toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Quand les flux de « migrants » correspondent aux attaques terroristes


Quand les flux de « migrants » correspondent aux attaques terroristes

La presse anglaise est plus libre que la nôtre. On y trouve des informations intéressantes passées sous silence de notre côté de la Manche.

La presse anglaise est plus libre que la nôtre. On y trouve fréquemment des informations très intéressantes qui ont été passées sous silence de notre côté de la Manche, souvent par incompétence et parfois pour des raisons de basse propagande. Quotidien le plus vendu en Grande-Bretagne, de tendance plutôt conservatrice, le Telegraph s’insurge contre la politique dite des « frontières ouvertes » menée par Angela Merkel et appuyée par la Commission européenne, comme je vous le rappelais hier en citant Jean-Claude Juncker, échappé de son asile lunaire.

Reprenant six exemples éloquents d’actes terroristes islamistes perpétrés depuis mai 2014, le quotidien démontre qu’ils sont liés aux déplacements migratoires :

– En mai 2014, Mehdi Nemmouche, binational franco-algérien qui aurait dû être déchu de sa nationalité française fictive, ouvrait le feu sur le Musée juif de Bruxelles. Après avoir combattu un an dans les rangs de l’État islamique en Syrie, l’homme était revenu en Europe en passant par l’Allemagne. Schengen est donc clairement en cause.

– Le 13 novembre 2015, le Bataclan et le Stade de France étaient attaqués par un commando de dix islamistes. Sept d’entre eux avaient des papiers européens, revenant de Syrie.

La Hongrie de Viktor Orbán, l’un des rares pays en Europe à essayer de surveiller ses frontières, avait révélé que ces hommes s’étaient infiltrés en Europe en se faisant passer pour des « réfugiés » de manière à passer sous les radars des services secrets… Deux autres terroristes étaient des Irakiens munis de faux papiers syriens arrivés en Grèce en 2015. Une autre faille béante causée par le laxisme allemand.

– À Bruxelles, en mars 2016, cinq djihadistes « européens » attaquaient l’aéroport. Encore une fois, il s’agissait de personnes qui avaient combattu en Syrie. Bien sûr, comme l’ont affirmé certains services secrets, au moins un d’entre eux avait réussi à pénétrer incognito en Europe grâce à… de faux papiers !

– Les trois derniers attentats en Allemagne ont aussi été commis par de faux demandeurs d’asile. À Wurtzbourg, l’assaillant du train était un faux réfugié afghan de 17 ans. Idem à Ansbach, où un partisan syrien s’est fait exploser dans un festival de musique après avoir demandé l’asile en Bulgarie, en Autriche et en Allemagne. Quant à Anis Amri, vous connaissez tous son parcours, exemplaire des errements européens…

Qui aura l’outrecuidance de dire qu’il faut continuer à ouvrir les frontières et que Schengen ne doit pas être suspendu un certain temps ? Qui pourra continuer à dire que l’immigration (d’aujourd’hui et d’hier) est une chance pour l’Europe ? Lénine disait que les faits sont têtus…

Source







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 2 thoughts on “Quand les flux de « migrants » correspondent aux attaques terroristes

    1. alauda

      L’accord de Schengen (1985) et la convention de Schengen (1990) en vigueur depuis 1995 a posé la liberté de circulation des personnes à l’intérieur de l’espace. Le système fonctionne depuis 20 ans.

      Ceci dit, en septembre 2011, suite à l’afflux d’immigrants des printemps arabes, les pays signataires ont élargi la possibilité de réintroduire des contrôles TEMPORAIRES en cas de manquement grave d’un État membre à ses obligations de contrôle aux frontières extérieures (clause ajoutée en 2013).

      C’est sur les frontières extérieures que les dysfonctionnements de Schengen sont les plus criants. Rien n’est moins sûr que le SIS (Système d’information Schengen) soit opérationnel à 100% pour ce qui concerne les retours de Syrie.

      On a vu le cirque occasionné par le « welcome » d’A. Merkel. On ne fera croire à personne que tous ceux qui sont entrés à ce moment-là ont été enregistrés, identifiés de manière convenable dans les « hot spots » improvisés, censés trier réfugiés et migrants économiques, et repérer les feux papiers d’éventuels terroristes.

      D’ailleurs, si ma mémoire est bonne, c’est à ce moment-là que la possibilité de réintroduire des contrôles TEMPORAIRES aux frontières s’est manifestée dans de nombreux pays… Le manquement grave d’un État membre, qui l’a pointé ? Après quoi, on a eu droit aux leçons de morale de celle-là même qui avait créé la situation. Puis les pays membres ont mangé leur chapeau tandis qu’elle négociait seule avec Erdogan. Enfin, elle a conclu l’attentat de Berlin par cette exhortation : « Nous allons trouver la force de continuer à vivre ensemble ».

      Je lui souhaite de perdre les élections.

    2. Aline1

      Il est vrai qu’il n’est pas toujours bon de dire certaines vérités.

      Mais nommer le mal par son nom, c’est la seule et unique façon de pouvoir le combattre, et ce n’est pas en culpabilisant ceux qui ont le mérite de le faire que l’on fait preuve de charité.

      Au contraire, le racisme est surtout présent, quand au lieu de désigner des fautifs, on laisse l’imagination exercer cet amalgame qu’il ne faut surtout pas faire.

      Le racisme est donc le fruit et le produit des bisounours.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *