toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Photo: un soldat israélien soigne un enfant palestinien. La photo qu’on ne vous montrera jamais ailleurs…


Photo: un soldat israélien soigne un enfant palestinien. La photo qu’on ne vous montrera jamais ailleurs…

Une simple question sur cette photo (qui vaut plus que tous les mots possible): sera t-elle diffusée en une (ou diffusée tout court) par n’importe quel autre média qu’Israéliens ?

Pour l’anecdote, la photo a été prise ce matin, dans une ville qualifiée d’ « apartheid » par les médias occidentaux: Hébron. L’enfant s’est blessé. Tsahal l’a soigné.

 

Soldat israélien soignant un enfant palestinien à Hébron

Soldat israélien soignant un enfant palestinien à Hébron

Par Ariel Melles –  Photo KR8– JSSNews





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 14 thoughts on “Photo: un soldat israélien soigne un enfant palestinien. La photo qu’on ne vous montrera jamais ailleurs…

    1. Henri

      Si, elle risque d’être publiée par les médias européens, mais avec la légende suivante: un soldat israélien ne peut faire autrement, devant notre photographe, que de soigner un pauvre petit palestinien après l’avoir sauvagement blessé , en tirant une balle en plastique, parce que ce jeunes enfant l’avait simplement salué.
      Sur les conseils de bonnes âmes et membres d’associations humanitaires, le père à décider de porter plainte devant la haute cour de justice israélienne !!!!!

    2. Alain FRAITAG

      Encore une raison de penser à tous ces jeunes de Tsahal comme à des frères et des soeurs qu’on voudrait pouvoir aider et protéger.

    3. Samira Akli

      Saint Augustin a aussi de la pitié pour les juifs comme Tsahal a de la pitié pour les enfants israéliens, voilà ce qu’il dit à ce propos:

      « Saint Augustin écrit qu’il ne faut pas tuer les Juifs, mais les condamner à la dispersion et à l’humiliation, en signe de victoire de l’Eglise sur la Synagogue. C’est une sorte de condamnation à la servitude éternelle qui sera maintenue pendant des siècles. C’est là un point éclairant en ce qui pourrait concerner un certain anéantissement : celui-ci n’est absolument pas prôné par les Pères de l’Eglise ni même souhaité : le Juif est vu comme le mal nécessaire, l’erreur au service de la Vérité. C’est ce qui ressort des écrits d’Augustin : les juifs doivent subsister, mais de manière diminuée. Les accusations des Pères de l’Eglise font passer les griefs à l’encontre des juifs de rumeurs et d’opinion populaire en fait historique se basant sur l’interprétation des textes : Sommairement, cette interprétation fait ressortir l’idée théologique d’une faute et donc d’une nécessaire expiation. A la même époque, le patriarche de Constantinople Jean Chrysostome prononce des sermons très virulents contre les Juifs, et prêche aux Chrétiens que c’est un péché de traiter les Juifs avec respect. Il appelle la synagogue la maison de Satan dédiée à l’idolâtrie et le repaire des meurtriers de Dieu. » (…)

    4. michel boissonneault

      c’est normal a cette age car ce jeune a pas encore été contaminé par
      l’enseignement de l’intégrisme islamique mais malheureusement dans 5 où
      10 ans ce même garcon va lancer des roches a ce même soldat…..
      l’éducation palestinienne laisse a désirer

    5. Daveau

      Hebron n’est-elle pas une ville située en Cisjordanie ? C’est bien de soigner un petit palestinien mais que faisait un soldat de Tsahal dans ce qui n’est pas Israël ?

    6. Europe-Israel.org Post author

      Hébron est en Judée Samarie où une grande Yeshiva est installée et savez vous pourquoi ?

      Parce qu’à Hébron se trouve le Caveau des Patriarches du Judaïsme et non de l’Islam… Hébron a toujours été une ville juive depuis plus de 3000 ans alors pourquoi voudriez vous en faire une ville arabe ou palestinienne ?

      De plus on ne dit pas Cisjordanie car la Jordanie qui avait annexé cette terrer de 1951 à 1967 a abandonner toute prétention sur cette terre ancestrale juive… Et toute votre propagande arabe ne peut changer l’histoire d’Hébron

    7. cth.glon

      L’important est ce que cet enfant va garder en son for intérieur qui créera un lien affectif sacré envers et contre toute la propagande organisée.
      Que vive Israël espace et source de liberté préservée dans un monde partout mis en violence par les nazislamistes appelés, par l’information manipulée, rebelles

    8. Serge Belley

      Quartier Saint-Jean-Chrysostome

      Bureau d’arrondissement et salle du conseil d’arrondissement
      Direction de la vie communautaire (services centraux)
      Service d’arrondissement des Chutes-de-la-Chaudière-Est (Direction de l’urbanisme et des arrondissements).
      Adresse : 959, rue de l’Hôtel-de-Ville, Saint-Jean-Chrysostome, G6Z 2N8

      Saint Augustin a aussi de la pitié pour les juifs comme Tsahal a de la pitié pour les enfants israéliens, voilà ce qu’il dit à ce propos:

      « Saint Augustin écrit qu’il ne faut pas tuer les Juifs, mais les condamner à la dispersion et à l’humiliation, en signe de victoire de l’Eglise sur la Synagogue. C’est une sorte de condamnation à la servitude éternelle qui sera maintenue pendant des siècles. C’est là un point éclairant en ce qui pourrait concerner un certain anéantissement : celui-ci n’est absolument pas prôné par les Pères de l’église ni même souhaité : le Juif est vu comme le mal nécessaire, l’erreur au service de la Vérité. C’est ce qui ressort des écrits d’Augustin : les juifs doivent subsister, mais de manière diminuée. Les accusations des Pères de l’Eglise font passer les griefs à l’encontre des juifs de rumeurs et d’opinion populaire en fait historique se basant sur l’interprétation des textes :

      Sommairement, cette interprétation fait ressortir l’idée théologique d’une faute et donc d’une nécessaire expiation. A la même époque, le patriarche de Constantinople Jean Chrysostome prononce des sermons très virulents contre les Juifs, et prêche aux Chrétiens que c’est un péché de traiter les Juifs avec respect. Il appelle la synagogue la maison de Satan dédiée à l’idolâtrie et le repaire des meurtriers de Dieu. » (…)

      Que penseriez-vous de changer le nom de ce quartier, votre saint patriarche Jean Chrysostome étant lui même un RACISTE de la pire espèce appartenant a l’église catholique romaine désertée par la majorité de ses fidèles.
      Ce quartier est situé dans la ville de lévis en face de québec, PQ. Canada.
      Danielle Roy Marinelli, mairesse
      [email protected]

    9. Samira Akli

      A Danielle Roy Marinelli, oui je partage votre idée, il est temps de mettre l’ordre dans les affaire de la religion,les juifs souffrent d’un complexe d’infériorité qui leur est inculqué dès la naissance par leurs théologiens. A propos des juifs le Coran dit:’Nous les avons choisi et nous les avons honoré de l’humanité’. Un juif ne pourra jamais faire du mal à un musulman et réciproquement, Bengourion a dit:’Avec l’intelligence des juifs et l’argent des arabes nous dominerons le monde’, alors pourquoi entre-tuons nous, au lieu de partager nos richesses.IL ne faudrait pas voir les arabes du coté Est, mais plutôt du coté Ouest,c’est à dire l’Afrique du Nord et le Sahel.

    10. Samira Akli

      Publié par Ait Hammoutène

      Islamophobie pub.

      Quand l’envoyer de Dieu préférait plutôt les Berbères, qu’aux Arabes ? Par Y.Mérabet

      Ces admirations sont reproduites dans le contexte des justifications diverses qu’opposaient les musulman chiites aux tenants de l’idiologie du califat prônée par les Omeyyades. Le calife ou commandant des croyants ne peut-être qu’un arabe Koraïchite. Le musulman ‘Chiite’ surmonté par son complexe postule, que tout musulman moralement et religieusement irréprochable, est capable d’être élevé au titre d’émir des croyants, fut-il même un esclave noir’. Il ouvre de fait, la voie à tous les prétendants au pouvoir parmi les populations périphériques et marginales converties à l’Islam. L’Islam est la religion de Dieu est une créature parmi les créatures. Sa patrie est le Hyzaz, elle a prie connaissance à Médine. (Née faible, elle se développera et grandira jusqu’à ce quelle soit puissante et glorieuse, elle donnera ses fruits comme on donnera un arbre ; puis elle tombera. Or, la tête de la religion du peuple de dieu tombera dans le Maghreb ; et quand un arbre tombe, on n’en le lèvera pas en le prenant par le milieu ou par les racines, mais par la tète. Dieu ouvrira une porte du coté du Maghreb, il lui suscitera un peuple qui le glorifiera et humiliera les infidèles, peuple craignant Dieu et voyants, qui mourront pour ce qu’ils ont vu. ‘Hadith’).
      En marge de leurs valeurs psychologiques de consolation, les Hadiths prévoient un avenir glorifiant à la doctrine sur les tributs berbères peuplant l’Afrique du nord dont leur comportement est différent de celui des arabes. Le prophète Mohammed (QSSL) porte toute son admiration sur le peuple berbère d’Afrique du Nord en lui promettant le flambeau de l’Islam vieillissant. Par ces hadiths, dont il est difficile de soutenir une origine fiable, expriment la volonté des berbères de se positionner dans le champ religieux et de doter d’une affiliation discursive à l’historique de la fabrication d’une légitimité textuelle. Et par là, son inscription dans les projets d’identification doctrinale et culturelle, tout de même nous devons citer ces quelques admirations qui devraient faire la fierté du Berbère Nord-Africain.
      Un jour un berbère se présenta devant Aicha, mère des croyants (que dieu l’agrée), elle était assise et entourée des principaux Mouhajirines et ansars (émigrants et auxiliaires). Aicha se leva de son cousin et l’Offrit au Berbère, faveur qu’elle n’accordait pas à son entourage. Les Mouhajirines et les ansars se retirèrent profondément irrités ; Le Berbère consulta Aicha sur un point de la religion et puis se retira. Alors Aicha fit revenir ses fidèles l’un après l’autre de leur maison. Quand ils furent réunis, elle leur dit : – Vous m’avez quitté avec colère ? L’un deux répondit : – Nous étions irrités contre vous à cause de ce Berbère. Nous le méprisons, lui et son peuple, et lui avez fait plus d’honneur qu’à nous et vous même. Aicha dit alors : – Je lui ai fait l’honneur plus qu’à vous et à moi-même, à cause des paroles prononcées sur eux par l’envoyé de dieu (que sur lui soit le salut) Connaissez-vous un tel Berbère ? Assurément. Or, j’étais un jour assise avec l’envoyé de dieu (que le salut soit sur lui), quand ce Berbère vint à nous, le visage pale et les yeux caves. L’envoyer de Dieu, le considéra et lui dit : – Que t’est-il arrivé ? Es-tu malade ? Tu m’as quitté hier le teint animé des couleurs de la santé, et maintenant tu as l’air de sortir du tombeau. Le Berbère répondit : O ! L’envoyer de Dieu, j’ai passé la nuit dans une peine cruelle ? Le Berbère dit : -Vous m’aviez regardé hier avec insistance ; je crains que quelque verset de Dieu fût descendu sur vous à mon sujet. Le prophète lui dit :- En effet je t’ai regardé hier avec insistance à cause de Gabriel (que lui soit le salut). Gabriel est venu vers moi et m’a dit : Mohammed, je te recommande la crainte de Dieu et les Berbères, je dis à Gabriel : Et ces Berbères qui sont-ils ? Il répondit alors : – C’est le peuple auquel appartient cet homme .Il te désigna, et je te considérai ; je dis alors à Gabriel : quel sera leur rôle ? Il me répondit : ‘Ce peuple vivifiera la religion de Dieu quand elle sera morte et la renouvellera quand elle sera usée. Gabriel ajouta Mohammed, la religion de Dieu est une créature parmi les créatures. Sa patrie est le Hyzaz, elle a prie connaissance à Médine. Née faible, elle se développera et grandira jusqu’à ce quelle soit puissante et glorieuse, elle donnera ses fruits comme on donnera un arbre ; puis elle tombera. Or, la tête de la religion du peuple de dieu tombera dans le Maghreb ; et quand un arbre tombe, on n’en le lèvera pas en le prenant par le milieu ou par les racines, mais par la tète. Autre admiration, l’on nous raconta qu’un jour Omar Ben Khattab (que dieu l’agrée) reçu un jour une députation de Berbères qui lui envoyait Amr ben As. Il avait la tète et le visage complètement rasés. Omar Ben Khattab – Qui êtes-vous Ils répondirent – Nous sommes des Berbères L’ouata. Omar demanda aux assistants -Quelqu’un de vous connait-il cette tribu parmi les tribus arabes ? Ils répondirent –Nous ne connaissons pas cette tribu Alors, El Abbas ben Merdas el Selmi, dit : Emir des croyants, je connais ces gens-là. Ce sont des fils de Ber Ben Quais avait plusieurs enfant, un deux s’appelait Ber ben Quais. Ce Ber Ben Quais avait un caractère difficile et emporté. Il commit plusieurs meurtres, et se retira du pays des Berbères. Sa prospérité s’y multiplia et les arabes dirent :’ils barbarisent’ pour dirent ils se multiplient (bien le nom de ‘Barbara moros’, fut le premier attribué aux Amazighs de l’Afrique du Nord. Alors, qu’Omar Ben Khattab se tourna vers eux. Or, Amr Ben El As avait envoyé avec eux un interprète chargé de traduire leur parole s’ils étaient interrogés par Omar Ben Khattab .Ce dernier leur demanda pourquoi leurs visages et leurs étaient rasés. Ils répondirent : – Notre poil avait poussé quand nous étions incrédules, nous avons voulu le changer en entrant dans l’islamisme. Omar dit : -Avez-vous des villes dans lesquelles vous habitez ? Ils dirent : -non Puis il dit : -Avez-vous des lieux fortifiés dans lesquels vous gardiez vos biens ? -Ils dirent non Il posa une dernière question : – Avez-vous des marchés sur lesquels vous fassiez des échanges ? Ils dirent : – non – Avez vous des lieux fortifies dans lesquels vous gardiez vos biens ? Ils dirent : -Non Il posa une dernière question : – Aviez-vous des marchés sur lesquels vous faites les échanges ? Ils dirent : – Non Alors, Omar ben Khattab, se mit à pleurer, et l’assistance lui dit : – Quelle est la cause de tes larmes, O ! Emir des croyants ? Il répondit: -Ce qui me fait pleurer est une parole que j’ai entendue de la bouche de l’envoyé de Dieu (que le salut soit sur lui, le jour du combat de Honin). Il me dit : ‘ Pourquoi pleures-tu O! Omar. Je répondis : ‘ Je pleure, O ! Prophète de Dieu, à cause du petit nombre de ces musulmans et de la multitude des infidèles réunis contre eux. ‘Alors l’envoyé de Dieu dit :’Ne pleures pas Omar’, Dieu ouvrira une porte du coté du Maghreb, il lui suscitera un peuple qui le glorifiera et humiliera les infidèles, peuple craignant Dieu et voyants, qui mourront pour ce qu’ils ont vu. Ils n’ont pas de ville qu’ils habitent, ni de lieux fortifiés dans lesquels ils se gardent, ni de marchés sur lesquels ils vendent. C’est pourquoi je viens de pleurer, car je me suis rappelé la parole de l’envoyé de Dieu, et les mérites qu’il a attribués à ces Berbères. ’
      Omar les envoya à Amr Ben El As, et lui recommanda de leur donner les premiers rangs dans l’armée, et de les traiter avec honneur. En effet, Amr Ben As les honora, et toujours ils prétendirent à être favorisés et placés aux premiers rangs de l’armée, et ils demeurent avec Amr Ben As jusqu’à la mort de Otman Ben Affène. Or, comme les paroles citées plus haut ont été dites devant une réunion de gens du Maghreb par la bouche même d’Omar Ben Khattab répétant les paroles de l’envoyer de Dieu, nous espérons qu’elles désignent particulièrement les compagnons de l’œuvre, et que ce sont eux qui méritent la faveur. Aussi, Abou Bakr rapporte qu’Ali Ben Abi Talib a dit : ‘O ! Gens de la Mecque, O ! Gens de Médine, je vous recommande par-dessus Dieu et les Berbères ; car ils vous apporteront la religion de Dieu du Maghreb, quand corrompue ici ; c’est d’eux que Dieu parle dans son livre, quand il dit :’O ! Vous qui croyez, il s’en trouve parmi vous qui renient toute religion. Certes, Dieu suscitera d’autres hommes qu’il aimera e qui l’aimeront Humbles envers les croyants, et fiers envers les infidèles, ils combattront pour la foi et ne craindront pas le blâme. Dieu accorde sa faveur à qui le plaint. Et ils tiendront compte de personne ni de rien, sinon le respect du à Dieu. Le descendant d’Abou Bakr adit encore : – Quand vient l’heure de la bataille, on combat : nous les arabes pour les dinars et les dirhams, mais les berbères, eux, combattent pour la religion de Dieu, afin de la faire triompher Ibn Massud rapporte qu’à la fin de son pèlerinage ; le prophète Mohammed ( que le salut soit sur lui). A dit : -O ! Gens de la Mecque, O ! gens de Médine, je vous recommande de craindre Dieu et les Berbère, car ceux-ci vous apporteront du Maghreb la religion de Dieu. C’est eux que Dieu prendra en échange de vous, car il a dit : ‘Si vous tournez le dos, Allah vous substituera un autre peuple autre que vous qui ne sera pas semblable à vous’ ‘J’en jure par celui qui tient en ses mains l’âme d’Ibn Massud, si je les atteins, je serai plus obéissant encore envers eux que de leurs esclaves et plus proche d’eux que leur couverture, c’est-à-dire leurs vêtements.’ Mais, enfin on raconte que Aicha (que Dieu l’accueille dans sa miséricorde) vit un jeune garçon dont les cheveux étaient tressés des deux cotés de la tète et était beau et élégant. Elle dit : – De quelle tribu parmi les nations est ce garçon ? – C’est un Berbère, lui répondit-il ? Elle reprit : – Les Berbères, savent accueillir les hôtes, frapper avec le sabre et brider les rois comme on bride les chevaux.
      *Version des faits, rapportés par Aftayash (auteur Ibadite)
      Algérian Société For Relations International (119, Bd Didouche Mourad, Alger centre)

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *