toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Exclusif : L’écrivain et intellectuel turc Adnan Oktar défend le droit des Juifs de prier au Mont du Temple


Exclusif : L’écrivain et intellectuel turc Adnan Oktar défend le droit des Juifs de prier au Mont du Temple

Le célèbre écrivain turc Adnan Oktar défend le droit des Juifs de prier au Mont du Temple en se basant sur les valeurs islamiques et le droit international humanitaire : « Il est tout aussi naturel qu’un Juif prie et effectue son culte au Mont du Temple qu’il l’est pour un Musulman de prier à la Kaaba. » Il a noté que personne n’empêche les non-Musulmans de prier dans les mosquées d’Istanbul et qu’il devrait être également ainsi sur le Mont du Temple.

 

Les droits de l’homme juifs sur le Mont du Temple d’un point de vue islamique 

Il y a quelques mois, j’ai lu un article intitulé « Des activistes juifs prient secrètement sur ​​le site saint musulman » notant que 15 Juifs pieux avaient dû se couvrir la bouche avec leurs mains et faire semblant de parler au téléphone pour prier au Mont du Temple à Jérusalem.

J’ai plusieurs fois entendu les troubles infligés aux Juifs pieux qui souhaitaient prier au Mont du Temple, décrits par le rabbin Yehuda Glick. Le rabbin Glick, qui était un invité d’honneur à un repas de l’iftar que nous avons organisé à Istanbul l’année dernière, a décrit ces questions en détail à la fois dans nos réunions privées et dans des émissions sur A9 TV.

Chercher à empêcher quelqu’un de prier dans un lieu qu’il considère « sacré » est une violation manifeste des droits de l’homme. L’article 18 de la Déclaration universelle des droits de l’homme stipule que toute personne a droit à la liberté de croyance, d’opinion et de religion et que cette liberté inclut le droit de prier, que ce soit seul ou avec d’autres. Il est tout aussi naturel qu’un Juif prie et effectue son culte au Mont du Temple qu’il l’est pour un Musulman de prier à la Kaaba.

La liberté de croyance et de culte est aussi l’une des normes les plus élevées de la loi israélienne. Par exemple, la Déclaration d’indépendance de 1948 stipule que la liberté de croyance est garantie dans l’État d’Israël et que la parole et le comportement religieux sont inclus dans cette liberté. En effet, l’article 171 du Code pénal israélien considère comme un crime le fait d’entraver les gens qui se réunissent pour prier.

L’allégation selon laquelle « les Musulmans sont offensés par les non-Musulmans effectuant leur culte au Mont du Temple », une soi-disant justification pour la restriction du droit aux Juifs d’y prier, n’a aucun fondement coranique. Parce que les versets du Coran ne disent rien sur le fait d’être offensé par le culte des Juifs. Au contraire, de nombreux versets du Coran contiennent des expressions louant les actes d’adoration des gens du Livre (Juifs et Chrétiens).

Par exemple, le Coran dit : « Mais ils ne sont pas tous pareils. Il est, parmi les gens du Livre, une communauté droite qui, aux heures de la nuit, récite les versets d’Allah en se prosternant. Ils croient en Allah et au Jour dernier, ordonnent le convenable, interdisent le blâmable et concourent aux bonnes œuvres. Ceux-là sont parmi les gens de bien. Et quelque bien qu’ils fassent, il ne leur sera pas dénié. Car Allah connaît bien les pieux. » (Coran, 3 : 113-115)

En effet, certains touristes visitant les mosquées à Istanbul sont si touchés par l’atmosphère spirituelle qu’ils prient en eux selon leurs propres croyances et personne ne tente de les arrêter.

Pour soutenir Europe Israël financièrement, cliquez ici et choisissez le montant de votre don.

En outre, la Terre Sainte est un lieu où les Juifs, les Musulmans et les Chrétiens devraient vivre ensemble dans la paix et effectuer librement leur culte comme des frères. Le Coran stipule explicitement que les Juifs ont le droit de vivre en Terre Sainte. Ceci est explicité dans les versets 5 :20, 17 :104, 10 :93 et ​​2 :58. Par conséquent, pour un Musulman, voir des Juifs sur ces terres et témoigner de leur culte est une source de joie.

Mais ce ne sont pas seulement les Musulmans qui privent les Juifs du droit de prier au Mont du Temple, ce sont également le peuple israélien et des organismes officiels. Il y a trois principales raisons de cette réticence :

Il y a des lois strictes à respecter lors de la visite de certaines sections du Mont du Temple, le site le plus saint du judaïsme. Toutefois, il est impossible de se conformer à toutes celles-ci dans les conditions actuelles. D’autre part, il y a une section spéciale où les grands prêtres avaient l’habitude d’utiliser pour communiquer avec Dieu dans les premier et deuxième Temples. Seuls les prêtres de l’époque ont été autorisés dans cette section qui est complètement fermée aux visiteurs. En outre, le lieu de cette section n’est pas connu avec certitude ; les rabbins sont en désaccord sur cette question. Beaucoup de rabbins libéraux comme Yehuda Glick soutiennent qu’il est possible de savoir quelles zones du Mont du Temple sont autorisées et que par conséquent il ne devrait pas être interdit aux Juifs de prier sur le Mont. Le rabbin Glick dit qu’il y a au moins 300 rabbins qui pensent ainsi.

Cependant, la loi juive interdit aux Juifs d’y entrer jusqu’à ce que le troisième Temple soit construit. Quelques heures après qu’Israël ait pris le contrôle du Mont du Temple en 1967, les Grands Rabbins Isser Yehuda Unterman et Yitzhak Nissim ont déclaré une interdiction religieuse d’y entrer pour les Juifs. Le Conseil Rabbinat a ratifié celle-ci. Elle a de nouveau été confirmée par une autre déclaration publiée en 2005.

La deuxième raison est que le statut juridique du Mont du Temple interdit l’entrée aux non-Musulmans. Le formulaire signé par le sultan ottoman Osman III en 1757 précisant la façon dont les sites sacrés de Jérusalem devaient être partagés entre les religions est toujours reconnu par l’Etat d’Israël aujourd’hui. Ce modèle, connu sous le nom de « statu quo ottoman » a été maintenu tel qu’il était par le traité de Paris de 1856, le Traité de Berlin de 1878, le mandat britannique de 1923-1948, l’administration jordanienne de 1948-1967 et l’Etat d’Israël. Il a une nouvelle fois été confirmé dans le cadre du traité de paix israélo-jordanien de 1994. Par conséquent, les accords internationaux auxquels Israël est signataire et son statut juridique de 250 ans empêchent les Juifs d’y prier et d’effectuer leur culte.

La troisième raison est les préoccupations de sécurité de l’Etat d’Israël. Il est vrai que certains Musulmans réagissent très fortement contre la prière des Juifs au Mont du Temple. Pour ces raisons, le Premier ministre Netanyahu a maintes fois souligné qu’il ne changera pas le statut traditionnel et la Cour suprême israélienne a également rejeté toutes les applications permettant aux Juifs de prier au Mont du Temple pour des raisons d’« ordre public ».

Il convient de préciser que les protestations de certains Musulmans contre le culte des Juifs dans ce lieu n’est aucunement compatible avec l’esprit de paix du Coran et de l’Islam. Le cadre de croyance de certains Musulmans influencé par des idées bigotes provoque de telles protestations non-coraniques. La seule solution à ce problème est l’éducation à travers le Coran.

Le moyen de sortir de cette impasse est l’amour, la réconciliation et la construction du Troisième Temple sur un terrain vide sur le Mont du Temple sans endommager les sites islamiques existants. Comme je l’ai affirmé à plusieurs reprises, le Temple de Salomon peut être reconstruit exactement comme décrit dans la Torah sur un terrain vide à l’extrémité nord du Mont du Temple. Nous pouvons ouvrir ce lieu de culte glorieux avec la participation de membres de haut niveau des trois religions abrahamiques aux sons des cloches, des trompettes et de l’appel à la prière et nous pouvons donc faire de Jérusalem une « Ville de la Paix » conformément au sens hébreu du nom.

Tant les droits de l’homme et l’Islam exigent que les Juifs soient en mesure de prier librement sur le Mont du Temple dans un lieu de culte construit sur une partie de terrain approprié. L’instauration de la paix et de l’amour entre les Musulmans et les Gens du Livre sera le principal moyen par lequel ceci peut être réalisé.

© Adnan Oktar pour Europe Israël News

L’écrivain, citoyen turc, est un commentateur TV qui a écrit plus de 300 livres traduits en 73 langues sur des sujets politiques, scientifiques et liés à la foi.

Version anglaise :

Jewish Human Rights on the Temple Mount from an Islamic perspective

 

A few months ago, I read a piece titled “Jewish activists secretly pray at Muslim holy site” that noted that 15 devout Jews had had to cover their mouths with their hands and pretend to be speaking on mobile phones in order to pray at the Temple Mount in Jerusalem.

I had many times listened to the troubles inflicted on devout Jews wishing to pray at the Temple Mount, which was described by Rabbi Yehuda Glick. Rabbi Glick, who was a guest of honor at an iftar meal we arranged in Istanbul last year, described these matters in detail both in our private meetings and in broadcasts on A9 TV.

It is a flagrant violation of human rights to seek to prevent someone praying in a place that he regards as “sacred.” Article 18 of the Universal Declaration of Human Rights states that everyone has the right to freedom of belief, opinion and religion, and that this freedom includes the right to pray, either alone or with others. It is just as natural for a Jew to pray and worship on the Temple Mount as it is for a Muslim to pray at the Kaaba.

Freedom of belief and worship is also one of the loftiest norms in Israeli law. For example, the 1948 Declaration of Independence states that freedom of belief is guaranteed in the State of Israel, and that religious speech and behavior are included within that freedom. Indeed, Article 171 of the Israeli Penal Code regards obstructing people who come together to pray as a crime.

The allegation that Muslims are offended by non-Muslims worshiping on the Temple Mount,” the supposed justification for the restriction on Jews’ right to pray there, has no Qur’anic basis. Because the verses of the Qur’an say nothing about being offended by Jews worshiping. On the contrary, many verses of the Qur’an contain expressions praising the acts of worship of the People of the Book (Jews and Christians).

For example, the Qur’an says; “They are not all the same. There is a community among the People of the Book who are upright. They recite God’s signs throughout the night and they prostrate. They believe in God and the Last Day, and enjoin the right and forbid the wrong, and compete in doing good. They are among the righteous. You will not be denied the reward for any good thing you do. God knows those who fear [and respect God]. (Qur’an, 3: 113-114)

Indeed, some tourists visiting mosques in Istanbul are so affected by the spiritual atmosphere that they pray in them according to their own beliefs and nobody tries to stop them.

In addition, the Holy Land is a place where Jews, Muslims and Christians should live together in peace, freely worshiping as brothers. The Qur’an explicitly states that the Jews have the right to live in the Holy Land. This is made explicit in verses 5:20, 17:104, 10:93 and 2:58. Therefore, for a Muslim, seeing Jews in those lands and witnessing them worshiping is a source of joy.

Additionally, it is not only Muslims who would deny Jews the right to pray on the Temple Mount, but also the Israeli people and official bodies. There are three main reasons for this reluctance:

There are strict laws to abide by when visiting certain sections of the Temple Mount, the holiest site in Judaism. However, it is not possible to abide by all of them under today’s conditions. On the other hand, there is a special section where high priests used to communicate with God in the First and Second Temples. Only the priests of the time were permitted in this section, which is completely closed to visitors. Furthermore it’s not even known for certain where this section is; rabbis are at variance with each other on this matter. More liberal rabbis such as Yehuda Glick maintain that it’s possible to know which areas on the Temple Mount are permitted and that therefore it should not be forbidden for Jews to pray at the Mount. Rabbi Glick says that there are at least 300 rabbis who think alike.

Yet the Jewish law prohibits Jews from entering there until the third Temple is built. A few hours after Israel seized control of the Temple Mount in 1967, Chief Rabbis Isser Yehuda Unterman and Yitzhak Nissim declared a religious ban on Jews entering it. The Chief Rabbinate Council ratified this. It was again confirmed by another declaration published in 2005.

The second reason is that the legal status of the Temple Mount forbids entry to non-Muslims. The formula signed by the Ottoman Sultan Osman III in 1757 setting out how the sacred sites in Jerusalem were to be shared among the faiths is still recognized by the State of Israel today. This model, known as the “Ottoman status quo,” was maintained as it was by the 1856 Treaty of Paris, the 1878 Treaty of Berlin, the 1923-1948 British Mandate, the 1948-1967 Jordanian administration and the State of Israel. It was once again confirmed under the 1994 Israeli-Jordanian Peace Treaty. Therefore, international agreements to which Israel is a signatory and its 250-year legal status prevent Jews from praying and worshiping there.

The third reason is the State of Israel’s security concerns. It is true that some Muslims react very strongly against Jews praying on the Temple Mount. For these reasons, Prime Minister Netanyahu has many times emphasized that he will not change the traditional status and the Israeli Supreme Court has also rejected all applications to allow Jews to pray on the Temple Mount on the grounds of ‘public order.’

It needs to be made clear that the protests by some Muslims against Jews worshiping there are in no way compatible with the spirit of peace in the Qur’an and Islam. The framework of belief of some Muslims influenced by bigoted ideas causes such non-Qur’anic protests to occur. The only solution to this problem is education through the Qur’an.

The way out of this impasse is love and reconciliation and the construction of the Third Temple on some empty land on the Temple Mount without damaging the existing Islamic sites there. As I have said many times, the Temple of Solomon can be rebuilt, exactly as described in the Torah, on empty land on the northern end of the Temple Mount. We can open this glorious place of worship with the participation of senior level members of all three Abrahamic faiths to the sounds of bells, trumpets and the call to prayer, and can thus make Jerusalem a ‘City of Peace’ in line with the Hebrew meaning of the name.

Both human rights and Islam require that the Jews be able to pray freely on the Temple Mount in a place of worship to be built on a suitable piece of land there. The establishment of peace and love between Muslims and the People of the Book will be the primary means by which this can be accomplished.

© Adnan Oktar pour Europe Israël News

The writer is a Turkish Muslim TV commentator who has authored more than 300 books in 73 languages on political, faith-related and scientific topics.







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 9 thoughts on “Exclusif : L’écrivain et intellectuel turc Adnan Oktar défend le droit des Juifs de prier au Mont du Temple

    1. zanaroff

      Le Mont du Temple appartient d’abord à Dieu. Et Dieu est accessible à tout homme qui le recherche d’un coeur sincère. Dieu n’est pas une religion. Il est le créateur des cieux et de la terre. Il est le Seigneur de l’Univers. Il est le commencement et la fin de toutes choses. Quiconque le prie, est bienvenu sur sa terre, dans son temple. Prier sur le mont du temple, doit être accessible à tous les hommes. Les lieux sacrés dédiés à Dieu doivent être des lieux où chaque homme respectueux peut s’agenouiller et implorer Dieu pour le pardon de ses péchés, pour la bénédiction, la délivrance, la rédemption. Mais quand le Seigneur posera les pieds sur le Mont des Oliviers son temple lui appartiendra, il en sera le Roi. YESHOUA le machiah béni de Dieu, le Fils du Dieu d’Israël, YESHOUA pour les juifs, JESUS pour les gentils, ISSA pour les musulmans, le même, l’Unique, le Sauveur, le Messie, le libérateur, le rédempteur. Pas d’autres chemins pour la Vie Eternelle. Jésus le Fils réconcilie les hommes avec le Père éternel

    2. Trannod

      mais qui était les premiers occupants
      les musulmans…NON il me semble que
      cette secte n’existe que depuis peu

    3. misterClairvoyant

      Merci. Analyses et prédictions sur Israël et le monde. MisterClairvoyant
      Je ne remonterais pas à la création du monde, la vie, l’homme, le déluge, la religion juive et les autres, ni à la création ancienne ou récente de l’état d’Israël sur 25 ou 30 000km²
      Le Mont du temple est avant tout le berceau de la religion juive. Le Vatican le berceau du christianisme, et la Mecque le berceau de l’islam. La différence est que le Vatican fait 17 siècles qui fait le rôle de phare à Rome pour les chrétiens, et la Mecque 14 siècles qui fait le phare exclusivement pour les musulmans (mis à part quelques schismes et divisions) Mais les juifs n’ont pas étés assez forts durant une aussi longue période pour créer un empire tout autour de leur capitale physique et spirituelle Jérusalem.
      Si depuis la Guerre de 6 jours en 1967 ils ont pu libérer la Palestine militairement, mais à terme, Israël est trop petit pour affronter le monde musulman et le chrétien en même temps, comme pour balayer de l’état juif, toutes les églises, mosquées et les populations non juives. Alors, Moshe Dayan a voulut confier les clefs du mont du Temple aux musulmans et le Saint Sépulcre aux chrétiens, pour apaiser la colère des ennemis des juifs dans le monde, qui sont toujours très forts et nombreux. Sagesse ou une stratégie, pour garder l’essentiel, fixer la domination militaire d’Israël sur la Palestine entière et pour sécuriser Israël, cela était beaucoup. Pouvait-il aller plus loin? Sur le moment oui, mais en 1973 les musulmans et les occidentaux auraient mit le paquet pour chasser tous les juifs de Palestine et d’Israël. Donc la situation est : que la force d’Israël et du petit peuple juif ne pouvait pas imposer plus sans risquer de disparaître. Même si dans l’idéale il aurait dût faire comme les armées de conquérant anciens, convertir chasser ou massacrer tous les gens de son espace conquis et ainsi à ses ennemis leur soit impossible de récupérer le territoire conquis ou libéré. S’ils auraient étés massacrés ou convertis, de grée ou de force en fervents juifs, tous les non juifs de la Palestine Mandataire, comme par le passé ont fait tous les conquérants. C’est sûr que l’ONU aurait bien du mal à ressusciter les morts et à refaire des frontières pour lui donner des droits, aux kurdes, yézidis, chrétiens etc en Syrie et en Irak, ils sont tous à l’agonie, car l’état Islamique sunnite pratique le nettoyage ethnique. Où sont-elles les lignes VERTES de 636, de 1967 ou de 2016 ?
      Oui ! les métropoles des trois religions du Libre, devraient être Sacrées par l’ONU et libres de toutes les convoitises des autres religions, sans cela, Jérusalem pour des circonstances historiques, bien connues, sera toujours la «pomme de la discorde» entre les 3 religions du Livre. Mais l’ONU condamne à mort Israël et le judaïsme. Comme Rome du temps d’Hérode et Ponce Pilate, elle signe l’arrêt de mort d’Israël, en réalisant le pire des jugements de Salomon, qui consiste à couper le bébé en deux. Et se lavant les mains dans le sang des juifs et palestiniens, car sans condamner et éradiquer avant, la haine antisémite des musulmans, chrétiens etc contre les juifs, on va tout droit vers la troisième guerre Mondiale. Sera-elle la fin du monde prédit par les prophètes ? Je ne le sais pas. Mais l’humanité de nos jours très malade, en faisant erreur sur le Sujet Israël, c’est sûr, qu’elle nous pousse tous, vers la Fin des Temps. Et pas vers la survie de la Planète.

    4. JUSTICIEN

      Enfin un érudit musulman qui parle avec sagesse. S’ils étaient nombreux à interpréter le Coran avec sagesse, je pense que les massacres s’arrêteraient et que le Moyen Orient connaitrait la paix et la prospérité.
      Espérons…

    5. Christian De Lablatinière

      Chemla ??? vous devez confondre il ne nie pas la Shoah et il est un fervent admirateur d’Israël !!!

      renseignez vous avant de laisser ce genre de commentaire bidon

    6. kafirpride

      Adnan Oktar? Célèbre? Oui pour sa diffusion d’ouvrages luxueux contre la théorie de l’évolution mais aussi pour ses » prouesses » sexuelles qui l’ont fait passer par la case « justice ». Quoi qu’on puisse en penser c’est avant tout un djihadiste prosélyte, alors s’appuyer dessus n’est pas très convaincant…

    7. Pablo

      Cet homme apporte un message de paix et de tolérance .
      Qu’il en soit d’autant plus remercié que déferle dans cette région une vague monstreuse de haines et de destructions .

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *