toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Vidéos – Mali : entreprise systématique de démolition des lieux saints par les islamistes


Vidéos – Mali : entreprise systématique de démolition des lieux saints par les islamistes

Depuis début Juillet les islamistes détruisent systématiquement les lieux saints de Tombouctou au Mali. Toumbouctou, sur les rives du fleuve niger , est appelée aussi « ville aux 333 saints ». La situation critique est une nouvelle preuve de l’obscurantisme islamiste. La charia est appliquée, la population terrorisée. Nous vous informions déjà sur la situation des chrétiens au Mali.

Vidéo : Des membres d`Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) ont profané vendredi le mausolée d`un des saints de Tombouctou, ville mythique du nord malien inscrite sur la liste du patrimoine historique de l`Unesco, où la population est sous le choc, a-t-on appris samedi auprès d`un responsable local.

Les gens d`Aqmi, appuyés par (le groupe armé islamiste) Ansar Dine, ont détruit le mausolée du saint Sidi (Mahmoud Ben) Amar. Ils ont brûlé le mausolée, a déclaré à l`AFP sous couvert d`anonymat l`un des adjoints au maire de Tombouctou, contrôlée, comme tout le nord Mali, par Aqmi et Ansar Dine, après avoir profité du coup d`Etat militaire du 22 mars à Bamako.

© Copyright Europe Israël – reproduction autorisée avec un lien vers la source

 

 

Mali : les islamistes poursuivent la destruction des lieux saints de Tombouctou

Dans la matinée du lundi 2 juillet, les islamistes d’Ansar Eddine ont repris leur entreprise de démolition des lieux saints et mausolées de Tombouctou, en s’en prenant même à une mosquée inscrite au patrimoine mondial de l’humanité. Par la voix de sa procureure, Fatou Bensouda, la Cour pénale internationale (CPI) a menacé de poursuites les auteurs de ces destructions, qualifiées de « crimes de guerre ».

Les islamistes d’Ansar Eddine ont repris, lundi 2 juillet, leur entreprise de destruction des mausolées de la ville de Tombouctou en détruisant l’entrée de la mosquée Sidi Yayia, située au sud de la ville. « Les islamistes viennent de détruire l’entrée » de ce monument classé au patrimoine mondial de l’Unesco, a rapporte un témoin de la scène. « Ils ont arraché la porte sacrée qu’on n’ouvrait jamais ».

Selon un habitant sur place, le groupe islamiste a déclaré son intention de détruire tous les mausolées, « même dans les mosquées ». Des déclarations qui font craindre de nouvelles destructions au moins dans les deux autres mosquées classées que compte la ville (Djingareyber et Sankoré).

Patrimoine en péril

Les islamistes d’Ansar Eddine, qui occupent le nord du Mali depuis la fin avril, avaient pourtant interrompu, dimanche après-midi, la démolition des mausolées de saints musulmans à Tombouctou.

Ces faits, qualifiés de « crimes de guerre » par Fatou Bensouda, procureure de la Cour pénale internationale (CPI), interviennent après que l’Unesco a décidé d’inscrire la ville de Tombouctou, le 28 juin, sur la liste du patrimoine mondial en péril.

La procurueure de la CPI a déclaré que ses services suivaient « de très près les événements au Mali » et qu’ils « n’hésiteront pas à prendre les mesures appropriées » face aux crimes de guerre pour lesquels ses services « sont pleinement autorisés à enquêter ».

Sept mausolées déjà détruits sur seize

Les combattants islamistes, qui prétendent agir « au nom de dieu », selon une déclaration de leur porte-parole, ont déjà détruit sept des seize mausolées de « la cité des 333 saints ». Ces exactions avaient suscité de vives réactions de la part de nombreux pays dont la France.

Dimanche, Mme Diallo Fadima Touré, la ministre malienne de la Culture, a appelé les Nations unies « à prendre des mesures pour arrêter ces crimes contre l’héritage culturel » du Mali, lors de la réunion annuelle de l’Unesco à Saint-Petersbourg (Russie).

 

 

 

Application de la Charia à Tombouctou : des images insupportables :

Ansar Dine – Tombouctou

Des manuscrits anciens sont en grand danger :

 

mali des manuscritss auvegardés pa la population, pour combien de temps encore?
mali des manuscrits sauvegardés par la population, pour combien de temps encore?

 

 

Les habitants de la ville de Tombouctou, au Mali, s’organisent pour protéger le patrimoine historique de leur ville. Aidés de chercheurs et de bibliothécaires, ils ont réussi à cacher d’inestimables manuscrits anciens pour éviter qu’ils ne soient endommagés ou pillés par les rebelles touaregs.

Selon le professeur sud-africain Jeppie Chamil, impliqué dans le projet « Tombouctou, trésor de l’apprentissage », des conservateurs et des collectionneurs privés de manuscrits anciens racontant l’histoire de la légendaire « Ville aux 333 saints » du Mali, se sont organisés pour dissimuler les textes et documents les plus importants.

« Je ne fais pas confiance aux rebelles. Ils sont supposés avoir des dirigeants éduqués. Mais ils envoient sur le terrain des soldats illettrés qui n’ont pas de respect pour la chose culturelle », affirme Jeppie Chamil.

Fragiles, écrits en calligraphie ornementée et allant de traités savants à de vieilles factures commerciales, les documents historiques de Tombouctou constituent des recueils d’apprentissage dans des domaines aussi divers que le droit, les sciences, la médecine, l’histoire ou encore la politique. Certains experts les comparent en importance aux manuscrits de la Mer morte.

Certains des textes en danger avaient déjà été cachés pendant des générations sous des maisons en terre et dans les grottes du désert pour éviter que des envahisseurs ne mettent la main dessus. Aujourd’hui, ce sont quelque 8000 manuscrits qui auraient été transférés en lieux sûrs.

Pas de dommages, pour le moment…

Depuis le début de l’occupation le 1er avril, il n’y a pas eu de perte importante. Des combattants armés auraient volés des véhicules de la bibliothèque nationale de Tombouctou, où sont entreposés plus de 20 000 anciens manuscrits savants. Mais les rebelles ne sont pas entrés dans les salles contenant les trésors de papier, a affirmé Jeppie Chamil.

Le chercheur sud-africain n’est cependant pas confiant pour la sauvegarde des dizaines de milliers de textes historiques de Tombouctou dans les jours à venir. « Nous espérons que la situation ne changera pas », a-t-il dit, ajoutant que le fait que Tombouctou soit aux mains de différentes factions rebelles n’arrange pas les choses.

Depuis le 1er avril, la ville est occupée par le deux principaux groupes rebelles touaregs et rivaux : les nationalistes du MNLA, qui ont déclaré la sécession du Nord-Mali, et les islamistes d’Ansar Eddine (défenseurs de la foi, en arabe), qui réclament l’instauration de la charia au Mali.

Jeuneafrique.com

pour en savoir plus  :

 

© Copyright Europe Israël – reproduction autorisée avec un lien vers la source





Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>