toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Avec les arabes-palestiniens, Barak Hussein Obama maîtrise l’Art du faire semblant


Avec les arabes-palestiniens, Barak Hussein Obama maîtrise l’Art du faire semblant

Le chef d’état-major du cabinet du président Barack Hussein Obama, Denis McDonough, a utilisé sa présence à la récente conférence de J. Street* pour adresser une pique destinée soigneusement au Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahou.

McDonough a été contrarié qu’avant les récentes élections israéliennes, le Premier ministre Benjamin Netanyahu dise que compte tenu de l’augmentation globale de l’Islam radical, il ne s’attendait pas à ce qu’un « Etat palestinien » puisse être créé en toute sécurité de son vivant. Alors que, dans une interview après élections, le Premier ministre a précisé qu’il faisait référence aux dangers d’un tel État, il ne revenait pas sur la position qu’il avait eue en 2009, en acceptant la création d’un « Etat palestinien » démilitarisé sous certaines conditions.

 « Nous ne pouvons simplement pas prétendre que ces observations n’ont jamais été dites », a déclaré McDonough, se référant au premier commentaire de Netanyahu sur le sujet.

Ce commentaire de McDonough a été déroutant, pour ne pas dire plus. On aurait pu penser que l’Administration Obama célébrerait le deuxième commentaire de Netanyahu, car il semble plus proche de la position de l’Administration.

Au lieu de cela, il y a eu McDonough, lors de la convention de J. Street, qui s’est accroché au premier commentaire de Netanyahu — c’est presque si lui et Obama en veulent à Netanyahu de s’opposer à un « Etat palestinien », afin qu’ils aient quelque chose à critiquer pour lui mettre de la pression.

Mais la chose remarquable à propos de la déclaration de McDonough – « nous ne pouvons pas faire semblant » – est que l’Administration Obama a fréquemment prétendu en effet qu’un leader étranger n’avait pas dit quelque chose, dès qu’il s’agit d’un dirigeant arabe-palestinien qui l’avait dit.

Voici quelques exemples, seulement à partir du dernier mois. (Toutes les traductions sont celles de « Palestinian Media Watch ».)

Le 1er mars, par exemple, la télévision officielle de l’autorité arabe-palestinienne a annoncé que « ‘’l’occupation’’ utilise tous les moyens pour détruire notre peuple et peut-être que le plus frappant est celui de la noyade de notre jeunesse dans le marais de [la] toxicomanie, après avoir facilité l’entrée de toutes sortes de médicaments pour nos jeunes. »

Barak Hussein Obama fait alors semblant que cela n’est jamais arrivé — après tout, comment peut-il admettre que ses alliés arabes-palestiniens se livrent à ces théories du complot fou ?

Le 8 mars, le parti du Fatah de « l’autorité palestinienne » (AP) du Président Mahmoud Abbas a célébré la journée internationale des femmes en affichant sur son site officiel, photos et textes faisant l’éloge de Amna Muna, une femme arabe-palestinienne qui a enlevé et assassiné un adolescent israélien en 2001. Le Fatah l’appelle « Ô la glorieuse » et a déclaré qu’elle « est toujours présente dans nos cœurs. »

Barack Hussein Obama fait encore semblant que cela n’a pas eu lieu que ce n’est jamais arrivé — après tout, comment peut-il admettre que ses alliés arabes-palestiniens célèbrent des assassins ?

Le 11 mars, « l’autorité palestinienne » a dédié un monument dans sa capitale, Ramallah, au dernier symbole de la lutte arabe-palestinienne – Mughrabi Dali. Elle était le chef de l’Escadron de la mort arabe-palestinien qui avait assassiné Gail Rubin, la nièce du sénateur des États-Unis Abraham Ribicoff et de 37 passagers de l’autobus israélien sur la route de Tel-Aviv en 1978. Le télédiffuseur d’actualités du PA, décrivant la dédicace, a annoncé : « Dalal, Allah la bénisse, elle, cette femme martyre, elle nous a appris comment nous pouvons libérer la patrie… Nous la voyons tous comme un modèle et comme un symbole pour nous. »

Barack Hussein Obama fait semblant là aussi que la cérémonie n’a jamais eu lieu — après tout, comment peut-il admettre que ses alliés arabes-palestiniens glorifient le tueur de la nièce du sénateur américain ?

Le 23 mars, le plus haut fonctionnaire religieux de « l’autorité palestinienne », Sheikh Muhammad Hussein, a déclaré — cité dans le Journal officiel de l’AP Al-Hayat Al-Jadida, « la terre de Palestine est waqf (c’est-à-dire, dotation religieuse inaliénable dans la loi islamique). On ne doit pas y renoncer, ni que toute partie de celle-ci ne doit pas  être vendue… Il est du devoir des dirigeants de la nation [islamique] et de ses peuples pour libérer la Palestine et Jérusalem. »

Barack Hussein Obama fait toujours semblant que cela n’a pas été dit et cela n’est jamais arrivé — après tout, comment peut-il admettre que ses alliés arabes-palestiniens appellent à la libération de toute la « Palestine », c’est-à-dire la destruction d’Israël ?

Alors oui, M. McDonough, certainement vous pouvez prétendre « que ces observations [par Netanyahou] n’ont jamais été faites » — après tout, vous et vos collègues vous êtes des experts pour faire semblant que des observations n’ont pas été faites, et qu’il est politiquement commode pour vous de le faire.

Source : Stephen M. Flatow, ©Copyright malaassot.com.

* J. Street est un groupe de pression d’extrême gauche basé aux États-Unis, qui cherche à influencer la politique américaine sur la question du conflit israélo-arabe, et ce au dépends d’Israël.

Il se pose en concurrent de l’AIPAC, groupe pro-sioniste. Il a inspiré, en France et en Europe, la création en Europe de JCall, groupe situé idéologiquement également très à gauche et envisageant d’influer la politique israélienne.





Psychosociologue, consultant sur les questions de conflits, crises, violences et débriefing dans tous les secteurs où ces problèmes se posent.



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • One thought on “Avec les arabes-palestiniens, Barak Hussein Obama maîtrise l’Art du faire semblant

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *