toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

« Hitler soutenait le sionisme avant de perdre la tête et de finir par tuer six millions de Juifs.»


« Hitler soutenait le sionisme avant de perdre la tête et de finir par tuer six millions de Juifs.»

CHRONIQUE

Cette simple phrase, lourde de sous-entendus (Hitler sioniste ! Hitler co-fondateur de l’État Israël !), constitue indéniablement une preuve d’antisémitisme. D’ailleurs, elle a valu à son auteur, Ken Livingstone, ancien maire de Londres et député du Parti travailliste (le Labour), sa suspension en attendant les résultats de l’enquête. Et il risque fort d’être exclu du Parti.

Alors qu’il défendait Naz Shah, accusée d’antisémitisme après une série de messages sur Facebook dont le plus controversé suggérait de relocaliser Israël aux Etats-Unis, Ken Livingstone a scandalisé tout le monde en déclarant : «Souvenons-nous, lorsque Hitler a gagné l’élection en 1932, sa politique était de déménager les juifs en Israël. Il supportait le sionisme avant de devenir fou et de finir par tuer six millions de juifs.»

Qui plus est, au lieu de présenter des excuses, il a ajouté qu’il n’a pas menti :      « Tout ce que j’ai dit hier était vrai ». « Comment la vérité peut-elle être une infraction ? – si j’avais menti cela serait offensant ». Et cette vérité – Sa vérité – n’est pas enseignée, dit-il, « dans les écoles israéliennes».

Les historiens, dans l’ensemble, ont condamné ses propos et Roger Moorhouse, un historien de renom, a déclaré que prétendre qu’Hitler a soutenu le sionisme « est non seulement historiquement inexact, mais c’est également historiquement inculte ».

Alors, Livingstone peut-il, comme Abbas, conter des mensonges éhontés ? Cela nous semble difficile à croire. Nous nous sommes donc posé la question : Qu’en est-il réellement ? Essayons de démêler le bon grain de l’ivraie.

L’Accord Haavara ou Accord de Transfert

Livingstone faisait référence à l’Accord Haavara ou Accord de Transfert signé en août 1933 entre le Reich allemand et certains Juifs sionistes (la Fédération sioniste d’Allemagne, la Banque anglo-palestinienne, sous les ordres de l’Agence juive), accord  qui a pris fin en 1936.

En fait, cet épisode nous ne le connaissons qu’à travers ce qu’en disent Lenni Brener (Zionism in the Age of the DictatorsLe Sionisme à l’Ère des dictateurs- publié en 1983) et Edwin Black (The Transfer Agreement – L’Accord de Transfert- publié en 1984).

Edwin Black a publié aussi sur le sujet un article intitulé « Quand les sionistes font un marché avec les nazis », qui est pour l’essentiel la traduction d’un article  paru dans le Jerusalem Post en français.

En quoi consistait cet Accord?  Pour le comprendre, il est essentiel de replacer les faits dans leur contexte réel.

1 – Le contexte : 31 janvier 1933 :

Hitler est nommé Chancelier du Reich. Les nazis commencent à mettre en place des mesures antijuives. Les Juifs sont victimes de persécutions inqualifiables de la part des troupes d’assaut (SA) et des SS.

Dans le Jerusalem Post, on pouvait lire «  Allemagne : 7 août 1933. Au 76 Wilhelmstrasse à Berlin, les Juifs allemands ne peuvent plus sortir sans peur dans la rue. Pendant ce temps-là, en Palestine, les valeureux kibboutznikim s’épongent fièrement le front dans la chaleur étouffante de l’après-midi. En Europe, la guerre fait rage. Les entrepreneurs allemands, anxieux, se demandent si une nouvelle commande de marchandises du Reich va être annulée. (…)  Dans les écoles, on force les petits garçons juifs à se tenir devant leurs camarades de classe pour montrer la détestable vermine »

Alors, toujours selon le Jerusalem Post, « Les Juifs d’Amérique et d’Angleterre lèvent un poing furieux et diffusent leur ordre de boycott antinazi ». Ils espèrent ainsi renverser Hitler.

L’économie allemande, qui est déjà exsangue, ne peut supporter le boycott. Les entrepreneurs allemands sont très inquiets, tout comme les exportateurs juifs de Palestine qui «  se rongent les sangs à la perspective de représailles de leur plus gros client : l’Allemagne ».

Alors, quatre sionistes se seraient rendus en Allemagne et auraient signé un accord avec les nazis.

2 – L’Accord

Selon cet accord, les Juifs désireux de quitter l’Allemagne pour la Palestine – mais non pour un autre pays– pourraient le faire à condition de conclure un contrat avec un exportateur allemand pour l’expédition de biens allemands (bois d’œuvre, machines agricoles, autos, etc.) en Palestine.

Leurs capitaux resteraient bloqués en Allemagne et une fois l’exportateur payé, ils recevraient la contrepartie de l’Agence juive.

S’il est assez difficile de faire la part du vrai et du faux car nous disposons de peu d’informations, en revanche ce qu’on en lit est parfois mensonger.

Ainsi, sur Wikepedia entre autres, on lit que « L’accord a été conçu pour faciliter l’émigration des Juifs allemands vers la Palestine. Autrement dit « pour permettre au mouvement sioniste, sous la forme de la société Hanotea, de transférer des biens d’Allemagne vers la Palestine, dans le seul but d’encourager l’émigration juive d’Allemagne. »

 FAUX! On veut prêter au régime nazi des intentions humanitaires qu’il n’a jamais eues.  

But des autorités nazies : Émigration contre la fin du boycott antinazi. C’est donc donnant-donnant. 

Leur but n’est certainement pas d’aider les Juifs à ressusciter leur patrie perdue!

Ce que confirme d’ailleurs un télégramme du consul d’Allemagne à Tel-Aviv qui dit que « favoriser officiellement les intérêts sionistes en Palestine serait le meilleur moyen de briser le boycott antinazi mené par les Juifs – et de plus en plus suivi à travers le monde – qui menace de paralyser le régime d’Hitler dès ses premiers mois au pouvoir. Oui, un accord avec les sionistes se révèle nécessaire ».

Cette offre faisait certes l’affaire des sionistes puisque Ben Gourion, y voyant un double avantage,  aurait déclaré : « Mais nous devons donner une réponse sioniste à la catastrophe que subissent les Juifs allemands – transformer ce désastre en une occasion de développer notre pays, et sauver les vies et la propriété des Juifs d’Allemagne pour le bien de Sion. C’est ce sauvetage qui a priorité sur tout le reste. »

Un épisode de l’Histoire d’Israël passé sous silence. Pourquoi ?

Les Juifs, il est vrai, n’ont guère parlé de cet épisode. Pourquoi ? Sans doute parce qu’ils savaient qu’il donnerait lieu à un détournement de l’information, à des interprétations nocives pour les Juifs. D’ailleurs, aussitôt que furent publiés des livres sur le sujet, les antisémites ont craché leur venin et condamné,  non pas les nazis évidemment, mais les sionistes. Ce fut pour eux l’occasion de donner libre cours à leur acharnement contre les juifs et de poser des jugements de valeur sur les Juifs.

Et comme il fallait s’y attendre, il n’en fallait pas plus pour que naisse un nouveau mythe sur les Juifs, celui d’Hitler sioniste et  co-fondateur d’Israël, avec toutes les conséquences que cela suppose.

Hitler, co-fondateur de l’État d’Israël !

Et nombreux sont ceux qui y croient ! Un petit rappel : cela faisait près de 3000 ans que les Juifs préparaient leur retour à Sion. Les Juifs n’ont pas attendu Hitler pour se fixer cet objectif. Avec ou sans Hitler, avec ou sans Holocauste, Israël serait né car ce rêve était ancré depuis 3000 ans dans la conscience des Juifs, qu’ils fussent religieux, agnostiques ou laïcs.

Par ailleurs, comment peut-on dire que les Nazis voulaient favoriser l’émigration vers Israël alors qu’ils promulguaient des lois pour interdire aux Juifs tout déplacement? N’est-ce pas contradictoire? Donc ils ne voulaient ni encourager le sionisme ni même se débarrasser des Juifs. Ils voulaient simplement trouver la solution au boycott des produits allemands.

Car si Hitler était animé des intentions qu’on lui prête, pourquoi ne pas avoir laissé tous les Juifs, incluant ceux qui étaient pauvres,  quitter l’Allemagne? Et pourquoi faire fusiller un million et demi de Juifs en URSS? Et pourquoi vouloir exterminer les Juifs, peu importe le pays où ils se trouvaient?

Alors comment peut-on déclarer qu’Hitler était sioniste? Tout s’explique : avec un tel postulat, il devient facile de tout remettre en question.

1 – Les sionistes, des collabos! Les sionistes, des traitres à leur peuple!

On a vu dans cet accord une coopération économique des sionistes pendant que  la Grande-Bretagne et les États-Unis, scandalisés par les mesures prises à l’encontre des Juifs, voulaient se porter à leur secours en recourant au boycott pour faire tomber Hitler.

Évidemment, cet épisode a fait les délices des propagateurs du mythe voulant que les Juifs ne pensent qu’à s’enrichir, qu’ils sont prêts à tuer père et mère pour l’argent. Les sionistes n’auraient donc pensé qu’aux gains que leur permettait d’engranger le commerce avec l’Allemagne au lieu de penser à sauver leurs frères!

Condamner les sionistes est une tâche qui ne requiert guère d’efforts –même avec des arguments boiteux, on réussit-  et qui permet de disculper les Allemands et de faire porter la responsabilité de l’Holocauste sur les Juifs. N’est-ce pas la manne pour tous les antijuifs?

Certes, les sionistes ne pouvaient pas se permettre de perdre des contrats avec l’Allemagne alors qu’ils avaient un urgent besoin de fonds pour développer la Palestine. Et cet Accord présentait en outre l’avantage de sauver des Juifs et d’accroitre la population juive en Palestine.

Par ailleurs, rien ne permettait alors d’affirmer que le boycott allemand aurait eu raison d’Hitler. Et rien pour affirmer le contraire. Disons d’abord que l’antisémitisme en Allemagne, comme dans beaucoup de pays européens, n’est pas né avec l’ascension d’Hitler ou du Parti nazi. Il avait déjà des siècles d’existence et, quand bien même l’Allemagne aurait souffert du boycott, il est fort à parier que la haine du juif l’aurait fait oublier et qu’Hitler aurait été porté au pouvoir.  Déjà en décembre 1930 dans le Populaire, Léon Blum écrivait : « Je crois que l’astre hitlérien est déjà monté au plus haut de sa course, qu’il a touché son zénith».

Mais comme il est bon de faire des sionistes des collabos ! Et comme on les accuse de surcroît d’avoir mis un terme  à ce contrat, ils deviennent par le fait même responsables de l’Holocauste !

2 – Les révisionnistes ont raison !

Hitler sioniste! Un mythe qui conforte les révisionnistes dans l’idée que le nombre de juifs exterminé est très inférieur aux 6 millions annoncés et que ce sont les sionistes eux-mêmes qu’il faut incriminer pour la mort des Juifs dans les camps de concentration. N’est-ce pas justement ce que prétendait Abbas dans sa thèse datée de 1984 et intitulée « L’envers du décor : les relations secrètes entre le nazisme et le sionisme »?

Et ce mythe voulant qu’Hitler soit le co-fondateur d’Israël, donc les Sionistes des collabos des Nazis,  persiste toujours. La preuve en est la publication en 2013 d’un livre de Jean-Claude Valla dont le titre en dit long sur le contenu : « Le Pacte germano-sioniste- 7 août 1933 ». Et en avril 2016, les propos tenus par Ken Livingstone du Parti travailliste qui, précisons-le, est un habitué des déclarations antisémites.

CONCLUSION

 1 –Les sionistes ont-ils eu raison d’accepter ce marché? Là est la question et il serait très prétentieux de notre part de vouloir y répondre.

Pour se permettre de porter un jugement sur cet Accord et sur les sionistes, il faut (1) d’abord se débarrasser de tous les préjugés antisémites – une tâche difficile voire impossible pour la plupart des antisémites- (2) se placer dans le contexte de l’époque et (3) analyser en toute objectivité le choix douloureux proposé aux sionistes. Un vrai débat de conscience! Choisir entre émigration en Palestine et boycott antinazi n’est vraiment pas facile!

Le fait est que grâce à cet Accord, un certain nombre de Juifs – difficile de dire exactement combien, on parle de 30 000 à 60 000 – auraient été sauvés. Cette entente, n’eût-elle permis de sauver la vie que de quelques juifs, en valait la peine. Souvenons-nous de ce que dit le judaïsme : « Qui sauve une vie sauve l’humanité tout entière ». Bien sûr, on aurait aimé que fût sauvé un nombre bien plus important. Encore eût-il fallu que les Juifs allemands soient nombreux à consentir à émigrer. Ils prétendaient vouloir rester pour combattre l’antisémitisme. Mais cet argument ne nous convainc guère. En effet, ils étaient tant et si bien assimilés que le rêve des sionistes ne les effleurait même pas. Ils croyaient en l’Allemagne, ils lui étaient dévoués et ils le resteraient jusqu’à la mort.

2 – Les Juifs ont-ils eu raison de passer cet Accord sous silence? Ma réponse est Oui.

En effet, à en juger par l’effet qu’ont  produit le livre de Lenni Brenner et celui d’Edwin Black et par les interprétations auxquelles cet épisode de la vie des Juifs a donné lieu, on comprend que les sionistes aient préféré le passer sous silence. Le livre de Brenner, Le Sionisme à l’ère des dictateurs, a été traduit en plusieurs langues, même en japonais. Il a été également adapté au théâtre et au cinéma. C’est aussi, semblerait-il,  sur ce livre que s’est basé Livingstone pour tenir en avril 2016 les propos antisémites qui ont choqué les Britanniques.  C’est donc dire l’intérêt que ce livre a suscité, tout comme celui d’Edwin Black  qui a connu un très grand succès et qui a été réédité lors du 25ème anniversaire de sa sortie.

En conclusion, en tentant de faire la lumière sur cet Accord passé entre les sionistes et les nazis, on s’aperçoit qu’aussitôt connu, il a donné naissance à un autre mythe, celui d’Hitler sioniste, un mythe qui vient s’ajouter à celui qui veut que l’Europe ait aidé à créer l’État d’Israël parce qu’elle était dévorée de remords à la découverte des camps.

La réalité est tout autre : les États européens, aux prises avec quelque trente millions de réfugiés, considéraient les Juifs comme un groupe à part, comme des étrangers, et ils cherchaient le moyen de se débarrasser d’eux. 

Alors, quand bien même, dans l’esprit des sionistes à l’origine de cet Accord, celui-ci n’aurait permis que de peupler la Palestine, quand bien même leur but aurait été non pas de combattre l’antisémitisme, mais de s’en servir pour inciter les Juifs à faire leur alyah, quand bien même ils en auraient profité économiquement pour développer la Palestine qui n’était alors qu’un immense désert, doit-on pour autant les condamner et les traiter de collabos? N’ont-ils pas ainsi contribué à la Re-naissance de l’État juif et d’un refuge pour les Juifs du monde entier?

Sans les sionistes de Palestine, on peut se demander ce qu’il serait advenu des réfugiés juifs de la Seconde Guerre mondiale qui avaient été parqués dans des camps de détention en Europe et à Chypre. Où auraient-ils trouvé refuge? Certes, il leur a fallu attendre la création de l’État d’Israël avant de pouvoir se rendre en Palestine car, en raison des objections formulées par les Arabes, les Britanniques limitaient sévèrement l’immigration et arraisonnaient les bateaux affrétés par les Juifs de Palestine pour tenter de faire entrer illégalement des réfugiés.

Mais en 47, grâce aux Juifs de Palestine qui avaient préparé le terrain pour l’arrivée massive des réfugiés juifs de l’après-guerre,  les survivants de la Shoah purent trouver une terre d’accueil où ils n’auraient plus à craindre pour leur vie. 

© Dora Marrache pour Europe-Israël







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 9 thoughts on “« Hitler soutenait le sionisme avant de perdre la tête et de finir par tuer six millions de Juifs.»

    1. Asher Cohen

      A partir d’ Herzl et des Congrès Juifs Mondiaux, les Sionistes sont les gérants d’un Peuple Juif en perdition, dans le Monde entier. En 1914-18, ils ont laissé les Juifs s’entretuer en combattant pour des puissances étrangères, pour des causes qui ne les concernaient aucunement. Certains Historiens objectent qu’ils ont quand même obtenu la Déclaration Balfour en 1917, et le création, par Trumpeldor et Jabotinski, de la première armée spécifiquement Juive, depuis 18 siècles. En tous cas, il n’ont pas obtenu la création de l’Etat Juif, en 1919, au Congrès de Versailles. Dans l’entre-deux guerres, ils ont vu la montée des périls pour les Juifs d’Europe. Des assassinats de Juifs, comme celui de Walter Ratheneau en Allemagne sont bien antérieurs à 1933. Dès les années 30, Ben Gourion était déjà le Président de l’Agence Juive, donc le gérant de 18 millions de Juifs dispersés dans le Monde. Comme l’a écrit Tom Seguev, il n’a pas su éviter le génocide Juif massif en Europe, et ne l’aurait pas non plus évité en AFN si les Anglo-Américains n’y avaient pas débarqué en Novembre 1942. Doit-on comme Tom Seguev conclure à une incompétence totale des Sionistes qui n’avaient pas la carrure de Chefs d’Etat, ni même de gérants du Peuple Juif en perdition? Manquaient-ils de force de persuasion au point qu’après la Shoah, seulement 600.000 Juifs vivaient en Israël en 1948? Chacun se fera son opinion.

    2. robert davis

      Actuellement le fou c’est Livingstone car mein Kampf est antérieur à 1932 et hutler ne promettait pas la Palestine aux juifs plutôt autre chose

    3. dagascar

      Beaucoup ignorent qu’Hitler avait envisagé de transférer tous les Juifs à Madagascar mais l’entrée en guerre de l’Angleterre a déjoué son plan .

      Il était vraiment fêlé du ciboulot .

    4. Armand Maruani

      Beaucoup ignorent qu’Hitler avait envisagé de transférer tous les Juifs à Madagascar mais l’entrée en guerre de l’Angleterre a déjoué son plan .
      Il était vraiment fêlé du ciboulot .

    5. Yéochoua

      Il est vrai que soutenir qu’Hitler aurait été favorable au sioniste est un peu fort de café. Mais on sait qu’il a voulu dans un premier temps les expulser d’Allemagne puis de la Pologne annexée (à distinguer de la Pologne occupée). C’est la fermeture de la Palestine aux Juifs par les Anglais, ayant cédé à la pression des Arabes, qui a piégé les Juifs à l’intérieur des frontières de l’Europe.
      Je vous suggère de lire :
      Hitler et Husseini, le chasseur et le rabatteur :
      http://www.europe-israel.org/2016/05/hitler-et-husseini-ou-le-chasseur-et-le-rabatteur/

    6. Jacques B.

      Rappel historique intéressant.

      Dans mon esprit, suite à la lecture d’assez nombreux ouvrages sur le nazisme, Hitler, et les Juifs, il n’a jamais fait aucun doute qu’Hitler haïssait tellement les Juifs (sionistes ou pas d’ailleurs) que s’en DÉBARRASSER était pour lui une priorité.

      Et pour cela, les nazis ont envisagé de les déporter, en divers lieux il me semble. Armand M. parle de Madagascar (il me semble aussi avoir lu cela), mais il y a aussi eu d’autres endroits envisagés, notamment en Europe de l’Est, de mémoire.
      Si je n’avais pas lu cet article de Dora Marrache, j’aurais simplement supposé qu’Hitler avait, à un moment, envisagé de se débarrasser des Juifs en les envoyant en Palestine mandataire. Mais même pas ! puisqu’il s’agissait d’un cynique marché visant à pouvoir continuer à opprimer les Juifs allemands tout en desserrant l’étau du boycott.

      Les antisémites comme ce Ken Livingstone sont décidément prêts à toutes les contorsions sémantiques et autres « péchés d’omission » pour arriver à leurs fins : diaboliser le peuple juif.
      Il faut les dénoncer sans relâche, et leur mettre le nez dans leur caca aussi souvent que c’est nécessaire.

    7. Jacques B.

      J’ajoute que la Shoah, l’idée de la Shoah telle qu’elle fut perpétrée par les nazis, est arrivée progressivement.

      A savoir que les nazis se rendant compte que déporter les Juifs (en Europe de l’Est, à Madagascar ou ailleurs) posait concrètement trop de difficultés.
      Puis que les Einzatsgruppen ont fait leur sinistre besogne, assassinant des centaines de milliers de Juifs ukrainiens, biélorusses… lors de l’avancée de la Wermacht vers l’Est à partir de juin 41.
      Puis les « camions à gaz » sont apparus, pour économiser les munitions au départ !
      C’est donc presque « naturellement » qu’est venue l’idée de l’extermination de masse, par gaz, de tous ces Juifs dont les nazis, qui les haïssaient, ne savaient que faire.

      Alors dire, ou sous-entendre fortement, que Hitler soutenait le sionisme, ou était un ami des Juifs, quel mensonge ! Aussi énorme que ceux de celui qu’il doit secrètement admirer, Joseph Göbbels.

    8. Asher Cohen

      La Seconde Guerre Mondiale a été une confrontation menée pour savoir quelle puissance allait dominer le Monde. Hitler voulait un Reich de 1000 ans, et après avoir colonisé l’Europe entière, soumis Staline et les Etats-Unis, vous pensez vraiment qu’il aurait accepté l’existence dans le Monde, d’un Etat Juif qui le nargue, alors que les Juifs étaient ses premiers ennemis naturels? L’Allemagne a perdu, l’Angleterre s’est affaissée, et 2 superpuissances ont émergé et se sont partagé le Monde à Yalta. Si Hitler avait gagné la guerre, il n’y aurait pas eu d’Etat Juif. Tout le reste n’est que de la Littérature et du babillage.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *