toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

[Vidéo] – Alberto Nisman est la 86ème victime de l’attentat à la bombe d’AMIA : Personne ne peut croire au suicide.


[Vidéo] – Alberto Nisman est la 86ème victime de l’attentat à la bombe d’AMIA : Personne ne peut croire au suicide.

Image à la Une : Le Procureur spécial Alberto Nisman a été retrouvé mort dans son appartement de Buenos Aires, baignant dans son sang. Photo: Twitter

Les affirmations des fonctionnaires argentins qu’Alberto Nisman – le Procureur spécial qui enquêtait sur l’attentat du centre juif AMIA en 1994 à Buenos Aires et qui a été retrouvé mort ce matin – pourrait s’être suicidé sont traitées avec une extrême prudence par ceux qui connaissent à la fois l’homme et sa situation.

« C’est un homme qui a consacré sa vie entière à ce dossier – pourquoi maintenant ?  » se demande Leah Soibel, le directeur argentin de Fuente Latina, une ONG israélienne qui fournit des informations et une assistance aux journalistes de langue espagnole couvrant le Moyen-Orient.

La mort de Nisman – le dernier développement traumatique d’une affaire qui n’a pas encore obtenu une seule condamnation plus de vingt ans après que 85 personnes aient été assassinées dans les pires atrocités antisémites depuis la Seconde Guerre mondiale – a été découvert quelques heures avant sa comparution devant un comité pour présenter de nouvelles preuves qui selon, le Procureur impliquait la présidente Cristina Fernández de Kirchner et le ministre des Affaires étrangères Héctor Timerman dans une couverture délibérée de la participation de l’Iran avec l’attaque.

« Alberto Nisman est la 86ème victime de l’attentat de l’AMIA », a déclaré Soibel.

Parmi les premières personnes accourues sur place à l’appartement de Nisman, où sa mère l’a trouvé gisant dans une mare de sang avec un pistolet de calibre .22 à ses côtés juste avant minuit, il y avait le ministre de la Sécurité Sergio Berni, un proche allié de la présidente Fernández de Kirchner. Berni a déclaré au journal daily newspaper La Nacion, que dans son évaluation initiale, « tous les chemins mènent au suicide. »

« C’est exactement ce que Berni aurait été susceptible de dire, » Eamonn MacDonagh, écrivain et analyste politique basé à Buenos Aires, a déclaré à l’Algemeiner. « Mais quand vous savez que Nisman allait apparaître à un comité du Congrès aujourd’hui pour élaborer des accusations graves de trahison impliquant la présidente et le ministre des Affaires étrangères, vous pouvez juste conclure que la charge de la preuve incombe aux personnes qui disent qu’il s’est suicidé”.

Ni la présidente Fernández de Kirchner, ni le ministre des Affaires étrangères Timerman n’ont encore fait de déclaration publique sur la mort de Nisman. Timerman, qui est arrivé à New York la nuit dernière, a été filmé alors qu’il refusait de répondre aux questions d’une journaliste argentin qui l’a intercepté à l’aéroport John F. Kennedy:

Nisman avait affirmé la semaine dernière qu’il avait découvert un plan ourdi par la présidente Fernández de Kirchner pour dédouaner l’Iran de son rôle dans cette atrocité, afin « de faire un geste de rapprochement géopolitique avec la République islamique d’Iran, et d’établir des liens économiques complets » dans le but d’atténuer « la crise de l’énergie de l’Argentine grâce à un accord ‘blé pour pétrole’ ». Nisman, dont les conclusions sont résumées dans une plainte de 300 pages, voulait interroger Kirchner et d’autres responsables sur une tentative de « fabrication »comme il dit, de « l’innocence de l’Iran. »

Nisman, qui, en 2006 a officiellement accusé les Iraniens d’avoir exécuté l’attentat, prétendait que Kirchner avait mis en place un « canal de retour » secret vers l’Iran dans le but de  « transmettre des instructions depuis la présidence et de lui permettre d’atteindre ses propres objectifs. » Un certain nombre de personnalités ont été nommées dans le cadre de ces communications clandestines avec l’Iran, y compris les membres du personnel du service de renseignement de l’État, le parlementaire Andrés Larroque, les militants pro-gouvernementaux Luis d’Elia et Fernando Esteche, et Jorge « Yussuf » Khalil, une figure de proue de la Communauté iranienne du pays, connu pour avoir des liens étroits avec le régime iranien.

Nisman, après que ses nouvelles allégations eurent été rendues publiques, a averti des amis « Je pourrais finir mort à cause de cela, » a rapporté journal argentin Clarin [Clarin reported]. Nisman, qui avait 51 ans, avait aussi prévenu sa fille, « vous allez entendre des choses terribles sur moi. »

MacDonagh a noté que les médias officiels d’Argentine ont été très lents à déclarer la mort de Nisman, malgré le fait que les sources d’information indépendantes se concentraient sur à peu près tout. « La première mention officielle est venue juste après 8 heures sur le site de Pagina 12, » l’un des principaux journaux officiels du pays, a-t-il dit.

Pendant ce temps, la spéculation sur les circonstances de la mort de Nisman atteignent leur paroxysme sur Twitter et d’autres plates-formes de médias sociaux, et certains internautes accusent Berni d’être allé à l’appartement de Nisman pour retirer des documents confidentiels liés à l’audience prévue cet après-midi. Quelques grands commentateurs politiques, comme l’animateur de radio Romain Lejtman [such as radio show host Roman Lejtman], jettent le doute sur l’affirmation de suicide en insistant sur le fait que Nisman n’était pas le genre de personne à commettre un tel geste.

MacDonagh a ajouté que l’avenir de l’enquête de Nisman sur Fernández de Kirchner, Timerman et d’autres fonctionnaires était maintenant entre les mains du juge Ariel Lijo, à qui le procureur avait présenté son long rapport. Selon la presse, lundi matin, le juge Lijo était de retour à Buenos Aires interrompant ses courtes vacances officielles.

« Quant à l’enquête sur l’attentat contre l’AMIA, Dieu sait ce qui va maintenant se passer, » dit MacDonagh. « La manière dont la mort de Nisman sera traitée est le test clé de la démocratie argentine – vivons-nous dans un pays dirigé par la primauté du droit, ou géré par la mafia? »

Soibel, qui a rencontré Nisman à plusieurs reprises, a rendu hommage à la ténacité et la détermination du Procureur.

« Il était courageux plus que tout autre, et a toujours cherché la vérité derrière l’horreur d’AMIA », a déclaré Soibel. Julio Schlosser, le chef de la DAIA, la représentation de la communauté juive d’argentine, avait selon elle, parfaitement résumé la tragédie en faisant observer qu ‘ »aujourd’hui, une nouvelle bombe a explosé en Argentine. »

Source : The Algemeiner – 19 janvier 2015

Ben Cohen

Traduction Europe Israël

© Copyright Europe Israël – reproduction autorisée avec mention de la source et lien actif

 







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 2 thoughts on “[Vidéo] – Alberto Nisman est la 86ème victime de l’attentat à la bombe d’AMIA : Personne ne peut croire au suicide.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *