toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

FLASHBACK : en 2011 Obama avait suspendu l’accueil des réfugiés par crainte de terrorisme


FLASHBACK : en 2011 Obama avait suspendu l’accueil des réfugiés par crainte de terrorisme

Au milieu de cette furie hystérique depuis l’ordre exécutif du président Donald Trump d’arrêter temporairement la venue des réfugiés, il peut être instructif de rappeler que le Président Obama en 2011 aurait silencieusement suspendu le programme des réfugiés irakiens pendant six mois.

En 2013, ABC News a d’ abord révélé que deux ans plus tôt, le Département d’État avait imposé un gel du traitement des réfugiés irakiens pendant six mois. L’arrêt a été le résultat de la découverte de deux membres d’Al-Qaïda admis en tant que réfugiés irakiens qui vivaient à Bowling Green, dans le Kentucky, et qui avaient admis avoir visé des troupes américaines en Irak.

Le réseau a également cité des agents du FBI admettant que « plusieurs dizaines de terroristes soupçonnés de poser des bombes, y compris certains censés avoir ciblé des troupes américaines, ont peut-être été autorisés à se déplacer aux États-Unis en tant que réfugiés de guerre ».

ABC News a rendu compte du gel des réfugiés pendant six mois :

À la suite de l’affaire Kentucky, le Département d’Etat a cessé de traiter les réfugiés irakiens pendant six mois en 2011 , ont déclaré des fonctionnaires fédéraux à ABC News – même pour beaucoup d’entre eux qui avaient héroïquement aidé les forces américaines en tant qu’interprètes et agents de renseignement.

Le décret de Trump  suspend les visas pour 90 jours pour les «immigrants et non-immigrants» de Syrie, de Somalie, du Soudan, de la Libye, du Yémen, de l’Iran et de l’Irak. L’ordre exécutif a en autre suspendu l’entrée de tous les réfugiés pendant 120 jours, bloquant indéfiniment les réfugiés syriens d’entrer et abaissant le plafond à 50.000 pour les réfugiés autorisés à entrer aux États-Unis pendant l’exercice 2017.

En réponse au décret, des protestations ont eu lieu à l’extérieur des grands aéroports américains alors que les avocats de l’immigration des groupes financés par le milliardaire George Soros, un champion de la politique des frontières ouvertes, étaient signataires d’un procès déposé samedi pour bloquer l’ordre.

En réponse à la plainte, la juge de district Ann Donnelly a émis  une ordonnance d’urgence qui interdit temporairement aux autorités américaines d’expulser les migrants  des nations énumérées dans l’ordonnance de Trump.

Jo Golan pour Europe Israël

source





Journaliste canadien indépendant. Spécialiste des questions sur l'islamisme, le terrorisme, la géopolitique, et sur le conflit Israélo-arabe.



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 4 thoughts on “FLASHBACK : en 2011 Obama avait suspendu l’accueil des réfugiés par crainte de terrorisme

    1. sergeb

      Donc si l’on comprends bien les juges ont préséances sur le politique
      ce qui revient a dire que le poste de chef de L’État, ici en ce qui concerne les USA n’a plus besoin d’exister en tant que tel. Donc le PRÉSIDENT devient une plante verte à la Maison Blanche. Et bien il faut destituer la juge de district Ann Donnelly ou la nommer chef de L’État US. Elle s’est arroger elle-même les pleins pouvoir sur le choix du peuple. A mon sens elle doit être mis sous les verrous en attendant son procès pour acte de sédition.

    2. LeClairvoyant

      Ce qui est permis aux uns comme bénéfique, est violemment critiqué aux autres comme insupportable. Il y a trop de perversion et dérives gauchistes actuellement aux États Unis
      Ici tout le monde veut commander et s’arroger des pouvoirs qui ne sont pas les leurs.

    3. Claire

      Il serait bon de rappeler que 16 pays arabes interdisent l’entrée aux détenteurs de passeports israéliens, mais aussi aux personnes ayant un tampon israélien sur leur passeport (CF Dreuz). Ces mesures existaient bien avant l’investiture de Trump et n’ont donc aucun rapport avec ses décrets.
      Aucun grand média ne donne cette info et, curieusement, personne ne s’en offusque.

    4. Hugo

      Obama n’a pas suspendu l’accueil des réfugiés irakiens. Suite à l’affaire Kentucky, il a renforcé les contrôles pour l’obtention des visas. Cela a entrainé des ralentissements dans le traitement des dossiers pendant six mois.
      C’est quand même différent que d’interdire purement et simplement l’accès aux résidents de plusieurs pays —, en plus, sans menace concrète préalable.
      Qu’on puisse faire un rapprochement entre les deux, passe encore. Que l’on prétende que c’est pareil en revanche, relève de la mauvaise foi…

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *