toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

France: Ces 2 dernières années, un policier par semaine s’est donné la mort. Un centre pour les aider ouvre ses portes


France: Ces 2 dernières années, un policier par semaine s’est donné la mort. Un centre pour les aider ouvre ses portes

Deux ans après les attentats de Charlie Hebdo, les forces de l’ordre sont fatiguées. Les traumatismes, addictions et épuisements professionnels se soignent notamment au centre du Courbat.

En janvier 2015, un séjour de 15 jours spécial post-attentat a été mis en place dans l’établissement de soins de suite et de réadaptation du Liège (Indre-et-Loire). Une nécessité pour venir en aide aux policiers les plus choqués après les attentats de Charlie Hebdo et de l’Hyper Cacher.

Un suicide par semaine

Cette année-là, marquée par les événements dramatiques, le Service de soutien psychologique opérationnel (SSPO), né en 1996 après une vague de suicides, a reçu 1153 policiers en « interventions post-événementiels ».

Soit 140% de plus qu’en 2014, quand le ministère de l’Intérieur a lancé un plan de lutte contre la souffrance au travail. Il a permis de passer de 63 à 70 psychologues au SSPO pour écouter les agents, qui rechignent encore à s’épancher dans ce milieu viril. Ces deux dernières années, un policier par semaine s’est donné la mort.

Traiter le traumatisme « à la source »

« L’arme de service n’explique pas le suicide mais elle le facilite », regrette Frédérique Yonnet, directrice du centre du Courbat. Depuis septembre 2016, un atelier hebdomadaire de psychoéducation sur les troubles post-traumatiques est proposé.

« Le but est de faire prendre conscience du traumatisme et de ses répercussions comme le fait de se retourner sans cesse quand un policier s’est fait tirer dans le dos », illustre Philippe Adam, responsable de communication de l’établissement. Ainsi, l’idée est de limiter les risques de rechute après les séjours d’un à deux mois au Courbat en traitant le problème « à la source ».

Mieux prévenir

D’autant que « bien souvent, les problématiques d’addictions et d’épuisement professionnel s’entremêlent », assure Frédérique Yonnet. Depuis deux ans, tous les commissaires et lieutenants en devenir passent quelques jours par la case Courbat.

L’idée est de compléter les quelques modules suivis en formation initiale sur la question des risques psychosociaux (RPS). En leur ouvrant la porte du château de Touraine, le but est de mieux déceler les signes avant-coureur de surmenage ou de conduites addictives. Pour mieux les prévenir.

Source







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 6 thoughts on “France: Ces 2 dernières années, un policier par semaine s’est donné la mort. Un centre pour les aider ouvre ses portes

    1. Salmon

      ouaf les flics sont devenus des terroristes !

      maintenant ils se suicide !

      ils devraient etre surveiller par les renseignements ! ouaf !

    2. Dorylée

      Et la situation va sûrement s’améliorer avec le nouveau sinistre de l’intérieur qui qualifiait les policiers de  » fous de la gachette  » . Tant qu’on enverra les policiers et les gendarmes au  » casse pipes  » avec les mains liées (interdiction de poursuite, foudres judiciaires dès qu’il y a usage de la force, condamnation unanime de l’usage des armes par les politiques, médias et gogos crétins en tous genres présomption de culpabilité,etc.) ça n’ira pas en s’arrangeant. Ajoutez à cela la hiérarchie qui abonde dans le sens de tous ces idiots pour des raisons carriéristes (surtout pas de vagues, faites pour le mieux et si ça merde, je vous plante). Si d’aventure un haut gradé responsable répond franchement aux parlementaires qui l’interroge sur la réalité de terrain il se fait virer comme un malepropre illico presto.Demandez au Général SOUBELET…
      Un dernier gag pour la route : quand il fut question d’armer les policiers municipaux, n’a-t-on pas entendu les parlementaires préconiser le calibre 7,65 ! C’est peut de dire que ceux qui légifèrent sur les armes n’ y comprennent absolument rien ! Mais ce sont eux qui décident…
      Avec les idéologues incapables qui nous dirigent, l’avenir de nos policiers et gendarmes est bien sombre.

    3. zanaroff

      Doublez les budgets du ministère de l’intérieur, de l’armée. Cela doit devenir une priorité pour le futur gouvernement. Donnez les moyens à la police de faire correctement son travail. Et faire que la justice suive derrière. Et faire que les policiers puissent se protéger contre les attaques de délinquants débiles qui les caillaissent, les agressent, les crâment. Que la justice travail de concert avec la police au lieu de démolir leur travail. Sans JUSTICE pas d’ÉTAT DE DROIT.

    4. joke ka

      Surmenage, corvéables à merci ,matériel obsolète,déconsidération des dirigeants politiques,insultes, violence d’une population de « jeunes »qui se croit
      au dessus des lois confortée par une justice laxiste qui préfère réserver sa compassion pour les criminels ou les délinquants …les policiers se sentent brimés ,mal aimés,fatigués,inutiles et humiliés puisque les individus arrêtés sont relâchés le lendemain… qui veut être flic à présent ????

    5. sergeb

      Au train ou vont les évènements aussi lamentables qu’ils soient, les policiers ne sont pas rompus a ce type de criminels soit les terroristes,
      ces hommes et ces femmes sont la pour faire respecter la loi et voir au bon ordre mais de la a combattre des terroristes aguerris c’est une autre paire de manches, ces criminels n’ont aucun état d’âme, ça ne sont pas des êtres humain mais peut être seulement entre eux et encore. Je ne suis pas surpris par le nombre de policier complètement désemparés car ils ne peuvent faire le travail pour lequel ils ont été engagés. C’est pour cela qu’ils ont besoin de la population, les gens doivent apprendre a savoir flairer le danger et par des chaines téléphoniques aviser ses voisins, des groupes de dix sont amplement suffisant autrement dit tout le monde est responsable de tout le monde dans les quartiers, les rues les villes et villages. Penser aussi a faire parti d’un club de tir n’est pas vilain non plus et c’est bon pour la confiance car les policiers ne PEUVENT en toute objectivité défendre tout le monde.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *