toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Menacés par une arme devant un collège juif, des soldats arment leur fusil d’assaut


Menacés par une arme devant un collège juif, des soldats arment leur fusil d’assaut

Deux soldats en faction devant un collège juif du Raincy (Seine-Saint-Denis), menacés par un homme qui avait tiré la culasse de son arme à leur vue, ont armé leur fusil d’assaut et fait fuir l’auteur des menaces, a-t-on appris lundi de sources concordantes.

Vers 02H00 dans la nuit de samedi à dimanche, une voiture s’est arrêtée devant le collège-lycée juif Merkaz Hatorah de cette banlieue nord-est de Paris, a précisé une source proche du dossier.

La porte coulissante de la voiture s’est ouverte, les deux soldats, chargés de protéger les lieux dans le cadre du plan Vigipirate, s’en sont approchés et ont demandé aux automobilistes « de circuler », a-t-elle ajouté.

« Le passager, cagoulé, a alors tiré vers l’arrière la culasse d’une d’arme d’épaule », comme s’il allait faire feu, a-t-elle poursuivi. Il n’était pas possible dans l’immédiat de savoir s’il s’agissait d’une arme létale ou factice, ni si les auteurs des menaces avaient l’intention de passer à l’acte ou s’il s’agissait d’une provocation, a précisé une source policière.

« Les deux soldats ont armé leur Famas », le fusil d’assaut de l’armée française, et « le conducteur a aussitôt démarré en trombe », selon la source proche du dossier. La voiture a disparu dans la nuit sans qu’aucune course-poursuite ne soit lancée.

L’enquête a été confiée au commissariat local.

Source







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 14 thoughts on “Menacés par une arme devant un collège juif, des soldats arment leur fusil d’assaut

    1. yohanam

      Je me souviens à l’armée on nous disait :  » Vous armez, vous demandais de circuler, un tir de sommation en l’air, si pas de réponse deuxième tir en direction de la cible ». Il me semble que là c’était un test et comme ils ont vu aucune réaction ils reviendrons et cet fois ci ils tirerons.

    2. Yéochoua

      Les ordres d’ouvrir le feu doivent se durcirent. Les soldats devraient sans hésitation ouvrir le feu sur tout suspect qui les menacent avec une arme.

    3. josef zuares

      Je peut assuree tout les Juifs Francies que quand le gouvernment ser
      a obligee de choisir entre nous et le Musulmans,nous seront pas son choix.

    4. Cyrano

      Monsieur ZUARES ce que vous dites est entièrement vrai . Il vaut mieux choisir 20 millions d’électeurs musulmans potentiels que 500 mille juifs dont on en a que faire étant donné que la France n’est pas antisémite ( qu’ils disent ) Les chiffres que j’utilise sont ceux qu’Azzouz BEGAD utilise . Je n’invente rien . Ne vous étonnez pas que la France court à sa propre perte . Concernant les militaires : Un conseil pour vous n’attendez pas d’être dégommé , de toutes les manières il y aura reconstitution de balistique pour vous dire que vous avez tord de vous défendre malgré la légitime défense . Restez vivant c’est le principal .

    5. madeleine

      J’en profite pour rendre hommage à tous les militaires et policiers/gendarment qui risquent leur vie pour maintenir la surveillance devant les écoles et les lieux Juifs à risque. Merci à vous.

    6. Oxydent75

      Voilà comment on perd les guerres… attendre de se faire canarder avant de tirer. Et après c’est trop tard ! L’angélisme français n’a pas de limites.

    7. dorylée50

      Au vu du comportement des militaires, j’imagine assez bien les ordres qu’on leur a donné…. » pas de couilles, pas d’embrouille « 

    8. Red 13

      « Une réaction fréquente de la part des militaires, selon le directeur

      Dans les faits, selon lui, les choses se seraient déroulées de manière beaucoup plus anodine. « Une camionnette s’est arrêté devant l’école des filles à la sortie de shabbat, devant les hommes en faction. Les militaires ont levé leurs armes et la camionnette est repartie. Pas de cagoules, pas de fusils, juste un bruit non identifié. Mais les militaires sont emmenés à mettre en joue leurs fusils fréquemment » explique Benjamin Tagger. «Par exemple, il suffit qu’un motard passe devant un autre, et lève le pouce en signe de reconnaissance comme ils le font par habitude, et les militaires brandissent leurs fusils par reflexe et par prudence. Ils peuvent brandir leurs armes pour tout et n’importe quoi ».

      Selon le directeur de l’établissement scolaire juif, l’information aurait donc été dramatisée à l’envi, transformant un fait fréquent lors d’une faction, en attaque terroriste potentielle. »

      Source : actualité juive (actuj) .com

    9. Laurence

      Meme l’article d’Actu j il faut que vous le transformiez à votre sauce

      Vous etes là pour embéter le monde en donnant en plus de fausses infos
      Partez !

    10. Red 13

      Chère Laurence,

      Je pensai votre intellect limité tout de même capable d’aller vérifier vous même sur infojuive, vous auriez ainsi constaté que je n’ai pas transformé la moindre virgule de ce qui y est écrit et que j’ai cité plus haut.

      Pour ce qui est du « partez », cessez de vous époumoner, ça ne vous mènera à rien d’autre qu’user vos phalanges sur votre clavier: je suis libre de lire et répondre comme je veux, tout autant que vous.

      Enfin, si vous n’avez que ça à faire de vos mornes journées, je puis bien vous laisser cette petite distraction, ma foi….

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *