toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Israel: ces ONG qui œuvrent à la déshumanisation du peuple juif


Israel: ces ONG qui œuvrent à la déshumanisation du peuple juif

Avant chaque génocide, massacre de masse, libération de la haine, une méthode qui date de la nuit des temps consiste à déshumaniser celui qui l’on veut abattre comme pour se déresponsabiliser de l’acte de tuer son prochain.

Avant le génocide des Tutsis par les Hutus au Rwanda, la radio des milles collines écoutée par les Hutus et financée par la femme du président, conditionnait ses auditeurs à la haine et à la déshumanisation des Tutsis. Durant le génocide en 1994, la radio rebaptisée  » radio machette  » appelait a tuer  » même les enfants  » en disant que  » les fosses ne soient pas encore pleines « . L’Eglise en son temps – en s’appuyant sur certains passages des évangiles – se plaisait à rappeler que le peuple juif était  comme la « race de vipère » ou le « peuple maudit », ce qui a conduit à des milliers de terribles pogroms.

De nos jours des personnes comme Alain Soral, Dieudonné, Ramadan, de nombreux imams travaillent inlassablement en ce sens: la déshumanisation au service de la mort.  La haine du juif peut être produite aussi par des juifs.

Le 25 mai 2016, l’Ong israélienne B’Tselem a indiqué qu’elle cesserait de communiquer avec l’armée sur les incidents dans lesquels sont impliqués des militaires de Tsahal en Judée Samarie, dans la mesure où les plaintes débouchaient rarement sur des poursuites judiciaires (seuls, 3% des enquêtes criminelles feraient l’objet de suites judiciaires). Son rapport, intitulé « feuille de vigne de l’occupation » considère que les informations données à l’armée seraient à l’origine d’un « mécanisme de blanchiment ». En réalité, cette ONG israélienne, pro palestinienne, joue le jeu stratégique palestinien consistant à dénoncer une soit disant « occupation » par Israël de la Palestine (ce qui est faux), pour permettre aux palestiniens de justifier l’agression des juifs dans une finalité : provoquer des bavures dans les ripostes de l’armée et, à terme, déshumaniser le peuple juif.

En réalité, cette association B’Tselem israélienne entretient l’idéologie anti-israélienne, anti-juive qui confie aux nouvelles générations de palestiniens, la mission de terroriser et tuer des juifs, pour les amener à commettre des actes de ripostes ensuite désignés comme la source de l’agression.

Pour autant, les jeunes soldats de Tsahal sont poussés à bout par les palestiniens jusqu’à l’irréparable.Par exemple, l’exécution  par un soldat de Tsahal, d’un arabe à Hébron qui avait tenté de tuer un militaire à l’aide d’un couteau (le 24 mars 2016) est devenu le sujet polémique d’Israël et du monde entier. Dans le récit, peu importe que le palestinien ait tenté d’assassiner un militaire (comme s’il s’agissait d’une chose normale). Certainement, l’acte du soldat âgé de 19 ans est-il répréhensible, même s’il peut se comprendre, d’autant que le palestinien se condamne lui même à mort par son acte meurtrier. Pour autant, l’élimination du terroriste par un jeune soldat occulte le problème fondamental, à savoir celui de la culture palestinienne incitant à l’assassinat de juifs.

La stratégie de déshumanisation du peuple juif commence néanmoins à porter ses fruits. Les palestiniens provoquent une crainte au sein du peuple juif, à l’origine d’une confusion dans l’esprit des israéliens, sur le sens des devoirs et des obligations à l’égard d’autrui afin, de détruire Israël de l’intérieur. L’événement dramatique du 22 mai 2016 à tel Aviv l’illustre bien : des policiers en civil ont demandé à l’employé arabe d’un magasin de la chaîne de supermarché « Super Yuda » de décliner son identité. Celui-ci a alors demandé aux inspecteurs de quelle administration ils dépendaient. Se sentant provoqués, les policiers ont roué de coups l’employé arabe et l’ont placé en garde à vue pour rébellion. Le directeur du magasin Kobi Cohen, solidaire de son employé, a déclaré à la presse que « son seul crime est celui de ne pas être juif », ce qui a déplu à la police qui appelle désormais à des représailles contre le Directeur de la superette. Sur la page Facebook de l’Inspecteur de police, apparaît la photo du magasin et la mention : « Je ne fais pas mes courses dans un supermarché dont les employés attaquent les flics », « Super Yuda = La honte ».

Cet événement détestable traduit en quoi les tensions provoquées par les palestiniens amènent des crispations entre juifs qui finissent par se déchirer. L’événement peut alors être exploité par certains juifs qui tournent en dérision le projet sioniste, tel le député juif de la liste Ligue Arabe Uni à la Knesset Dov Henin,pour qui « Des policiers ont lynché en plein jour un être humain dont le seul crime était d’être arabe. Ceci est en phase avec les discours de haine de nos dirigeants, ou l’assassinat de sang-froid perpétré par un soldat à Hébron » (sic).

L’élimination du terroriste de Hébron est progressivement devenue une affaire d’Etat puisqu’elle est, en partie, la cause du départ du Ministre de la défense Moshe Yaalon dont le portefeuille devrait être confié à Avigdor Libermann (parti « Israël Beitenou »). Or, l’arrivée de ce Ministre, si elle est confirmée, devrait entraîner un durcissement de la politique, susceptible de préjudicier à l’image de l’Etat hébreu sur la scène internationale. Avigdor Libermann est, en effet, favorable à une modification des dispositions applicables aux terroristes palestiniens : il souhaiterait que la peine de mort puisse être prononcée par le Tribunal militaire, à la majorité simple des magistrats et non plus à l’unanimité (ce à quoi s’oppose l’ancien Procureur général Yéhuda Einstein qui a appelé son successeur Avichai Mendelblit à s’y opposer).

Israël a entrepris de limiter la diffusion, par les Ong, de l’idéologie palestinienne avec le projet de Loi « sur la transparence » (adopté en première lecture le 8 février 2016) pour contrôler leur financement en Israël et la publicité de l’idéologie pro palestinienne financée par l’Europe. Pour le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Emmanuel Nahshon : « Certaines ONG ont un agenda politique assez radical, et veulent remettre en question l’État d’Israël. Il ne s’agit nullement de limiter leur financement, mais de faire connaître en toute transparence l’identité de leurs donateurs » ( la publicité concernera les ONG qui reçoivent plus de 50 % de leur financement via des fonds publics – principalement de l’Union européenne et de pays comme la Norvège, la Suède, le Danemark, la Suisse, l’Allemagne, les Pays-Bas, le Royaume-Uni, l’Irlande).

La Ministre de la Justice Ayelet Shaked (Foyer juif) considère ces Ong comme des « traîtres » ou des juifs habités de « la haine de soi ». Il s’agit essentiellement de « Breaking the Silence », « Physicians for Human Rights », « organisation d’assistance médicale d’urgence », « B’tselem », « le centre d’information sur les Territoires occupés » (sic), « Yesh Din » et « Adalah » à Haïfa, « le Comité contre les démolitions », « les Rabbins pour les droits humains », « le Negev Coexistence Forum »… La Présidente de l’Ong Physicians for Human Rights qui estime avoir le monopole de l’humanité, conteste le projet de Loi : « Ils veulent changer une approche universelle des droits humains au profit d’une loyauté au gouvernement. Mais comment être loyal avec un tel gouvernement ? » (sic).

Bien évidemment, la position intellectuelle de ces Ong Pro palestiniennes est construite autour du mensonge de l’occupation, à l’origine de la caution donnée aux palestiniens dans leurs actes terroristes (puisqu’ils seraient des résistants). Le but est de provoquer des réactions israéliennes contraires à l’humanité, de nature à placer Israël au ban de la communauté internationale. Et cela fonctionne bien.

Lors de la coupe du monde de Handi tennis à Tokyo, l’équipe marocaine a refusé de jouer contre l’équipe israélienne. Pour sa part, Ken Loach, Palme d’or au festival de Cannes pour son film « 3000 nuits » (qui traite d’une palestinienne qui donne naissance à son fils dans une prison israélienne) appelle au boycott d’Israël.

En fin de compte, le problème n’a rien à voir avec les palestiniens mais juste avec l’idéologie palestinienne : C’est elle qui doit être combattue tout comme le nazisme devait l’être en 1939-1945, non les allemands.

Source: Jforum

 





Journaliste franco-israélien spécialisé dans la psychologie et la communication politique depuis 2003.



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 5 thoughts on “Israel: ces ONG qui œuvrent à la déshumanisation du peuple juif

    1. niolo

      Israël devrait envahir les territoires adjacents désertés par les réfugiés qui partent en Europe. Comme ça les antisémites auraient du grain à moudre. Profitez en il y a de la place a prendre, et on aurait enfin le calme dans ce moyen orient bouffé par l’islam. Bismark disait  » la force prime le droit »

    2. Aline1

      Merci de cet article bien expliqué.

      Mais que pensent ces ONG et spécialement celles israéliennes ?

      Que les juifs soient vraiment des êtres exceptionnels. Ce sont donc eux les premiers qui s’imagineraient en tant que peuple élu, les réactions des citoyens et des militaires ou gardiens du Pays, devraient toujours être angéliques.

      Mais tout le monde peut devenir désespéré ! Et depuis un moment je prie que cela n’arrive pas encore, que les enfants d’Israël, gardent leur sang froid, leur calme – ne laisse pas la haine entrer dans leur cœur, etc…

      Mais à ce jour, ils resteraient ainsi, c’est qu’ils ne seraient pas de simples humains, comme les autres…Ce serait des super-hommes, supérieurs en toutes choses à tous les autres humains.

      C’est donc cela que ces ONG? pensent ?

    3. Malcolm Ode

      A force de réclamer sans relâche ce qui n’est pas à eux, on finirait par croire au bien-fondé de leurs réclamations.

      Mais même là, accorderait-on un permis de conduire à un aveugle sous prétexte de non-discrimination physique?

      S’ils constituaient une civilisation exemplaire pour l’espèce humaine, ce serait plus facile à admettre.

      Malheureusement, ce sont toujours les plus mal inspirés qui veulent imposer leurs idées par la force.

      Et la force, c’est la faiblesse des nuls.

    4. Richard M

      Le Pen disait que la Shoah est un détail de l’histoire, et ces ONGs à la solde des pays Arabes, testées et approuvées par l’Europe corrompue et islamisée pense qu’Israël est un détail de l’histoire. Comme exactement le précise cette article, c’est l’Europe qui a organisé toute cette oeuvre de destruction idéologique d’Israël et ce fantasme du peuple palestinien qui ne sont que des musulman qui ne veulent pas d’Israël. Israël trouve d’autres alliés plus intègre et l’Europe se déchirera dans peu de temps. La progrès et la justice se font sur les racines du passée.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *