toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Kenya: des Iraniens accusés de terrorisme contre l’ambassade d’Israël à Nairobi


Kenya: des Iraniens accusés de terrorisme contre l’ambassade d’Israël à Nairobi

Une nouvelle affaire de terrorisme empoisonne les relations entre la République islamique d’Iran et le Kenya.

Deux ressortissants iraniens ont en effet été arrêtés et inculpés de «facilitation d’un acte terroriste» contre l’ambassade d’Israël à Nairobi. Téhéran dénonce «l’intervention d’une tierce partie», sans la nommer, et demande aux autorités kényanes de libérer ses ressortissants.

«Malentendu», comme l’a qualifié Téhéran ou flagrant délit comme le suggère Nairobi, une nouvelle affaire d’espionnage et de terrorisme secoue depuis plusieurs jours les relations entre la République islamique d’Iran et le Kenya.

Des images vidéo de l’ambassade d’Israël, tournées par téléphone depuis une voiture de l’ambassade d’Iran

Deux Iraniens et leur chauffeur kényan ont été arrêtés par la police anti-terroriste, le mardi 29 novembre 2016,  avec «des images vidéo de l’ambassade israélienne tournées à l’aide de leurs téléphones portables». Et ce, depuis une voiture appartenant à l’ambassade iranienne, précise l’acte d’accusation.

L’histoire n’a été révélée que le vendredi 2 décembre, au lendemain de la comparution de Sayed Nasrollah Ebrahimi, Abdolhossein Gholi Safaee et de leur chauffeur kényan, Moses Keyah Mbogah, devant un tribunal de Nairobi, qui les a inculpés de «facilitation d’un acte terroriste» et ordonné leur maintien en détention provisoire malgré leur contestation des charges.

Le procureur Duncan Ondimu a par ailleurs indiqué devant le tribunal que les trois hommes s’étaient également rendus à la prison de haute sécurité de Kamiti, dans la banlieue de la capitale, pour y rencontrer deux autres Iraniens purgeant des peines de 15 ans de prison.

Un précédent entre Nairobi et Téhéran 

Il s’agirait, selon la télévision israélienne I24, d’Ahmed Mohamed, 50 ans, et Sayed Mansour, 51 ans, arrêtés en juin 2012 en possession d’un puissant explosif militaire. Quinze kilos de RDX, cachés dans un golf de Mombasa, deuxième ville du pays et important centre touristique sur la côte de l’océan Indien.

Selon le tribunal qui les avait condamnés à perpétuité, cet explosif devait servir à des attentats à Mombasa et Nairobi. A l’époque, le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, avait accusé l’Iran de préparer des attentats contre les intérêts israéliens au Kenya.

Téhéran a aussitôt protesté, assurant que les deux personnes récemment arrêtées étaient «des avocats officiels du ministère de la Justice (…) qui s’étaient rendus à Nairobi pour le compte des familles de deux prisonniers iraniens au Kenya, dans une mission de suivi juridique.»

Dans son communiqué, le ministère iranien des Affaires étrangères évoque un «malentendu» et dénonce «l’intervention hostile d’une tierce partie (sans citer nommément l’Etat hébreu) dans un dossier clos, sans doute avec l’intention de porter atteintes aux bonnes relations irano-kényanes.»

 Le Kenya a connu d’autres attentats anti-israéliens

Echaudé par ces épisodes ainsi que d’autres attentats d’al-Qaïda ou de ses sympathisants, comme les shebabs de Somalie, sur son territoire, le Kenya maintient pour le moment les deux Iraniens et leur chauffeur en détention. Ils doivent comparaître à nouveau le 6 décembre en vue d’une éventuelle libération sous caution.

Le 28 novembre 2002, Mombasa avait été le théâtre d’un double attentat anti-israélien. Une attaque à la voiture piégée qui avait fait une quinzaine de morts dans un hôtel appartenant à des Israéliens. Et un charter, qui venait de décoller de l’aéroport de cette ville touristique à destination de Tel Aviv, échappait au tir de deux missiles.

Avec 250 passagers à son bord, l’avion, qui appartenait à la compagnie israélienne Arkia, avait évité de justesse la catastrophe.

Source







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • One thought on “Kenya: des Iraniens accusés de terrorisme contre l’ambassade d’Israël à Nairobi

    1. Niva

      C’est que la France ne voudra jamais montrer, cela par fidélité au maréchal et à la longue conspiration antisémite entretenue dans le pays des droits de « l’homme » !

      Je le répète pour la centième fois et cela malgré les innombrables censure me visant, l’Iran est derrière 95% des attentats antisémites en France, ensuite les autorités et les merdias se chargent de faire passer la pilule « version » daesh !

      Les iraniens contrôlent des trafiques atteignant un chiffre d’affaire entre 60 et 80 milliards d’euros annuel, il contrôle par ce biais la totalité des filières criminelles sévissant en France et également en Europe !!

      Il y a 1 ou 2 semaines, le site Europe-Israël affichait une note alléguant que les trafiques de drogues en France représentent un chiffre de 4 milliards annuel, MENSONGE, c’est 15 à 20 fois plus !

      Je rappelle que selon le FBI, le chiffre mondial annuel en matière de trafiques de drogues représentent entre 500 et 600 milliards de dollars et que la France est la plaque tournante européenne principale en matière de trafiques de drogues !

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *