toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Ouverture d’Archives: 62% des arabes palestiniens sont des immigrés venus travailler pour des juifs


Ouverture d’Archives: 62% des arabes palestiniens sont des immigrés venus travailler pour des juifs

Un certain nombre d’analyses aborde le sujet de l’ immigration arabe en Palestine: Joan Peters ‘ De temps immémoriaux , Arieh Avneri La revendication de Dépossession , et l’essai de Fred M. Gottheil, « The Smoking Gun: Immigration arabe en Palestine, 1922-1931.  » Mais, le livre de William B. Ziff Le viol de la Palestine, publié en 1938, ajoute une source incontournable  qui va venir enrichir les études récentes. Ziff va donc devenir une référence pour de nombreux historiens.

Ziff (1898-1953) est né à Chicago et est co-fondateur de la Ziff-Davis Publishing Company, spécialisée dans les magazines techniques dans les domaines de l’ aviation, la radio et de la photographie. Observateur des premiers mouvements sionistes, son essai « viol de la Palestine » avait à l’époque fait l’objet d’un rapport par le ministère des affaires étrangères britannique décrit comme « un livre violent et offensant» , et pour cause, il décrivait exactement les méthodes et manipulations de l’empire britannique.

Ce qui est particulièrement intéressant aujourd’hui dans l’oeuvre de Ziff sont ses commentaires sur la migration des Arabes et de l’immigration juive gérées par les Britanniques. Les longues citations suivantes montrent la valeur de son travail.

« Autochtones » Pre-20 e siècle

En 1830, le gouverneur de l’Egypte Muhammad Ali colonise Jaffa, Naplouse et Beisan avec des soldats égyptiens et leurs alliés soudanais. Quatorze ans plus tard, les nationalités des habitants de Jaffa ont été estimés à 8.000 Turco-Egyptiens, 4.000 Grecs et les Arméniens, et 1.000 Juifs et Maronites.

Ziff note que des non autochtones peuplent déjà la Palestine:

La police en Palestine a toujours utilisée des étrangers. Les Toulounides ont fait venir des Turcs et des Noirs. Le Caliphat Fatamide introduit les Berbers, les Slaves, les Grecs, les Kurdes et les mercenaires de toutes sortes. Les Mamelouks importent des légions de Géorgiens et Circassiens. Chaque monarque pour sa sécurité personnelle s’appuyait sur de grandes légions esclaves. Saladin, durement attaqué par les croisés, a reçu cent cinquante mille Perses lesquels qui ont reçu des terres en Galilée et dans le district de Sidon.

Sur ce patch-work-humain des Juifs, des Arabes, des Arméniens, des Kalmouks, des Perses, des Croisés, des Tartares, des Indiens, des Ethiopiens, des Egyptiens, des Soudanais,  des Turcs, des Mongols, des Romains, des Kharmaziens, des Grecs,  des pèlerins, des vagabonds et des aventuriers, des envahisseurs, des esclaves … Pour former ce que le monde appelle « palestiniens ».

Au XIVe siècle, la sécheresse a provoqué l’immigration en Palestine de dix-huit mille «tentes» de Yurate Tartares de l’Euphrate. Bientôt suivi vingt mille Ashiri à Gaza, et quatre mille Mongols sous Moulai, qui occupait la vallée du Jourdain et se sont installés dans le Sud de Jérusalem. Kaisaite et les tribus yéménites les ont suivi dans leur sillage.

En 1830 , le conquérant albanais Méhémet [Muhammad] Ali colonise Jaffa, Naplouse et Beisan avec des soldats égyptiens et leurs alliés soudanais. Quatorze ans plus tard, Lynch a estimé les treize mille habitants de Jaffa à être composés de huit mille Turco-Egyptiens, quatre mille Grecs et les Arméniens, et un millier de Juifs et Maronites. Avant cette invasion, pour Lynch, aucun arabe ne s’était établi à Jaffa.

Ziff continue:

Il y a cent ans, [Jaffa] avait une population de quatre mille personnes. Aujourd’hui , Jaffa compte 70 000 personnes, majoritairement arabe, qui sont en grande partie les descendants des Egyptiens et Ethiopiens apporté par Ibrahim Pasha [le fils de Muhammad Ali]. Les quelques milliers de Juifs qui vivaient ici ont fui pendant les émeutes de 1936 (épuration raciale islamique), abandonnant leurs magasins et leurs biens.

Les Arabes sont attirés par les régions peuplées par des juifs

Ziff rapporte que les Juifs ont investi de grosses sommes d’argent pour «faciliter» l’immigration juive et encourager l’implantation de juifs en Palestine:

Le montant du capital investi dans cette petite terre est estimée à un total de plus de 120 millions Livres anglaises. Avant les émeutes, les Juifs injectaient dans le développement du futur Israel de deux à cinq millions de dollars par mois. En 1934 seulement, on estime qu’ils ont investi environ 10.000.000 £ en Palestine.

Tous les auteurs mentionnés ci-dessus font référence aux Arabes comme étant attirés par l’activité économique juive à leurs zones habitées. Ziff décrit ce modèle:

Avant que les sionistes ne s’installent la zone était vide. C’est avec le développement et l’introduction de normes européennes – versement de salaires et amélioration du niveau de vie –  que ce phénomène a agi comme un aimant sur l’ensemble du Proche-Orient. Brusquement, la Palestine est devenue un centre d’attraction pour les arabes. En 1922, après un quart de siècle d’implantations juives, le nombre d’arabes a atteint 488.000. Aujourd’hui, ils sont plus d’un million.

Si la thèse pro-palestinienne étaient exacte, nous devrions nous attendre à une fuite des Arabes des zones où les juifs sont installés, pour aller dans des régions purement arabes. Mais c’est exactement le contraire qui est vrai: c’est précisément dans le voisinage de ces villages juifs que le développement arabe est le plus marqué. La communauté Arabe de Haïfa, profitant de l’essor sioniste, a grandi 1922-1936 de 130%, Jaffa de 80%, et de Jérusalem de 55%. L’habitat rural arabe dans le district de Tel Aviv a augmenté de plus de 135%. La ville 100% arabe de Naplouse, qui avait une population de 33.000 personnes avant la guerre, est tombée à moins de 12.000.

Le manque d’emplois pour les Juifs

Globalement l’économie de la Palestine a fait un bond unique, comme jamais observé à l’époque.

Ziff souligne les efforts juifs, à la fois de l’intérieur et de l’étranger, pour créer plus d’emplois en destination des Juifs nouveaux immigrants dans la région de Palestine, ainsi que pour ceux qui y vivent déjà. Ces efforts ont stimulé la croissance économique significativement afin de développer l’emploi. Cependant, la politique britannique, insidieusement, a favorisé l’immigration massive d’arabes illégaux en Palestine qui ont fini par occuper les emplois prévus pour les juifs. (Tous les auteurs modernes mentionnés ci-dessus parlent également de l’afflux d’Arabes attirés par l’économie juive en plein essor.)

Avec énergie et détermination, les nouveaux arrivants [juifs] ont investi leur argent et leur expérience, dans l’espoir de créer des opportunités pour leurs frères pauvres d’Europe les invitant à se joindre à eux dans la construction de la nouvelle nation. Les usines et les entreprises de toutes sortes ont été créées. Le résultat a été une pénurie critique de main-d’œuvre dans laquelle toute l’économie du pays a souffert. Les fermiers ont quitté les campagnes pour des situations plus lucratives dans les villes.  Les Industries ont dû réduire leurs activités; les usines ont fermé complètement. Globalement l’économie de la Palestine a fait un bond unique, comme jamais observé à l’époque.

Ces faits sont confirmés grâce à un rapport britannique semi-officiel du 27 Août 1934, admettant que l’ensemble du commerce d’exportation de la Palestine avait été stoppé en raison d’une pénurie de main – d’œuvre. « Deux tiers des travailleurs sur terre juive, dit le rapport, sont maintenant des Arabes et les entreprises juives seront bientôt fermées en raison de la pénurie de main – d’œuvre. » Le problème est devenu si aigu que des quartiers entiers, y compris les enfants dans des écoles, ont dû être mobilisés pour éviter le pourrissement des cultures dans les champs. Alors que les nouveaux migrants juifs étaient envoyés sur les quais maritimes de Jaffa et Haïfa, les Nesher Cement Works, engagés dans une expansion de £ 150,000 à Haïfa, ont annoncé le 16 Novembre 1933, qu’ils étaient incapables de développer la zone en raison d’une « pénurie aiguë de main – d’œuvre. » A Tel Aviv, 1.000.000 £ de construction a dû être annulée pour la même raison. Ce phénomène se répète partout.

Les sionistes n’ont pas eu d’autres solutions que d’embaucher les arabes légaux et illégaux. Sur demande de la Commission capitaliste, les investisseurs juifs ont demandé de mettre tous les chômeurs arabes à la place d’un juif si le poste était vacant, ce qui signifie littéralement l’emploi de tous les indigènes de l’ Afrique du Nord et l’ Arabie (puisque ces étrangers affluaient en masse dans le pays avec l’approbation des forces britanniques).

Des villages entiers dans le Hauran ont été vidé de leur population, lesquelles se sont déversées en Palestine. Le Comte De Martel, haut – commissaire français pour la Syrie, a affirmé à l’été de 1934 que même les marchands arabes se déplaçaient de Damas en Palestine en raison de la prospérité là-bas; et en 1936, le chef de l’Association des jeunes musulmans à Beyrouth, Jamil Bek Basham, a écrit que «il y a une arrivée en Palestine d’une armée de travailleurs syriens. »

L’Obstruction britannique de l’immigration juive mais pas de l’immigration arabe

C’est avec le développement et l’introduction de normes européennes – versement de salaires et amélioration du niveau de vie – que ce phénomène a agi comme un aimant sur l’ensemble du Proche-Orient. Brusquement, la Palestine est devenue un centre d’attraction pour les arabes. En 1922, après un quart de siècle d’implantation juive, le nombre d’arabe s’est multiplié pour atteindre le nombre de 488.000 arabes. Aujourd’hui, ils sont plus d’un million.

Peters et Avneri décrivent comment les Britanniques entravent l’immigration juive tout en facilitant ou en ignorant l’immigration arabe. Ziff ajoute des détails sur les certificats d’immigration, les visas de travail, la fiscalité:

Comme la «capacité d’absorption» du pays a augmenté de façon extrême sous l’impulsion de l’investissement juif, impliquant l’arrivée de nombreuses familles, le gouvernement britannique a annoncé en 1936 que 70 pour cent des treize cents certificats d’immigration disponibles pour les six mois suivants, seront destinés uniquement aux célibataires, les 30 % restant aux familles, réduisant ainsi violemment l’immigration juive. Un autre dispositif avait été mis en place: refuser les femmes et les familles des résidents employés d’entrer sans avoir eux-même des visas de travail.

Une telle pratique avait pour but de restreindre l’entrée des femmes. L’Agence Juive a clairement accusé le gouvernement anglais en Novembre 1934 de mettre en place une pratique volontaire »dirigée contre tout développement de l’immigration des femmes juives en Palestine. »

Les archives permettent de découvrir les raisons invoquées en cas de refus, raisons qui feraient honneur à Hitler, comme en témoigne le cas d’un réfugié rabbin russe interdit d’entrée sous prétexte que «il y avait assez de rabbins en Palestine. »

C’est en se déguisant comme des Arabes que l’essentielle de immigration juive « illégale » s’est accomplie.

 

 

 

Attirés par le développpement économique, les peuples de tous les Etats voisins ont commencé à s’installer en Palestine. Alors que des légions anglaises se positionnaient jour et nuit pour stopper l’immigration juive, des Arabes « illégaux » de partout entraient sans même devoir présenter de passeport.

Le rapport de la Commission Peel admet facilement que les habitants de la Syrie et Transjordanie étaient « libres d’entrer dans les districts de Palestine sans formalité particulière. » C’est en se déguisant comme des Arabes que l’essentielle de immigration juive « illégale » s’est accomplie.

Un rapport britannique du 4 Juillet, 1934, confirme sans mal la méthode de camouflage. On y lit: «Cinq femmes juives en provenance de la route de Damas, vêtues de costumes traditionnels de femmes musulmanes, le visage voilée, ont été appréhendées à la frontière par la police. « Elles n’étaient pas capables de répondre aux questions qui leur sont posées en arabe. « 

La chasse aux Juifs

Alors que des légions anglaises se positionnaient jour et nuit pour stopper l’immigration juive, des Arabes « illégaux » de partout entraient sans même devoir présenter de passeport.  » Les immigrants arabes illégaux sont également connus pour avoir travailler à la construction de maisons à Petach Tikvah et à Haïfa.

Seul Ziff mentionne la pratique britannique de la chasse aux Juifs « illégaux »:

Coïncidant avec l’avènement de Hitler, le gouvernement britannique a commencé à mettre en place des lois antijuives. Le secrétaire colonial, Sir Phillip Cunliffe-Lister et Palestine Minister MacDonald, ont décidé de mettre en place « des mesures concrètes pour faire face Au phénomène. » Le lendemain Cunliffe-Lister a annoncé la mise en place de mesures strictes pour empêcher l’immigration juive « illégale » en Palestine alors que les juifs étaient déportés en Europe.

Le système des visas touristiques pour les juifs a été instauré. Les porteurs juifs de passeport délivrés par la SDN [Société des Nations],  ont été assimilé au statut d’apatride. Ces hommes étaient même interdits de visa touristiques. Un contrôle des frontières étanche, en collaboration avec les autorités françaises coloniales en Syrie ont été mis en vigueur.
En revanche sur la question de l’ immigration arabe illégale, l’annonce a été expressivement silencieuse.

Cette campagne a ensuite pris des proportions à grande échelle, faisant l’objet d’un ratissage en longueur et largeur de la Palestine.

A Beyrouth et d’ autres villes syriennes, les police britanniques et arabes interrogeaient les chauffeurs d’autobus, demandant si des Juifs étaient parmi les passagers, en examinant attentivement les passeports de chaque usagé soupçonné d’être juif tandis que d’ autres clairement arabes, étaient scrupuleusement ignorés.

Selon l’essai de Ziff,

La chasse aux Juifs « illégaux » est devenu un jeu auquel les nouveaux arrivants illégaux arabes étaient heureux de participer. Les Bedouins rejoignaient la chasse au juif en l’échange d’une promesse de récompense pour tout homme juif, femme ou enfant qu’ils pouvaient attraper. La Palestine était sous un règne de terreur invisible. Toute personne qui ne pouvait pas prouver immédiatement sa citoyenneté, ou capable de produire son visa touristique était traqué, emprisonné et battu.

Un exemple connu rapporte le cas d’une femme juive et de ses six petits enfants arrivés légalement du Turkestan en Palestine. Sur le chemin, son mari est tué dans une station de chemin de fer par des truands. Malgré cela, toute la famille est arrêtée au motif que le visa  n’avait pas été validé pour une femme et six enfants , mais pour un homme, une femme et six enfants. Sur ce prétexte la femme et ses enfants ont été condamnés à la prison ferme.

Immigration illégale arabe

Un groupe de piqueteurs juifs assembler d’organiser une manifestation en 1934 contre le site de construction Borovsky House, où seuls les travailleurs arabes étaient employés. Les autorités britanniques ont arrêté cinquante-trois Juifs et les condamnés à la prison. Borovsky a finalement concédé à employer des travailleurs juifs.

Ziff écrit aussi sur les vaines tentatives par les Juifs pour faire remonter le problème des immigrants arabes illégaux à l’attention des autorités britanniques:

Il est, bien sûr, difficile de se figurer une idée claire de l’étendue de ce flot d’immigrés arabes puis-qu’officiellement il n’existe pas. En l’absence de sollicitation précise, sa taille doit être reconstituée et estimée. Des calculs démontrent que pour la seule année 1933 au moins soixante-quatre mille arabes sont entrés illégalement en Palestine. Ajouter à cette année 1933,  plus de 2000 personnes en provenance de Damas selon le journal Hauranese ;  de Mokattan , un village près du Caire s’est vidé de dix mille Druzes n direction de la Terre Sainte, et selon al-Jamia al-Islamia, un journal arabe de Jaffa , dix-sept mille Egyptiens étaient venus de la péninsule duSinaï seul.

A ceux-ci , il faut ajouter des groupes de Numides et même d’Abyssins, et une vaste armée incalculable de Transjordaniens dont l’intoduction en Palestine n’a jamais eu le moindre statut d’illégalité.

Ziff ajoute:

Exaspéré par le manque de bonne foi du gouvernement anglais, qui a été illégalement convertir la Terre Sainte en un pays arabe, des groupes de jeunes juifs courageux se sont portés volontaires en 1934 pour souligner ce que apparemment les autorités étaient incapables de voir. 1400 clandestins arabes ont été présenté aux autorités britanniques de Petach Tikvah et 1200 à Haïfa. Ajouté à cela, 357 ouvriers arabes illégaux ont été débusqué dans l’industrie des matériaux de bâtiments, qui a montré 273 illégaux en provenance Hauranese étaient entrés illégalement dans le pays. Une vérification des Arabes employées dans les ports de Palestine le 23 Décembre 1936, a montré que seulement 50 des 750 travailleurs étaient locaux. Le reste comprenait 200 Egyptiens et 500 Hauranis. Des hordes entières d’illégaux étaient employés par le gouvernement britannique lui-même.

Après cette démonstration, le gouvernement britannique n’a daigné donné de réponse. Des juifs ont donc commencé à manifester, le gouvernement a condamné ces mêmes manifestants à six mois de travaux forcés. Sans se décourager, les juifs ont investi un théâtre de Haïfa appartenant à un entrepreneur nommé Borovsky lequel employait des arabes d’Hauranese illégalement. Immédiatement , les autorités ont arrêté les cinquante-trois manifestants et les condamnés à des peines de prison.

La population en Palestine avant 1948

Les auteurs modernes sont d’accord avec Ziff, l’augmentation du nombre d’arabes ne peut pas être expliquée par une croissance naturelle. Ziff fait le calcul:

Bien que le gouvernement estime officiellement en 1937 une augmentation musulmane totale par l’immigration de seulement 22.535 depuis le début de l’occupation britannique, les preuves d’un vaste afflux de tribus du désert est évident sur l’ensemble du territoire. Dès 1926, le Secrétaire Colonial Amery a prudemment admis que malgré la croissance de l’élément juif « l’augmentation du nombre d’Arabes est en fait supérieure à celle des Juifs. » Les chiffres présentés devant la Commission Peel en 1937 a démontré que la population arabe avait  plus que doublé en quatorze ans. Cette augmentation en moins d’une génération ne peut être attribué qu’à une immigration extérieure.

Le gouvernement lui-même a reconnu en 1922 l’immigration de tribus entières » du Hedjaz et du sud de la Transjordanie dans la zone Beersheba, « un fait qui en lui-même permet de constater une immigration arabe massive ». D’ autres chiffres sont disponibles à partir de sources dispersées mais crédibles. L’ une d’elle est la déclaration du gouverneur français de l’Hauran en Syrie, soulignant que sur son seul district, durant l’été 1933, trente-cinq mille personnes avaient quitté la Syrie pour la Palestine suite à de mauvaises récoltes.

La population arabe indigène en Palestine était petite avant que les colons juifs en ont fait un endroit attrayant et prospère.

L’augmentation de la population arabe du fait de l’immigration n’était pas un secret.Un autre important témoignage est venu de Robert Kennedy, le futur procureur général des États-Unis, qui a voyagé à l’âge de vingt-deux ans en 1948 pour la Palestine et a rapporté au Boston Post la constatation d’un flux massif d’immigrés arabes n Palestine:

Certains Juifs naivement soulignent avec fierté le fait que plus de 500.000 Arabes au cours des 12 années entre 1932 et 1944 soient entrés en Palestine pour tirer parti des conditions de vie existantes dans aucun autre Etat arabe. « Ceci est le seul pays du Proche et du Moyen – Orient , où une classe moyenne arabe est en train de naître. »

Fred Gottheil rappelle pourquoi il est important de prouver la vérité sur ce sujet :

Les arabes Palestiniens et le caractère de leur démographie est au cœur de leur revendication leur permettant d’obtenir un territoire et une souveraineté nationale. Leur argument, selon leur point de vue, est que les Palestiniens arabes ont des racines profondes et intemporelles niant toute immigration arabe dans la zone comme ayant eu des conséquence sur leur identité. Contester cette pseudo-vérité permet de contester leur exigence territoriale sur Israël.

Alors que le livre de Ziff sommeillait dans une bibliothèque américaine, ses idées concernant les vagues de l’ immigration arabe en Palestine faisaient l’objet de recherches. Au cours de la période du mandat britannique, les Arabes de nombreux pays entraient librement en Palestine alors que l’ immigration juive était sévèrement limitée. La vérité reste que la population arabe indigène en Palestine était relativement faible avant que l’arrivée des premiers juifs, lesquels ont fait de cette terre, un endroit attrayant et prospère.

© Traduction exclusive Europe-israel.org 

Source: http://www.meforum.org/





Journaliste franco-israélien spécialisé dans la psychologie et la communication politique depuis 2003.



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 5 thoughts on “Ouverture d’Archives: 62% des arabes palestiniens sont des immigrés venus travailler pour des juifs

    1. trender

      Le drame c’est que ces informations existent depuis plus de 100 ans dans les journaux et les compilations faites de journaux datant du début du siècle pour ma part j’ai depuis 1960 , un de ses livres avec toutes les unes et résumés des informations relatant de 1900 à 1948, l’histoire de l a vie au moyen orient et la création de l’état d’Israël, mais surtout, les innombrables « incidents, meurtres , émeutes .. » contres les populations juive sen Israël …. que l’ONU et l’UNESCO et tous les gauchos du monde voudraient bien voir disparaitre…

      Mais H’ dans sa bonté a permis que Google par exemple scanne et mette en ligne gratuitement, ces milliers de documents, uniquement pour que demain tous les complices des MUZ, ne puissent pas dire …. »je ne savais pas…. »

    2. MLC

      les britanniques avaient un empire qui n’était ni catholique ni d’origine cananéenne, d’où vient cet antisémitisme si violent. Merci à William B Ziff et ses travaux « le viol de la palestine » 1938

    3. Michel

      L’antisémitisme viens des NAZIS qui se sont servis de dirigeants religieux islamistes payer par les NAZIS
      Et un en particulier a continué fort après la querre car ils recevait des dons en argent.
      Les autres qu’ils LE CROIS ET LEURS DESCENDANCE LE CROIS ENCORE TOUS CES MENSONGES DES NAZIS ET DES ISLAMISTES.

    4. MisterClairvoyant

      Petit résumé
      Je pense qu’a l’origine était un antisémitisme égyptien, puis assyrien, puis babylonien, grec, puis Rome et l’église byzantine, puis les wisigoths, ensuite les musulmans de Grenade, puis l’expulsion en Angleterre et la France, puis par l’Espagne et le Portugal, puis les pogroms de Damas, puis de la Russie d’Alexandre III, puis par l’Allemagne nazi, les pays arabes, la gauche et les gauchistes. (une progression chronologique)
      Il existe la chronologie des pogroms et persécutions juives. dont la liste est très longue. Il faut dire qu’Israël coincé entre les grandes empires anciens et modernes, n’avait pas une seule chance d’exister, et il lui a fallu beaucoup de courage et sacrifices, à Israël pour exister.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *