toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Les Juifs ne sont plus en sécurité en France


Les Juifs ne sont plus en sécurité en France

Il y a près de deux ans (27 mars 2014) un article de « Front Page Magazine » par cet auteur posait la question : « Est-ce que les Juifs en France sont en sécurité ? »

Au lendemain de l’assassinat du rabbin Yonatan Sandler (30), ses deux petits-enfants, Aryeh 3ans et Gavriel 6 ans, ainsi que Miriam Monsonego, 8 ans, à l’extérieur de l’école de Ozer Ha’Torah à Toulouse, en France, le gouvernement Français du président Nicolas Sarkozy était déterminé à « combattre » la terreur antisémite émanant de djihadistes musulmans. Sarkozy avait déclaré « Nous n’allons pas reculer face à la terreur » et il annonçait une minute de silence dans toutes les écoles françaises. Sarkozy a disait : « Vous ne pouvez pas assassiner des enfants comme ça sur le territoire de la République sans être tenus pour responsables. Aujourd’hui est un jour de tragédie nationale. »

Sarkozy, à la veille des élections présidentielles françaises de 2012, déclarait qu’il mettrait la région Midi-Pyrénées Sud-Ouest (où Toulouse est situé) sur son niveau d’alerte maximal et a promis que « cet acte odieux ne pouvait rester impuni. Tous les moyens disponibles, cela signifie qu’absolument tout sera engagé pour neutraliser ce criminel. »

François Hollande, qui a ensuite remporté l’élection présidentielle sous la bannière du parti socialiste, a appelé à la France à s’unir après la fusillade. Il s’est engagé : « Nous devons tout faire pour s’assurer que les actes d’antisémitisme ou de racisme soient sanctionnés d’une réponse ferme et commune de toute la République. »

Jeffrey Goldberg, du magazine The Atlantic, qui a interviewé le premier ministre actuel de France, Manuel Valls, avant les dernières attaques terroristes, faisait valoir que non seulement la sécurité physique des Juifs en France est menacée par la violence antisémite, mais aussi l’idée même de la République française.

Valls a dit à Goldberg que : « si 100.000 personnes Françaises d’origine espagnole devaient quitter la France, je ne dirais jamais que France n’est plus la France. Mais si 100.000 Juifs quittent la France, la France ne sera plus France. Les Français jugeront que c’est un échec de la République.»

Manuel Valls a admis qu’il existe des violences antisémites en France.

L’ancien président Français Jacque Chirac, quant à lui, avait déclaré le 1er mars 2002 que : « Je tiens à dire clairement qu’il n’y a aucune recrudescence de l’antisémitisme en France. »

Des Assurances similaires avaient été faites également par son successeur, Nicolas Sarkozy.

Alors que le Premier Ministre Valls a déclaré que la France est en guerre contre l’Islam radical et suggéré qu’« Israël et la Palestine ne sont justes qu’« un prétexte pour l’antisémitisme et la violence antisémite », il ajoutait « qu’il y a quelque chose de beaucoup plus profond qui se déroule maintenant. »

Le Président Hollande a également fait écho à son Premier Ministre, en disant : « C’est en effet un acte antisémite épouvantable qui a été commis. »

Cette semaine le Président Hollande a appelé une nouvelle fois à l’unité face à une série de meurtres du terrorisme jihadiste musulman qui a tué 17 personnes, dont 4 juifs qui faisaient leurs courses pour le Shabbat dans un supermarché parisien kasher.

Parmi l’ensemble des personnes assassinées, il y a également les 12 membres du personnel du magazine satirique français Charlie Hebdo, dont une femme policière.

Une marche de solidarité a eu lieu à Paris la semaine dernière et elle a réuni plus de 1 million de personnes et 40 chefs d’État, y compris David Cameron, la chancelière Angela Merkel, le premier ministre Benjamin Netanyahu d’Israël et, bizarrerie, Mahmoud Abbas, le chef de l’organisation de libération de la Palestine, elle-même une organisation terroriste à part entière.

Une absence visible dans la marche de solidarité : Celle du président des Etats-Unis Barack Hussein Obama.

Les marcheurs de Paris, 1,2 millions de personnesle dimanche (11 janvier 2015) ont arboré des pancartes avec les mots « Je suis Charlie », et « nous n’avons pas peur » ; le Président Hollande vantait que « Paris est aujourd’hui la capitale du monde. Notre pays tout entier se lèvera et montrera son meilleur côté. »

La Marche seule ne suffira pas cependant à mettre fin au terrorisme islamiste sur le sol Français, ou ailleurs dans le monde.

Pour les Juifs de France, les actions perpétrées contre eux et les paroles prononcées par les dirigeants Français ont retenties comme du déjà entendu…

Les victimes juives de l’attentat du terrorisme le plus récent sur le sol Français, au supermarché Hyper Casher à Paris étaient Yohan Cohen (22), Philippe Braham (40), François-Michel Saada (64) et Yoav Hattab (21). Ils ont été enterrés avec tous les honneurs à Jérusalem, en Israël, et des milliers d’anciens Juifs Français et israéliens natifs y ont assisté. En France, des conversations au sein de la communauté juive ont évolué autour de savoir s’il est sûr de vivre et d’élever sa famille en France.

La journaliste du Wall Street Journal à Paris, Ruth Bender, a obtenu ces réactions de Juifs parisiens (13 janvier 2015) :

– « J’ai envie de faire mes valises et de quitter la France » dit Delphine Sultan, 48 ans « et pourtant, j’adore France et elle me manquerait terriblement. »

Sa sœur Laurence Sebag, 46ans, a dit : « Je me suis toujours sentie Française, mais aujourd’hui je commence à penser que l’avenir des Juifs Français est en danger. »

– Lydia Elyy, 62ans, est d’avis qu’« il n’est pas normal dans une République comme la nôtre d’avoir besoin de police pour protéger nos écoles et dire à nos enfants à ne pas porter leur kippa dans la rue. Elle a ajouté : « Je ne veux pas quitter la France, mais j’ai la nausée. »

Interviewé par Channel 10-TV israélienne, Yohan Dumas, un survivant du supermarché Paris Hyper Cacher, décrit comment il a été caché dans la chambre froide, tout en essayant de rester au chaud, et puis à la mi-interview il a annoncé qu’il a décidé de partir en Israël au début de la semaine prochaine en disant : « Le temps des Juifs en Europe est révolu. »

Levy a blâmé les médias Français pour l’atmosphère actuelle et il a souligné que les médias avaient tendance à diaboliser Israël ces dernières années à la suite des événements, allant de la première guerre du Golfe à la deuxième Intifada.

En 2014, 7.000 Juifs Français ont immigré en Israël, le double de l’année précédente. En 2013, 20 000 Juifs Français ont officiellement demandé à l’Agence juive de Paris leur aliyah (émigration vers Israël), et plus de 3.000 ont complété le processus d’émigration, deux fois plus qu’en 2012. La France est devenue la source primaire de la ‘alyah’ en Israël.

L’Ethos multiculturel de la France et l’immigration musulmane continue transforme la France à bien des égards.

L’avenir pour les Juifs s’annonce encore plus sombre que des milliers de combattants djihadistes musulmans Français se trouvaient dans les rangs de l’Etat islamique (IS) et al-Qaïda et sont de retour d’Irak et de la Syrie et vont poursuivre leur guerre contre les infidèles Français et les Juifs en particulier.

Shimon Samuels, le directeur du Centre Simon Wiesenthal de Paris, a résumé la situation en France. Il dit : « Une ‘’culture de l’excuse’’ disculpe les auteurs comme « des mécontents, des frustrés au chômage ». Aucun autre groupe de chômeurs frustrés n’a eu recours à un tel comportement. Jusqu’à ce que les politiciens (en France) et les médias qualifient le problème du jihadisme comme télécommandé par des mosquées en France et pas seulement du Moyen-Orient, le cancer ne sera pas isolé et détruit. »

La vérité est néanmoins que, tant qu’Israël est vilipendé par les médias Français, les victimes de violence dans le milieu universitaire et trahies par le gouvernement français, l’antisémitisme ne sera pas anéanti et les juifs continueront d’être des cibles vulnérables à de tels attentats odieux, comme celui de vendredi dernier au supermarché casher.

Et tant que les musulmans radicaux en France ne seront pas traités de la manière plus sévère, la violence contre les Juifs se poursuivra et mettra en danger la vie des Juifs de France.

Source : Joseph Puder, adaptation ©Copyright Mordeh’aï pour malaassot.com

 





Psychosociologue, consultant sur les questions de conflits, crises, violences et débriefing dans tous les secteurs où ces problèmes se posent.



    Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

    Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


    Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 2 thoughts on “Les Juifs ne sont plus en sécurité en France

    1. patricia

      les francais de religion juive n ont jamais voulu transformer la france a la difference des francais de religion musulmane. Cherchez l erreur.

    2. Cyrano

      Le prosélytisme n’existe pas dans le judaïsme. De plus on ne devient pas juif seulement en prononçant une quelconque formule magique . Il n’est pas donné à n’importe qui d’être juif . Non seulement il faut le vouloir, le prouver et encore faut-il que les autorités consentent à vous accepter dans la communauté . Nous respectons trop notre pays pour vouloir le changer et il ne nous viendrait pas à l’esprit d’exiger qu’il se transforme.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *