toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Les attentats aux camions-béliers sont une innovation terroriste palestinienne.


Les attentats aux camions-béliers sont une innovation terroriste palestinienne.

Au moins 80 personnes ont été tuées lorsqu’un camion a foncé dans la foule venue assister aux célébrations du 14 Juillet à Nice, en France.

 

Ce massacre n’est pas un attentat habituel, il est digne d’un scénario ressemblant à un film d’horreur. Ce genre de terrorisme ne peut qu’inquiéter davantage les services de sécurité et les citoyens.

 

Le chauffeur, qui a foncé dans un camion 18 tonnes, à plus de 80km/h, dans la foule qui célébrait le soir la fête nationale français, s’est inspiré de méthodes palestiniennes.

 

La veille  de l’attaque de Nice, à 4500 kilomètres, un  terroriste palestinien a été abattu le mercredi, 13 Juillet 2016, après avoir tenté de percuter avec son véhicule des soldats israéliens, a indiqué l’armée israélienne. L’attaque a eu lieu près de à Al-Ram, au nord de Jérusalem.

 

Lors d’une opération ayant permis de découvrir un atelier de production d’armes, des soldats ont repéré une voiture qui se dirigeait vers eux. Un des soldats qui s’est « senti en danger » a alors ouvert le feu, a déclaré la porte-parole de l’armée israélienne.

En choisissant la date du 14 juillet, l’attentat de Nice, par un camion bélier, est venu  sur le mode  des voitures béliers des hommes du Hamas.  On se rappelle, par exemple,  qu’un conducteur arabe  avait déclenché un attentat terroriste perpétré à Tel Aviv le jour de la « Nakba », le 15 mai 2011, lorsqu’une personne avait été tuée et 18 autres blessées dans cet attentat. Le jeune Aviv Morag avait été tué à Tel Aviv, lors de cet attentat  par le camion dont le chauffeur arabe avait volontairement tenté de renverser plusieurs piétons et d’écraser des voitures et un autobus.  David, le père d’Aviv, a mis fin à ses jours, six mois plus tard, ne pouvant plus supporter la perte de son fils. Une autre victime « collatérale » du terrorisme palestinien.

 

Un autre chauffeur arabe  a renversé et tué un adolescent juif en Samarie le 25 juin 2011 La victime, Maayan Ushpazi, n’était âgée que de 14 ans quand il a été tué. Deux de ses amis ont couru à travers la route 60, à l’entrée de la communauté d’Eli dans le nord de la Samarie, pour la réanimer. La route est la principale artère nord-sud reliant la Basse Galilée avec la Judée et la Samarie, et Beer Sheva.

 

Le 28 juin 2011 un chauffeur de camion a tenté de renverser un policier que celui-ci lui avait fait signe de s’arrêter au carrefour Tapouakh, en Samarie. Le policier a ouvert le feu pour crever les pneus du poids lourd, mais le chauffeur a réussi à prendre la fuite et à se réfugier dans un village palestinien se trouvant en zone A, c’est-à-dire sous le contrôle exclusif de l’autorité palestinienne.

 

Ce type d’attaque avait été utilisée à plusieurs reprises dans le passé à Jérusalem.

 

 

On se rappelle de l’effroyable attentat rue Jaffa (2 juillet2008) où un Palestinien employé de la société française responsable du chantier du tramway de la capitale, allait broyer férocement de nombreux véhicules en roulant avec sa pelleteuse à contre sens, renversant même un bus avant d’être enfin abattu. Trois personnes avaient été tuées et des dizaines d’autres blessés. L’attentat a eu lieu juste sous le bâtiment qui abrite les agences d’informations étrangères, telles que l’Associated Press, Reuters, et l’AFP, qui ont pu filmer en direct le déroulement des événements.

 

Même décor le  22 juillet 2008,  un terroriste palestinien à bord d’une pelleteuse a blessé 26 personnes dont une grièvement qui avait  perdu une jambe. Même endroit ; le centre de Jérusalem, tout près de l’illustre Hôtel King David.

 

Le 5 mars 2009 pour la troisième fois Jérusalem avait subi un attentat au tractopelle qui a  blessé deux Israéliens. L’attaque s’est déroulée près du populaire centre commercial de Malha, sur le boulevard Menachem Begin dans le sud de Jérusalem. L’auteur de l’attentat était abattu.

 

En août 2014, un terroriste palestinien au volant d’un tracteur avait percuté un bus et une voiture. Le terroriste a été éliminé. Un Israélien a été tué et cinq autres personnes blessées.

 

 

Le 5 novembre 2014 une voiture conduite par un palestinien, membre du Hamas, avait tué un officier de la police des frontières à Jérusalem, et a blessé 13 autres civils. Cette  attaque terroriste avait eu lieu sur le lieu de la tombe de Siméon le juste (Kever Shimeon ha-Tsadik) à Jérusalem.

 

Le 6 novembre 2014  un  Palestinien avait lancé sa voiture sur des passants qui attendaient, à un arrêt, le passage du tramway, provoquant la mort d’un bébé et d’une touriste chilienne et blessant plusieurs piétons.

 

Les terroristes palestiniens  qui avaient commis ces attentats meurtriers, n’utilisaient pas de roquettes ou d’obus de mortier pour tuer des Juifs, ils utilisent leur voiture.

 

Regardons les choses en face, en utilisant la même méthode en France les  terroristes maghrébins  ne se sentent pas français, mais bien musulmans, et leur solidarité est avec leurs frères palestiniens.

 

 

Reproduction autorisée avec la mention suivante:

© Souhail Ftouh pour Europe Israël

 

 

 

 





Avocat tunisien, auteur de nombreux articles.



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 7 thoughts on “Les attentats aux camions-béliers sont une innovation terroriste palestinienne.

    1. alauda

      Le 21/12/2014 à Dijon, un chauffard avait foncé sur des passants à cinq endroits différents en criant « Allahou Akbar ». Selon une source policière rapportée par Sud Ouest, il avait « dit avoir agi pour les enfants de Palestine ». Le lendemain Libération avait titré : « Le conducteur de Dijon, faux terroriste mais vrai fou ».
      Avant cette date, les véhicules béliers n’avaient été utilisé sur le territoire que pour des attaques sur les biens (vol avec effraction). A Dijon, l’attaque du « déséquilibré », aux antécédents psychiatriques tout de même avérés selon la presse, n’avait fait que des blessés.
      Cette fois, c’est le tourisme, un des poumons économiques de la France qui est touché.

    2. michel boissonneault

      lorsque les attaques auto-bélier sont en Israel ….les gens en ont rien a foutre mais quand c’est la France alors c’est un act terroriste……trouver l’erreur , trouver la différence …..pour moi c’est du pareil et c’est encore l’islam le problème……toute mes sympathies aux familles des victimes

    3. Moka

      Mais non Michel ,les imam menteurs et pleurnichards nous dirons sur les plateaux Tv:c est ça l islam ,l islam c est paix et amour ,ce sont pas de vrai musulmans,……Les musulmans sont les premières victimes.Mohamet est un malade pervers criminel,l islam est un poison .Ceux qui disent que l islam est paix et amour sont des débiles aveuglés par leur saloperie de secte.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *