toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Orange redirige par erreur les visiteurs de Google vers une page antiterroriste


Orange redirige par erreur les visiteurs de Google vers une page antiterroriste

Le moteur de recherche américain a été remplacé par une page habituellement réservée aux sites de propagande terroriste bloqués par le gouvernement.

«Vous avez été redirigé vers cette page du ministère de l’Intérieur, car vous avez tenté de vous connecter à un site dont le contenu incite à des actes de terrorisme ou fait publiquement l’apologie d’actes de terrorisme.» Ce matin, des abonnés aux offres Internet d’Orange ont eu la surprise de trouver ce message en tentant de se connecter à Google.fr. Le site Wikipedia était lui aussi touché. Cette étrange redirection a été observée par plusieurs personnes naviguant sur leur smartphone ou leur ordinateur. Le Figaro a pu confirmer l’inaccessibilité de Google.fr vers 11 heures du matin sur un téléphone utilisant le réseau Orange, mais n’a pas accédé à la page d’avertissement. Contacté par le Figaro, Orange a confirmé l’incident et prévoyait un rétablissement total vers 11h30. L’opérateur télécom français compte plus de 20 millions de clients sur mobile, et presque 11 millions sur ordinateur fixe. Google a assuré que le problème ne venait pas de lui. Cette erreur lui aura coûté plus d’une heure d’inaccessibilité. L’un de ses concurrents français, Qwant, en a profité pour faire sa promotion.

Un incident «en cours»

Depuis février 2015, une autorité administrative de demander aux fournisseurs d’accès à Internet (FAI) de bloquer un site glorifiant le terrorisme, sans passer par un juge, dans le cadre de la loi contre le terrorisme adopté fin 2014. Cette mesure est aussi valable pour les sites pédopornographiques. L’année dernière, la France a bloqué l’accès à 60 sites de propagande terroriste et à 223 sites à caractère pédopornographique. Dans le cas d’un site jugé comme «provoquant à des actes de terrorisme ou en faisant l’apologie», les visiteurs en France se voient redirigés vers une page du ministère de l’Intérieur. C’est cette redirection qui a été effectuée par erreur pour l’adresse «google.fr» et «wikipedia.fr» par Orange lors de la mise à jour de la liste des sites bloqués.

En France, ce sont les gendarmes et policiers de l’OCLCTIC (l’office central de luttre contre la criminalité liée aux technologies de l’information et de la communication) qui gèrent le blocage administratif. Leurs actions sont en théorie contrôlées par une personnalité qualifiée désignée par la Cnil. Malgré ces précautions, la mesure avait été très critiquée par les défenseurs des libertés en ligne, qui la comparait à une censure d’Internet.

source





Journaliste canadien indépendant. Spécialiste des questions sur l'islamisme, le terrorisme, la géopolitique, et sur le conflit Israélo-arabe.



    Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

    Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


    Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *