toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Aéroport de Roissy : « N’importe qui peut se garer, entrer dans l’aérogare et déposer une bombe »


Aéroport de Roissy : « N’importe qui peut se garer, entrer dans l’aérogare et déposer une bombe »

Après l’attentat perpétré ce mardi à l’aéroport de Bruxelles, le personnel du plus grand aéroport français ne cache pas son inquiétude.

À Roissy Charles-de-Gaulle, les passagers se montrent fatalistes mardi, mais, derrière les comptoirs, le personnel au sol ne cache pas son inquiétude après les attentats de Bruxelles, pointant du doigt la facilité d’accès au plus grand aéroport français. « Ce qui doit arriver arrivera » : Yvon et Annie résument l’état d’esprit des passagers qui patientent devant les comptoirs d’enregistrement du terminal 2E de l’aéroport parisien, dédié aux vols internationaux. Attentat ou pas, pour ce couple de retraités de l’Eure, il n’était de toute façon pas question de renoncer à rendre visite à leurs petits-enfants à New York.

De fait, l’attentat perpétré mardi matin dans le hall des départs de l’aéroport international de Bruxelles-Zaventem ne semble pas avoir bouleversé les plans des voyageurs, dont beaucoup avouent ne pas être informés. Déployés en force pour rassurer les quelque 180 000 passagers qui transitent chaque jour par l’un des huit terminaux de Roissy, policiers en uniforme et militaires en treillis patrouillent d’un pas tranquille, talkie-walkie à la main. Autre élément du « dispositif de dissuasion » mis en place depuis 9 h 30, un blindé est stationné sur le parking du dépose-minute. Mais pour les 90 000 salariés qui travaillent sur la plateforme, l’insouciance n’est pas de mise.

« Tout est ouvert ici »

Derrière le comptoir de la compagnie américaine Delta, qui a été soumis à une fouille minutieuse, Thiara avoue ne pas se sentir « à l’abri ». « On ne le montre pas aux passagers car on est censé avoir le sourire tout le temps, mais on a peur. Vous voyez le dépose-minute, juste là en face ? N’importe qui peut se garer, entrer dans l’aérogare et déposer une bombe« , affirme cette femme de 52 ans.

« On ne le montre pas aux passagers car on est censé avoir le sourire tout le temps, mais on a peur. Vous voyez le dépose-minute, juste là en face ? N’importe qui peut se garer, entrer dans l’aérogare et déposer une bombe« 

Nombreux sont les salariés qui, comme elle, estiment que l’accès à l’aéroport devrait être plus contrôlé, comme c’est le cas en Asie.

« On est tous en panique. Si c’est arrivé là-bas, ça peut arriver ici, surtout qu’ici, tout est ouvert« , dit ainsi Marie, agente d’escale. « On nous a demandé d’être encore plus vigilants, de surveiller la réaction des passagers et les bagages abandonnés« , ajoute la jeune femme.

Des contrôles routiers

Justement, un colis suspect oblige à fermer pendant une heure une partie du terminal. Un attroupement se forme derrière le cordon pour assister aux opérations de déminage mais quand une forte explosion retentit, tout le monde sait à quoi s’en tenir. « Avant, on ne se serait pas permis de fermer toute une partie d’un terminal comme ça, mais depuis le 13 novembre, cela arrive plusieurs fois par jour et provoque des retards au décollage », soupire un employé d’Air France, sorti fumer une cigarette.

Conscient des risques, le préfet aux aéroports réfléchit aux moyens de contrôler les entrées de l’aéroport, en mettant en place par exemple un barrage filtrant, sans compromettre la fluidité du trafic. Et, après les attentats de novembre, les 86 000 autorisations d’accès à la zone réservée, en commençant par les 5 000 agents de sécurité en poste, ont été réexaminées – mi-décembre, 73 d’entre elles avaient été retirées. Dans l’attente, douaniers et policiers ont procédé mardi matin à des contrôles routiers aux abords de l’aéroport, mais uniquement pendant deux heures.

Source







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *