toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Barack Obama sanctionne la Russie en expulsant 35 diplomates russes pour ingérence supposée dans l’élection présidentielle américaine


Barack Obama sanctionne la Russie en expulsant 35 diplomates russes pour ingérence supposée dans l’élection présidentielle américaine

Le président américain sortant répond ainsi à l’ingérence supposée de Moscou dans l’élection présidentielle de novembre dernier, qui a vu le candidat républicain Donald Trump l’emporter. Barack Obama précise que les sanctions ne s’arrêteront pas là.

Les États-Unis ont montré leur agacement vis-à-vis de Moscou. Le président américain sortant, Barack Obama, a annoncé jeudi une série de mesures contre la Russie après son ingérence présumée dans l’élection présidentielle américaine, déclarant notamment «persona non grata» 35 membres des services de renseignement russes. Ces sanctions sont une réponse à des efforts russes de «nuire aux intérêts américains», a poursuivi Barack Obama, indiquant que le gouvernement fournira un rapport au Congrès dans les prochains jours sur les efforts de Moscou pour «interférer dans notre élection» présidentielle.

Les sanctions ne s’arrêteront pas là, a par ailleurs précisé le chef de l’État, qui quittera ses fonctions le 20 janvier, dans un communiqué, prévenant que les États-Unis prendront d’autres mesures «au moment que nous choisirons», «y compris des opérations qui ne seront pas révélées au public». Dans sa déclaration, Barack Obama invite les pays «amis et alliés» des États-Unis à «travailler ensemble pour contrer les efforts de la Russie visant à saper les bonnes pratiques internationales et à s’ingérer dans le processus démocratique».

Dans sa déclaration jeudi, le président américain indique en outre qu’il a sanctionné «neuf entités ou individus», dont le GRU et le FSB, les deux services de renseignement russes, et des entreprises qui ont fourni «un soutien matériel» aux opérations informatiques du GRU. De plus, précise-t-il, le Trésor américain a également sanctionné deux Russes accusés de piratages visant à collecter des fonds ou des données personnelles. Le département d’État américain, par ailleurs, «ferme deux installations russes dans le Maryland et à New York, utilisées par des Russes pour du travail de renseignement».

En réaction, le ministre des Affaires étrangères russe, Sergueï Lavrov, a dénoncé des mesures qu’il juge contre-productives et nuisibles au rétablissement de liens bilatéraux, a rapporté l’agence Interfax.

Trump réfute une implication russe dans le scrutin présidentiel

Pour les autorités américaines en place, la question n’est plus de savoir si la Russie a interféré dans la campagne présidentielle, mais jusqu’à quel point. Washington accuse notamment des pirates informatiques russes d’avoir dérobé des dizaines de milliers d’emails de responsables démocrates, dont Hillary Clinton et John Podesta. Ces messages ont ensuite été mis en ligne via le site WikiLeaks, jetant une lumière crue sur les délibérations internes du camp démocrate et brouillant le message de sa candidate.

Donald Trump, le président élu, a affirmé qu’il ne «croyait pas» à ces accusations, qualifiées par ailleurs par Moscou «d’indécentes». Mais il est isolé dans son propre camp, la plupart des responsables républicains ne mettant pas en doute la réalité des opérations russes et appelant à des sanctions.

Le président américain avait déjà affirmé quelques semaines plus tôt que les États-Unis ne resteraient pas sans réagir. «Il est clair que si un gouvernement étranger, quel qu’il soit, tente d’entacher l’intégrité de nos élections, alors nous devons agir», avait plaidé Barack Obama. Moscou avait rejeté avec virulence ces accusations jugées «absurdes». «Il faut soit cesser d’en parler, soit apporter enfin des preuves. Sinon, tout ça est plus qu’indécent», a déclaré le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov. La Russie a rejeté à plusieurs reprises les soupçons la visant, dénonçant des accusations «gratuites» et «non professionnelles», «non étayées par la moindre information ni preuve». Mais ces attaques informatiques inquiètent jusqu’en Europe où Berlin a dit craindre qu’elles viennent bousculer le jeu politique lors des législatives allemandes de 2017.

Source







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 13 thoughts on “Barack Obama sanctionne la Russie en expulsant 35 diplomates russes pour ingérence supposée dans l’élection présidentielle américaine

    1. Armand Maruani

      La rage jusqu’à la dernière minute .

      Eh oui tous ses plans tombent à l’eau , il misait sur la morue de Clinton pour poursuivre son travail de sape contre les intérêts américains et de l’Occident .

      Il ne  » roulait  » que pour les muzz Iran y compris , celui qui rêve de détruire Israël .

      Dans l’esprit muzz , il applique la politique de la terre brulée avant son départ .

      Plus que 20 jours à patienter et il disparaitra dans les oubliettes de l’histoire à moins que d’ici là il soit jugé et condamné à mort pour haute trahison et intelligence avec l’ennemi . Amen , Aminette .

    2. Armand Maruani

      De toute manière ils pourront passer quelques jours à se reposer en mer dans un yacht et revenir aprés le 20 janvier .

      Quel abruti cet Obama ,

      Je pense encore à son  » YÉS I CAN  » comme l’autre naze avec son  » MOI PRÉSIDENT  » avec son casque et son vélo moteur . .

    3. Slam

      Obama : bête, méchant, sans charisme sans aura. Elu pourquoi ? Pour donner de l’espoir aux minorités et aux afro-américains, à tous ceux qui voyaient en lui la rupture avec l’arrogance des Bush et consorts. Mais quelle monumentale erreur. Rarement a-t-on vu président aussi minable aux Etats-Unis. Il n’a réussi qu’une chose, son travail de sape et de destruction.

    4. franck

      et si une guerre eclate maintenant,
      que se passerait il sur la prise de pouvoir de Trump le 20 janvier
      serait elle reporte a une autre date ?
      que dit la legislation americaine a se sujet?
      merci

    5. Mickey

      Il s’est fait remettre en place par la Russie concernant Israël, alors il panique et continue de faire des conneries, on peut même dire que mis à part faire des conneries, ce président n’aura rien fait d’autre !

      Je rejoint totalement la position du président philippin concernant cette erreur de la nature !

      @ Frank, jamais les états-majors ne le suivraient dans une escalade avec la Russie et de toute manière, Poutine ignore ce « son of a bitch » (dixit le président philippin), mais il est vrai que ce nazislamiste lié aux frérots ferait tout pour mener à bien les projets mahdistes de ses mollahs protégés !

      Il y a une année, j’avais prévu que le mollah barak-hussein mette en danger la paix mondiale dans le but de garder le pouvoir, mais ça aussi, il l’a louper, c’est un peu tard pour vouloir entreprendre une telle escalade. De plus, c’était le premier à organiser des écoutes de ses homologues, rappelez-vous les écoutes des téléphones de tous les chefs d’états il y a 2 ans !!!

      Sans prendre en compte que les accusations visant la Russie sur ses soi-disant implications dans les élections américaines sont totalement infondées et cela selon l’expertise de la NSA et du FBI qui ont démenties les accusations lancées par le « sun of bitch » de mollah barak-hussein !

    6. michel boissonneault

      1) c’est juste pour faire du trouble a Trump
      2) tout les divulgations des courriels des démocrates sont de Wikileak et non des services secret Russe
      bref tout ses accusations sont une vengeance démocrate car ils ont perdu l’élection de 8 novembre dernier

    7. Claire

      Il n’a évidemment pas digéré la défaite de Hilary Clinton et cherche à nuire à Trump un maximum avant de dégager. Vengeance minable d’un faible qui a été incapable de faire ce qu’a fait Poutine, libérer la Syrie des islamistes. Il ne se soucie absolument pas des conséquences pour son pays et pour l’occident. Heureusement Poutine sera sûrement assez intelligent pour attendre qu’il soit parti et il traitera alors avec Trump.
      Entre l’expulsion des diplomates russes et son attitude vis-à-vis d’Israël, il dévoile son vrai visage. Pas reluisant du tout.

    8. franck

      merci MIkey
      je pensais comme vous il y a 1 an et voila qu aujourdhui apres ces derniers evenements je me demande si il en serait capable de trouver un moyen de ne pas lacher le pouvoir.
      a lire egalement l article de juffa sur menapress
      bien a vous

    9. alauda

      Les électeurs de Trump se seraient fait virusser le cerveau en ouvrant des e-mails frelatés pendant la campagne, c’est ballot !

    10. alauda

      Mais j’ai beau gratter dans le fond de ma mémoire, je n’ai jamais ouï dire dans le passé que le résultat d’un scrutin électif dans la plus démocratie du monde fut contesté par le camp perdant.

    11. Zayith

      Barack fait son possible pour déclencher un conflit nucléaire avec la Russie, voulant impliquer de fait le monde « démocratique » entier pour anéantir l’immonde bête communiste… C’est un gros connard malveillant qui ne doit son poste présidentiel qu’à sa couleur de peau. Bravo les idéologues de merde !

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *