toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

L’histoire prouve que la mosquée El Aksa de Jérusalem est une imposture


L’histoire prouve que la mosquée El Aksa de Jérusalem est une imposture

.

Incohérences, confusions, et mythes,  réussissent  à bafouer  la logique malgré la vérité historique.  

Le futur prophète Mohamed, (570 —632),  en l’an 610, dans la grotte de Hira,  située sur une montagne, près de la Mecque,    où il aimait  se recueillir, reçoit dictés par  l’archange Gabriel,  -Djibril-   les  messages  divins. Agé de quarante ans, et pendant vingt-trois ans,   Mohamed,   les  fait écrire en partie, et apprendre par cœur à  une poignée de disciples, qui à leur tour les feront apprendre tous jusqu’à l’écrit total.

Le coran vient d’être possédé compilé,  -écrit /retenu-.  Bien que la  langue arabe, riche et florissante,   fût parlée  par tout un chacun,  ses lettres aux caractères définis,  étaient peu employées.  La première difficulté pour écrire est d’en avoir le besoin. La seconde, le moyen. La troisième,  le pourqui / pourquoi.

-Le besoin, vient de l’ordre divin. -Le moyen,  faute, d’encre, papyrus, parchemin, ou papier,  s’effectue par  des ‘traces de dur sur du mou’, telles, gravures sur un os plat, (omoplates de chameaux)  incisions sur  lanières de cuir, ou autres matières adéquates.- Le troisième  afin, consiste à  éduquer les fidèles, par l’enseignement du nouveau mode de vie de la nouvelle religion tolérante  condamnant à jamais ;- païen et les sacrifices humains perpétrés sur ‘la Pierre  de la Mecque’- , de lecture et écriture.  Ajoutons encore  l’habitude de raconter,  où  souvenirs  et contes, imprègnent de faits divers, glorieux, l’ensemble d’adeptes et futurs convertis.

Le coran en ces premières copies,  va-t-il être conservé en sa totalité, étant recopié, maintes fois  de peur d’érosion ? A-t ‘il été modifié ? peut-il ne pas l’être !   Peut-on vraiment le savoir et l’affirmer  sachant que ni la langue arabe, ni ses lettres calligraphiées présentes, actuelles  ne sont du temps  de Mohamed le prophète. Tout a changé, tout est nouveau.  Enfin précisons encore  que les luttes de pouvoir,  présentent de nos jours,  la quatrième modification du coran …  Les anciennes versions ayant disparues.

Heureusement, malgré la disparition des  trois premières biographies  relatant la vie du prophète,    sur leurs bases, une  traversant  le temps, écrite, par Ibn Ishaq , décédé  vers 768,  nous parvient    remaniée par Ibn Hichâm  mort dit-on en 828.

Quoiqu’il en soit,  les contemporains  de Mohamed,   savaient l’exactitude des faits  présents,   participant  ‘corps et âme’  dans cette révolution de vie, crises et actes de foi.  Nul parmi eux  n’avait besoin  d’écrits pour savoir,    victoires, défaites, constructions de Mosquées, et les lieux où  le prophète lui-même   aimait particulièrement prier,-grotte ou mosquée dites saintes selon les injonctions divines.

Durant les vingt-trois années, de réception  des sourates, l’une d’elle fait mention, d’une vision nocturne dans laquelle le prophète  se rend à Al Aksa, (la mosquée lointaine). Va-t-il à ce moment ordonné  la construction des deux mosquées, l’une  proche de la Mecque, l’autre plus loin ? Afin de parfaire l’ordre visionnaire ?    Ou bien,  simplement, l’imaginer et le décrire,   comme étant au ciel et tel Hanoch le septième  patriarche  de la Torah, effectuer ce voyage  en décrivant les merveilles rencontrées.

Voici décrits, les grands traits de  la  situation :  -Mohamed le prophète, âgé de soixante-trois ans,  – le coran possédé,  oralement, de sa poignée de  disciples,  -et  le devoir futur  de chaque nouveau converti  à respecter et connaitre ces nouveaux préceptes .

                                                      ——————————————

À la mort du prophète, en 632, surgit un différend  de succession  entre les habitants de Médine et de La Mecque . Ali son gendre et cousin, et nomment Abou Baker, le premier converti. Lors d’une élection organisée, ce dernier devenant  premier calife, poursuit la conquête de  l’Arabie,  tout en faisant  face à plusieurs révoltes intestines. Il réussit  à faire écrire tous les versets révélés et les compilés en une œuvre, le Coran. Il meurt le 23 août 634.

De  632 à 634, si Jérusalem n’est pas conquise, connue des adeptes et convertis nouveaux,   la Mosquée d’Al Aksa,   décrite dans la compilation complète des sourates, ‘le Coran’, est connue et reconnue  comme étant  soit  l’une  des  deux mosquées érigées  en Arabie par Mohamed recevant les messages dans  la grotte de Hira ,-étant la plus lointaine de la Mecque-,  soit la mosquée divine se trouvant au ciel.   Notons que les contemporains,  du prophète,  savaient la vraie version.

 Son  fidèle  conseiller Omar ibn al-Khattâb (634-644) lui succède.

Il instaure le calendrier musulman dont l’origine est fixée au 16 juillet 622, premier jour de l’année lunaire où l’Hégire eut lieu. Continue les conquêtes. Défait en mai 636, l’empereur Byzantin  Héraclius à la bataille du Yarmouk.

Cinq ans après la mort du Prophète,  lors du printemps 637,  après six mois de siège, le patriarche  Sophrone  accepte la reddition de Jérusalem,  si le calife Omar, y entre en pèlerin et  non en conquérant.

Le mont du Temple,  qu’il  découvre  présente : hors de son enceinte, vers le nord,  la petite église ‘Saint Anne’,  construite sous Constantin pour honorer les parents  -Joachim et Anne- de Marie, mère de Jésus.  Vers l’autre  extrémité, au sud,  dans l’enceinte, les vestiges de la petite église,  ‘Sainte Marie’,  en ‘honneur de Marie’, mère de Jésus. En effet,  Les nombreux pèlerinages chrétiens, imposèrent la construction d’une -nouvelle église Sainte Marie-,  la’ Néa Santa Maria’ plus ample, et  d’accès aisé,   hors de  l‘enceinte du mont du temple, en ville.  La petite église, désuète fut abandonnée,  marquant ainsi la séparation totale d’avec les racines hébraïques ….    Vers le  milieu,   du mont, parmi peut être des décombres,  une cavité comprenant la ‘pierre de la fondation’  chère à la tradition juive. (Even Hachtya, -tachtit : base-).  De ci de là, des  vestiges de construction, puits et écuries,   abandonnés éparpillés sont de partout.

 S’Il continue,  durant 7 ans ardemment  la conquête de la Palestine byzantine, de la Mésopotamie, de l’Égypte et de la Perse,  le mont du Temple, n’est pas de ses préoccupations. Il est poignardé priant dans une mosquée de  Médine, le 7 novembre 644.

Durant les sept premières années  de  Jérusalem  conquise,  par   le calife Omar, le Mont du Temple  est délaissé, vide de construction musulmane.  La Mosquée d’Al Aksa,   décrite dans le Coran est : soit,  parmi les  deux mosquées érigées  en Arabie, la plus lointaine de la Mecque,  soit la mosquée divine se trouvant au ciel.  Remarquons que les contemporains,  du prophète,  savaient encore  la vraie version.

Othman (644656). Le  troisième calife  désigné par consultation des compagnons de Mahomet ;  -le premier Mecquois converti à l’Islam– . Il décide d’unifier le texte coranique,  -gêné par les   différentes versions  présentes-, envoie et impose, des  copies exemplaires  de la dernière  version officielle  aux nouvelles provinces.

En 656, à la suite d’une insurrection, il est assiégé dans sa maison à Médine, et y est   poignardé.

12 ans après la mort du prophète, et durant ses 12 ans de règne, le Mont du Temple est délaissé. La Mosquée d’Al Aksa,   décrite dans le Coran est : soit,  parmi les  deux mosquées érigées  en Arabie, la plus lointaine de la Mecque,  soit la mosquée divine se trouvant au ciel. Précisons  que les contemporains,  du prophète,  savaient encore  la vraie version.

 Ali, (656661). Le quatrième calife est Ali, cousin et gendre du prophète. Il déplace son quartier général en Irak, et fait  face  difficilement  aux revendications  pour punir les assassins d’Othman, aux  révoltes  d’Aicha,  veuve de Mohamed,   de celle du gouverneur de Damas, la cessation,  des Kharidjites.  Il est assassiné en 661,  priant  agenouillé, à Koufa.

Durant les 24 ans écoulés depuis la prise de Jérusalem,    construire  sur le mont du Temple n’était le souci d’aucuns. La Mecque était. La Mosquée d’Al Aksa,  aussi,   décrite dans le Coran.  Soit, construite en Arabie,  soit au ciel.  Si nous ne savons pas la vraie version,   les contemporains,  du prophète,  eux la connaissaient, et cela explique leurs conduites.

Muawiya 1,  règne de 661  au 6 Mai 680

Se convertit à l’islam lors de la conquête de La Mecque en 630, devient scribe du Prophète et combat aux côtés des musulmans. En 661 à la mort d’Ali,  aucun obstacle devant lui, il se fait proclamer calife, fonde  le Califat omeyyade.

Damas est sa capitale.   La Mecque  le centre religieux.  Jérusalem pour l’instant  oubliée.   El Aksa  bien présente dans le Coran, soit présente en Arabie, soit au ciel.

Yazid 1,     6 mai 680   au 11 nov 683

Renforce les défenses de la Syrie,  essentiellement  le système financier du Califat

Il ne pense qu’à assurer  son pouvoir jusqu’à attaquer  Medine, la Mecque, même endommage la Kaaba.  Il mourra à 38 ans.

Jérusalem paisible,  n’est pas du tout de ses soucis.  

Muawiya  -II-, règne  – 11 Nov 683   janv 684 –  abdique  et meurt.

Il règne     40   jours.  Le califat instable est en troubles. Il n’a pas d’héritier.

 Jérusalem ne peut être de son entendement.

Marwan 1     de 684  à 685                      Son court  règne  de neuf mois,  est marqué  de   querelles ‘ intra-dynastie’ et   guerres ;  Il  gagne la querelle dynastique, et crée une nouvelle lignée de califes omeyyades, celle   des Marwanides. Pacifie  l’Égypte et la Syrie..

En 685, il fait nommer son fils ʿAbd Al-Malik comme son héritier, au désarroi de certains. Il meurt  le 7 mai 685, pour certain de la peste, assassiné  pour d’autres assassiné.

De la prise de Jérusalem en   637  à  685, mort du calife ‘Marwan I’, aucune construction n’y fut entreprise durant 48 ans. Proposer alors y construire une mosquée et la nommer Al Aksa, aurait été autant indécent qu’indigne ! C’est pourquoi, aucune  entreprise de ce genre ne fut  pensée.

Abd Al Malik   685    705                                Il déblaie   les décombres,   éparpillés   sur le Mont du Temple. Par respect  pour la tradition juive,  décide de  protéger le ‘Rocher de Fondation’, dit aussi la ‘Pierre d’Assise ‘, au-dessus de laquelle était  le saint des saints,  lors des Temples de Salomon et  d’Hérode. Vers lui sont orientées les prières juives de par le monde.   S’Il décide d’embellir le Mont du Temple, par un édifice magnifique  recouvert d’un Dôme exceptionnel de puissance et beauté, il insiste en y   effaçant  tout souvenir Byzantin, c’est pourquoi sur les vestiges de la première église chrétienne, ‘Sainte Marie’,  abandonnée,  il érige  petite mosquée  provisoire,  pour  permettre  aux   fidèles constructeurs d’y prier, protégés du soleil aride.  Conséquemment, il ne détruit pas l’église ‘Saint Anne’ située près mais hors  de l’enceinte du mont.

En 688 L’évêque Arculfe   décrit une mosquée  qu’il nomme maison de prières et pas autrement.  « Dans le lieu fameux où fut magnifiquement construit le Temple, les Sarrasins ont élevé une maison de prière ; elle est quadrangulaire, couverte en bois, à l’aide de grandes poutres qui reposent sur quelques restes de ruines. Ils se réunissent dans cet édifice de structure misérable et qui peut contenir environ trois mille hommes ;

Est-il plausible que la Mosquée d’AL Aksa la sainte vient d’être construite ?     Si oui et quelle que soit sa localisation,  la vision nocturne du Prophète, décrite dans le Coran  peut enfin se réaliser ?  Incohérent !

Le Dôme du Rocher,  imposant magnifique de  beauté, sera terminé  en 692, 60 ans après la mort du Prophète. Si la mosquée d’Al Aksa aurait dû être construite,   tout désignait  l’édifice du Dôme,  il s’avère qu’Abd Al Malik  savait  où était la vraie mosquée d’Al Aksa.  


De 709 à 715    une petite mosquée  apparait.

Le Calife  al-Walid Ier (705 – 715)    transforme  cette   première mosquée en dur.  

L’historien al-Muqaddasi, écrit :   le calife aurait souhaité cette reconstruction pour éviter le contraste entre la mosquée et le dôme. Selon Myriam Rosen Ayalon, l’édifice était fort différent de la construction actuelle.  Un séisme la détruit presque totalement en 748.

Waleed le fils d’Abd el malik,   le nouveau cinquième  calife, fils du précédent,  décide de consolider et agrandir la petite mosquée,   77 ans après la mort de Mohamed le prophète.  Il l’érige durant 6 ans.  Comparée au Dôme du Rocher elle  parait insignifiante.

Les 9 premiers califes savaient la réalité de leur environnement,  Aucun parmi eux n’a pensé  construire  une  Mosquée sainte déjà écrite dans le Coran  révélée au prophète  Mohamed. D’abord elle était déjà présente et connue de tous ! Ensuite   pourquoi pas vraiment loin,  en Egypte  ou en Perse par exemple.  

Un séisme la détruit presque totalement en 748.

745- 822    L’historien et géographe musulman al-Waqidi, auteur du « Kitab al-maghazi» décrit :        Le lieu originel d’Al Aqsa se trouve entre La Mecque et Ta’if il y avait deux lieux de prière à al-Gi’ranah, village situé entre La Mecque et Ta’if : l’un était « la Mosquée la plus proche » (al-adana), et l’autre, « la Mosquée la plus éloignée » (al-aqsa), où Muhammad priait lorsqu’il n’était pas à La Mecque

1058-1111,  Mohammed al-Ghazalï, un théologien affirme qu’Al Aqsa se trouve au ciel.   Il reprend  l’explication présente  connue de tous, dans la description du voyage dans les cieux,  connue  du temps du prophète. Voici ce qu’il écrit.       ‘’Le voyage de nuit du prophète Mohammed (de la mosquée al-Haram, de  la Mecque, à la mosquée al-Aqsa,  au ciel , est un miracle Le voyage comme tel constitua la première partie d’une nuit remplie de surprises et d’émerveillements, dont le point culminant fut l’ascension du Prophète à travers les cieux, suite à laquelle il se retrouva en présence de Dieu.’’                   ‘Voir le Parallèle avec le voyage de Hanoch le 7ième patriarche, où il décrit son voyage dans les cieux….       (Attention, ne pas confondre avec Enoch le troisième, le fils de Set le second)’

1187   Salah ha Din, -Saladin-  vainqueur des Croisés, en  1187,  à Jérusalem,  détruit  toute présence chrétienne. – Transforme de suite l’Eglise Saint Anne en Etudes Coranique tout en permettant aux chrétiens présents, de venir y prier en certaines heures  de la journée ou semaine. Le Templum Domini  redevient Le ‘Dôme du Rocher’ tel qu’il l’était ;  Le  fief des Templiers, redevient  mosquée qu’il enrichit et embellit.

Il ne lui organise, ni pèlerinage ni autre  distinction de sacré, soucieux de vérité.   Preuve  qu’elle n’était pas  l’Al Aksa  décrite dans le Coran….     

1494 – 1566    Soliman le magnifique   fit restaurer, le dôme du Rocher , les murs de Jérusalem et  la Kaaba de La Mecque. Le Dôme du Rocher – OUI-, et la petite mosquée tout proche -NON – !

Al Aksa  et haine  d’Israël, équilibre  existentiel

Le  11 mars 1949 l’Onu reconnait Israël de Juré. Le 14 décembre 1955 c’est le tour de la Jordanie.

Avec  son territoire,  des deux côtés du Jourdain, Trans et Cis Jordanie, se marque la fin de la Palestine nommée ainsi sous l’empire Byzantin.   Aman    l’ancienne Philadelphie romaine, est déclarée capitale, alors que   Jérusalem  demeure une petite ville.   Aucune puissance au monde  n’aurait pu l’empêcher d’être, elle,  capitale. Précisons, car cela est vérité méconnue,   que  les habitants de Cis Jordanie avaient tous des passeports Jordanien, étant jordaniens, aucun parmi eux ne pensait à être Palestinien ? L’auraient- ils pu ?  Pouvaient-ils y penser ?  De surcroit,  aucun  pèlerinage ne fut  à Jérusalem, la rigueur coranique, basée  sur la vérité d’évidence,  l’interdisant.  Pourtant les divergences  et remous présents, contraignent  le 31 juillet 1988, le roi Hussein  à renoncer  totalement à la Cisjordanie, -les habitants  étant encore tous citoyens Jordaniens. (–Quant à  Leurs descendants ?–)

 La population délaissée, n’ayant dans son passé, ni  grand roi, ni fait historique  reconnu,  s’avouant  -rejetée et méprisée-  par les  Etats arabes ayant eux  leur pages d’histoire reconnues,   décide  d’un éclat  d’identité.  Elle place  non seulement sa   Fierté, dans  EL Aksa  décidée,  ‘Sainte’,  mais encore la transforme  en une  arme redoutable,   présente  et disponible sans-cesse, dans le  Plaisir envoûtant  de  la Haine viscérale, d’ Israël,…. dont s’abreuvent aisément les média  mondiaux.

© Ilan Bar Yehuda pour Europe Israël News







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 10 thoughts on “L’histoire prouve que la mosquée El Aksa de Jérusalem est une imposture

    1. natan

      Mais selon l’onu, c’est un lieu saint musulman ?!?!

      tout s’explique avec ce vote concocté par l’onu au travers de son unesco !

      Bien sûr que cette verrue construite par les barbares se battant contre les barbares croisés n’est rien d’autre qu’une victoire sur les chrétiens !

      Israël n’a rien à voir avec ces disputes et Israël n’a pas compris que le Mashiah, c’est Israël !

      Il est temps de bomber ce tas de ferrailles et le monde entier ira mieux !

    2. Malcolm Ode

      La mosquée El Aksa de Jérusalem, une imposture? Bien évidemment, comment aurait-elle pu être debout pour accueillir Mahomet avant même qu’il n’y soit jamais allé?

      C’est le Qatar qui y aurait envoyé ses esclaves indonésiens en commencer la construction avant la naissance de Mahomet?

      Et la marmotte mets le caramel dans la caramilk…

    3. MisterClairvoyant

      Cette mosquée Al-Ashsa fut construite 50 ans après la mort de Mahomet,
      construite par les esclaves juifs et chrétiens des musulmans, lors de la conquête des Oméyades de Jérusalem pour ne pas aller prier à la Mecque.

    4. natan

      MisterClairvoyant,

      C’est un peu court, disons que les muzzs ont détruit une basilique chrétienne pour construire les bases de l’actuelle al aqsa !

    5. Pinhas

      Quand je vois tous ces muzz avec le cul en l’air je me dis qu’il y a des coups de pieds aux culs qui se perdent .

    6. Douce France

      D’où l’importance de l’étude chronologique de l’Histoire – et non l’étude thématique. Sinon on mélange tout et on croit des bêtises.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *