toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Guerre contre les sites de la Réinformation : Aveux des « médias officiels » « La presse est sous pression. Elle subit la concurrence de médias officieux qui n’ont de cesse de jeter le discrédit sur la presse d’information traditionnelle »


Guerre contre les sites de la Réinformation : Aveux des « médias officiels » « La presse est sous pression. Elle subit la concurrence de médias officieux qui n’ont de cesse de jeter le discrédit sur la presse d’information traditionnelle »

La guerre contre les sites de la Réinformation est ouverte. Uli Windisch explique que les « médias officiels » tentent de s’organiser pour faire disparaitre les sites de réinformation…

Une invitation m’est parvenue à participer à un débat portant le titre suivant :

« Pour des médias d’information éthiques et responsables ».

Sous-titre :

« La presse est sous pression. Elle subit la concurrence de médias officieux qui n’ont de cesse de jeter le discrédit sur la presse d’information traditionnelle ».

Cela nous montre que la réalité de cette guerre est encore pire que ce que nous pensions.

Voici l’intégralité du texte introductif à ce débat :

INVITATION A UNE CONFERENCE DE PRESSE ET UN DEBAT AUTOUR DE LA QUESTION

« POUR DES MEDIAS D’INFORMATION ETHIQUES ET RESPONSABLES » le 10 octobre 2015 à 11h…..

La conférence de presse sera suivie d’un brunch et de la remise des prix du concours « L’Avenir c’est… »

 Le Communiqué de presse: 

« La presse est sous pression. Elle subit la concurrence de médias officieux qui n’ont de cesse de jeter le discrédit sur la presse d’information traditionnelle.

Avenir et Réflexions regrette cette situation. Nous déplorons l’émergence de sites internet prétendument libres et indépendants mais qui propagent des idées trop souvent malveillantes et mensongères. Ces sites se font les relais de vraies comme de fausses informations, qui sont néanmoins toutes parfaitement orientées.  Cette manière de procéder sème la confusion parmi les internautes qui rediffusent souvent en masse le fait divers ou la fausse information, au travers des réseaux sociaux. Concrètement, l’internaute est lui-même dupé par le stratagème, qui ne sert finalement qu’à nourrir des thèses et des objectifs politiques. Et lorsqu’un média traditionnel refuse à juste titre de publier une information stigmatisante ou simplement contreproductive, alors ce média est étiqueté de politiquement contrôlé ou encore de « bien-pensant », quand il n’est pas carrément affublé du sobriquet méprisant de « merdia ».

Avenir et Réflexions mesure l’ampleur du danger que ces médias d’information autoproclamés représentent pour l’opinion publique et la santé citoyenne globale. C’est pourquoi elle souhaite œuvrer activement en faveur d’un label de qualité reconnu pour la presse et les médias d’information, afin que les citoyens disposent d’une presse fiable et de qualité qui lui permette de se forger sa propre opinion. C’est là en effet l’idée qu’Avenir et Réflexions se fait d’une pressedémocratique, et ce tout particulièrement à l’heure où la surabondance d’informations a vite fait de submerger les esprits et les consciences citoyennes.

Nous sommes convaincus, qu’à condition de prendre très prochainement des mesures sérieuses légales et médiatiques, il est encore possible de sauvegarder une presse qui respecte la déontologie nécessaire à une saine démocratie. Toutefois, nous savons aussi à quel point il est difficile pour la presse de se défendre contre la virulence de ces « faux » médias, puisque ces derniers ne cessent de dénoncer la prétendue manipulation dont elle serait la complice principale.

Avenir et Réflexions  fait circuler une vidéo sur les réseaux sociaux depuis quelques semaines et qui a pour objectif de dénoncer la stigmatisation systématique dont peut être victime une partie de la population, au nom d’une anecdote non vérifiée  ou d’un fait divers parfaitement isolé de la problématique générale. Ainsi, l’on y voit plusieurs passants déplorer la mauvaise « conduite » de certaines personnes que l’on suppose naturellement être des étrangers, avant que ceux-ci ne s’avèrent être en fait les automobilistes (que nous sommes tous).  La vidéo est à découvrir sur notre page facebook :

https://www.facebook.com/aveniretreflexions?fref=ts

Dans un deuxième temps, autour d’un brunch copieux, Avenir et Réflexions procédera à la remise des prix de son concours « L’avenir c’est…» auxquels une centaine de personnes ont pris part et qui consistait à définir la vision d’un avenir souhaitable. L’heureux gagnant repartira avec un siège… en carton, éco-responsable et biodégradable !

Au plaisir de vous y voir nombreux et de débattre en votre compagnie des solutions à envisager en vue d’un futur médiatique meilleur, démocratique, juste, éthique et responsable.

Nous nous réjouissons de recevoir votre confirmation de participation.

Bien à vous,

Le comité d’Avenir et Réflexions »

 Le commentaire de Uli Windisch

 

A la lecture de ce texte je me suis demandé  s’il ne s’agissait pas d’un piège, sans être spécialement enfermé dans un univers paranoïaque  ou obsidional. Comme disent certains : Prudence , prudence…

Un premier contact avec l’un des organisateurs m’a rassuré et il me semblait sincèrement désireux de discuter et avait sans doute forcé un peu le ton de son communiqué pour ne pas faire un flop.

En plus, ce groupe organisateur « Avenir et Réflexions » n’est nullement un groupuscule égaré ou gauchiste, mais est lié au  PLR, Parti libéral radical, l’un des grands partis politiques national suisse.

Le passage suivant du texte introductif m’a cependant particulièrement inquiété :

Nous sommes convaincus, qu’à condition de prendre très prochainement des mesures sérieuses légales et médiatiques, il est encore possible de sauvegarder une presse qui respecte la déontologie nécessaire à une saine démocratie.

Cela montre aussi ce que peut encore être l’image des sites d’information et plus particulièrement celle des sites de la Réinformation, auprès de publics même avertis.

Il faut donc encore entreprendre un important et constant travail d’information et de correction à propos de ce que sont réellement ces sites de Réinformation ; cela face au travail, réellement obsessionnel lui, des médias traditionnels qui cherchent par tous les moyens à dénigrer et à diffamer ces sites(voir notre Eclairage susmentionné pour plus de détails).

J’ai donc décidé d’accepter de participer à ce débat avec cet objectif.

Oui, les médias traditionnels, mainstream, politiquement corrects et bien-pensants tentent tout pour chercher à discréditer ces sites qui leur font concurrence avec un succès croissant, et qui font apparaître au grand jour leur nature profonde, leur partialité idéologique, et maintenant, de plus en plus clairement, le profond fossé qui existe entre leur partialité et orientation idéologique unilatérale et les sensibilités populaires. Mais le public n’est pas dupe : il est lui aussi de plus en plus révolté par cette unilatéralité idéologique et vient en masse sur les sites de Réinformation. Insupportable pour ces bien-pendants au quotidien!

Donc tous les coups sont permis : tenter de faire croire que ces sites ne sont pas sérieux, ne vérifient pas les infos, sont « proches de »(la formule préférée) de « la droite dure »,  de la « faschosphère »,  de « l’extrême droite », et pourquoi pas du fascisme et du nazisme ? Or, tout le monde, ou presque, sait que ce ne sont là que mensonges et tentatives vaines de discréditer

Mais ces diaboliseurs arrivent quand même parfois à instiller doute et méfiance.

Si l’on nous caricature, nous répondrons. Vous voulez la guerre, vous l’aurez, avons-nous dit.

Echantillon : ces journalistes bien-pensants sont « proches de »  la  socialo-cocosphère, des idéologues faisandés, de la désinfosphère, de l’inculture, du vernis idéologique, de la diabolisation, de l’amalgame, etc. etc. Ils verront : nous ne manquons pas d’imagination pour déformer, diaboliser, dénigrer, fausser consciemment, mentir, calomnier (n’oubliez pas qu’il peut en rester quelque chose…), comme ils tentent de le faire avec les sites de la Réinformation.

A bon entendeur, salut!

Dénoncer vos pratiques est une chose, démontrer concrètement et quotidiennement votre partialité, votre orientation idéologique unilatérale, votre façon de censurer ou d’écarter ceux qui ne pensent pas comme vous, surtout en matière de culture et d’information, est l’un de nos objectifs essentiels et constants.

Faut-il rappeler maintenant que sur plus de 23.000 articles repris et publiés depuis 3 ans et demi sur notre site Lesobservateurs.ch, seules quelques très rares imprécisions ou erreurs ont été relevées. Et que nous ne sommes que 3-4 personnes et dont la plupart sont  bénévoles, cela avec très peu de moyens, contrairement à des médias qui ont des rédactions de centaines de personnes  et tout un personnel spécialisé dans chaque domaine et des moyens souvent énormes, au point où la direction générale de la SSR/SRG suisse, par exemple, vient d’annoncer qu’elle pourrait fonctionner même avec 20 personnes de moins dans sa direction générale !

Ensuite, personne ne se rend compte de l’immense travail que suppose un site comme le nôtre et du fait que les dons sont encore très rares. Certains visiteurs consultent sans gêne nos articles gratuitement depuis plus de 3 ans, sans jamais faire le moindre don, cela tout en faisant des dépenses inconsidérées quotidiennement. C’est le gros problème de tous les sites  sur le WEB et il faut absolument que les publics s’en rendent compte, car bien des sites, pourtant essentiels dans tel ou tel domaine, disparaissent après un certain temps, faute de moyens.

Dans le cas de notre site Lesobservateurs.ch, ce qui rend les médias et journalistes bien-pensants le plus furieux c’est évidemment l’incroyable développement de notre audience en l’espace de 3 ans (aujourd’hui fréquemment  plusieurs dizaines de milliers de visiteurs uniques par jour), alors qu’ils nous avaient « avertis » que nous ne tiendrions que quelques mois !

En matière de modération des Commentaires, rappelons que sur plus de 400.000 commentaires, spams, etc., reçus, nous n’en avons retenus qu’un peu plus de 40.000 : un autre travail titanesque que cette modération.

Mais il est capital de souligner qu’à côté des commentaires violents et de défoulement, il y a un énorme et magnifique travail de grande qualité, bien argumenté, souvent drôle (nous sommes fréquemment mdr, mort de rire) empli de très belles trouvailles tant au niveau du langage que du contenu, avec beaucoup de compléments précieux  sous forme de références multiples à d’autres textes ou vidéos, etc. Nous profitons de l’occasion pour remercier de manière appuyée tous ces contributeurs qui passent parfois beaucoup de temps pour compléter et enrichir notre travail. Continuez. Sachez que vous êtes beaucoup lus.

Encore quelques remarques complémentaires  précises sur certaines affirmations du texte introductif à ce débat:

Ce débat nous fournit aussi l’occasion de revenir sur  certaines perceptions inadéquates, voire totalement fausses,  de l’image des sites de la Réinformation auprès de certains.

Reprenons quelques extraits :

Avenir et Réflexions … Nous déplorons l’émergence de sites internet prétendument libres et indépendants mais qui propagent des idées trop souvent malveillantes et mensongères. Ces sites se font les relais de vraies comme de fausses informations, qui sont néanmoins toutes parfaitement orientées. 

Je suis désolé, mais nous sommes totalement  libres et indépendants et nous ne mentons pas  mais parlons des réalités que les médias traditionnels taisent ou écartent en fonction de leur bien-pensance. Oui, nous sommes une droite décomplexée mais cela ne nous amènent en rien à trafiquer l’information. C’est toujours de la réalité rien que de la réalité, celle que les autres cachent, et non de l’idéologie.

Les gens de gauche ne doivent pas s’étonner que nous les renvoyions systématiquement aux médias bien-pensants, si nombreux  et dominants. Pas question de venir faire la loi chez nous ou de vouloir nous « noyauter ». Vos stratagèmes les plus astucieux sont tôt ou tard dévoilés. Nous combattons votre politiquement correct et n’en voulons pas chez nous, même si vous devriez avoir l’honnêteté de reconnaître que nos Commentaires sont largement ouverts et pluralistes.

Pas de votre monopole chez nous. Vous avez déjà tellement de pouvoir que nous n’allons pas encore vous le donner chez nous. Aucun pouvoir n’est aussi monopolistique en Suisse que celui des médias, pays qui se prétend pourtant quotidiennement démocratique et pluraliste. A d’autres, du moins en matière de médias et d’information.

Le terme de « merdias » pour désigner les médias traditionnels. Nous ne l’utilisons pas mais il abonde dans les Commentaires. On devrait plutôt s’interroger sur l’exaspération et la révolte d’une masse de citoyens envers les médias. Nous supprimons massivement les plus violents et ils sont en nombre. Mais réduire  les sites de la Réinformation à cela est tout simplement scandaleux, en fait démagogique et lié à la volonté de disqualifier et de nuire. Mais cela ne prend plus.

 Avenir et Réflexions mesure l’ampleur du danger que ces médias d’information autoproclamés représentent pour l’opinion publique et la santé citoyenne globale. C’est pourquoi elle souhaite œuvrer activement en faveur d’un label de qualité reconnu pour la presse et les médias d’information, afin que les citoyens disposent d’une presse fiable et de qualité qui lui permette de se forger sa propre opinion.

Nous représenterions carrément un danger pour le citoyen et la santé citoyenne globale ! Là c’est un comble. Nous prenons les citoyens pour des personnes mûres, responsables, compétentes et intelligentes, susceptibles précisément de se faire leur propre avis à partir d’une information multiple et pluraliste. Le citoyen n’est pas un imbécile culturel taillable, corvéable et influençable à merci. En tout cas pour nous.

Vous voulez un label de qualité. Tout à fait d’accord et nous de craignons rien, au contraire. Mais les critères de ce label ne devront pas être définis par la bien-pensance médiatique monopolistique. Et ce label ne devra pas servir à faire barrage à une concurrence, qui n’a rien à envier à l’information partiale et intéressée idéologiquement des médias dominants.

Nous sommes convaincus, qu’à condition de prendre très prochainement des mesures sérieuses légales et médiatiques, il est encore possible de sauvegarder une presse qui respecte la déontologie nécessaire à une saine démocratie

Là, je suis carrément inquiet. Vous voulez prendre des mesures sérieuses légales…

Nous nous  luttons précisément et quotidiennement  pour plus de déontologie, plus de démocratie et de pluralisme.

Ecarter les sites de la Réinformation, au moyen de la loi et de la justice pour y parvenir, alors que nous nous battons quotidiennement pour cela ! C’est un comble. Mais c’est aussi grave, car  qui contribue le plus au pluralisme, à la démocratie, en offrant une autre information, toujours fondée et vérifiée, avec certes parfois quelques erreurs et imprécisions, mais rares, même très rares. Peut-on en dire autant des médias de la bien-pensance ? Nous prouvons tous les jours que non.

On pourrait continuer encore longtemps à opposer la réalité des sites de la Réinformation à vos critiques et graves accusations à leur encontre. Ce sera pour le débat.

Pour conclure, si j’accepte de venir débattre, c’est parce que votre texte introductif montre à quel point les sites de la Réinformation, il y en a beaucoup et nous sommes en lien et en échanges avec de nombreux autres sites de ce type au niveau international- car le même problème se pose partout- sont mal connus et que malheureusement la guerre que nous livrent les médias traditionnels pour tenter de donner de nous une image négative, voire celle d’un danger public, semble avoir contaminé certains milieux, même parmi les acteurs clefs du pouvoir politique.

Je viens pour tenter de changer cette image négative, totalement contraire à la réalité, pour vous convaincre que nous ne sommes pas ce danger que vous semblez percevoir; je viens pour mieux faire comprendre ce que sont réellement ces sites de la Réinformation.

Je viens  pour  montrer que nous, nous participons déjà quotidiennement à la pluralisation et la démocratisation médiatiques et politiques que vous semblez vouloir ; et qu’il n’est pas nécessaire de légiférer pour cela ! Ce serait très grave d’en arriver là pour faire taire des acteurs qui participent en réalité déjà à la réalisation de ce que vous souhaitez imposer par la loi tout en nous muselant.

Il vaut mieux exiger fermement des médias traditionnels qu’il sortent de leur bien-pensance et du politiquement correct, qu’ils comblent enfin le fossé de plus en plus béant entre eux et la population, et donc qu’ils soient eux- mêmes enfin davantage pluralistes et démocratiques.

Ce jour-là nous n’aurons effectivement plus de raison d’exister. Mais ce moment n’est vraiment pas encore arrivé !

Vouloir tuer une vraie concurrence, de qualité en plus,  plutôt que de se réformer soi-même est une stratégie que généralement seuls des pouvoirs autoritaires, voire totalitaires, utilisent.

Ils serait très fâcheux que des pouvoirs pour l’instant déjà monopolistiques soient tentés de s’en rapprocher .

Je viens aussi débattre pour tenter de vous convaincre de lutter avec nous et non contre nous.

Uli Windisch, 8 octobre 2015





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



    Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

    Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


    Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 4 thoughts on “Guerre contre les sites de la Réinformation : Aveux des « médias officiels » « La presse est sous pression. Elle subit la concurrence de médias officieux qui n’ont de cesse de jeter le discrédit sur la presse d’information traditionnelle »

    1. ZR

      Que les médias « officiels » souhaitent faire taire les médias « officieux » de réinformation. Ou, de façon plus claire : ils veulent supprimer les sites comme celui-ci, à travers la loi.

      Et je suis assez d’accord avec lui/elle (?) : c’est ce qui nous pend au nez : une presse officielle, sponsorisée par l’état, et l’interdiction de la presse alternative…

    2. Trannod

      lorsque l’on voit le niveau de certains pour ne pas dire de tous les journalistes Français…il faut s’informer autre part
      A l’instant sur la soit disant 1 er radio de France…on a tué un palestinien sans parler des exactions de ces derniers

      telle est l’info en France aussi belle que son président

      des lèches babouches des islamistes

    3. Jacques

      « à condition de prendre très prochainement des mesures sérieuses légales et médiatiques »

      Des mesures légales… mais elles existent, les mesures légales, messieurs-dames les censeurs et les dictateurs de la pensée. Quiconque appelle au meurtre et même à la haine raciale est passible de sanctions pénales, feriez-vous semblant de l’ignorer ?

      Ce qui se cache derrière ce projet est ni plus ni moins qu’une censure généralisée, la mise en place officielle d’une pravda bien-pensante, censée dire aux citoyens ce qu’ils doivent penser.

      Vous êtes vraiment des minables et des ratés, messieurs-dames les censeurs en herbe :
      Vous n’avez à l’évidence pas d’arguments ni d’informations pour combattre les informations apportées par les médias de réinformation, sans quoi vous n’en seriez pas là.
      La démocratie, c’est de laisser tout le monde s’exprimer, dans les limites permises par la loi. Et si une information est erronée ou exagérée, de publier la véritable information, de contredire le média en cause. C’est le débat, la démocratie.
      Mais manifestement, vous ne savez pas – ce qui est grave – et/ou vous ne VOULEZ pas d’une démocratie dans ce pays.
      Les citoyens ne sont pas dupes, et si votre projet aboutissait, cela se paierait, tôt ou tard.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *