toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Palestiniens victimes de l’Apartheid arabe : Silence des ONG, des médias et de l’Autorité palestinienne, envers les mauvais traitements des Palestiniens et l’épuration ethnique dans les pays arabes


Palestiniens victimes de l’Apartheid arabe : Silence des ONG, des médias et de l’Autorité palestinienne, envers les mauvais traitements des Palestiniens et l’épuration ethnique dans les pays arabes

.

Les Palestiniens subissent depuis 1948 un vrai apartheid dans les pays arabes. L’indifférence et le silence des ONG, des médias et de l’Autorité palestinienne, envers le mauvais traitement des Palestiniens, voire l’épuration ethnique, dans les pays arabes est totale. Les journalistes internationaux ne s’intéressent pas au sort des Palestiniens dans le monde arabe parce que cela n’est pas imputable à Israël.

*Image à la Une: le camp de réfugiés palestiniens de Yarmouk en Syrie

De nombreux Palestiniens capturés par les milices chiites en Irak ont été brutalement torturés et forcés à «avouer» leur implication présumée dans le terrorisme. Depuis 2003, le nombre de Palestiniens y est passé de 25.000 à 6.000.

Le plus intéressant est l’indifférence affichée par les ONG des droits de l’homme, les médias et l’Autorité palestinienne (AP), envers le mauvais traitement des Palestiniens dans les pays arabes. Les journalistes internationaux ne se soucient pas des Palestiniens dans le monde arabe parce que cela n’est pas imputé à Israël.

L’ONU et d’autres organismes internationaux n’ont évidemment pas entendu parler du nettoyage ethnique des Palestiniens dans le monde arabe. Eux aussi sont tellement obsédés par Israël qu’ils préfèrent ne pas entendre parler de la souffrance des Palestiniens sous les régimes arabes.

Les dirigeants de l’AP disent vouloir poursuivre pour « crimes de guerre » Israël à la Cour pénale internationale. Cependant, quand il s’agit de la purification ethnique et la torture des Palestiniens dans les pays arabes comme l’Irak, la Syrie et le Liban, ils choisissent de regarder ailleurs.

Le meurtre d’un Arabe ou torturer un Arabe par un autre Arabe n’intéresse pas les journalistes Européens et cela n’a guère d’intérêt à être publié dans un grand journal en Occident. Mais quand un Palestinien se plaint contre les autorités israéliennes ou les « colons » juifs, de nombreux journalistes occidentaux se précipitent pour couvrir cet incident « majeur ».

Non seulement les pays arabes méprisent les Palestiniens, ils veulent aussi qu’ils soient le problème d’Israël seul. Depuis 1948, les gouvernements arabes ont refusé de permettre aux Palestiniens de régler de façon permanente leur intégration dans leur pays et de devenir des citoyens égaux. Or, ces pays arabes sont également en train de les tuer et de les torturer et de les soumettre à un nettoyage ethnique, le tout alors que les dirigeants mondiaux continuent d’enterrer leur tête dans le sable et de pointer un doigt accusateur sur Israël et veulent appuyer sur « crimes de guerre » des charges contre Israël avec la Cour pénale internationale, (Khaled Abu Toameh source janvier 2014 )

La discrimination arabe et les abus contre les palestiniens depuis 1948 

Voici une liste d’exemples qui montrent comment les arabes ont abusé, maltraité et discriminé leurs frères palestiniens.

Les palestiniens n’ont pas le droit de devenir citoyens des pays arabes, conformément au décret numéro 1547 de la ligue arabe datant de 1959, « pour préserver l’entité et l’identité palestinienne ». Même en Jordanie, ils ne peuvent pas devenir citoyens.

Les palestiniens sont confrontés à de dures conditions de voyage dans le monde arabe, ils n’obtiennent pas de passeport et leurs documents de voyage ne sont valables que dans quelques pays seulement.

Les palestiniens ne peuvent ni voter ni se présenter aux élections nationales.

Les enfants des palestiniens ne reçoivent pas la nationalité de leur pays hôte, violant ainsi l’article 7 de la convention des droits de l’enfant.

En Jordanie

1967 : la Jordanie refuse d’accorder la nationalité jordanienne aux gazaouis arrives après la guerre des six jours. A aujourd’hui, environ 165000 palestiniens vivent en Jordanie sans pourvoir obtenir la nationalité jordanienne, ni même bénéficier des services de l’Etat.

1970 : entre 3500 et 5000 palestiniens sont tues et 20000 autres expulses. Leurs camps ont été détruits lors des évènements de septembre noir.

1988 : la Jordanie annule la citoyenneté de millions de palestiniens de Judée-Samarie qu’elle déclare « indépendante ». Comme d’habitude, cette action est justifiée comme étant pour leur bien.

2010 : la Jordanie continue d’annuler la citoyenneté de milliers de palestiniens.

2012 : la Jordanie vote une loi qui limite le nombre de palestiniens (non refugiés) aux parlement a 10%.

2013 : la Jordanie place les refugiés palestiniens arrivant de Syrie dans des camps spéciaux dont ils ne peuvent pas sortir, sépares des autres refugiés, et expulse des centaines, voir des milliers d’entre-eux, vers un futur dangereux en Syrie.

2014 : les palestiniens qui ont la nationalité se voient refuser l’égalité des droits dans l’armée, pour l’obtention de bourses, l’entrée dans certaines universités publiques, ainsi que dans d’autres domaines.

En Egypte

1948 : les égyptiens placent tous les refugiés palestiniens étant sur leur territoire dans des camps, et les forcent a rentrer en Palestine pour se battre.

1949 : l’Egypte expulse tous les palestiniens du pays pour les placer dans des camps dans la bande de Gaza. Très peu d’arabes palestiniens sont laisses en Egypte.

1950 : l’Egypte refuse toute présence de l’UNRWA sur son territoire, renvoyant cette organisation a la seule bande de Gaza.

1949-1956 : aucun palestinien vivant en Egypte n’a obtenu le droit d’étudier ou de travailler.

2013 : des centaines de refugies palestiniens venant de Syrie ont été places en prison quand ils ont tente d’entrer en Egypte.

2013 a nos jours : l’Egypte a ferme le passage de Rafiah la reliant a la bande de Gaza, limitant même la circulation des patients hospitalises – enfermant ainsi 1,7 million de gazaouis.

Au Liban

1950-1958 : les palestiniens ne peuvent obtenir que des documents de voyage a sens unique, pour quitter le pays.

1962 : les palestiniens sont qualifies d' »étrangers ».

73 métiers sont interdits aux palestiniens jusqu’a 2010 ; jusqu’à aujourd’hui il en reste encore 50 interdits : Ils se voient toujours interdits les métiers de physiciens, journalistes, pharmaciens et avocats.

Ils n’ont pas le droit de construire de nouvelles maisons ou leur propre propriété, ou même de rénover leur logement.

La loi martiale est imposée sur les camps de refugiés. L’armée en gère les entrées et les sorties.

L’accès aux écoles est limité pour les « étrangers » palestiniens.

Les palestiniens n’ont pas le droit de vivre en dehors des camps de refugies, qu’ils n’ont pas le droit de développer. La population des camps de refugies est actuellement de trois fois leur capacité.

Les palestiniens n’ont pas le droit de créer des organisations.

1975-1978 : au moins 5000 palestiniens ont été tués lors de la guerre civile au Liban.

1985-1988 : des milliers de palestiniens ont été tués lors de « la guerre des camps ».

1995 : une loi interdit aux palestiniens d’entrer dans le pays sans visa ; et les visas ne sont pas délivrés. Les expulses des Etats du Golfe n’ont pas le droit de revenir au Liban (loi abrogée en 1999).

2005 : Des lois spécifiques interdisent aux étrangers qui n’ont pas « une nationalité reconnue par l’Etat » – les palestiniens – d’être propriétaires, et ceux qui en avaient une ne peuvent la transmettre a leurs enfants.

2007 : 31000 palestiniens sont sans domicile suite a la destruction par l’armée libanaise du camp de Nahr el Balad.

2013 : environ 50000 refugies palestiniens en provenance de Syrie sont traites différemment des autres refugies syriens ; des visas temporaires de courte durée les transforment en criminels.

2013 : le Liban a commencé a reconduire des refugies palestiniens de Syrie a sa frontière.

Au Koweit

1991 : 400000 palestiniens sont harcelés et forcés de quitter le pays.

La Libye

1994-1995 : 30000 palestiniens sont expulsés, perdent leur travail et leurs biens sont confisques.

Les pays arabes refusent d’accueillir les nouveaux refugies. Des centaines d’entre-eux sont bloques en mer ou dans le désert. La Lybie permet a certains de rester mais se réserve le droit de les expulser de nouveau. Finalement, environ 15000 palestiniens sont forces de se rendre dans les pays arabes dont ils sont originaires, les pays du Golfe et en occident.

2011 : les palestiniens sont forces de payer une taxe spéciale de 1550 dollars.

2012 : plusieurs palestiniens ont perdu leur maison revendiquée par d’autres, durant la vague de révolution et l’effondrement du système judiciaire.

En Irak

Début des années 50 : les travailleurs palestiniens grévistes sont expulses, certains en Arabie saoudite et d’autres en Lybie…

2005 : après que Saddam Hussein ait perdu son pouvoir, les palestiniens d’Irak font l’objet d’enlèvements, de prises d’otage, de tortures et d’assassinats par les groupes armes. Les politiciens les ignorent. Environ 15000 palestiniens sont forces de quitter l’Irak. Des centaines d’entre-eux sont parques dans des camps en plein désert, coinces entre l’Irak et la Syrie, alors qu’aucun pays arabe ne leur donne le droit d’entrer sur leur territoire.

Au Qatar

1994 : refuse d’accorder aux palestiniens des autorisations de travail.

En Syrie

1970 : les palestiniens n’ont pas le droit de vote, ne peuvent pas se présenter aux élections, ne peuvent pas posséder de terres agricoles ou d’avoir plus d’une propriété…

2005-2008 : la Syrie interdit a des centaines d’arabes refugies palestiniens fuyant l’Irak d’entrer sur son territoire.

2012 a nos jours : environ 5000 palestiniens ont été tués pendant la guerre civile en Syrie. Environ 50 palestiniens du camp de Yarmouk sont morts de faim après que les forces armées les aient coupés de tout approvisionnement en nourriture et en eau.

Source Haabir-haisraeli.over-blog

Extrait du Manuel de contre-propagande offensive d’Edmond Richter à télécharger ici







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 8 thoughts on “Palestiniens victimes de l’Apartheid arabe : Silence des ONG, des médias et de l’Autorité palestinienne, envers les mauvais traitements des Palestiniens et l’épuration ethnique dans les pays arabes

    1. Nathan

      Il faut arrêter de dire n’importe quoi !!

      Premièrement en 1948, les « palestiniens » ou ceux qui étaient désignés comme « palestiniens » étaient juifs !!!!

      Deuxièmement, 80% de ce soi-disant « palestiniens », le sont devenu uniquement en achetant un « passeport » de l’unrwa pour quelques centaines de dollars et leur donnant droit à des rentes éternelles !

      En se procurant un de ces documents issus par l’unrwa, n’importe quel arabe des pays limitrophes, Liban, Syrie, Jordanie, Egypte, des millions d’arabes natifs et originaires des pays sus-mentionnés, obtenaient des rentes ayant bouleversés les pays concernés, en 1850, il y avait moins de 200’000 musulmans sur l’actuel territoire israélien, aujourd’hui l’unrwa en recense 15 millions, cherchez l’erreur !

      Le but de l’unrwa était de gonfler le nombre de ces faux « palestinien » et afin d’accélérer le phénomène, la corruption a fait son travail, en effet les « responsables » de l’unrwa vendaient ses documents dès les années 75 jusqu’à il y a peu aux candidats contre une somme allant de 200 à 1000 dollars, certains de ces officiers en majorité norvégiens sont actuellement milliardaires et possèdent les plus belles propriétés de la Norvège !

      L’un de ces haut gradés de l’unrwa n’est rien d’autre que le père d’Anders Brejvik, l’auteur de la tuerie devenue célèbre !!!!

    2. capucine

      la palestine est juive depuis toujours …et ceux qui se font appeler palestiniens
      sont des imposteurs !!! qu’ils aillent vivre en Jordanie ou bien dans un des 55 pays musulmans qui seront ravi de les recevoir , et qu’ils fichent la paix aux juifs Israéliens qui veulent avoir la paix …

    3. Moka

      Les palestiniens des territoires arabo muzz peuvent mourir en paix ,trop occupé à vilipender Israel ,les vilains colons voleurs de terres.

    4. Hirondelle de Rivage

      Je croyais qu’il n’existait pas de peuple « Palestinien »
      Un terme inventé après la Guerre des 6 Jours !…..!!!!

    5. Moshé Anielewicz

      cet article les appelle « Palestiniens » puisque c’est ainsi qu’il se revendiquent maintenant pour démontrer que l’apartheid est pratiqué par les pays arabes et une vraie épuration ethnique

      Effectivement en 1948 ils se revendiquaient comme « Arabes » par oppositions aux Juifs qu’il appelaient « Palestiniens »

      On connait l’histoire de ce peuple inventé mais ce que l’on sait moins c’est que ces Arabes vivant dans les pays arabes sont victimes d’un apartheid

    6. andre

      Le texte de Nathan est tres interessant. Il serait d’une grande utilite (je comprends que ce n’est pas facile) de donner quelques sources qui permettraient de faire etat, a l’occasion, des conclusions de ce texte.

    7. emile enrico

      Capucine !!!!! meme la jordanie c notre Terre qui a ete ILLEGALEMENT DONNEE a ce roitelet venu d arabite par les magouilles des brits et des francais ,,,qui en verite ne voulaient rien savoir d UN FOYER NATIONAL JUIF ,,,,,, d ou les problemes que nous avons ,,,,,,et que nos Gouvernants depuis cette epoque n auraient jamais du ACCEPTER voila

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *