toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Conférence du 15 janvier 2017: l’esprit de Munich s’invite à Paris ! Par Dora Marrache


Conférence du 15 janvier 2017: l’esprit de Munich s’invite à Paris ! Par Dora Marrache

CHRONIQUE

« Vous aviez le choix entre le déshonneur et la guerre. Vous avez choisi le déshonneur, et vous aurez la guerre ». (Winston Churchill)

Le 23 décembre, le vote de la Résolution 2334, a permis aux Juifs de découvrir le vrai Obama, celui qui se cache sous des dehors affables. Bien sûr,  on se console en se disant que Donald Trump fera révoquer cette « honteuse » résolution. Mais là rien n’est moins sûr, car il est à craindre qu’il ne réussisse pas à obtenir les 9 voix qui le soutiendront.

Hélas, Obama n’a pas encore assouvi pleinement son désir de vengeance. La Conférence de Paris permettra au gouvernement israélien de découvrir sans doute l’aspect maléfique du premier président noir des États-Unis, mais aussi  celui du président français qui proclame  son amour des Juifs de France, mais enfonce un couteau dans le dos de leurs frères israéliens.

Prévue initialement en mai 2016, cette conférence a été reportée à plusieurs reprises mais,  à moins d’un report fort improbable (après le 20 janvier, Obama n’aura plus aucun pouvoir),  elle aura lieu le 15 janvier 2017, à Paris.

« La ConférenceBottom of Form sur la paix de Paris : une feuille de route cauchemardesque? » écrivait en juin Shimon Samuels, le directeur des Relations internationales du Centre Simon Wiesenthal, et il  en parlait comme d’un autre Munich. En effet, difficile de ne pas penser à la conférence de Munich quand on parle de la conférence de Paris. Les ressemblances sont frappantes, on pourrait même envisager des Accords calqués sur ceux de Munich.

En revanche, si nombreux étaient ceux qui, au lendemain des Accords de Munich,  ont parlé de « la lâcheté de Munich », il est, hélas fort peu probable qu’ils le soient pour parler de « la lâcheté de Paris ».

Aujourd’hui, le dictateur c’est Abbas qui promet la paix et la fin du terrorisme si on lui donne les territoires qu’il convoite afin de pouvoir ensuite s’accaparer tout Israël.  On va donc tenter de les lui livrer sur un plateau d’argent.

But de la conférence de Paris-  La résolution du conflit israélo-palestinien par la création de l’État palestinien.

Un peu comme la conférence de Munich qui fut organisée à la demande de Paris les 29 et 30 septembre 1938 pour régler le problème germano-tchèque, celle de Paris, organisée également à la demande du gouvernement français, a pour objectif de résoudre le conflit israélo-palestinien. Paris, l’allié inconditionnel des « Palestiniens » feint de vouloir instaurer la paix dans cette région du monde,  alors qu’il ne fait qu’obéir aux ordres de Ramallah.

À cette conférence à laquelle 70 pays sont conviés – plus on est de fous, plus on s’amuse- Israël a choisi,  depuis longtemps d’ailleurs,  de ne pas participer.  L’État juif veut des négociations bilatérales, mais Abbas évidemment préfère obtenir ce qu’il désire sans devoir faire la moindre concession. La conférence aura donc lieu en l’absence du principal intéressé, tout comme celle de Munich organisée en l’absence de la Tchécoslovaquie. Mais tandis que la Russie, allié de la Tchécoslovaquie n’avait pas été invitée à Munich,  l’Amérique, allié-traitre de l’État juif, sera à Paris car le gouvernement est assuré de son soutien depuis mai 2016 et le vote du 23 décembre le lui a confirmé.

On peut donc dire d’ores et déjà que, à l’instar de la Tchécoslovaquie qui fut trahie par la France qui lui avait pourtant garanti ses frontières, Israël sera trahi encore une fois par l’Amérique.

Abbas / Hitler  Abbas se frotte déjà les mains : tout comme Hitler a pu obtenir la Tchécoslovaquie sans rien donner en retour, Abbas espère bien obtenir que l’État juif se retire aux lignes du cessez-le-feu de la guerre de 48.

« La feuille de route, nous explique Shimon Samuels, consiste alors en une résolution préparée par la conférence internationale organisée à Paris, qui doit être votée par les quinze États membres du Conseil de sécurité dans les cinquante jours qui précèdent l’intronisation du président Trump, le 20 janvier prochain ». Et il ajoutait : « Si elle n’est pas rejetée par l’habituel veto américain, qui s’applique à chaque fois que les intérêts vitaux d’Israël sont en jeu, cette résolution fera d’Israël un État paria, passible de sanctions ».

On peut maintenant, à la lumière du vote du 23 décembre, assurer qu’elle ne le sera pas. La France peut dormir tranquille, Obama la suivra fidèlement et sera même disposé à aller encore plus loin.  Comme l’État juif ne se soumettra pas au diktat de Abbas, contrairement aux autres pays, l’ONU votera une résolution pour isoler complètement l’État juif en élargissant le boycott à tous les produits israéliens, puis une autre pour  la proclamation unilatérale de l’État « palestinien » (ce qu’avait suggéré Fabius).

Les Accords de Paris

Pourquoi ne pas les imaginer calqués sur les « Accords de Munich »? Ils se liraient alors ainsi :

(LE 15 JANVIER 2016 LES puissances  (à définir) réunies sont convenues des dispositions et conditions suivantes règlementant ladite cession, et des mesures qu’elle comporte. Chacune d’elles, par cet accord, s’engage à accomplir les démarches nécessaires pour en assurer l’exécution :

  1. L’évacuation des territoires occupés commencera le ….
  2. Ils conviennent que l’évacuation des territoires en question devra être achevée le … sans qu’aucune des installations existantes ait été détruite. Le gouvernement d’Israël, la Puissance occupante, aura la responsabilité d’effectuer cette évacuation sans qu’il en résulte aucun dommage aux dites installations.
  3. Les conditions de cette évacuation seront déterminées dans le détail par une commission internationale, composée de représentants de la France, des États-Unis, … de la Palestine et d’Israël, la Puissance occupante.
  4. L’occupation progressive par l’armée de l’Autorité Palestinienne commencera le … Les zones indiquées sur la carte ci-jointe seront occupées par les soldats palestiniens à des dates fixées ultérieurement et dans l’ordre suivant :
  • la zone 1, les …
  • la zone 2, les …
  • la zone 3, les …
  • la zone 4, les  …
  1. La commission internationale mentionnée au paragraphe 3 déterminera les territoires où doit être effectué un plébiscite. (Ce paragraphe n’apparaitra pas puisque de la Cisjordanie rien ne sera laissé aux Juifs)
  2. La fixation finale des frontières sera établie par la commission internationale.
  3. Il existera un droit d’option permettant d’être inclus dans les territoires transférés ou d’en être exclu. (Ce droit n’existera même pas, Abbas exige un territoire judenrein)
  4. Le gouvernement d’Israël, la Puissance occupante,  libèrera, dans un délai de quatre semaines à partir de la conclusion du présent accord, tous les prisonniers palestiniens retenus dans les prisons d’Israël, et ce quels que soient les délits dont ils se sont rendus coupables

Paris, le 15 janvier 2017

Le président de l’Autorité palestinienne
Abou MAZEN

Le président français
François Hollande

Le président des États-Unis
Barak Hussein Obama

Tout cela est bien beau et c’est le rêve de Abbas. Il caresse l’espoir insensé que la communauté internationale réussira à mettre Israël au pied du mur et qu’il réalisera la première étape de son plan diabolique, à savoir obtenir la totalité de l’État juif. Car il faut être lucide: toutes les guerres qui ont été déclenchées contre l’État juif l’ont été dans ce but et, aujourd’hui, près de 70 ans plus tard,  les Arabes n’ont nullement renoncé à l’objectif qu’ils se sont fixé.

Conclusion  Seulement voilà : Israël n’est pas la Tchécoslovaquie, Israël ne capitulera pas comme l’avait fait le gouvernement tchécoslovaque.

Si Abbas et tous ses acolytes s’imaginent qu’Israël se soumettra aux résolutions de l’ONU -ce qui n’est nullement dans ses habitudes- et qu’il va assister au démantèlement de Jérusalem et de la Judée-Samarie en restant les bras croisés, ce qu’ils se gourent! Ce qu’ils se gourent! Après Munich, conscient que le pire était à venir, Daladier en faisant allusion au peuple français qui croyait avoir obtenu la paix, avait murmuré : « Ah les cons s’ils savaient ! ». Après Paris, y aura-t-il au moins quelques chefs d’État qui se feront la même réflexion? J’en doute fort!

Tous sont tellement aveuglés par la haine qu’ils nourrissent à l’égard de l’État juif qu’ils ne sont pas même capables de réaliser qu’ils ont à faire à un adversaire de taille qui se battra avec le même acharnement qu’au cours des guerres que ses ennemis lui ont déclarées. Les Juifs auxquels ils se heurtent n’ont plus rien en commun avec le Juif honteux, celui qui a servi de bouc émissaire pendant les 2000 ans d’exil.  Les Israéliens sont prêts à la guerre pour défendre leur territoire lilliputien. Les « Palestiniens » le sont-ils?

Si à l’issue de cette conférence, la France passe pour l’artisan incontestable de la « paix », si on joue à Paris l’hymne national « palestinien », ne sommes-nous pas en droit de nous demander si la France ne se prépare pas à devenir le plus grand fossoyeur de l’humanité? Il semble bien, hélas,  que tous les pays invités à Paris ont oublié que le passé est garant de l’avenir.

© Dora Marrache pour Europe Israël News







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 8 thoughts on “Conférence du 15 janvier 2017: l’esprit de Munich s’invite à Paris ! Par Dora Marrache

    1. MOLIERE

      Quand se lèvera un nouveau ZOLA pour crier aux hypocrites leur lâcheté envers Israel et désarmer tous ces vendus de leurs couteaux aux dos des israeliens . Quelle indignité pour notre pays que de se pavaner dans cette fange . La paire moi président et ussein , on est bien monté en fin de mandat .

    2. gregory

      Selon Michel Gurfinkiel: « Toutes les démarches contestant la légalité de la présence israélienne en Cisjordanie et à Jérusalem sont illégales »
      Si c’est effectivement le cas!
      Pourquoi s’affoler devant des décisions de l’ONU qui seront frappées de nullité?
      Il est temps de siffler la fin de partie.

    3. sdaubi

      Ca vous surprend? C’est la même saloperie socialiste qui est encore aujourd’hui au pouvoir (jusqu’en mai 2017), rien de neuf depuis mitterrand, le collabo décoré, à sa demande, de la francisque n°2202 par le maréchal pétain, faisant partie lui même du GVT antisémite de Vichy et ami intime de rené bousquet,et ce, encore bien après la guerre; rené bousquet, l’ancien chef de la police de Vichy sous l’occupation, qui par zèle envers les allemands, envoya des milliers d’enfants Juifs dans les chambres à gaz alors que ceux ci n’étaient même pas demandeurs, à l’occasion, entre autre,des rafles du Velv d’hiv.
      Socialisme d’aujourd’hui et national socialisme d’hier,Quelle différence?

    4. bronson

      bonjour, article intéressant mais que de redites et de fautes de frappe ! arrivé au bout j’ai bien cru avoir lu trois fois le même texte.
      ceci dit remettons nous en à Hachem qui agit caché….en ces temps ci période de Hannouka !!

    5. Dora Marrache

      @bronson

      Vous avez parfaitement raison! Il y a eu une erreur: c’est le brouillon qui a été publié, et j’en suis sincèrement désolée. Voici le texte final:

      Conférence du 15 janvier 2017 : l’esprit de Munich s’invite à Paris!

      « Vous aviez le choix entre le déshonneur et la guerre. Vous avez choisi le déshonneur, et vous aurez la guerre ». (Winston Churchill)

      Le 23 décembre, le vote de la Résolution 2334, a permis aux Juifs de découvrir le vrai Obama, celui qui se cache sous des dehors affables. Bien sûr, on se console en se disant que Donald Trump fera révoquer cette « honteuse » résolution. Mais là rien n’est moins sûr, car il st à craindre qu’il ne réussisse pas à obtenir les 9 voix qui le soutiendront.

      Hélas, Obama n’a pas encore assouvi pleinement son désir de vengeance. La Conférence de Paris permettra au gouvernement israélien de découvrir sans doute l’aspect maléfique du premier président noir des États-Unis, mais aussi celui du président français qui proclame son amour des Juifs de France, mais enfonce un couteau dans le dos de leurs frères israéliens.
      Prévue initialement en mai 2016, cette conférence a été reportée à plusieurs reprises mais, à moins d’un report fort improbable (après le 20 janvier, Obama n’aura plus aucun pouvoir), elle aura lieu le 15 janvier 2017, à Paris.

      « La Conférence sur la paix de Paris : une feuille de route
      cauchemardesque? » écrivait en juin Shimon Samuels, le directeur des Relations internationales du Centre Simon Wiesenthal, et il en parlait comme d’un autre Munich. En effet, difficile de ne pas penser à la conférence de Munich quand on parle de la conférence de Paris. Les ressemblances sont frappantes, on pourrait même envisager des Accords calqués sur ceux de Munich.

      En revanche, si nombreux étaient ceux qui, au lendemain des Accords de Munich, ont parlé de « la lâcheté de Munich », il est, hélas fort peu probable qu’ils le soient pour parler de « la lâcheté de Paris ».
      Aujourd’hui, le dictateur c’est Abbas qui promet la paix et la fin du terrorisme si on lui donne les territoires qu’il convoite afin de pouvoir ensuite s’accaparer tout Israël. On va donc tenter de les lui livrer sur un plateau d’argent.

      But de la conférence de Paris- La résolution du conflit israélo-palestinien par la création de l’État palestinien.

      Un peu comme la conférence de Munich qui fut organisée à la demande de Paris les 29 et 30 septembre 1938 pour régler le problème germano-tchèque, celle de Paris, organisée également à la demande du gouvernement français, a pour objectif de résoudre le conflit israélo-palestinien. Paris, l’allié inconditionnel des « Palestiniens » feint de vouloir instaurer la paix dans cette région du monde, alors qu’il ne fait qu’obéir aux ordres de Ramallah.

      À cette conférence à laquelle 70 pays sont conviés – plus on est de fous, plus on s’amuse- Israël a choisi, depuis longtemps d’ailleurs, de ne pas participer.

      L’État juif veut des négociations bilatérales, mais Abbas évidemment préfère obtenir ce qu’il désire sans devoir faire la moindre concession. La conférence aura donc lieu en l’absence du principal intéressé, tout comme celle de Munich organisée en l’absence de la Tchécoslovaquie. Mais tandis que la Russie, allié de la Tchécoslovaquie n’avait pas été invitée à Munich, l’Amérique, allié-traitre de l’État juif, sera à Paris car le gouvernement est assuré de son soutien depuis mai 2016 et le vote du 23 décembre le lui a confirmé.

      On peut donc dire d’ores et déjà que, à l’instar de la Tchécoslovaquie qui fut trahie par la France qui lui avait pourtant garanti ses frontières, Israël sera trahi encore une fois par l’Amérique.

      Abbas / Hitler Abbas se frotte déjà les mains : tout comme Hitler a pu obtenir la Tchécoslovaquie sans rien donner en retour, Abbas espère bien obtenir que l’État juif se retire aux lignes du cessez-le-feu de la guerre de 48.
      « La feuille de route, nous explique Shimon Samuels, consiste alors en une résolution préparée par la conférence internationale organisée à Paris, qui doit être votée par les quinze États membres du Conseil de sécurité dans les cinquante jours qui précèdent l’intronisation du président Trump, le 20 janvier prochain ». Et il ajoutait : « Si elle n’est pas rejetée par l’habituel veto américain, qui s’applique à chaque fois que les intérêts vitaux d’Israël sont en jeu, cette résolution fera d’Israël un État paria, passible de sanctions ».

      On peut maintenant, à la lumière du vote du 23 décembre, assurer qu’elle ne le sera pas. La France peut dormir tranquille, Obama la suivra fidèlement et sera même disposé à aller encore plus loin. Comme l’État juif ne se soumettra pas au diktat de Abbas, contrairement aux autres pays, l’ONU votera une résolution pour isoler complètement l’État juif en élargissant le boycott à tous les produits israéliens, puis une autre pour la proclamation unilatérale de l’État « palestinien » (ce qu’avait suggéré Fabius).

      Les Accords de Paris
      Pourquoi ne pas les imaginer calqués sur les « Accords de Munich »? Ils se liraient alors ainsi :

      (LE 15 JANVIER 2016 LES puissances (à définir) réunies sont convenues des dispositions et conditions suivantes règlementant ladite cession, et des mesures qu’elle comporte. Chacune d’elles, par cet accord, s’engage à accomplir les démarches nécessaires pour en assurer l’exécution :

      1. L’évacuation des territoires occupés commencera le ….

      2. Ils conviennent que l’évacuation des territoires en question devra être achevée le … sans qu’aucune des installations existantes ait été détruite. Le gouvernement d’Israël, la Puissance occupante, aura la responsabilité d’effectuer cette évacuation sans qu’il en résulte aucun dommage aux dites installations.

      3. Les conditions de cette évacuation seront déterminées dans le détail par une commission internationale, composée de représentants de la France, des États-Unis, … de la Palestine et d’Israël, la Puissance occupante.

      4. L’occupation progressive par l’armée de l’Autorité Palestinienne commencera le … Les zones indiquées sur la carte ci-jointe seront occupées par les soldats palestiniens à des dates fixées ultérieurement et dans l’ordre suivant :
      • la zone 1, les …
      • la zone 2, les …
      • la zone 3, les …
      • la zone 4, les …

      5. La commission internationale mentionnée au paragraphe 3 déterminera les territoires où doit être effectué un plébiscite. (Ce paragraphe n’apparaitra pas puisque de la Cisjordanie rien ne sera laissé aux Juifs)

      6. La fixation finale des frontières sera établie par la commission internationale.

      7. Il existera un droit d’option permettant d’être inclus dans les territoires transférés ou d’en être exclu. (Ce droit n’existera même pas, Abbas exige un territoire judenrein)

      8. Le gouvernement d’Israël, la Puissance occupante, libèrera, dans un délai de quatre semaines à partir de la conclusion du présent accord, tous les prisonniers palestiniens retenus dans les prisons d’Israël, et ce quels que soient les délits dont ils se sont rendus coupables
      Paris, le 15 janvier 2017
      Le président de l’Autorité palestinienne
      Abou MAZEN
      Le président français
      François Hollande
      Le président des États-Unis
      Barak Hussein Obama

      Tout cela est bien beau et c’est le rêve de Abbas. Il caresse l’espoir insensé que la communauté internationale réussira à mettre Israël au pied du mur et qu’il réalisera la première étape de son plan diabolique, à savoir obtenir la totalité de l’État juif. Car il faut être lucide: toutes les guerres qui ont été déclenchées contre l’État juif l’ont été dans ce but et, aujourd’hui, près de 70 ans plus tard, les Arabes n’ont nullement renoncé à l’objectif qu’ils se sont fixé.

      Conclusion Seulement voilà : Israël n’est pas la Tchécoslovaquie, Israël ne capitulera pas comme l’avait fait le gouvernement tchécoslovaque.

      Si Abbas et tous ses acolytes s’imaginent qu’Israël se soumettra aux résolutions de l’ONU -ce qui n’est nullement dans ses habitudes- et qu’il va assister au démantèlement de Jérusalem et de la Judée-Samarie en restant les bras croisés, ce qu’ils se gourent! Ce qu’ils se gourent!

      Après Munich, conscient que le pire était à venir, Daladier en faisant allusion au peuple français qui croyait avoir obtenu la paix, avait murmuré : « Ah les cons s’ils savaient ! ». Après Paris, y aura-t-il au moins quelques chefs d’État qui se feront la même réflexion? J’en doute fort!

      Tous sont tellement aveuglés par la haine qu’ils nourrissent à l’égard de l’État juif qu’ils ne sont pas même capables de réaliser qu’ils ont à faire à un adversaire de taille qui se battra avec le même acharnement qu’au cours des guerres que ses ennemis lui ont déclarées. Les Juifs auxquels ils se heurtent n’ont plus rien en commun avec le Juif honteux, celui qui a servi de bouc émissaire pendant les 2000 ans d’exil. Les Israéliens sont prêts à la guerre pour défendre leur territoire lilliputien. Les « Palestiniens » le sont-ils?

      Si à l’issue de cette conférence, la France passe pour l’artisan incontestable de la « paix », si on joue à Paris l’hymne national « palestinien », ne sommes-nous pas en droit de nous demander si la France ne se prépare pas à devenir le plus grand fossoyeur de l’humanité? Il semble bien, hélas, que tous les pays invités à Paris ont oublié que le passé est garant de l’avenir.

      Dora Marrache pour Europe-Israël

    6. L.M

      Bonjour,

      Je partage amplement les dires de votre article. Si ce n’est comme la plupart des médias je suis frappé par cette appellation « La Conférence de Paris permettra au gouvernement israélien de découvrir l’aspect maléfique du premier Président noir des États-Unis ». Le fait que Barack Obama selon vos dires a un aspect maléfique que le gouvernement israélien est sur le point de découvrir. Est-ce parce qu’il est le premier Président « noir » des États-Unis ou simplement parce que comme un grand nombre chef d État il a une approche defavorisant les intérêts de l État d Israël ? Le fait qu’il soit « noir » justifie-t-il son aspect maléfique à l’égard de la nation d’Israël ? Rassurez-vous j’essaie juste de comprendre. Je suis conscient qu’il existe une vraie désinformation sur le plan mediatique à l’égard d’Israël. J’aimerais juste comprendre la pertinence et le fondement du fait qu’il soit le Premier Président noir des États-Unis. Merci pour votre retour. Shalom L.M

    7. Erso+

      En fait c’est pas compliqué a comprendre juste avant la mise au pouvoir de Trump , qui lui veux faire de Jérusalem la capitale du monde .

      il donne tous pouvoir au palestinien donc au état islamique , juste avant leur fin de mandat , aussi bien Obama que François Hollande . pour que l’État islamique ce sante en plein droit pensant avoir les accord des usa et de l’Europe des présidant sortant .

      Mais Certainement pas des Président réélu Imminent

      en agissant ainsi il son sur comme sa qu’ils y aura bien une Énorme Guerre pour crée la guerre qu’ils appelle Armageddon .

      Car Trump Dirigera tout les armé de la 1 er puissance Mondial pour venir sauve L’état juif Ainsi que L’Europe de président nouveaux élu

      C’est une stratégie Fumeuse Abbas y cours les deux pied juin , il ne voie pas que c’est trop beaux pour êtres vrais on lui Livre l’état Juif sur un plateaux d’argent

      Erso+

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *