toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

La Russie rejette le plan anti-israélien du duo Kerry/Obama


La Russie rejette le plan anti-israélien du duo Kerry/Obama

Le ministre russe des Affaires étrangères Serguei Lavrov a rejeté la proposition du secrétaire d’Etat américain John Kerry consistant à ce que le Quartett (Etats-Unis, Russie, ONU et Union européenne) adopte les principes énoncés par le chef de la diplomatie américaine sur le conflit israélo-palestinien mercredi après-midi à Washington, rapporte Haaretz.

Après un entretien téléphonique entre les deux hommes mardi soir, Lavrov a publié un communiqué dans lequel il a rappelé qu’Israéliens et Palestiniens devaient mener des négociations directes pour résoudre le conflit, et que les affaires politiques internes américaines ne devaient pas dicter les moyens pour y parvenir.

Lavrov « met en garde contre l’impact de l’agenda des Etats-Unis sur le Quartett pour le Moyen-Orient et le Conseil de sécurité de l’ONU », pointant les risques « des tentatives préjudiciables d’utiliser ces plateformes au sein des querelles entres Démocrates et des Républicains ».

La déclaration de Lavrov fait écho aux craintes exprimées ces derniers jours par le bureau du Premier ministre à Jérusalem selon lesquelles l’administration Obama pourrait tenter de faire adopter des mesures internationales supplémentaires sur la question palestinienne avant que Donald Trump ne devienne officiellement président le 20 janvier.

Six grands principes

John Kerry a énoncé mercredi six grands principes faisant consensus selon lui au sujet de la paix au Proche-Orient, qui « pourraient servir de base à des négociations sérieuses lorsque les parties seront prêtes ».

« Sans préjuger ni imposer d’issue », M. Kerry a estimé lors d’une conférence de presse qu’il y avait « un large consensus sur le fait qu’un accord final sur le statut (d’Israël et de la Cisjordanie, NDLR) répondant aux besoins des deux camps » comprendrait ces six points.

1 – « Etablir des frontières sûres et reconnues par la communauté internationale entre Israël et une Palestine viable et d’un seul tenant, en négociant à partir du tracé de 1967 avec des échanges de territoires équivalents acceptés par chacun. »

Ce principe, contenu dans la résolution onusienne 242 votée en 1967, « est accepté depuis longtemps par les deux côtés et reste la base d’un accord aujourd’hui ». « Aucun changement ne sera reconnu par la communauté internationale à moins qu’il ne soit accepté par les deux côtés ».

2- « Accomplir la vision de la résolution 181 de l’Assemblée générale des Nations unies (datant de 1947, ndlr) de deux Etats, avec deux peuples, l’un juif l’autre arabe, avec une reconnaissance mutuelle et une équité des droits pour la totalité de leurs ressortissants respectifs. »

« Cela a été un principe fondamental de la solution à deux Etats depuis le début: créer un Etat pour le peuple juif et un Etat pour le peuple palestinien, dans lequel chacun peut accomplir ses aspirations nationales ».

3 – « Trouver une solution juste, approuvée, équitable et réaliste au problème des réfugiés palestiniens, avec une assistance internationale, et qui comprenne une compensation, des options et une aide pour trouver des logements permanents, une reconnaissance de la souffrance ainsi que d’autres mesures nécessaires pour une résolution totale qui soit cohérente avec deux Etats pour deux peuples. »

« La communauté internationale peut fournir un soutien et une assistance importants, y compris récolter des fonds pour contribuer à la compensation et à d’autres besoins des réfugiés », mais ceci « sans affecter l’essence d’Israël ».

4 – « Trouver une solution acceptée mutuellement pour Jérusalem comme capitale internationalement reconnue de deux Etats, et protéger et assurer la liberté d’accès aux sites religieux en concordance avec le statu quo établi. »

« Jérusalem est la question la plus sensible pour les deux côtés, et une solution doit satisfaire non seulement les besoins des parties mais aussi les trois religions monothéistes ».

5 – « Répondre de manière satisfaisante aux besoins d’Israël en matière de sécurité et mettre un terme complet à toute occupation, tout en faisant en sorte qu’Israël puisse se défendre efficacement et que la Palestine puisse assurer la sécurité de sa population dans un Etat souverain et non militarisé. »

« Trouver le juste équilibre entre ces exigences est l’un des défis les plus importants auxquels nous ayons fait face pendant les négociations ».

6 – « Mettre fin au conflit et à toutes les requêtes en suspens, permettant des relations normalisées et renforçant la sécurité régionale pour tous, comme envisagé par l’initiative de paix des pays arabes. »

« Il est essentiel pour les deux côtés que l’accord final sur le statut résolve tous les questions en latence et apporte un règlement final au conflit, afin qu’ils puissent entrer dans une nouvelle ère de co-existence pacifique et de coopération ».

source





Journaliste canadien indépendant. Spécialiste des questions sur l'islamisme, le terrorisme, la géopolitique, et sur le conflit Israélo-arabe.



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 4 thoughts on “La Russie rejette le plan anti-israélien du duo Kerry/Obama

    1. gregory

      Ils veulent qu’Israël donne sans contrepartie les territoires refusés en 1948 par les arabes.
      Mais personne ne peut obliger Israël à donner les territoires qui lui appartiennent au titre de la Palestine mandataire.
      L’angle terre avait déjà persuadé les représentants juifs de céder des territoires pour créer la Jordanie . Les anglais par mandat de la SDN n’ont eu de cesse
      de morceler le territoire de la Palestine mandataire destiné à la création du foyer juifs sur les vestiges de l’empire ottoman.
      Israël en 1948 avait accepté un partage proposé par les anglais mais le refus arabe annulait cette décision.
      Obanania l’africain et kerry le clown veulent obliger israel à se faire hara kerry.
      Mais tout ces territoires sont la propriété d’Israël et de lui seul.

    2. alauda

      Depuis 1996, 65,3 millions de personnes ont été déracinées dans le monde, soit comme déplacées internes, soit comme réfugiées. Une population qui équivaut à celle de la France ou de l’Italie.

      Aussi je n’ai compris pour quelle raison les réfugiés dits palestiniens ont un traitement de faveur.

      Les chiffres les plus fantaisistes sont donnés sur ces fameux réfugiés qui s’élèveraient de 4 à 11 millions dans le monde actuel, alors qu’il n’y avait guère qu’un total de 1,2 ou 1,4 arabes en Palestine mandataire en 1947.

      Rien qu’à Gaza, le nombre d’habitants palestiniens est plus élevé aujourd’hui que toute la population de la Palestine mandataire de 1947 (arabe et juive), sans parler des 20.6 % d’Arabes israéliens vivant en Israël et des près de 3 millions dans les territoires.

      Quand un peuple abuse de la fécondité pour toucher des aides, arrive le moment où le pathos sur la souffrance etc (point 3) ne fait plus pleurer les chaumières. Ils font des gosses, ils assument.

    3. lola

      obama et sont toutou peuvent toujours essayer de nous faire pliée avant qu il quitte la maison blanche mais cest peine perdu israel n est pas un pays a qui ont peux faire des menace ou du chantage

    4. sergeb

      1- « Établir des frontières sûres et reconnues par la communauté internationale.
      Ça ne marchera JAMAIS compte tenu que ces arabes palestiniens veulent l’éradication pure et nette d’Israël du continent
      2- « Accomplir la vision de la résolution 181 de l’Assemblée générale des Nations unies (datant de 1947
      Les nations unies n’ont rien a foutre car il existe un pays pour les palestiniens ; LA JORDANIE
      3 – « Trouver une solution juste, approuvée, équitable et réaliste au problème des réfugiés palestiniens
      Des réfugiés de pères en fils durant 60 ans ça c’est trop fort et que fait-on des réfugiés juifs de ces mêmes époques!!!
      4 – « Trouver une solution acceptée mutuellement pour Jérusalem comme capitale internationalement reconnue
      Jérusalem est la Capitale unique d’Israël
      5 – « Répondre de manière satisfaisante aux besoins d’Israël en matière de sécurité
      IMPOSSIBLE a faire car entouré de plusieurs centaines de millions d’arabes qui veulent leurs disparition du continent.
      6 – « Mettre fin au conflit et à toutes les requêtes en suspens
      C’est pas demain la veille qu’on verra cela y a trop de raisons de baisser la garde pour Israël, la sécurité n’existe pas surtout pas quand c’est pour la sécurité d’Israël.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *