toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

A propos de la Révolution Anti-médiatique


A propos de la Révolution Anti-médiatique

Michel Garroté – Première question : la classe politique est-elle en quête permanente de boucs émissaires ? Deuxième question : avec le Web (les réseaux sociaux, les sites et les blogues), qui est en compétition avec les journalistes classiques, assiste-t-on à une révolution anti-médiatique ? La réponse à ces deux questions est « oui ». « Oui », car en effet, la classe politique est en quête permanente de boucs émissaires ; et « oui », car en effet, le Web est en compétition avec les journalistes classiques.

A ce propos, Maxime Tandonnet (*), dans un article intitulé « La classe politique est en quête permanente d’un bouc émissaire », écrit notamment (extraits adaptés ; voir lien vers source en bas de page) : Les « parias de la République » sont des hommes et des femmes qui ont tous pris une part active au gouvernement du pays. Ce ne sont pas de simples trublions ou provocateurs qui se seraient contentés de paroles et de protestations ou de démagogie. Cependant, du fait de leur intelligence, de leur culture, de leur volontarisme et de leur attachement au bien commun, ils n’ont pas été compris par les élites, la classe politique. Donc, ils ont été rejetés, diabolisés, maudits. Mais ce qui m’a le plus sidéré, c’est la poursuite de leur statut de pestiférés dans le temps. Malgré les aspects positifs de leur action, leur image reste maudite.

Maxime Tandonnet : Chaque époque a sa pensée unique ou son idéologie dominante. Les « parias » sont des personnalités qui, du fait de leur intelligence visionnaire, se sont élevées au-dessus du conformisme triomphant. Souvent, ils ont eu raison avant tout le monde. C’est pourquoi, ils ont été broyés. La vie politique médiatisée devient de plus en plus une affaire d’image, de coups médiatiques, de manipulations, de polémiques et de posture. Elle est orientée vers le culte du « moi », le bavardage, la communication narcissique au détriment de l’action et du bien public. Il faut noter que François Hollande n’a pas été épargné par le monde médiatique et la presse qu’il croyait acquise à sa cause.

Maxime Tandonnet : Le président de la République, qui incarnait du temps du général de Gaulle et de Pompidou, le prestige, l’autorité, la grandeur nationale, est-il en train de devenir le « bouc émissaire » naturel d’un pays en crise de confiance ? Ultramédiatisé, il incarne à lui tout seul le pouvoir politique dans la conscience collective. Mais ne disposant pas d’une baguette magique pour régler les difficultés des Français, apaiser leurs inquiétudes, il devient responsable malgré lui de tous les maux de la création, ajoute Maxime Tandonnet (fin des extraits adaptés ; voir lien vers source en bas de page).

De son côté, Ingrid Riocreux (**), dans un article intitulé « Réseaux sociaux contre journalistes : assiste-t-on à une révolution anti-médiatique ? », écrit notamment (extraits adaptés ; voir lien vers source en bas de page) : Les réseaux sociaux sont des relais très puissants. En ce sens, on peut dire que désormais, la hiérarchie de l’information échappe en grande partie aux médias officiels. Une information jugée mineure par les journalistes peut prendre une ampleur énorme par le biais des réseaux sociaux. Le problème évidemment, c’est que des informations fausses prennent également une ampleur énorme de cette manière. Mais ce qui est intéressant, c’est que la fameuse, disons, la prétendue « éthique de la responsabilité » des journalistes est totalement à revoir.

Ingrid Riocreux : Souvenez-vous des agressions de Cologne. Toute tentative d’étouffer des faits avérés est contre-productive. Les faits en question finissent par être connus parce que les réseaux sociaux propagent les images et les témoignages. Et les médias faisant autorité apparaissent comme des manipulateurs ayant voulu cacher la vérité. Par contrecoup, les médias alternatifs gagnent en crédibilité : ils apparaissent comme ceux qui disent ce que les autres nous cachent.

Ingrid Riocreux : Il faut compléter ce commentaire en remarquant un phénomène corollaire, sorte de réflexe de défense des grands médias face à la concurrence de la toile : je veux parler de la propension des médias à nous mettre en garde contre ce qui circule sur les réseaux sociaux, et je pense notamment aux épisodes d’attentats. Cet appel à la prudence est légitime, mais ces mêmes médias ne semblent pas se l’appliquer à eux-mêmes. La volonté obsessionnelle d’être le premier à divulguer telle ou telle information les conduit à relayer toutes les rumeurs, en se protégeant derrière l’emploi du conditionnel, ce qui est un peu facile. Sans compter les erreurs liées à la précipitation, ajoute Ingrid Riocreux (fin des extraits adaptés ; voir lien vers source en bas de page).

© Michel Garroté pour Europe-Israël

http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2017/01/13/31001-20170113ARTFIG00342-maxime-tandonnet-la-classe-politique-est-en-quete-permanente-d-un-bouc-emissaire.php

http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2017/01/13/31001-20170113ARTFIG00257-reseaux-sociaux-contre-journalistes-assiste-t-on-a-une-revolution-anti-mediatique.php

(*) Haut-fonctionnaire, Maxime Tandonnet décrypte chaque semaine l’exercice de l’État pour le FigaroVox. Auteur de nombreux ouvrages, dont « Histoire des présidents de la République » (éd. Perrin, 2013) et « Au cœur du Volcan, carnet de l’Élysée » (éd. Flammarion, 2014), il vient de publier « Les parias de la République » (éd. Perrin, 2017).

(**) Ingrid Riocreux, Agrégée de Lettres modernes et Docteur de l’Université Paris-Sorbonne, est spécialiste de grammaire, de rhétorique et de stylistique. Qualifiée aux fonctions de Maître de Conférences des Universités en langue et littérature françaises, elle a publié « La Langue des médias. Destruction du langage et fabrication du consentement » (éd de l’Artilleur/Toucan, 2016).







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 9 thoughts on “A propos de la Révolution Anti-médiatique

    1. Malcolm Ode

      Depuis la fin des années 1960 (Vietnam, Mai 68… ) les informations occidentales sont supervisées par les services de… « renseignements » au travers d’Agences de presse de nos États dits démocratiques.

      En clair, les infos officielles ne sont « absolument » pas fiables : on nous endors avec des incendies, des accidents de la routes, des faits de société excessivement négligeables en regard de l’agression civilisationnelle des extrémistes musulmans à l’échelle de la planète, qui profitent de tous les bienfaits de la démocratie pour y insérer leur sharia.

      Quel monde laisserons-nous à nos enfants et à nos petits enfants?

      UN MONDE FONDÉ SUR LE MENSONGE ISLAMIQUE?

    2. Claire

      La classe politico-médiatique – de gauche – est effectivement à la recherche de boucs émissaires – de droite.
      Heureusement, les réseaux sociaux et les sites de réinformation font relativement contrepoids. Toutefois, en ce qui concerne l’affaire Fillon, qui repose sur un dossier dévoilé par le Canard enchaîné mais manifestement préparé de longue date, il faut bien reconnaître que le coup risque d’être mortel. Non seulement pour Fillon, mais aussi pour la droite en vue des présidentielles.

    3. trender

      Fillon agonisant politiquement ? peut être , seulement on a vu que les manipulations et les agissements des grandes agences du renseignement d’état ou celles du privé , spécialistes des coups tordus, aux ordres d’Hussein , n’ont pas permis aux Clinton de revenir sur la scène politique et surtout la défaite d’Hillary, a marqué le dédain de ces biens pensants rejetés par l’américain blanc de la classe moyenne.

      Aussi , rien ne dit que d’ici là, les rancœurs viscérales , qui divisent le parti socialiste peuvent les pousser eux aussi a fournir les éléments d’affaires ravageuses sur Benêt Hamon ou Macron…la route est longue avant la victoire …de la présidentielle qui n’est jamais un long fleuve tranquille…

    4. Yehudah

      En regardant ces bandits anarchistes qui ont détruit Washington DC pendant l’inauguration de Donald Trump et pas même deux semaines plus tard, ces fascistes «antifascistes» qui ont mis le feu et peint «KILL TRUMP» sur tout le campus de l’UC Berkeley pour «protester» Milo Yiannopoulos, Au moinsmene a une conclusion certaine: les conservateurs n’agissent pas de cette façon.

      Mais la gauche fait, et ils le font d’une maniere régulière. C’est parce qu’ils se tiennent à un niveau de comportement très faible, dit le grand économiste George Mason University et professeur Walter E. Williams. Il soutient dans son article pour The Daily Signal que si les républicains ou les conservateurs étaient ceux qui portaient des masques, jetant des bombes et battant des gens en réaction à Barack Obama devenant président, vous pouvez être sûr qu’il serait mis en action rapide « large médiatique et politic condamnation intellectuelle « . Les gauchistes, cependant, obtiennent un laissez-passer et sont surtout encouragés à faire plus.

      «Supposons que les républicains et les conservateurs aient porté des signes qui lisent« F- Obama »ou ont parlé de« bomb la Maison Blanche ». Les médias d’information, au lieu de les appeler des manifestants, les auraient qualifiés de mauvais racistes, obstructionnistes et tout sauf un fils de Dieu « , écrit Williams.

    5. sergeb

      Les merdias ont atteints un des plus hauts degrés de dangerosités jamais vu jusqu’ici. LES RÉSEAUX SOCIAUX LES COURT-CIRCUITENT et cela les mets hors d’eux-mêmes. Ils sont fous de rage et travaille du coté de la gauche avec qui ils sont le plus a l’aise.

    6. Sara

      Les élections présidentielles américaines ont démontré qu’il était possible de se passer totalement des grands médias (ou médias mainstreams) tant pour s’informer que pour informer.

      Donald Trump a refusé des entretiens avec les plus célèbres chaînes US, considérés – par eux-mêmes – comme incontournables et a quand même été élu.

      Si un candidat US peut se passer d’eux pour être élu, s’informer et informer les gens, une simple citoyenne comme moi peut s’en passer.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *