toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Tarek Fatah: comment lutter contre l’islam du jihad


Tarek Fatah: comment lutter contre l’islam du jihad

Le cancer du terrorisme mondial est inspiré par l’enseignement de l’islam. Nier cela est intellectuellement malhonnête.

La mort et la destruction provoquées par les terroristes du jihad pleuvent sur le monde depuis le chaos de Mindanao à l’est jusqu’à Volgograd à l’ouest. Des églises ont explosé en Irak, des centaines de voitures sont incendiées à Paris, 50.000 livres ont été brûlés dans une bibliothèque du Liban, et à Mogadishu, un hôtel a été attaqué, faisant des douzaines de morts.

Tandis que les explosions se propagent en Syrie, au Liban et au Pakistan, des milliardaires saoudiens et du Golfe semblent heureux de financer ces jihadistes, et de leur garantir un aller simple vers le paradis.

La veille du jour de l’an, une vielle dame m’a demandé : « que pouvons-nous faire pour lutter contre ce cancer ? »

Voici ma réponse :

Madame,

Pour commencer, nous devons libérer notre langage et apprendre, une fois de plus, à appeler un chat un chat. Le cancer global du terrorisme par quelques musulmans est inspiré par les enseignements de l’islam. Nier cela est intellectuellement malhonnête.

Aussi longtemps que vous, et le reste du monde non musulman, laisserez les musulmans marcher sur des œufs en ce qui concerne la doctrine du jihad armé, vous ne pourrez pas passer au stade suivant, c’est à dire affronter cette idéologie du culte de la mort, tout en résistant à la tentation de devenir xénophobe, et ainsi de développer, à tort, une haine contre tous les musulmans.

En fait, la haine et le fanatisme qui imprègne certaines personnes de droite et les groupes anti-islam sont exactement ce que les islamistes recherchent. Une telle folie nous cause des dégâts gigantesques.

La solution est de rester ferme dans la défense de nos idées libérales, de nos valeurs laïques, et refuser de céder un seul millimètre aux conceptions médiévales de la suprématie islamique, au nom de leur « liberté religieuse ».

Vous souvenez-vous de la guerre froide ? Il n’y avait pas un seul politicien occidental qui n’était pas opposé à la malédiction du communisme, dans sa version soviétique ou chinoise. Des Travailleurs (Labour) aux Conservateurs en Grande Bretagne, des Démocrates aux Républicains aux Etats Unis, et des Tory au Libéraux au Canada, il n’y avait aucune dissension nationale sur le fait que le communisme et l’URSS étaient une vraie menace pour la liberté individuelle, ainsi que pour la société.

Aujourd’hui, un tel consensus n’existe pas.

En fait, il semble que ce soit l’opposé qui soit vrai.

Aujourd’hui, le plus important sponsor du Jihad islamique contre la civilisation occidentale vient de l’Arabie Saoudite. Et pourtant, les puissances occidentales considèrent l’Arabie Saoudite comme leur allié.

Nos politiciens et nos leaders n’ont pas le courage pour affronter les islamo-fascistes, mais je suis certain que nous avons encore le pouvoir de rester sur nos gardes pour nous.

1. qu’ils retirent le statut associatif à toute mosquée qui s’engage dans l’islam politique.

2. que soit boycottée toute manifestation et évènement où les femmes et les hommes sont séparés.

3. qu’ils déposent plainte contre les imams dont les sermons souhaitent la victoire des musulmans sur les infidèles.

Il y a de fortes chances que vous vous heurtiez à un mur, mais si vous ne le faites pas, vous et moi paierons le prix fort.

Aujourd’hui, les islamistes rigolent de vous.

Pendant que nos politiciens et nos élites « acomnodent » leur agenda suprémaciste et médiéval pour capter leur vote, les islamistes détruisent les fondations sur lesquelles reposent nos valeurs.

Levez-vous et exprimez-vous, où les dernières explosions de Volgograd pourraient bien devenir le désastre de Stalingrad.

Tarek Fatah est un écrivain et journaliste canadien d’origine pakistanaise, activiste laïc et libéral.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : traduction et adaptation © Hervé Roubaix pour Dreuz.info.

http://www.torontosun.com/2014/01/07/how-to-fight-islamist-terrorism

 





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 8 thoughts on “Tarek Fatah: comment lutter contre l’islam du jihad

    1. boumediene

      Tu sais, tu a raison à pleine de choses que t’a évoqué, (j’ai oublié de te dire que je suis musulman et je souhaite bien trouver en vous le courage de publier mon commentaire).

      Je suis comme 99% des musulmans à travers le globe, contre le jihad du 21ème siècle. Mais je ne sais pas si tu connais déjà ce que veut dire JIHAD ou non je parie que tu ne connais rien à propos du vrais jihad. Je vous donne une leçon à propos du mot jihad qui peut t’aider dans votre lutte contre la dernière des religions monothéiste:
      – le mot jihad veut dire exercer la force contre soit même et non pas contre les autres, JIHAD vient du mot JOHD qui veut dire EFFORT;
      – Le jihad contre l’ennemi « chez les vrais musulmans » n’est accepté que dans deux seules cas: 1) quant il s’agit de légitime défense contre un ennemi qui nous COMBATTRE à cause de nos croyance (c’est la quasi-totalité des cas du JIHAD), et 2) contre un ennemi qui nous combattre afin de nous priver de faire passer le message du Dieu (faire connaitre l’Islam, comme c’été le cas au début des conquêtes musulmanes).
      Je vous donne le verset du coran qui à ORDONNER à MAHOMET de pratiquer le JIHAD

      (Autorisation est donnée à ceux qui sont attaqués (de se défendre) – parce que vraiment ils sont lésés; et Allah est certes Capable de les secourir, ceux qui ont été expulsés de leurs demeures, – contre toute justice, simplement parce qu’ils disaient: «Allah est notre Seigneur». – Si Allah ne repoussait pas les gens les uns par les autres, les ermitages seraient démolis, ainsi que les églises, les synagogues et les mosquées où le nom d’Allah est beaucoup invoqué. Allah soutient, certes, ceux qui soutiennent (Sa Religion). Allah est assurément Fort et Puissant)

      verset 39 et 40 sourat elhadj (pèlerinage)

      Bon courage dans ta lutte contre ma religion la religion de tout le monde et non pas d’une catégorie.

    2. raimy

      Le monde a fait une grosse erreur en accordant du credit d es soi disant intelectuels qui haissait les juifs en les accusant de complot il ont ete satisfaits car les juifs ont ete massacre en tres grand nombre.si nous ne rejettons pas ces idees nous finirons par cette fois ci une autre minorite :les musulmans

    3. David Belhassen

      A Boumedienne. Je ne crois pas au Dieu-un du monothéisme. Et non seulement je suis athée et je m’oppose au monothéisme, mais s’il me fallait choisir entre le monothéisme et le polythéisme, je choisirais le polythéisme. Ma question est la suivante : que me réserve l’islam, si je déclare que je suis athée ou polythéiste, et que le « message d’Allah » est criminel et immoral ?
      Donnez-moi une réponse sans ambiguîté et sans jouer sur les mots avec ce soi-disant « djihad intérieur » destiné à gruger les occidentaux naïfs qui ne connaissent pas le Coran et qui gobent toutes vos manipulations et votre « taqyah ».

    4. Nejma

      Bonsoir David je crois que Boumedienne n’est pas belliqueux il souhaite simplement donner une définition du Jihad qui effectivement n’a rien à voir avec la conquête ou le prosélytisme.

    5. David Belhassen

      Bonsoir Nejma. Je ne pense pas que Boumedienne soit belliqueux, mais qu’il est tombé lui aussi dans le piège que l’islam a tendu aux maîtres du soufisme après El Hallaj. Les disciples de El Hallaj voulaient réformer profondément l’islam en développant cette idée de « Jihad intérieur à l’homme contre ses mauvais penchants » à la place du jihad extérieur cruel et sanguinaire contre les « kouffours ».
      L’intention était louable, mais très vite ils se sont faits récupérer par la sharia’ de l’orthodoxie musulmane (y compris par la menace), et finalement les soufistes ont du renoncer à réformer l’islam, et ils sont devenus soit inoffensifs, soit encore plus fondamentalistes que les autres musulmans orthodoxes (pour montrer « patte blanche »).
      C’est exactement ce qui est arrivé aux Kabbalistes dans le judaïsme. Ils ont développé un spiritualisme mystique pour se libérer du carcan de la Halakha, mais ont complêtement échoué et sont devenus encore plus halkhiques que les orthodoxes judaïques.
      Je crains que Boumedienne ne se soit fait de même récupéré et qu’en dépit de sa bonne volonté et de son humanisme, il est pris dans le carcan de la sharia’.

    6. Nejma

      David possible que Boumediene se soit fait récupérer mais ce n’est pas le discours d’un takiiste.

    7. David Belhassen

      Il se peut. Difficile de conclure à ce stade de ses propos. Parce que ses citations des versets du Coran sont tronquées et sorties de leur contexte « anti-kouffours » et qu’il fait usage du verbe « combattre », sans que l’on sache si c’est « combattre par la parole » ou « combattre par les armes, l’agression et la violence ».
      Est-ce que les polythéistes mecquois « combattaient » au départ Mohammad par la parole et la polémique, ou l’ont-ils agressé par l’épée ? Selon le Coran lui-même, on voit qu’il n’est au début nullement question d’agression armée, mais que les mecquois raillaient Mohammad en lui disant qu’il colporte des bobards qu’il a appris chez les Juifs. C’est Mohammad et sa bande qui ont répondu à cette joute verbale par la violence et le cimeterre.
      Il y a donc dans le propos de Boumedienne une « taqyah », même si elle est inconsciente et involontaire, je te l’accorde. (Je m’excuse du tutoiement, il m’est venu naturellement, car en hébreu le vouvoiement n’existe pas).

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *