toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Albert Chennouf-Meyer, père d’un soldat tué par Merah, « ne pas baisser la tête face au nazislamisme »


Albert Chennouf-Meyer, père d’un soldat tué par Merah, « ne pas baisser la tête face au nazislamisme »

À la veille des cérémonies en hommage aux 7 victimes de Merah, le 19 mars, Albert Chennouf-Meyer, le père d’un soldat tué à Montauban, a délivré un message d’espoir et de fermeté au maire de Toulouse.

«Ne cédez pas, Monsieur le maire, ne cédez pas !» Trois ans après les attentats terroristes perpétrés au nom du jihad par Mohammed Merah à Toulouse et Montauban, c’est un message de paix mais aussi de fermeté, face au fanatisme religieux, qu’est venu porter Albert Chennouf-Meyer, 63 ans, le père du jeune militaire Abel Chennouf, tombé le 15 mars 2012 sous les balles du tueur au scooter, à Montauban.

Reçu samedi après-midi à la mairie de Toulouse par le maire UMP, Jean-Luc Moudenc, Albert Chennouf, accompagné de son épouse Katia et de leur amie Adda, a exhorté les élus à «ne pas baisser la tête face au nazislamisme » et à la montée «des dérives de l’islam radical.»

«Étant catholique, j’ai toujours placé les règles de la constitution française au-dessus des préceptes de la bible», dit-il, pour rappeler les fondements inamovibles de la République et de la laïcité.

«Ne lâchez rien, dit-il au maire, reprenez le flambeau et la voie tracer par Jaurès et son combat

Chaque année depuis 2012, les époux Chennouf se rendent à Toulouse et à Montauban pour assister aux hommages et aux cérémonies en mémoire des sept victimes de la barbarie.

«Quand on tue des gens et des enfants parce qu’ils sont juifs ou militaires, il y a quelque chose qui ne va plus. Il faut rester vigilant et ne pas laisser le fanatisme et l’intégrisme gagner du terrain. Toulouse a toujours été une terre d’accueil. Elle est une ville formidable dont l’image a été ternie par ces catastrophes. Aujourd’hui, j’apporte mon soutien au maire pour qu’il poursuive ce combat contre le fanatisme. Ne subissons plus !, restons dans les règles de la loi républicaine.»

Message entendu. «Votre témoignage respecte les identités et les religions. Vous portez un message positif et d’intérêt général qui élève les consciences», assure l’hôte du Capitole. Samedi matin, Albert Chennouf s’est rendu dans le quartier des Izards, là où les frères Merah ont grandi, pour rencontrer l’imam et des responsables associatifs. Échanges et dialogue improvisé sur la citoyenneté, la place des jeunes dans la cité. «Un jour, un journaliste parisien me dit, M. Chennouf, Merah n’a pas eu la chance d’avoir des parents aimants comme les vôtres… J’ai répondu que tous les enfants de divorcés ne tuent pas des gens. Et l’éducation alors ?»

A Toulouse, plus qu’ailleurs, Albert Chennouf, de père berbère et de mère alsacienne, continue son combat retenant la formule que lui a adressée Manuel Valls, «vous êtes la France à vous tout seul.»

Source





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • One thought on “Albert Chennouf-Meyer, père d’un soldat tué par Merah, « ne pas baisser la tête face au nazislamisme »

    1. sarah

      Son petit-fils Eden, un beau petit garçon, a des troubles oculaires. Sa mère, donc la femme d’Abel Chennouf, en avait parlé pour demander une aide et les médias n’ont pas relayé. Lamentable. Si le père de cet enfant avait été un criminel et non pas une victime, les médias auraient larmoyé.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *