toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Femme en burkini chassée d’une plage de Villeneuve-Loubet : C’était encore un coup monté avec caméraman, personne ne lui a demandé de partir


Femme en burkini chassée d’une plage de Villeneuve-Loubet : C’était encore un coup monté avec caméraman, personne ne lui a demandé de partir

.

La scène d’expulsion d’une femme en burkini par des civils, filmée par la télévision australienne Channel 7 et reprise par de très nombreux médias, pourrait avoir été montée de toutes pièces, à en croire le récit de témoins cités par Nice Matin.

Une étudiante de 23 ans portant le burkini, forcée de quitter une plage de la commune de Villeneuve-Loubet (Alpes-Maritimes) à cause de l’emportement de baigneurs : la vidéo de Channel 7, diffusée samedi 20 septembre et décrite par un grand nombre de médias français dont l’agence AFP, avait provoqué de vives émotions. Pourtant, les propos de personnes présentes sur les lieux au moment des faits, recueillis par le journal Nice Matin mardi 20 septembre, laisse penser qu’il pourrait s’agir d’une vaste machination.

«Nous étions installés sur la plage avec mes enfants, quand nous avons vu la caméra débarquer à quelques mètres de nous», rapporte au journal méridional une mère de famille, qui se trouvait sur la plage en question. «Ce n’est qu’après qu’un homme et deux femmes en burkini sont arrivés. Ils ont marché quelques minutes le long de la plage, puis sont venus s’installer juste devant l’équipe télé».

L’homme sur la vidéo est mon oncle. Il n’a jamais demandé à ce que ces trois personnes quittent la plage

Autre élément suspect, selon la même source : dans la vidéo, un homme lance en direction de la caméra : «vous faîtes demi-tour et vous partez !». Une voix off explique ensuite que les deux femmes en burkini et l’homme qui se trouvait avec elle ont été contraints de partir, les baigneurs ayant menacé d’appeler la police. Or, selon la mère de famille citée par Nice Matin, «l’homme sur la vidéo est mon oncle. Il n’a jamais demandé à ce que ces trois personnes quittent la plage. Il s’adressait à la caméra pour demander au cameraman de partir. Il y avait des enfants sur la plage, dont les nôtres, et on ne voulait pas qu’ils soient filmés

Plus tard dans la vidéo, le même homme est filmé en train d’appeler la police – non pas pour faire partir le trio, affirme la témoin, mais pour demander aux policiers comment s’y prendre pour empêcher le caméraman de filmer sa famille.

La suite de la vidéo montre le même homme en train de téléphoner. « Oui, il appelait la police. Pas pour les faire intervenir pour chasser ces personnes, mais pour demander comment on pouvait faire pour empêcher la caméra de nous filmer, surtout nos enfants« . Et d’ajouter: « A aucun moment des gens sont venus demander aux femmes en burkini de quitter la plage.« 

«C’était trop gros pour être vrai et ça puait le coup monté»

Un autre témoin, un père de famille cité par le même journal, renforce la thèse du coup monté : «On voyait que c’était scénarisé, c’était trop gros pour être vrai et ça puait le coup monté.»

Selon lui, les deux femmes en burkini et leur proche sont arrivés «presque en courant» pour s’installer «en plein milieu du couloir à jet-ski de la plage privée». Le père de famille dit avoir aperçu, ensuite, une journaliste et son cameraman «planqués» derrière des voitures. Enfin, note le témoin, le groupe de la jeune étudiante musulmane a quitté les lieux en rejoignant «un véhicule qui les attendait en haut de la plage, comme pour les exfiltrer au cas où…»

« L’homme et les deux femmes sont arrivés presque en courant pour s’installer. En 10 secondes, ils avaient déplié leurs serviettes et planté leur parasol. Ils se sont mis en plein milieu du couloir à jet-ski de la plage privée. Comme ils gênaient, le propriétaire de la plage est sorti leur demander de se pousser.« 

Ce n’est qu’après que Stéphane aperçoit la journaliste et son cameraman « planqués » derrière les voitures, en train de filmer. Il raconte qu’à ce moment-là, le propriétaire de la plage a fait entrer le petit groupe dans son restaurant.

« Ils sont ressortis au bout d’un moment. L’homme et les deux femmes ont continué à marcher le long de la plage en direction de la Siesta. Des fois, ils se posaient. Puis ils repartaient. » Le journaliste et le cameraman, qui avaient fait mine de partir, étaient en fait toujours cachés derrière les voitures. « On aurait dit qu’ils attendaient des réactions« .

Stéphane assistera de loin à la scène du baigneur qui pressera les journalistes de quitter les lieux. « J’ai vu ce monsieur au téléphone. Mais j’étais trop loin pour entendre ce qu’il disait.« 

Le petit groupe finira par quitter les lieux. « Il y avait un véhicule qui les attendait en haut de la plage, comme pour les exfiltrer au cas où…« 

Source





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



    Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

    Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


    Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 5 thoughts on “Femme en burkini chassée d’une plage de Villeneuve-Loubet : C’était encore un coup monté avec caméraman, personne ne lui a demandé de partir

    1. Frank Giroux

      Depuis des mois les arabo-musulmans sont tellement heureux de faire les manchettes de tous les journaux, radio, télé, revues que, comme si ce n’était pas assez, ils en remettent couche par dessus couche.

      Ils accaparent tout l’espace public et privé, de long en large, partout dans le monde et JAMAIS pour de bonnes raisons, TOUJOURS pour la chicane et les guerres qu’ils déclenchent sur leur passage. Ces gens sont à vomir.

      Pourquoi leur donne-t-on tant de place, ils n’en valent vraiment pas la peine ce tous des minables.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *