toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Russie : la terreur islamique sur les plages, et l’émergence de l’islam radical


Russie : la terreur islamique sur les plages, et l’émergence de l’islam radical

La terreur islamique contre les femmes, arrive en Europe. Elle progresse rapidement, plus vite qu’on ne le pense. D’ailleurs, elle sévit déjà contre les musulmanes dans certaines banlieues à forte teneur en “enrichissement culturel”.

Le Daghestan est une république appartenant à la Fédération de Russie -

La plage est bondée de monde ces jours-ci. Des hommes musclés, pratiquent les arts martiaux et luttent sur le sable du bord de la mer Caspienne dans la ville capitale de Makhatchkala. De rares groupes de femmes dans de longues robes de flanelle entrent dans la mer, tenant les enfants par la main; leurs longs vêtements et leurs hidjabs (foulards islamiques) s’imbibent d’eau salée, comme des éponges.

Des femmes en bikinis? Il n’y en a pratiquement plus aucune. Le changement social ici a été rapide et radical: Il y a deux étés seulement, il n’y avait qu’une poignée de femmes qui se baignaient en longues robes et avec leurs foulards sur ces plages russes de la mer Caspienne. Cette année, l’opinion publique dans cette région qui détient le record d’attentats terroristes en Russie, a décidé de mettre fin au «péché»  de montrer les corps des femmes. L’apparition de rares touristes en maillot de bain moderne suscite des froncements de sourcils, et des commentaires désobligeants gromelés en langue locale. Un mot cependant est toujours clair : Haram ! qui veut dire ”interdit”.

Pour faciliter la vie de tant des femmes qui veulent nager mais qui n’ont pas encore  adopté le maillot de bain islamique (surnommé burkini), et pour les hommes désireux de jouer sur la plage sans violer les préceptes de l’Islam, l’Etat a ouvert la première plage, conforme à la charia en Russie ce mois-ci . Nommée “la Plage femme Montagne,” c’est une plage cloturée, ouverte uniquement aux femmes, aux filles et garçons âgés de moins de 6 ans. Les visiteuses peuvent se reposer dans de confortables abris en bois pour échapper à la chaleur ou nager dans l’océan sans le fardeau du burkini. Cette plage est une preuve suffisante, s’il en était besoin, de la montée de l’islam en Russie. C’est aussi une mesure de sécurité visant à protéger les femmes contre une récente vague d’horribles attentats sur la rive Caspienne.

L’an dernier, un matin clair de juillet, à environ six heures, l’institutrice Yelena Abduzhalimova rencontrait ses collègues sur la plage centrale de la ville pour une partie de volley-ball. Alors que les dames se changeaient en maillots de bain, un groupe de jeunes hommes ont commencé à  faire des exercices d’échauffement juste à côté du terrain de volley. En dehors de quelques enfants, la plage était encore assez vide à cette heure-ci. Mme Abduzhalimova s’approchant du terrain de jeu avec ses amies, elle avança pour servir la balle. Instantanément, une puissante explosion la projeta en l’air, à 3 mètres au-dessus du sol. Elle venait de sauter sur une mine, qui avait été cachée dans le sable. C’était la troisième explosion de la saison sur cette plage, et elle coûta sa jambe à Abduzhalimova jusqu’au dessus du genou. La bombe avait été mise là  comme punition pour les femmes en maillots de bain, dit-elle. Maintenant, elle dit qu’elle aurait aimé que la plage conforme à la charia existe à l’époque. “Si seulement la plage gardée réservée aux femmes existait il y a un an, j’aurais encore ma jambe maintenant”, ajoutant que c’était un heureux hasard que ce soit elle qui marche sur la mine, avant un enfant.

Mais toutes les femmes n’ont pas toute des opinions aussi positives sur la plage conforme à la charia. “D’abord, ils font des menaces de mort pour un bikini; ensuite, ils veulent nous faire abandonner les shorts et les jeans, puis nous interdire d’aller aux restaurants et aux universités”, explique Bakanai Huseinova, directrice d’une compagnie financière au Daghestan. B. Huseinova craint qu’avec les attentats terroristes croissants ils finissent par prendre le contrôle de toutes les sphères de la vie des femmes : sociale, familiale et spirituelle. Les attaques terroristes ont été lancées, non seulement contre les femmes en bikini, mais contre tous les symboles de la société laïque du Daguestan. Rien que cette année, il y a eu plus de 200 attaques terroristes dans les magasins d’alimentation, dans les cafés et dans les saunas qui vendent des boissons alcoolisées, mais aussi dans des centres religieux et dans des commissariats. Les attaques ont tué des centaines de travailleurs sociaux, élus locaux, policiers,  hauts fonctionnaires, et des imams modérés. De plus, deux directeurs d’école qui s’étaient déclaré contre le hijab pour les écolières ont été tués cette année au Daghestan.

Alors qu’au Daghestan l’insurrection islamiste veut intimider les femmes pour les pousser à respecter la charia, dans la république voisine de Tchétchénie, c’est le gouvernement qui en prend l’initiative. Les femmes non voilées sont interdites d’entrer dans les bâtiments publiques ; les adolescentes sont obligés de venir à l’école avec les cheveux couverts. L’automne dernier, les femmes en robes sans manches et en jupes courtes ont été harcelées et visées par des balles de peinture (paint ball) dans les rues, par la police de la moralité semi-officielle. Des tracts distribués dans les écoles de filles portent cet avertissement: “Le comportement est important, les femmes musulmanes ne doivent pas parler fort ou de regarder directement dans les yeux des hommes.” Ces initiatives sont soutenues au plus haut niveau: le président Tchétchéne Ramzan Kadyrov, soutenu par le Kremlin pousse au nouveau code vestimentaire islamique, et sa femme tient une maison de mode qui crée des vêtements islamiques. Sur la télévision d’Etat, des émissions consacrées aux femmes  enseignent le look approprié pour une musulmane pure, et elles sont présentées par des mannequins aux visages voilés.

Source : Daily Beast traduction Bivouac-id.

 





2 thoughts on “Russie : la terreur islamique sur les plages, et l’émergence de l’islam radical

  1. PARAYRE-GIVONY VIVIANE

    C’EST UNE CATASTROPHE !!!!!!!!!! ET ON LAISSE FAIRE ????????????? CE N’EST QUE DU TOTALITARISME PLANÉTAIRE !!!!!!!!!! LES ISLAMISTES NE SONT PAS ENCORE UNE MAJORITÉ ET LA MAJORITÉ NE RÉAGIT PAS. ELLE SE SOUMET AUX EXIGENCES D’UNE COMMUNAUTÉ EN VOIE DE DÉTRUIRE LE MONDE CULTUREL, INTELLECTUEL, ARTISTIQUE , PHILOSOPHIQUE ET HISTORIQUE . LA LIBERTÉ DE VIVRE DEVIENT UNE INTERDICTION EN MÊME TEMPS QUE LA LIBERTÉ DE PENSER ET DE S’INSTRUIRE. LES PARLEMENTAIRES NE LE VOIENT T-ILS PAS ? ILS SE LAISSENT ENCHAÎNER DANS UN PIÈGE IRRÉVERSIBLE DONT LE MONDE JUDÉO-CHRÉTIEN NE SE RELÈVERA JAMIS. L’OPPRESSION ET LA MISÈRE DE TOUTE PART NOUS PEND AU NEZ !!!!!

  2. jeje

    Voilà ce qu’il risque de nous arriver à force de laxisme et de laissez aller. Quoiqu’on dise, l’islam est une religion rétrograde, envahissante, intolérante et archaïque.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>