toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Mythes et Réalités – « Le véto américain sur une résolution du Conseil de sécurité condamnant les implantations mine le processus de paix. » par le Dr M.G.BARD


Mythes et Réalités – « Le véto américain sur une résolution du Conseil de sécurité condamnant les implantations mine le processus de paix. » par le Dr M.G.BARD

Mythes : "Le veto américain sur une résolution du Conseil de sécurité condamnant les implantations mine le processus de paix."

Réalités :

 

En ce qui consiste en une fin de non recevoir directe à l'encontre de l'administration Obama, le Président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, a rejeté nombre de propositions de compromis de la part du Président américain visant à exprimer des inquiétudes à propos des implantations et, à la place, le premier a insisté pour obtenir un vote au Conseil de sécurité des Nations unies sur une résolution condamnant les implantations israéliennes comme "illégales" et appelant à une fin immédiate des constructions en Cisjordanie et à Jérusalem-Est.

 

Les Etats-Unis ont mis leur veto sur la résolution, selon l'ambassadrice américaine à l'ONU Susan Rice, parce que "[la résolution] pourrait encourager les parties à s'éloigner des négociations" (489).

    Il était particulièrement ironique de voir les Nations Unies dévouant leur énergie à débattre des implantations au moment même où une grande partie du Moyen-Orient était en plein bouleversement. Plutôt que d'orienter son attention sur les troubles en Egypte, en Tunisie, en Libye, au Bahrein et au Yémen, le Conseil de sécurité examinait une mesure qui n'aurait eu aucun impact direct sur la politique israélienne et n'aurait rien apporté à la cause de la paix.

 

    Les Palestiniens pourraient bien avoir insisté sur cette mise au vote afin de s'efforcer de détourner l'attention des révélations embarrassantes issues des documents dévoilés de leurs équipes de négociations qui indiquaient, parmi d'autres choses, une acceptation de quelques implantations israéliennes en échange d'un Etat palestinien (490). En allant devant l'ONU, les Palestiniens pourraient aussi avoir espéré trouver une justification à leur refus actuel d'engager des négociations directes avec Israël. Bien qu'ils n'aient jamais insisté sur un gel des constructions avant que le Président Obama n'y ait fait appel, Abbas en a désormais fait une précondition à toute future négociation.

 

    Abbas semble aussi avoir déduit, de l'échec d'Obama à contraindre Israël à un gel des constructions, que cela signifiait une incapacité américaine à forcer Israël à capituler devant les demandes palestiniennes. Ainsi, plutôt que des négociations directes, les Palestiniens tentent d'éviter le compromis en alimentant une pression internationale sur Israël afin qu'il cède sur les points clés. Depuis que les pourparlers ont pris fin en septembre 2010, l'Autorité palestinienne s'est engagée dans une campagne globale pour obtenir des autres pays qu'ils approuvent la création d'un Etat palestinien basé sur la ligne d'armistice de 1949. La résolution du Conseil de sécurité était donc un nouvel effort pour convaincre la communauté internationale d'imposer une solution à Israël.

 

    Même si la résolution était passée, cela n'aurait pas modifié le statut des implantations en droit international, puisque le Conseil de sécurité est un corps politique sans autorité juridique. Le Conseil aurait aussi contredit ses propres engagements précédents. La résolution 242 du Conseil de sécurité, qui est passée en 1967 et demeure la base mutuellement acceptée d'une solution au conflit israélo-arabe, appelle à un retrait indéterminé de territoires mais uniquement avec la garantie de frontières sûres et défendables.

 

    Plutôt que de discuter en commun sur les problèmes d'importance afin de résoudre le conflit, Mahmoud Abbas et les Palestiniens ont lancé, selon les mots du ministre israélien des affaires étrangères Avigdor Lieberman, "une offensive politique contre l'Etat d'Israël"incluant l'exploitation des Nations unies afin d'affaiblir la légitimité internationale d'Israël (491). En acceptant d'être un pion du monde arabe, le Conseil de sécurité a de nouveau démontré son manque de légitimité ou de l'ossature requise pour jouer un rôle constructif en facilitant la paix entre Israël et les Palestiniens.

 

    "Les négociations directes entre Israël et les Palestiniens ont été et demeurent toujours la seule voie pour résoudre le long conflit de notre région. Par conséquent, la résolution proposée [au Conseil de sécurité] n'aurait jamais dû être soumise ici. La communauté internationale et le Conseil de sécurité devraient plutôt appeler les dirigeants palestiniens – d'une voix claire et résolue – a revenir immédiatement à la table de négociation sans préconditions et à renouveler les pourparlers directs." Meron Reuben, ambassadeur israélien aux Nations unies (492)."

 

 

Mitchell G. Bard (directeur de la Jewish Virtual Library)

Traduit par Fabien MIKOL www.aschkel.info

489 Hilary Leila Krieger, "US Vetoes UN Resolution Condemning Settlements as Illegal", Jerusalem Post, (February 19, 2011).
490 Ian Black, "Israel Spurned Palestinian Offer of 'Biggest Yerushalayim in History'", The Guardian, (January 23, 2011).
491 Herb Keinon, "Israel has Shown Genuine Desire to Renew Negotiations", Jerusalem Post, (February 22, 2011).
492 Ambassador Meron Reuben, "The Situation in the Middle East Including the Palestinian Question", Permanent Mission of Israel to the United Nations, (February 18, 2011). 

 





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *