toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

[Vidéo] Combien Hollande a-t-il reçu pour le 15 janvier ? La conférence d’Alger de 1973 prévoyait des récompenses…


[Vidéo] Combien Hollande a-t-il reçu pour le 15 janvier ? La conférence d’Alger de 1973 prévoyait des récompenses…

Admirez le défilé des Arabo-musulmans à la fin de la conférence d’Alger, en ce 28 novembre 1973. Juste deux hôtesses, en tout début de video, non voilées… Et oui, en 1973, les Arabo-musulmans n’osaient pas tout, pas encore, prêts à faire semblant pour obtenir la tête d’Israël et l’islamisation de nos pays…

Texte accompagnant la video de  l’INA ci-dessus…

« Après la guerre israélo-arabe de 1973, le sommet arabe qui se réunit du 26 au 28 novembre à Alger réitère les objectifs des pays arabes face à Isarël, et notamment la libération totale des terres conquises en 1967, libération de la Jérusalem arabe et refus de toute atteinte à la souveraineté de cette dernière, rétablissement des droits nationaux du peuple palestinien. Le 28 novembre, l’OLP est reconnue à Alger par la Ligue arabe comme le « seul représentant légitime du peuple palestinien ». »

Le sommet d’Alger a donc accouché d’un texte dont voici un extrait, très clair, montrant que les Etats seront récompensés en fonction de leur soutien à la cause arabo-palestinienne. :

« To continue the use of oil as a weapon in the campaign, in view of the resolutions of the oil Ministers and the link between the revocation of the ban on oil exports to any country and the commitment of that country to support the just cause of the Arabs. To establish a committee, subordinate to the oil Ministers, which will follow up the implementation of these resolutions and those of the oil Ministers with regard to the percentage of the cut in oil supply, so as to arrive at coordination between this committee and the committee of Foreign Ministers of the oil-producing countries in respect of the development of the positions of other countries vis-à-vis the Arab cause. »

Tout cela est inscrit dans l’ensemble du processus Eurabia, « dialogue » euro-arabe. Les pays de la Communauté européenne se sont engagés à soutenir la politique arabe contre Israël, en échange d’accords économiques avec les pays de la Ligue Arabe, et notamment en échange d’un pétrole peu cher.

 Selon la résolution des ministres, le pétrole est toujours considéré comme une arme, ainsi que le lien de cause à effet entre la révocation de l’embargo sur l’exportation du pétrole et l’engagement des pays importateurs à soutenir la juste cause des Arabes. La création d’instances consultatives rattachées aux ministères du pétrole, qui devront suivre les directives de ces ministères quant à la proportion de la baisse de fourniture de pétrole de façon à coordonner les directives des ministères des affaires étrangères des pays producteurs, en fonction des efforts que les pays clients feront vis à vis de la cause Arabe.
Traduction par Laveritetromphera

Le soutien à la politique arabe consistait à la fois en engagement politique et économique contre Israël ( ce que fait Hollande depuis 2012, récapitulatif ci-dessous) et en islamisation des pays européens grâce à une réforme commandée par les Arabo-musulmans, réforme de nos livres d’histoire, de nos programmes scolaires, de l’enseignement de l’arabe et de l’immigration musulmane censée être favorisée et accueillie les bras ouverts…

Combien donc Hollande a-t-il reçu pour les  abominations dont il est coupable à l’égard d’Israël depuis moins d’un an ?

Et notamment : vote de la résolution de l’UNESCO niant l’implantation juive historique à Jérusalem, vote au Conseil de Sécurité de l’ONU de la résolution 2334 qui retire à Israël tout droit sur la vieille ville de Jérusalem et enfin, l’apothéose, la réunion du 15 janvier.

——————————————————————————————–

Voici ce que nous écrivions en novembre dernier :

En 2011, la France a soutenu la demande palestinienne de devenir membre de l’UNESCO. Les Palestiniens exploiteront ultérieurement leur statut pour cajoler l’organisation dans le but d’islamiser Jérusalem tout en rendant difficile la connexion des Juifs et des Chrétiens avec la ville sainte.

En 2012, la France a soutenu une résolution de l’Assemblée générale des Nations unies qui accordait à « l’État de la Palestine » le statut d’état observateur non membre des Nations unies.

En 2014, la France a soutenu une résolution proposée par des pays arabes à l’UNSC qui aurait imposé à Israël une période limite d’un an pour l’établissement d’un État palestinien. La motion a été rejetée parce que le bloc pro-arabe n’a pas pu obtenir les neuf votes nécessaires pour l’adoption par le corps de 15 membres.

En 2016, la France s’est jointe au bloc musulman à l’UNESCO dans l’adoption antisémite d’une résolution qui adoptait des théories de conspiration et prétendait que les Juifs avaient installé des « tombes factices » dans des cimetières musulmans. La résolution a en outre, de façon perverse et mensongère, exclusivement cité les saints lieux juifs par leurs noms musulmans et a condamné Israël pour diverses transgressions purement inventées.

Avec ou sans le consentement d’Israël, la perfidie française continuera d’agir selon son plan infâme. Mais le plan français se heurtera à un mur de briques faute de recevoir l’appui des États-Unis. À cet effet, Monsieur Vimont doit se rendre aux États-Unis le semaine prochaine afin de coordonner ses efforts avec le gouvernement Obama.

Depuis longtemps, la politique des États-Unis s’est opposée aux résolutions des Nations unies qui visaient à imposer des décisions à l’allié résolu de l’Amérique et seule démocratie du Moyen-Orient, Israël. L’opposition à toutes actions anti-Israël aux Nations unies reste pratiquement unanime au Congrès et les deux candidats à la présidence ont aussi exprimé leur opposition à employer les Nations unies comme outil de coercition contre Israël. Quoiqu’il en soit, des rumeurs laissent entendre que Obama pourrait bien y réfléchir.

Selon un article du Wall Street Journal, Obama pense à plusieurs options pour mettre en œuvre des mesures anti-Israël au cours des semaines qui lui restent à la présidence durant la période de transition. De loin, l’option la plus délétère à la disposition de Obama serait d’employer l’UNSC pour exécuter ses désirs. Un tel comportement impliquerait nécessairement la France, qui  soumettrait un projet de résolution anti-Israël, préalablement présenté lors d’une conférence internationale, qui serait facilement adopté à l’UNSC. Obama demanderait alors à son Ambassadeur Samantha Power de s’abstenir, permettant ainsi l’adoption de la résolution.

Christine Tasin

Source







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 3 thoughts on “[Vidéo] Combien Hollande a-t-il reçu pour le 15 janvier ? La conférence d’Alger de 1973 prévoyait des récompenses…

    1. Claire

      Le torchon sur la tête va très bien à notre dhimmi en chef! Comme Obama, il essaie de nuire un maximum avant de disparaître pour toujours dans la trappe de l’Histoire. En attendant il donne de la France une image déplorable de soumission tous azimuts.
      Vivement qu’on en soit débarrassés!

    2. Alice

      Assez bizarrement Arafat et l’OLP sont magistralement détestés , haïs par la plupart des pays cités dans cette vidéo , toujours d’actualité

    3. Sara

      En complément, vidéo citée par un commentateur sur d’un autre article d’EI ; sur Youtube « La crise du pétrole de 1973: le début de l’islamisation de l’Europe ».

      Écoutez bien le discours du chef – algérien – de l’OPEP ; persuadé d’être en position de force (ce qu’il n’est qu’à cause de la faiblesse des Occidentaux), il se permet tout, culpabilisation de l’Occident avec la colonisation (alors que les pays pétroliers du Moyen-Orient n’ont jamais été colonisé par les Européens), il revendique, exige, réclame. Tout leur est dû.

      En particulier, il « exige » les « territoires occupés » par Israël en échange de la livraison de pétrole ; en quoi cela concerne l’Algérie ? Israël occupe-t-il des territoires algériens ? Au contraire, les Juifs d’Algérie ont dû partir ! Ne serait-ce pas eux qui devraient réclamer des réparations ?

      Les pays européens, dont la France, ne sont pas concernés non plus.

      Qu’est-il arrivé ensuite ?
      La France, première des pays d’Europe, leur a cédé, et n’a rien eu en échange.
      La Hollande n’a pas cédé et il ne lui est rien arrivé !

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *