toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Israël : L’agence chinoise Xinhua plus correcte que Reuters et l’AFP ?


Israël : L’agence chinoise Xinhua plus correcte que Reuters et l’AFP ?

Après les avoir percutés, le chat de Philippe Geluck au regard déterminé a bien l’intention de rouler sur les chiens pour les renvoyer dans la rubrique éponyme sous forme de galettes. Si les « chiens percutés » ont une chance se relever, les « chiens écrasés », eux, sont destinés à finir dans le journal où quelques lignes seront consacrées à leur mémoire.

rubrique_chien_ecrase

Vous m’excuserez pour ces détails peu ragoutants, mais c’est que l’usage fait dernièrement par l’AFP du terme « percuter » pose question; surtout, comme vous le verrez plus bas, lorsque l’on compare cet usage aux mots beaucoup plus précis choisis par la plus grande agence de presse… chinoise !

C’est ainsi que, le 3 mai, après qu’un terroriste arabe ait tenté d’assassiner des soldats israéliens en les écrasant avec sa voiture, l’agence nous informa : « Cisjordanie: un Palestinien ayant percuté trois Israéliens avec sa voiture abattu ». Une dépêche reprise dans Le Point, L’ObsLibération, Le Parisien et d’autres grands titres.

LePoint_03.05.2016

Percuter, selon le Larousse, c’est « heurter assez violemment quelque chose ou quelqu’un rencontré comme obstacle ». Il n’y a pas de marque d’intention dans cette action qui renvoie le plus souvent à des accidents. Les derniers autres usages de ce terme dans l’actualité de ce mois de mai l’illustrent fort bien :

GooglePercute_04.05.16
Des accidents entre des cyclistes, des camions, des piétons, des bateaux…

Alors pourquoi l’AFP choisi-t-elle ce thème qui déresponsabilise le terroriste et insinue que l’acte pourrait être accidentel ? Par comparaison, le terme « un Palestinien abattu » utilisé dans le même titre rend les soldats israéliens responsables d’une action létale bien plus forte, qu’ils ont commise pour se défendre d’une atteinte immédiate portée à leur vie. C’est le terroriste qui a tenté d’abattre les soldats, mais ce sont eux à qui ce terme est attribué.

Reuters fait passer le terroriste pour une victime de violence militaire israélienne

L’AFP est en bonne compagnie avec Reuters, qui pour décrire le même événement a proposé à différents médias dont L’Obs ou Boursorama le titre suivant : « Tsahal abat un Palestinien qui avait foncé sur des soldats ».

ReutersBoursorama_04.05.16

Ici, la violence est de prime abord attribuée à Tsahal (force armée supposée démesurée face à « un Palestinien »), qui « abat » un homme; l’acte terroriste initial passe au second plan et « abattre » comprend une notion de meurtre délibéré bien plus violente que « foncer », action qui précède le meurtre éventuel mais ne l’inclut pas.

Ce que le lecteur retient : « Tsahal abat un Palestinien ». La réalité : ce terroriste a voulu tuer les soldats.

Chez Reuters comme à l’AFP, le terme de « Cisjordanie » est apposé devant le titre pour bien marquer que, selon la vision de ces agence, il s’agit d’un territoire palestinien occupé par Israël; faisant fi, comme l’a fait récemment l’UNESCO en proposant une résolution islamisant les lieux saints juifs, honteusement soutenue notamment par la France, de plusieurs millénaires d’histoire durant lesquels la région s’est appelée Judée et Samarie. C’est du temps de l’occupation jordanienne, à partir de 1948, que la région fut renommée Cisjordanie par opposition à la Transjordanie, l’actuel territoire de la Jordanie, situé au delà du Jourdain. L’occupation jordanienne prit fin en 1967 mais cette appellation anachronique perdure dans nos journaux, porteuse d’une position politique partiale et d’un déni des droits du peuple juif dans cette région. L’utilisation du terme « Cisjordanie » en tête des titres, superflue puisque chacun sait où vivent les « Palestiniens et Israéliens » en question, légitime en quelque sorte les gestes des terroristes présentés comme résistants à une occupation; il s’agit d’un parti pris.

Euro « news »

Percuter, écraser, foncer ? Euronews ne s’est pas encombrée de ces problèmes de dictionnaire dans sa description du même événement :

« Cisjordanie : un Palestinien tué par des soldats israéliens »

EuronewsShort03.05.16.jpg

Ici, le terroriste devient victime. Qu’il ait percuté ou écrasé des gens pour les assassiner n’a plus aucune importance. Ce qui devrait être l’information principale n’est même plus mentionné ! De quoi se demander quel sens a le « news » d’Euronews.

Même pour qui ouvre l’article et sait lire entre les lignes, l’information est bien enfouie. Il est fait état d’un « accrochage » – terme infiniment moins violent que la réalité de l’attaque qui a eu lieu. L’article va même jusqu’à rendre Israël responsable de la violence : « Ce tir a provoqué de nouvelles tensions obligeant l’armée israélienne a déployer d’important moyens sur place. » Sans tir (de légitime défense pourtant), pas de tensions ? Cela revient à nier à Israël le droit de se défendre via son armée.

Les auteurs consacrent ensuite la deuxième partie de l’article à une toute autre affaire que rien ne lie à la première sinon son inscription dans le même conflit – un curieux procédé journalistique. Le sous-titre « Un Israélien condamné à perpétuité » cache l’identité de l’instance qui a émis la condamnation et affiche là encore une culpabilité israélienne. L’Israélien en question, qui a incontestablement commis une atrocité, a été condamné par la justice israélienne pour le meurtre de l’adolescent Mohammed Abou Khdeir, brûlé vif après l’incendie criminel de sa maison : une précision escamotée de l’article qui aurait mis en valeur la qualité d’état de droit d’Israël. Si l’on veut juger un pays, qu’est-ce qui est le plus pertinent : le comportement extrémiste et violent de l’un de ses citoyens, ou l’efficacité et les résultats de son système juridique ? Euronews a choisi de dépeindre le pays à travers les défauts de l’un de ses ressortissants, ignorant et déformant ce que l’on appelle an anglais « the big picture ».

Faut-il chercher la vérité… chez les communistes ?

Finalement, même des médias de la Chine communiste se révèlent plus fiables que leurs confrères français !

Le site du Centre d’Informations sur Internet de Chine a en effet bien mieux décrit la situation dans son titre basé sur une dépêche de l’agence étatique Chine Nouvelle (Xinhua) : « Un Palestinien auteur d’un attentat à la voiture bélier a été tué et 3 soldats israéliens ont été blessés »
China.org_04.05.2016

Eh oui, pour trouver la mention correcte d’ « attentat à la voiture bélier », il faut aller chez les héritiers de Mao ! Ceux-ci ne sont certes par en reste dans l’art de la désinformation, mais sur le sujet dont nous parlons ils sont bien plus sérieux que les journalistes de l’Europe dite éclairée…

Percuter, cela peut littéralement écraser, c’est à dire « bousiller », une vie. Il nous reste donc à espérer un bon rétablissement pour celui des trois soldats qui a été grièvement blessé. Les médecins travaillent d’arrache-pied pour le sauver.

Source : © Ilan Rein pour https://recitsdactu.wordpress.com







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *