toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Haine culturelle palestinienne: Mariam, la femme qui a hurlé de joie en apprenant que son fils a tué des écoliers israéliens


Haine culturelle palestinienne: Mariam, la femme qui a hurlé de joie en apprenant que son fils a tué des écoliers israéliens

Mariam, une mère palestinienne, illustre tristement la haine islamiste qu’elle a enseigné à ses enfants, preuve si il en était besoin que le conflit israélo-palestinien n’est pas un conflit territorial mais bien l’expression du Jihad islamiste.  “Je les ai élevés pour qu’ils deviennent des martyrs. Pour qu’ils deviennent des martyrs au nom d’Allah. Il n’y a pas eu un moment en particulier où ils m’ont dit qu’ils voulaient devenir des martyrs. Je les ai éduqués avec cette idée et ils l’ont suivie. Un d’entre eux a déjà emprunté cette voie, les autres suivront ”. 

Umm Nidal (Mariam Farhat) au cours d’une interview accordée à la chaîne National Geographic, en 2009.

Mariam Farhat, ancienne députée du parlement du Hamas, a éduqué chacun de ses six enfants avec l’objectif de s’engager dans des actions terroristes contre des civils israéliens. Elle a espéré que chacun d’entre eux meurt dans ces attaques afin qu’ils deviennent ”des martyrs”.

En mars 2002, l’un des fils de Mariam Farhat, Muhammad, alors âgé de 17 ans, est entré dans une ville israélienne, a ouvert le feu contre des enfants et jetté des grenades dans une école. 5 écoliers ont été tués, 23 autres blessés. Lorsque Mariam a appris les agissements de son fils, elle a crié de joie et est sortie dans la rue pour distribuer des chocolats aux passants.

Dans une vidéo rendue publique après l’attentat, elle se tient à côté de son fils Muhammad et déclare : ”comment je me sens ? J’ai promis toute ma vie le paradis à mon fils. Avec l’aide d’Allah, aujourd’hui sera le plus beau jour de ma vie”.

Un autre de ses fils, Rawad, a été tué dans un raid de Tsahal contre sa voiture, dans laquelle il transportait une roquette Qassam. Son fils ainé, Nidal, fabriquait des roquettes pour le Hamas qui ont ensuite été utilisées pour frapper Jérusalem et Tel Aviv.

Avec le temps, Mariam a été surnommée Umn Nidal, ce qui signifie en arabe ”la mère de Nidal”.

Après que celui-ci a été tué par les forces de sécurité israéliennes, Mariam a dit au fils de Nidal, alors âge de 4 ans : ”toi aussi tu seras un jour un martyr. Ce jour-là tu retrouveras ton père et vous serez de nouveau réunis”.

 

 

Mariam Farhat est morte au début de l’année. Mais elle a réussi à transmettre son message de haine à la plus jeune génération. Un mois après sa mort, Al-Aqsa Tv, la chaîne du Hamas, a diffusé une émission dans laquelle plusieurs de ses petits-enfants figuraient. On pouvait notamment voir la fille de Nidal exprimer sa fierté d’avoir vu son père fabriquer des missiles et affirmer vouloir suivre son chemin.

Le point d’orgue du programme était l’interprétation d’une chanson par les petits enfants de Mariam : ”le jihad nous procure la fierté et la gloire quand vous cherchez à devenir un martyr. Oh engin explosif de la gloire, de son sang la liberté verra le jour.

A la fin de l’émission, le présentateur a tenu à saluer la mémoire de Mariam. ”Elle a élevé ses enfants, dès leur plus jeune âge, dans l’amour du martyr pour le salut d’Allah, ainsi que dans l’amour de la patrie et de la défense. Nous devrions tous apprendre d’eux. Nous devrions suivre la voie du jihad et persévérer jusqu’à la libération de notre terre.”

 

“Son amour pour la vie reposait uniquement sur le jihad”

Dans une interview accordée en 2002 au journal Al-Sharq Al-Awsat publiée en langue arabe à Londres, Mariam a expliqué de quelle manière elle éduquait un enfant à perpétrer un attentat suicide. ”Parce que j’aime mon fils, je l’encourage à mourir en martyr par amour d’Allah”, avait-elle alors dit.

”C’est dans cette atmosphère d’amour du martyr que s’est épanoui Muhammad. En tant que mère, je l’ai naturellement encouragé dans la voie du jihad, comme tous mes autres fils, comme tous ceux qui appartiennent aux Brigades Al-Qassam.”

Muhammad était prêt à conduire n’importe quelle opération. Il m’avait assuré que son amour pour la vie reposait uniquement sur le jihad”, avait-elle ajouté. ”Il brandissait son arme et me disait : ‘maman, ceci est mon épouse’. Il aimait tellement son arme.

La capacité de Mariam à sacrifier ses propres enfants et à les envoyer à la mort n’avait pas de limite. ”J’aurais voulu avoir 1000 garçons comme Muhammad”, disait-elle aussi.

”Je les aurais tous sacrifiés par amour d’Allah.”

A en croire la prestation de sa petite-fille sur la chaîne du Hamas, le message a bien été reçu par les plus jeunes.

Tsahal





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 4 thoughts on “Haine culturelle palestinienne: Mariam, la femme qui a hurlé de joie en apprenant que son fils a tué des écoliers israéliens

    1. fuerte

      Rien ne peut etre plus en opposition avec Dieu. L’encouragement à la tuerie d’enfants est parfaitement ignoble et est une pure interprétation de la secte djihadiste.

    2. Charles Martel

      Et de voir de pareilles informations ,on se demande comment il se fait que les musulmans lettrés continuent leurs procréation…

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *