiniens adorateurs d’Allah=Satan et adorateurs d’AnteChrist=Mahomet, jusqu’à ce que leurs élites se rendent sans condition!

    2. Jean-Francois Morf

      Comment a-t-on éliminé le nazisme? En tuant tous les nazis!
      Comment Dieu éliminera-t-il l’islam? En tuant tous les mahométans:
      Un grand tremblement de terre fera dégazer la mer noire de tout l’hydrogène sulfuré H2S dont son fond est saturé, et ce gaz mortel, puant la merde, ira gazer 9 pays musulmans situés au sud-est de la mer noire.
      Ceci est prédit dans la Bible: Ezéchiel chapitre 38…
      Et les muzz apprendront que Dieu protège Israël, ce peuple qui sera ramené du sein des nations en 1948, comme prédit par Ezéchiel!
      Il n’y a jamais eu de paix durable avant une reddition totale sans condition.
      Trump devra vitrifier les palestiniens adorateurs d’Allah=Satan et adorateurs d’AnteChrist=Mahomet, jusqu’à ce que leurs élites se rendent sans condition!

    3. BobbyFR94

      Marine Le PEN a reconnu le droit qu’a ISRAËL a se défendre…

      Le FN n’est pas l’ennemi d’ISRAËL, bien au contraire… Surtout si l’on considère les mensonges des MERDIAS-TV lobotomisant du mieux qu’ils aient pu les téléspectateurs … enfin, là, à mon avis, leur influence est en train de sérieusement décroître…

      Geert WILDERS a une très très bonne opinion d’ISRAËL…

      Nigel FARAGE aussi :-)))

      Le vent tourne, et la vérité remonte…

      Pour ce qui me concerne, je suis pour un partenariat bien plus étroit avec ceux que je considère comme mes Frères, bien que n’étant pas juif…

      Je ne réussirai jamais à comprendre que des juifs – de gauche – puissent aller contre leur pays…En France, je veux bien, étant donné que nous n’avons pas – encore – atteint le niveau de terrorisme que vous avez là-bas…

      Que l’on m’explique, vraiment…

      Comme lu sur l’autre excellent site, je parle de DREUZ.INFO, il y a déjà un « état palestinien », c’est la Jordanie, alors que les palos y retournent !!!

      Merci pour cet article en tout cas, qui permet de comprendre un peu mieux la situation

    4. Legoy

      Je crois toujours que la solution à 2 États est la bonne: un État israélien et un État palestinien vivant côte à côte et en paix….de chaque côté du Jourdain.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *