toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Emeutes à Londres : Le Guardian accuse des Juifs d’avoir « raillé » la police


Emeutes à Londres : Le Guardian accuse des Juifs d’avoir « raillé » la police

(Photo REUTERS/Luke MacGregor Paris-Match)

« Pourquoi est-ce que l'article ne mentionne ni la race, ni l'ethnie ou l'appartenance religieuse des autres personnes ? »

Le quotidien britannique, de gauche, The Guardian (connu pour son hostilité hystérique à Israël) a publié un éditorial sur les émeutes qui ont secoué Londres intitulé « Les émeutes de Tottenham : Une manifestation pacifique qui tourne soudainement à la violence extrême ».  

Dans l'éditorial de 1800 mots, Paul Lewis ne mentionne ni la race, ni l'ethnie, ni la religion des émeutiers, à l'exception d'un seul groupe.  

Le journaliste a trouvé pertinent de souligner que parmi les personnes qui se sont réunies pour assister aux scènes d'émeutes et qui ont raillé [!] la police qui intervenait pour mettre fin à la violence se trouvaient quelques Juifs de la communauté hassidique de Tottenham : « The make-up of the rioters was racially mixed. Most were men or boys, some apparently as young as 10….But families and other local residents, including some from Tottenham’s Hasidic Jewish community, also gathered to watch and jeer at police.”

Donc, les émeutiers – qui ont (note EI : dépouillé)

incendié, saccagé et pillé des magasins, des pubs, des banques et même les propriétés résidentielles, et qui ont attaqué des journalistes, des policiers et des pompiers pendant ces trois derniers jours – sont caractérisés par Lewis simplement comme « racialement divers »,

mais il juge qu'il est pertinent de noter que certains membres de communauté juive hassidique de Tottenham parmi les spectateurs qui auraient « raillé » la police.

Pour le Guardian, la race, l'ethnie ou l'appartenance religieuse des émeutiers n'a pas de signification particulière, mais la religion d'un seul groupe parmi ceux qui auraient raillé la police qui tentait de mettre un terme aux violences mérite d'être pointée.

Quel est l'intérêt, selon le code d'éthique du Guardian, de rapporter  l'appartenance religieuse de spectateurs qui auraient hué police ?  

Pourquoi est-ce que l'article ne mentionne ni la race, ni l'ethnie ou l'appartenance religieuse des autres personnes qui ont assisté aux scènes d'émeute et/ou auraient raillé la police ?  

Est-ce que le Guardian n'aurait pas enfreint dans ce cas son propre code éditorial ? (Note EI : s’il en a un !).

 

Source : Philosémitisme (CIF Watch, Guardian report on London riots omits the race or ethnicity of rioters – but, still mentions Jews).

  




Psychosociologue, consultant sur les questions de conflits, crises, violences et débriefing dans tous les secteurs où ces problèmes se posent.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>